Romain Lebastard
Biographie

J'adore lire, j'adore écrire. J'adorerais être lu !

Designer de formation, Arch est le premier roman que je termine, un peu éloigné de mes amours que sont la fantasy et la science fiction.

En espérant bon nombre de retours :)

Romain Lebastard a publié

Romain Lebastard a noté ces livres

5
Après la lecture du Projet Traumaless, je crois que je vais m'octroyer le droit à un long commentaire. Parce que ce bouquin correspond exactement aux styles de lecture que j'affectionne, et que de par mon métier qui touche parfois de près à l'IA, je trouve toutes ces problématiques très intéressantes. Sur la forme, c'est fluide, voire nerveux, très bien écrit, les grandes ellipses donnent l'impression que tout se passe en accéléré (quoi de plus normal quand on parle de l'humanité et de son échelle de temps ridicule). Les termes techniques sont très bien vulgarisés, sans surenchère particulière et avec une précision qui rend crédible le propos. Ce qui fait que même dans les domaine psychologiques et économiques ou je ne connais pas grand chose, j'ai pu comprendre votre cheminement. Mon seul regret (oui, il faut bien trouver quelques points négatifs :)) : la description du monde virtuel imaginé par Agnès manque de profondeur, j'aurais aimé savoir ce que ça fait d'être dedans, quelles sensations on obtient, quelles couleurs, tons, sons...etc. Après avoir plusieurs fois testé des applications de RV au salon de Laval Virtual, que j'ai trouvé bluffantes, j'aurais aimé savoir comment vous imaginiez un système encore plus poussé, loin des balbutiements actuels. Sur le fond, j'ai particulièrement apprécié le non-manichéisme que vous avez insufflé à votre histoire, chose pas forcément aisée quand on se risque à faire de l'anticipation. Il y a des choses bonnes, des choses mauvaises, mais surtout, des choses à prendre, voila la morale qui transpire de votre histoire, à travers des personnages très bien décrits (l'humain et l'émotionnel chez Kaufmann, la logique froide et efficace chez les mutants). Bref (ouf, je m'arrête), un excellent livre, qui trouvera sa place dans ma bibliothèque entre le Meilleur des Mondes, la Nuit des Temps et pas très loin de Fondation et sa psychohistoire. Vous nous avez livré une véritable réussite, bravo et félicitations pour votre nomination amplement méritée.
Publié le 13 Janvier 2017
5
Très intéressante vision de la psychologie humaine, comme d'habitude. Cette notion de résilience versus prise de conscience est pour moi le point culminant de votre réflexion (faites en une nouvelle entière, un roman, il y a une dimension extrêmement forte là-dedans), et je pense, à mon humble niveau, que la prise de conscience de ses fêlures n'apporte pas forcément une solution au problème. Bref, je ne vais pas continuer à disserter sur ce sujet. Je trouve que vous écrivez admirablement bien, comme d'habitude.
Publié le 12 Janvier 2017
5
J'espère que vous ne m'en voudrez pas si je ne joue pas le jeu des "longs commentaires truffés de billevesées et coquecigrues superfétatoires". Ceci étant dit, votre nouvelle m'a fait passer un excellent moment. J'y ai retrouvé comme un bout de Plateforme de Houellebecq, dans laquelle l'ingénue (?) Eucharistie, 15 ans et baby-sitter de son état, se fait régulièrement "enfricoter la figoulette" par Jean-Yves, 35 ans. J'admire votre maîtrise de la langue française, du rythme que vous savez insuffler dans vos phrases. Ce n'est pas donné à tout le monde de faire de la musique avec des mots. Bravo !
Publié le 09 Janvier 2017
5
On retrouve dans cette nouvelle toute le principe de la conclusion de la Fondation d'Asimov et son R. Daneel, quand la création devient créateur et inversement. Plus basiquement, l'oeuf ou la poule :)? Joli style en tout cas.
Publié le 05 Janvier 2017
5
Vraiment une très jolie histoire. Il y a comme du Signol dans les descriptions de la jeunesse à la campagne d'Huguette et Jacqueline: une vie rude et simple, mais heureuse (ou peut-être sont-ce les souvenirs des jumelles qui la rendent ainsi). Et cet escalier en toile de fond, véritable âme de la maison qui voit passer les générations, qui partage le destin des habitants de la ferme. Je vous le dis, ces 6 pages me donneraient envie de lire un roman tout entier de vous !
Publié le 03 Janvier 2017

Pages