Pascal HERVE
Biographie

Informaticien de profession, travaillant dans une entreprise de la région grenobloise, j’ai toujours été amateur de science-fiction, passion qui a débuté avec la sortie du premier épisode de la saga Star Wars au cinéma.
Je suis par ailleurs amateur de romans policiers (avec une préférence pour les auteurs nordiques : Adler-Olsen, Stieg Larsson, ...) et fan de Stephen King.

Scénariste pour les Éditions Vents d’Ouest, j’ai réalisé la série Tupac en bandes dessinées.
Travaillant à l’origine sur une nouvelle histoire de science fiction pour en faire une série BD, j’ai finalement eu l’envie de la traiter sous forme de roman et c'est ainsi qu'est né "Les Centurions".

Et pour le moment, je travaille sur le tome 2 des Centurions.

Site web : http://lescenturions.jimdo.com/

Pascal HERVE a publié

Pascal HERVE a noté ces livres

4
@Fred Oberson, quelle sensibilité dans l'écriture, pour traiter un sujet qui aurait pu être casse-gueule. C'est d'ailleurs dans la description des sentiments, des liens avec la mère et la jeune fille que c'est le plus réussi. J'ai bien aimé aussi la relation avec Odile, tout en subtilité. C'est dans la partie sur le tournage du film que j'ai été le moins accroché, un peu trop décousu à mon goût et ça nous éloigne du sujet principal, qui revient fort heureusement sur la fin. En tout cas, une belle découverte, merci pour le partage. Amicalement Pascal
Publié le 22 Décembre 2016
4
@lamish, après lecture de votre livre, je suis partagé entre deux sentiments. Tout d'abord sur la forme, j'ai adoré. Que c'est bien écrit, c'est fluide, bien enlevé, de belles tournures de phrases. Encore une fois, bravo pour votre style très agréable à lire. Style qui m'a donné envie d'aller au bout du livre alors que je bouillais intérieurement. Car sur le fond de l'histoire, j'ai plusieurs remarques. Ces remarques ne sont que mon avis personnel, loin de moi l'idée de polémiquer mais plutôt d'ouvrir un débat. Car oui, votre livre ne m'a pas laissé indifférent (et c'est tant mieux car rien n'est pire que l'indifférence). A la lecture de cette histoire, je me suis demandé à quoi avaient servi ces dizaines d'années de luttes féministes. Car enfin, que peut-on reprocher à Sarah ? D’avoir vécu sa vie ? Une vie un peu hors norme mais pas si hors du commun que ça. Beaucoup de femmes ont dû se reconnaître à travers ce portrait. Et je me demande ce que ces femmes ont pu penser de l’approche moraliste de ce procès. Elle a brisé le cœur d’un homme en le quittant ? Peut-on lui reprocher ? Aurait-il fallu qu’elle passe sa vie à se morfondre ? Elle préfère mourir de maladie que de quitter un homme rustre qui lui rend la vie impossible. Sur ce point, j’ai quand même du mal à y croire. Je n’ai pas ressenti dans cette histoire une relation fusionelle avec Marc qui puisse amener à ce dénouement. Alors qu’elle a une fille qu’elle adore, comment peut-elle l’abandonner ? J’ai ressenti cet ultime procès comme un exercice d'auto-flagellation un peu malsain. On a tous à un moment de sa vie envie de faire le bilan mais dans cette histoire, c’est quand même beaucoup à charge contre Sarah, sans que ce soit vraiment justifié. J’en reviens aux luttes féministes : Sarah est quand même reléguée lors du procès à un statut d’épouse modèle qu’elle n’aurait pas respecté. Cette histoire étant écrite par une femme, j’avoue que cela me surprend et me trouble. Mais peut-être n’ai-je pas tout compris. En tout cas, merci pour ce moment d’introspection, même si je ne suis pas d'accord.
Publié le 03 Décembre 2016
5
Que c'est bien vu, que c'est bien tourné et le final si bien amené. Un grand bravo pour ce texte, pour le choix judicieux de le traiter sous forme de pièce de théâtre, on s'imagine chaque scène à la perfection. C'est précis, les dialogues et situations sont millimétrés, découpés au scalpel. Sur un sujet aussi "classique ", vous avez su vous l'approprier et en faire votre projet unique. En un mot : quel talent !
Publié le 19 Novembre 2016
5
Quelle sensibilité ! J'ai beaucoup apprécié la manière dont vous avez décrit la dépose de buée sur les carreaux de l'âme de Catherine. Une très belle écriture avec de très jolies phrases sur la mémoire et les souvenirs. Avec en particulier la dernière remarque, sur la page finale, entre Jean et Mina. Très bien trouvé ! Mon seul regret, cette histoire est trop courte. On aimerait rester plus longtemps avec ces personnages. Comment se comporte Jean quand il est avec sa femme ? Et Mina, d'où vient-elle ? Qui est-elle ? N’existe-t-elle que par sa relation avec Catherine ? En tout cas, il pourrait y avoir encore beaucoup de choses racontées sur ces personnages.
Publié le 12 Novembre 2016