Didier Leuenberger
Biographie

Passionné des mots, j'ai été publié en 1999 à Paris (L’âge bête…Le retour !). Lauréat de l’octroi d’une bourse d’encouragement à l’écriture de l’Etat de Fribourg en 2003, 2006 publication du livre (Larmes Sèches) à Lausanne. Publication de nombreuses nouvelles dans des revues littéraires, magazines et journaux en France en Suisse ainsi qu’au Canada. Un reportage photos en mars 2009. Finaliste du concours cinématographique de 2008 (catégorie roman) en partenariat avec le Festival «Troyes Première Marche» (Les Anges peuvent attendre… Le diable est bien trop séduisant !) publié en novembre.Publications hebdomadaires de nouvelles dans le journal « Le Messager ». Publication aux éditions La Plume Noire de «Petits arrangements"en 2012 et "Le petit malaise" (nouvelles érotiques).

Didier Leuenberger a publié

Didier Leuenberger a noté ces livres

5
J'ADORE !!!! Quel ton, quelle audace. Et qu'elle est adorable ta Bernadette. Si tout le monde pouvait approcher la mort de cette façon, il me semble que ce passage ultime serait moins difficile à passer. L’humour pour un tel sujet est malin et fort bien adapté sous le franc-parler de cette bonne Bernadette. Mais pour bien apprécier ce que derrière ces sourires tu dépeins avec pudeur, une philosophie de la vie s'impose... Juste du plaisir pour ma part. Merci pour ce bon moment. Bien à toi. Didier
Publié le 08 Décembre 2016
5
Chère Mary, je viens enfin vers vous après avoir lu votre livre. Il faut dire que c'est du costaud. Un gros travail de documentation et mon avis ne va rien apporter de plus que tout ce qui a déjà été dit, mais sachez que j'ai apprécié. Vous avez su aiguiser ma curiosité et je dois bien l'avouer, me suis vu apprendre des choses que je ne connaissais pas. EN vous souhaitant une belle continuation dans vos travaux d'écriture. Merci pour ce partage. Bien à vous. Didier
Publié le 27 Novembre 2016
5
Très belle nouvelle au sujet non moins efficace. Plus que jamais d'actualité, les incohérences que l'on peut constater dans les différents domaines touchant nos rapports aux animaux et la manière dont nous nous comportons envers eux, est tout simplement flagrante. Bravo pour ce texte efficace et à vif ! Bien à vous. Didier
Publié le 23 Novembre 2016
5
Très bon moment de lecture avec vos mots, Marguerite. Quelle journée... Bien écrit, chute surprenante, bon rythme, tous les ingrédients sont rassemblés pour faire une magnifique douceur littéraire que j'invite à tous les curieux de venir découvrir. Merci pour votre partage. Bien à vous. Didier
Publié le 20 Novembre 2016
5
Chère Karine, A force d'échanger avec certains auteurs, et c'est le but aussi, on en découvre d'autres. On cherche aussi des plus fêlés que nous-même pour ne pas trop se sentir seul...Et je vous ai trouvé, grâce à une nouvelle de Boris que vous avez commentée. J'ai donc été croqué par cette nouvelle, et je me demande bien si je n'ai pas perdu ce bout de ce que j'espère être de la raison, à jamais. Bien menée, drôle, bien écrite, votre nouvelle m'a fait très plaisir... Une magnifique journée à vous. Et continuez sur ce ton, ça vous réussit !!!! didier
Publié le 20 Novembre 2016

Pages

monBlog

Retrouver mon actualité

Profitez de découvrir le livre choc dans son intégralité et mis en avant sur mBS au mois d'octobre : Les Oubliés. Résumé : Pendant la 2ème guerre mondiale dans un camp dans le nord de l’Allemagne, des jeunes gens sont prisonniers des SS. Ayant perdu la mémoire, ils se demandent quels traitements ils subissent. Drogues ? Tortures ? Ils se noient dans le désespoir, la méfiance et perdent la raison. Mais ils vont se rebeller et chercher à savoir, à recouvrer la mémoire. Il en va de leur salut. Ce qu'en pensent les lecteurs : « Belle écriture beau récit, qui nous emmène vers un ailleurs méconnu, tant de souffrances endurées pour une liberté que tous n'apprécient pas. » lilimay39 « S’il n’y avait pas votre « note de l’auteur » en début, on ne comprendrait pas dans les 1° pages où on se situe vraiment. Il y a ce contraste puissant entre votre prologue et cette espèce de flottement qu’on lit, comme si la beauté des mots voulait couvrir l’horreur qu’elle ne veut pas prononcer. Mais ça gronde en dessous, on sent que vous vous retenez et on redoute la page qui va révéler le sujet de votre vibrant témoignage.» fab, membre de mCL, le Club des Lecteurs de monBestSeller.

En savoir plus
A lire dans les actualités