Chronique
Le 26 jui 2016

Bêta-lecture #2 : le bêta-lecteur, un animal doué de raison, dévoué, précis, et sans ego.

Etre bêta-lecteur, c'est d'abord donner. Donner son temps pour l'autre. Pour lire un roman, un essai, ou une (auto)biographie en avant première, en corriger les fautes, proposer des solutions appropriées sur la syntaxe (clarté de l'énoncé, maladresses, répétitions, etc.) et, émettre un avis sur la construction, l'intrigue et le scénario...Mais attention , un bêta-lecteur n'est pas un professionnel, c'est un amateur averti... et passionné.
Bêta-lecteur, un exercice délicat et précis de lectureTout le monde peut être bêta-lecteur...

Il y a 15 jours, j'abordais la bêta-lecture et en faisais une approche générale. Aujourd'hui, je vais vous parler du bêta-lecteur. Là encore, je ne suis pas spécialiste. Il s'agit de partager avec vous un retour d'expérience en espérant que vous trouverez des éléments utiles et pertinents.

Qui peut être bêta-lecteur ? Y a-t-il une typologie du bêta-lecteur ?

Tout le monde peut être bêta-lecteur.

Vos proches comme de parfaits inconnus.
Bien sûr, les retours réalisés par de parfaits inconnus seront souvent plus pertinents dans le sens où l'affect ne devrait pas intervenir. Il faut néanmoins « posséder » une certaine motivation et aborder un comportement adapté.
Pour être bêta-lecteur, il faut avoir envie de se prêter à l'exercice, car ce dernier demande à la fois du sérieux, de la rigueur, de l'attention, de la vigilance et une manière de dire les choses pour qu'elles soient entendues sans risquer de froisser le destinataire (on a tous de l'ego, plus chatouilleux chez certains que chez d'autres).
Outre le goût de lire, il conviendra d'appliquer une certaine méthode pour que vos retours soient lisibles et exploitables par l'auteur que vous bêta-lisez. Un bêta-lecteur efficace sera clair et précis dans ses retours.
La motivation et l'intérêt sont donc des éléments essentiels.

Vous êtes un potentiel bêta-lecteur.
Chaque personne que vous connaissez ou que vous croisez, physique ou virtuelle, est un potentiel bêta-lecteur.Il conviendra néanmoins de garder à l'esprit que chaque texte aura un public de bêta-lecteurs différents, comme chaque texte a un public de lecteurs différents. Si tout le monde peut être bêta-lecteur, tout le monde ne bêta-lira pas la même chose.
D'après vous et selon vos critères, vos attentes et vos besoins, qui pourrait être bêta-lecteur de vos écrits ? Si vous écrivez dans des registres ou genres différents, il est plus que probable que vous ne solliciterez pas les mêmes personnes pour obtenir leur opinion, n'est-ce pas ?

Les motivations de la bêta-lecture sont multiples mais toujours personnelles.

- La simple envie de découvrir un ouvrage en avant-première, de frôler les pensées intimes d'un auteur avec un produit pas encore retravaillé ni mis en forme,
- La volonté de se lancer le défi - de « décortiquer » un texte et d'en repérer les forces comme les faiblesses,
- Le souhait d'aider un ami, une connaissance, un parfait étranger, dans son travail d'auteur, qu'il s'agisse d'un auteur en herbe ou chevronné,
- Le fait de lire autrement. En effet, lire en relevant tout ce qui interpelle est singulièrement différent de lire pour le plaisir de lire, même si l'un n'empêche pas l'autre,
...
À mon sens, la raison la plus pertinente qui peut vous amener à bêta-lire, c'est l'envie de le faire, que ce soit par simple curiosité ou dans l'optique d'apprendre à améliorer vos propres écrits, quels qu'ils soient.
Bêta-lire est un enrichissement réciproque, mais il faut y trouver une utilité, un avantage parfois.
Cela peut être le simple plaisir d'aider autrui, comme la volonté affichée de s'améliorer et de progresser. Dans tous les cas, c'est une tâche exigeante et chronophage.
Personnellement par exemple, j'ai commencé à bêta-lire des ouvrages car je cherchais des personnes qui le feraient pour moi. C'était la moindre des politesses que de découvrir en quoi consistait l'exercice avant de commencer à chercher quelqu'un susceptible de bêta-lire mes propres écrits. Très rapidement, j'ai trouvé l'exercice très intéressant, structurant et bénéfique. Désormais, je bêta-lis autant pour le plaisir d'aider d'autres auteurs que pour apprendre, car chaque bêta-lecture apporte son lot de leçons et de découvertes.
Et vous, pour quelle(s) raison(s) bêta-lisez-vous ou bêta-liriez-vous ? Qu'attendez-vous de la bêta-lecture ?

