Frédéric Moreau
Biographie

En amour, on ne choisit pas, on tombe.
Il m'a fallu attendre de dépasser la quarantaine pour tomber amoureux pour la première fois de mon existence.
Professeur des universités, j'étais un scientifique rationnel et organisé après avoir été un enfant sage comme une image.
La découverte tardive du sentiment amoureux et des tourments qui lui sont associés m'a donné envie de raconter cet épisode aussi magique que douloureux et de le partager.
J'ai donc commencé à écrire tous les soirs après le travail. Au bout de trois années de labeur mais aussi de plaisir, j'ai distribué mon "roman" autour de moi et le résultat fut extrêmement positif.
Les proches n'étant pas les plus objectifs, je tente à présent la publication gratuite auprès d'un public anonyme en espérant qu'il plaira également.

Frédéric Moreau a noté ces livres

4
Ça s'appelle "Les silences de Lucie" mais cela aurait pu tout aussi bien s'appeler "Les combats de Lucie" (ceci dit, "silences", c'est mieux !) tant l'énergie développée par l'héroïne nous transporte de page en page jusqu'au dénouement très fort. Merci pour ce très beau roman. Seul bémol pour le maniaque (et vieux con !) que je suis : il y a trop de fautes à mon goût et vous êtes également un peu fâchée avec les ponctuations (notamment ces fameux ".." qui n'existent pas, c'est soit un, soit trois !) et les espaces (parfois, il y en a trop, parfois, ils manquent). Mais ce ne sont que des critiques sur la forme qui sera, je n'en doute pas, améliorée par votre éditeur ! C'est bien cela le plus important et le plus beau : sincères félicitations pour ce beau roman, pour le prix que vous avez remporté et pour sa future édition. C'est une belle aventure qui commence pour vous ! J'espère qu'il touchera un large public, vous le méritez.
Publié le 03 Janvier 2017
4
C'est vif, drôle, coquin, enlevé, ironique, bref pas sérieux du tout et c'est pour cela que j'aime ! J'aime le style percutant et les métaphores toutes plus savoureuses les unes que les autres (mention spéciale à "se laisser enfricotter la figoulette" qui ne veut a priori rien dire et qu'on comprend pourtant très bien !). Seule la chute finale m'a laissé perplexe car je ne suis pas certain d'avoir compris les motivations de la narratrice. Du coup, il va falloir que je le relise et c'est ça qui est diabolique avec vous... Jezzabel (1 ou 2 ou 3, peu importe !), vous avez un vrai talent, un vrai style que l'on retrouve dans vos œuvres et dans vos commentaires, certes parfois acerbes et/ou ironiques mais toujours très bien écrits et drôles (et que je prends au 10e degré en général). Je suis sûr que vous pouvez écrire un "vrai" et beau (et, de préférence, drôle et excitant) roman avec un tel talent.
Publié le 03 Janvier 2017
5
Quel beau roman, très bien écrit et facile à lire ! Arriver à traiter un sujet aussi douloureux avec autant de fluidité, de délicatesse et même de poésie demande un vrai talent que vous avez, indéniablement. Merci beaucoup pour le plaisir que vous m'avez procuré et félicitations pour le Prix que vous avez gagné. C'est amplement mérité, me semble-t-il, même si je n'ai pas encore eu le temps de lire les neuf livres nominés.
Publié le 03 Janvier 2017
5
Mmmm, des aventures incroyablement excitantes... et très bien écrites avec juste ce qu'il faut d'humour et de légèreté. Jezzabel, vous avez visiblement compris, très tôt et avant beaucoup de monde, le dérisoire et la finitude de nos existences. Votre récit est une ode à la jouissance : oui, jouissons ici bas et maintenant avant qu'il ne soit trop tard ! Mention spéciale au premier chapitre délicieusement subversif. Merci !
Publié le 10 Décembre 2016
5
50 pages bouleversantes et lues d'une traite. On souffre avec vous ; c'est terrible mais aussi très beau, l'amour qui vous unit étant si fort. Quelques petites fautes mais là n'est pas l'essentiel. Ça donne envie de lire la suite même si on connaît déjà, dès la première page, le triste épilogue. Merci et bravo.
Publié le 30 Novembre 2016