Romain Lebastard
Biographie

J'adore lire, j'adore écrire. J'adorerais être lu !

Designer de formation, Arch est le premier roman que je termine, un peu éloigné de mes amours que sont la fantasy et la science fiction.

En espérant bon nombre de retours :)

Romain Lebastard a publié

Romain Lebastard a noté ces livres

5
Voila, c'est terminé. Il m'a fallu un peu de temps et de recul pour vous proposer un commentaire constructif, car tout m'a chamboulé dans ce livre, du fond à la forme. Honnêtement, je m'y suis repris à plusieurs fois pour rentrer dans l'histoire, je suis très classique dans ma façon de lire et un style qui casse un peu les codes, ça me bloque. J'avais l'impression au début de lire une succession de "punchlines" comme on pourrait en trouver dans des magazines psycho (excusez-moi d'avance pour cette comparaison qui deviendra très vite obsolète). Mais je me suis accroché, car je n'abandonne jamais un livre et je sentais qu'il y avait de la matière. Vinrent alors les premières fulgurances émotionnelles, celles qui prennent aux tripes car justes et précises. Le style, que je pensais si décousu, prend tout son sens quand on embarque avec Véro et qu'on suit son cheminement. Votre écriture n'est au final que le miroir de ses pensées et plus la vapeur s'inverse, plus ça se fluidifie, plus ça brille, plus ça nous libère. Bref, un grand bravo pour ce condensé d'émotions ! PS: Où avez-vous appris à maîtriser le zeugma de façon quasi professionnelle ? Il y en a à tous les paragraphes et ils sont assez incroyables.
Publié le 14 Mars 2017
5
Je déambulais tranquillement dans les allées de la FNAC quand je suis tombé dessus. Ni une ni deux, je l'ai acheté, évidemment. Quel bonheur de voir un auteur issu de mBS traverser l'océan éditorial pour venir s'échouer dans les rayons de librairie. Quant au contenu de l'objet lui-même, quelle belle histoire ! Beaucoup de subtilité et de douceur au milieu de la folie, des personnages forts (Serge est pour moi le plus intéressant, justement grâce aux descriptions extérieures que l'on en a), des sujets intemporels et des résonances passé/présent extrêmement bien ficelées. Bien que peu habitué au style épistolaire, j'ai énormément apprécié la première partie, qui se déroule avec fluidité et pose tranquillement les bases de l'histoire, là où la deuxième nous pousse dans une enquête haletante. En tous les cas, bravo pour tout ce que vous avez accompli jusqu'ici, c'est largement mérité ! Bonne continuation dans votre carrière d'écrivain.
Publié le 20 Février 2017
5
Ah, les ravages du travail dans nos sociétés actuelles : un thème inépuisable. Caustique à souhait, une chute inattendue, le tout enrobé d'une écriture fluide. J'ai passé un très bon moment de lecture !
Publié le 16 Février 2017
5
Evidemment que Nantes est une belle ville ! Et dans le cri déchirant d'un amour perdu, vous l'amenez en personnage secondaire de façon parfaite. Oui j'avoue, j'ai d'abord ouvert ce livre parce qu'il se passe à Nantes, ma ville. De la place Royale au Bouffay en passant par Commerce, vous avez su retranscrire cette ambiance si particulière de celle que vous appelez à la fin la ville jaune. Concernant l'histoire en elle-même, on a là une véritable introspection, ponctuée de poésie, de punchlines et de discours de poivrot, ce qui rend l'ensemble nerveux et pathétique (dans le bon sens du terme). Bravo, et au plaisir de vous croiser par hasard écluser une pinte au John Mc Byrne.
Publié le 15 Février 2017
5
Comme j'ai pu déjà le dire sur ce site, je suis un grand fan de SF, ce sont de loin les lectures que je préfère car comme pour la fantasy, je trouve qu'un univers inventé est déjà quelque chose de brillant en soi, encore plus quand il est maîtrisé. Et ici il l'est, indéniablement. Je n'ai pas eu de souci à me repérer où à comprendre quoi que ce soit, c'est clair, fluide et concis. Le tout enrobé d'un vocabulaire qui, s'il n'est pas pompeux, reste agréablement fourni. Mais alors, je rejoins Bri, par pitié, mettez-en plus :) ! On ne peut pas s'arrêter là dessus ! En tous les cas, bravo à vous.
Publié le 10 Février 2017

Pages