Bêta-lecture : mode d'emploi. 
Avant toute chose, il convient de définir avec l'auteur ce qu'il attend de vous. Ce sont ses réponses qui vont orienter votre démarche et votre travail de bêta-lecture. Ensuite, il serait sûrement sage de faire des essais sur des textes courts ou des extraits, pour tester l'alchimie entre l'auteur et vous-même. Enfin, je ne saurais trop vous conseiller de procéder de manière structurée, tout en ayant à l'esprit le sens de la tournure pour éviter de froisser la susceptibilité de l'auteur. Il faut être clair pour vous-même d'abord, pour le destinataire ensuite.

Avant de vous lancer dans une bêta-lecture de roman, définissez clairement les objectifs avec l'auteur.

Sur quoi allez-vous intervenir en tant que bêta-lecteur ? La forme ? Le fond ? Les deux ? Au fil du texte ? À la fin d'un paragraphe, d'une page, d'un chapitre ? Le travail de bêta-lecture peut se distinguer comme il peut se marier avec celui de correction. Si vos remarques risquent d'amener l'auteur à réécrire son texte, alors vous allez passer beaucoup de temps et d'énergie à souligner la forme alors qu'elle va changer ; vous aurez alors travaillé pour rien.
Assez souvent, un travail de bêta-lecture sur le fond uniquement est une bonne première étape. C'est à mon sens le véritable travail de bêta-lecture d'un lecteur non auteur. Ensuite, une fois que le fond est bien en place et que l'auteur cherche davantage des retours sur la forme, alors on peut passer à une autre étape de bêta-lecture. On peut aussi faire les deux en même temps. Même si l'auteur remanie son texte, il est toujours intéressant d'avoir l'avis de quelqu'un pour repérer des erreurs récurrentes, des écarts de langage, des faiblesses grammaticales redondantes, etc... À vous de définir avec l'auteur les objectifs de la bêta-lecture pour ne pas gaspiller inutilement votre temps et vos efforts.

De manière générale, en bêta-lecture, le travail sur le fond intervient avant le travail sur la forme.

Je vous donne quelques exemples : l'auteur s'est emmêlé les pinceaux dans la chronologie des événements, a renommé un personnage différemment mais a laissé l'ancien nom à certains endroits, se contredit sur des éléments essentiels à la compréhension du récit ou du monde, redit x fois la même chose différemment, a fait un flash-back proprement indigeste qui n'apporte rien en l'état, a écrit un passage magnifique qui vous a beaucoup touché, etc... Tous ces éléments, parmi d'autres, sont à repérer et travailler en amont de la forme, car ils vont souvent mener à un remaniement sensible du texte (sauf les passages très positifs, mais c'est bien de les signaler aussi !).
Si vous vous retrouvez à faire une bêta-lecture sur le fond et la forme, ou la forme seulement, alors il faudra être encore plus rigoureux et bien organisé, car les éléments à appréhender peuvent être nombreux.
L'important, à mon humble avis, c'est d'avoir des repères visuels précis et stables.
Vous pouvez jouer sur les polices, leur taille, leur couleur, etc.
Je ne pense pas qu'il existe de manière type de procéder, aussi je vais simplement vous parler de celle que j'utilise personnellement et que je vois revenir régulièrement sur différents forums, blogs et autres sites dédiés à l'exercice.

