L'expulsion d'Amabilis

1 pages
Extrait
de noe.mie
L'expulsion d'Amabilis noe.mie
Synopsis

Court récit de l'être bleu

70 lectures depuis la publication le 11 Janvier 2017

Les statistiques du livre

  419 Classement
  70 Lectures
  +281 Progression
  5 / 5 Notation
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
@noe.mie Chère amie (car j'imagine qu'avec un pareil pseudonyme, vous êtes plus, disons, une fleuriste taoïste qu'un fort des halles - encore que, par les temps qui courent, bien malin qui saurait différencier sans coup férir le filet de bœuf aux morilles du colin froid mayonnaise - ainsi, sans avoir à aller chercher un exemple à l'autre bout de l'arrondissement, figurez-vous que ma concierge, Amélie Pouponne, une blonde et très bustée quinquagénaire munie d'une chute de reins à faire saliver tout un régiment de horse-guards, n'est autre, enquête faite, qu'un culturiste slovaque transgenre, né sous le nom d'Hermann Sboniek et qui se fit connaître naguère en publiant sur ce site divers textes gothiques et butyreux qu'on aurait pu croire germés dans la cervelle d'un hypocondriaque en cavale - à qui se fier, hein ?) ; bref, cher(e) ami(e) (je vous laisse choisir), lisant d'un seul tenant le texticule que vous offrez à notre appétit de lectrice toujours avide de batifoler parmi les nouveautés qu'offre à nos yeux extasiés et (un peu) globuleux ce site tant vanté dans la presse du cœur et parmi les candidats au seppuku, je n'ai pu m'empêcher de me demander quel est le but que vous poursuivez ici. Parce que, en effet, on ne comprend que dalle à votre histoire qui n'a pour seule qualité, à vue de nez et à ouïe d'orteil, que son heureuse brièveté. Et la question subsidiaire que je me pose est celle-ci : ça va la tête ? Mais qu'est-ce qui vous a pris de poster ici ce machin dont auquel de quoi on a toutes les raisons de penser qu'il est le résultat d'une dépression gravissime ou d'un sarcome de Kaposi qui aurait poussé ses métastases jusque dans le clavier de votre ordinateur ? Mes connaissances médicales ne sont que rudimentaires, certes, mais j'en sais suffisamment pour ne pas ignorer que la prise d'1 mg de paracétamol quatre fois par jour serait beaucoup plus efficace que la rédaction de textes sans queue ni tête qui ne peuvent, à terme, qu'apporter confusion et crétinisme oblong dans les idées (déjà passablement vasouillardes) des lecteurs qui vadrouillent dans le voisinage. Peut-être devriez-vous envisager le traitement peu onéreux que je vous conseille. Ou bien essayez les infusions de carambouille, vous m'en dire des nouvelles. Bien à vous. PS : J'ai hésité longtemps quant au nombre d'étoiles que j'allais vous colloquer, franco de port et d'emballage. Si je me suis arrêtée finalement au chiffre 5 (cinq), c'est ni plus ni moins pour vous encourager à l'astronomie plutôt qu'à la littérature. Ne me remerciez pas : c'est ma fibre humanitaire qui parle.
Publié le 12 Janvier 2017