Proposition pour une méthode de bêta-lecture.

Généralement, le plus clair et le plus digeste pour l'auteur bêta-lu, c'est de commenter au fil du texte. Cela est également plus confortable pour le bêta-lecteur, puisqu'on commente au fur et à mesure, sans avoir besoin de prendre des notes et de se souvenir ensuite de tel ou tel mot ou passage (prendre des notes est tout de même utile, pour repérer les redondances par exemple).
On va proposer un code à l'auteur (de couleur par exemple, ou autre, mais un code pour qu'il s'y retrouve) en amont puis s'y tenir tout au long de la bêta-lecture.
Par exemple, vous pourriez annoncer à l'auteur que vous allez repérer en rose tout ce que vous avez particulièrement aimé (vous changez la police des passages concernés en rose), en orange les répétions et redondances (mots répétés de manière trop proche, idées déjà exprimées plus haut, etc. vous mettez donc ces mots ou passages en orange dans le texte), en rouge les fautes d'orthographe ou de structure (vous mettez donc en rouge les mots ou segments concernés), en vert ce que vous considérez comme des lourdeurs ou des tournures peu digestes, en bleu vos commentaires et remarques (quand vous souhaitez expliquer ou développer votre point de vue ou la raison de votre commentaire), etc.

La bêta-lecture implique bien évidemment d'avoir accès à tout ou partie d'un texte.

Se pose alors inévitablement pour l'auteur la question de protection des données, piratage et compagnie (j'aborderai ce point dans le prochain article de la série).
Pour vous bêta-lecteur, vous avez besoin d'un fichier, ou pourquoi pas d'un exemplaire papier, sur lequel vous pouvez écrire et repérer tout ce que vous voulez porter à l'attention de l'auteur. Vous pouvez souligner, raturer, colorier, gribouiller, commenter, etc.
Sachez que l'auteur qui vous confie son texte vous fait confiance. Vous avez donc un devoir moral d'honnêteté qui vous engage à ne pas faire n'importe quoi avec le document qui vous est confié.
N'ayez pas peur de noter TOUT ce que vous avez envie de relever, même s'il s'agit parfois de repérer neuf mots sur dix dans une phrase, neuf phrases sur dix dans un paragraphe, etc. L'auteur en fera ensuite ce qu'il voudra. Votre intervention sera riche et pertinente si vous êtes sincère et attentif, que vous ne laissez rien au hasard et que vous signalez tout élément qui vous aura interpellé, à tort ou à raison.
N'ayez pas peur de vous tromper non plus. Vous êtes là pour proposer un ressenti, un retour. On ne vous demande pas d'être un correcteur professionnel. Ce que l'auteur attend de vous, c'est que vous lui signaliez ce qui vous a gêné, ce que vous n'avez pas compris, ce qui vous a particulièrement plu, etc. Soyez sincère, honnête et entier ; l'auteur y sera sensible et c'est vraiment cela qu'il recherche.

Chacun bêta-lit selon ses propres connaissances, sa sensibilité, son envie...

Je vous mets ci-après quelques éléments qui reviennent souvent dans les bêta-lectures (cette liste n'est absolument pas exhaustive, c'est une simple illustration pour vous donner des pistes et une idée si vous n'avez jamais pratiqué la bêta-lecture) 
- sur le fond → idées obscures ou incompréhensibles, repères incomplets ou décalés, incohérences de tous bords, sources de frustration, scènes qui fonctionnent très bien, etc.
- sur la forme → répétitions, redondances, phrases à rallonge ou alambiquées, lourdeurs de tous bords, verbes faibles trop abondants (être et avoir en tête), adverbes en -ment trop présents, présence de « et » et de « ou » trop marquée,  orthographe fantaisiste, grammaire erronée, tendance à utiliser tout le temps ou trop souvent le même schéma de phrase (il faut varier, sinon ça devient lassant pour le lecteur), conjugaison, concordance des temps, etc.
L'auteur n'est pas là pour juger de votre aptitude à bêta-lire, mais pour tirer le meilleur parti de vos retours. Si vous vous trompez, ce n'est pas grave ! Si vous avez raison mais que l'auteur n'en tient pas compte, ce n'est pas grave non plus ! L'important, c'est de porter à son attention tout ce que vous avez envie de signaler.
On bêta-lit donc avec son cœur, son honnêteté, sa sincérité, ses connaissances, ses compétences et en fonction des attentes de l'auteur. Ça en fait des éléments, n'est-ce pas ?

Où trouver des textes à bêta-lire ?

Maintenant que vous avez une idée un peu plus précise de ce qu'est un bêta-lecteur, peut-être avez-vous envie de tenter l'aventure ?
C'est toujours un peu intimidant de se lancer. Est-ce que je vais être à la hauteur ? Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire ? Comment l'auteur va-t-il réagir ? On se pose forcément des questions et c'est bien normal. Mais il n'y a qu'en forgeant qu'on devient forgeron. Si on ne se lance pas, on ne progresse pas. Alors en piste, osez !
Vous ne savez pas où trouver des livres à bêta-lire ? Oh ben tiens, vous êtes sur monBestSeller, non ? Il y a des quantités de livres et d'extraits sur le site. Les auteurs les déposent pour avoir des avis et des retours, faire de la publicité aussi. Ils ne recherchent pas forcément des bêta-lectures pointilleuses, je vous l'accorde, d'autres sites existent pour cela, mais rien ne vous empêche de les faire pour vous-même, d'observer ce qui en ressort, voire de proposer aux auteurs de votre choix de leur faire un retour détaillé. Certains y seront sûrement sensibles, même si ce n'est pas l'objet de mBS.

monBestSeller met en relation des auteurs et des lecteurs, un terrain de jeu pour s'essayer à la bêta-lecture.

Un simple commentaire après lecture en argumentant un minimum pour dire si vous avez aimé ou non et pourquoi, sont très précieux pour un auteur. Rien qu'un commentaire de quelques lignes donnant un ressenti de lecture construit est utile.

Je vous donne deux exemples tirés de ma page sur mBS suite au premier jet que j'avais posté en octobre 2013 :
- « Une certaine poésie se dégage de ce roman plutôt abouti et bien écrit. L’intrigue s’y déroule lentement au fil des pages et prend place peu à peu dans un décor élaboré. L’histoire en elle même est intéressante, mais, dommage, elle a tendance à trop s’éterniser sur des détails superflus et répétitifs. »
→ Ici, le lecteur signale à l'auteur qu'il a été gêné par les répétitions, les redondances et des passages apparemment trop chargés (ce qu'on pourrait appeler du blabla narratif qui ne fait pas avancer l'histoire). Les dits passages ne sont pas identifiés, mais cela m'a donné une prise de conscience et fait débuter une réflexion sur le fond. Ça m'a également donné des premiers éléments exploitables pour guider des bêta-lecteurs sur des lectures plus précises par la suite (par exemple, repérer les répétitions et les passages redondants pour me les signaler).
- autre exemple : « Bon démarrage, et beau premier livre malgré un style parfois un peu redondant, l'auteur nous emmène avec lui sans difficulté... » c'est court mais là encore, j'ai compris que des redondances ont gêné le lecteur. Mis en relation avec le commentaire précédent, cela apporte un crédit et un poids supplémentaires. Notez que dans les deux exemples, les lecteurs commencent par donner le positif avant de donner le négatif. C'est une bonne méthode pour ménager l'ego de l'auteur tout en lui donnant des indices importants pour son travail de réécriture.
Hors mBS, bon nombre de bêta-lectures se font via messagerie privée, pour peu que les deux personnes aient établi un lien de confiance suffisant pour faire un échange de fichiers.
Si vous êtes vous-même auteur, il est fréquent que des auteurs se bêta-lisent réciproquement. C'est un peu donnant-donnant et on peut en l'occurrence tenir des conversations très amusantes ou subtiles sur une quantité très variée de sujets.

Quelques liens vers des sites spécialisés dans la bêta-lecture ou les retours de lectures (reposant uniquement sur ma propre expérience et conception de la chose).

Sites que je fréquente :
- tremplinsdelimaginaire.com/cocyclics/site_cocyclics (littérature de l'imaginaire). Inscrit en janvier 2016, je passe personnellement beaucoup de temps sur le forum de cocyclics et j'y ai fait mes premières bêta-lectures vraiment détaillées, mêlant fond et forme. Leur projet est gratuit et sous licence Creative Commons. Il se base sur la réciprocité, l'échange et l'entraide entre amoureux de l'imaginaire (auteurs et lecteurs) pour améliorer des textes en pratiquant la bêta-lecture. Différents espaces sont disponibles : l'espace auteur, qui décrit quel type d'aide les auteurs peuvent recevoir ; l'espace bêta-lecteur, qui définit les règles en vigueur pour les bêta-lectures (c'est celui-ci qui va vous intéresser le plus) ; l'espace éditeur. Une mine pour qui veut faire de la bêta-lecture sur des écrits de l'imaginaire.
- ecrire-un-roman.com. Je fréquente surtout le forum. Il y en a pour tous les goûts et toutes les « compétences ». On y fait principalement des bêta-lectures sur le fond, ce qui est déjà très intéressant et correspond davantage aux bêta-lectures pratiquées par les lecteurs non auteurs. Les bêta-lectures sur la forme sont plus souvent réalisées par des lecteurs auteurs. Vous trouverez sur ce site beaucoup de textes courts, des extraits et des histoires suivies. Si on peut y pratiquer la bêta-lecture, il s'agit en fait et surtout d'un forum de techniques d'écriture.
- forums et blogs d'auteurs, de fanfictions, etc. Là, vous avez l'embarras du choix. Je vous donne un exemple concret avec mBS. Vous repérez un auteur dont vous appréciez l'écriture. Vous faites quelques recherches et trouvez son blog, sa page Facebook ou n'importe quel autre moyen de le contacter et de communiquer avec lui. Voilà, vous avez peut-être ouvert la voie à une opportunité de bêta-lire quelque-chose. Il ne reste plus qu'à discuter pour voir si l'auteur recherche des bêta-lecteurs et si c'est le cas, créer des liens et gagner sa confiance.

Sites dont j'ai entendu parler, que je n'ai pas encore consultés ou à peine, mais qui semblent intéressants pour qui souhaite bêta-lire :
- encrier.org
- sweek (application mobile seulement pour le moment, peut-être des choses dans le futur sur PC via sweek.com)
- fanfiction.net
- fictionpress.com
- fanfic-fr.net
- ficisnottheenemy.forumgratuit.org
- betalecture.livejournal.com

Rendez-vous dans le 3ème volet pour le dernier article de la série consacré à « L'auteur bêta-lu »

J'y aborderai des points potentiellement utiles pour les auteurs qui s'interrogent sur l'utilité, la pertinence et les risques d'avoir recours à des bêta-lecteurs.
Je serai plus à l'aise avec cette partie puisque c'est en tant qu'auteur que je me suis intéressé à la bêta-lecture. Mon jugement est donc en quelque sorte faussé ou en tout cas influencé par cette casquette. Je reste convaincu que le meilleur bêta-lecteur qui soit pour le fond est un lecteur qui n'écrit pas et pourra vous faire un vrai retour de lecteur, affranchi de toute observation passée par le prisme de l'habitude d'écrire.
> Tout savoir sur la bêta-lecture #3 : lire l'article sur l'auteur bêta-lu
> Lire l'article Tout savoir sur la bêta-lecture #1 : la bêta-lecture, comment ça fonctionne

Yannick Fradin

@Marguerite Rothe : d'accord. A bientôt sur Scribay alors. J'y prends encore mes marques mais j'aime bien le concept et l'outil. Il y a une grosse palette de qualité. Les écrits très amateurs bourrés de fautes côtoient les écrits déjà bien aboutis. Un peu comme mBS à ses débuts^^ Merci pour le partage en tout cas. Ces articles sont là pour ça, pour donner des informations utiles à tout auteur soucieux d'améliorer son travail. En parlant de bêta-lecture, il va falloir que je forme mon groupe de bêta-lecteurs, car si j'ai déjà fait beaucoup de BL et que je continue à en réaliser, mes écrits n'ont pour le moment pas été bêta-lus dans leur entier. Seulement quelques extraits du premier volet de mon cycle ont fait l'objet de BL. Or, cela me paraît un passage obligé avant de songer à être (auto-)édité, ou d'envoyer un tapuscrit à une maison. Zou, au boulot !

Publié le 01 Août 2016

@Yannick A. R. FRADIN - Finalement, je me suis inscrite sur Scribay ; En réponse au message de bienvenue sur le site, j'ai expliqué le pourquoi de mon choix, et lui ai aussi parlé de votre article sur mBs... L'administrateur, Arnaud Lavalade, très intéressé par votre article, m'a demandé de lui transmettre le lien, ce que j'ai fait. Voilà, voilà... Bien à vous, Marguerite

Publié le 01 Août 2016

Bonjour @Marguerite Rothe et merci pour votre commentaire. Je ne connais pas manyfics.net, mais je vais aller voir ça. Je me suis récemment (avant-hier !) inscrit sur Scribay. L'outil est excellent pour faire de la bêta-lecture. On peut annoter les textes déposés librement, et l'auteur voit ce que chacun a noté comme commentaire. On peut même faire des appels à la relecture en précisant ce que l'on souhaite mettre en avant (orthographe, grammaire, style, idées, etc.). Je ne sais pas encore ce que vaut cette plate-forme, encore en bêta d'ailleurs, mais elle me paraît très intéressante, facile d'utilisation et prometteuse. Après ça reste du participatif avec les avantages et les inconvénients inhérents à cette formule. J'en reparlerai sûrement un peu plus dans 15 jours, dans les commentaires de l'article sur l'auteur bêta-lu. J'aurai plus de recul pour parler de cet outil qui me laisse pour le moment une impression très positive. Sinon, avec plaisir pour les indications :-) Le but de cette série d'articles est de donner des pistes aux auteur(e)s qui souhaitent avoir recours à la bêta-lecture.

Publié le 27 Juillet 2016

Merci Yannick pour ce nouvel article. À la lecture, votre enthousiasme pour la bêta-lecture est palpable ! Dans votre dernier billet, vous invitiez les lecteurs à faire quelques recherches sur Internet, ce que j'ai fait ; j'y ai pioché sensiblement les mêmes sites que vous nous communiquez aujourd'hui, sauf un : Manyfics.net. Je pense m'y inscrire, ainsi que sur encrier.org, car si être BL me bloque un peu, en revanche, être bêta-lue m'apparaît comme une très bonne chose (et qui sait, peut-être qu'au contact d'un ou d'une BL, cela m'aiderait à franchir le pas). Je vous rejoins complètement quand vous dites que les lectures que l'on fait sur mBs, même si ce n'est pas de la BL, s'en approche énormément. Vous faites bien de préciser également que l'activité est très chronophage. C'est sûrement ce qui me retient (outre le petit manque de confiance qui me fait défaut pour penser plus avant à devenir bêta-lectrice) car j'écris lentement, j'ai besoin de grandes plages de temps, et malheureusement, les journées ne sont extensibles. Voilà, je voulais vous remercier pour toutes ces indications, le temps que vous avez pris pour nous en faire part. Marguerite.

Publié le 27 Juillet 2016

Bonjour @eloise clunet. Tant mieux si l'article vous a semblé pertinent :-)
Cordialement.

Publié le 26 Juillet 2016

bonjour,
très bon article clair et précis .

Publié le 26 Juillet 2016