IPSO FACTO

78 pages de CHERY Romuald
IPSO FACTO CHERY Romuald
Synopsis

Ce recueil d’aphorismes met en scène quelques idées lumineuses qui ont traversées mon esprit à l’automne de ma vie.

Ce sont des réflexions personnelles fruits de mes observations et interrogations parce que je pense qu’elles peuvent être un enseignement profitable à tous.

Outil de méditation quotidienne, de sagesse? Peut-être! A vous d’en juger.

772 lectures depuis la publication le 28 Novembre 2017

Les statistiques du livre

  3114 Classement
  10 Lectures
  +51 Progression
  0 / 5 Notation
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

La question pour moi est, est-ce que derrière les portes ouvertes peut se cacher une curiosité, une réflexion ? Bien sûr ! Parfois. Parfois on peut y être sensible. Parfois on passe à côté. Tout dépend de l’angle de prise de vue, de la perspective qu’on veut bien y accorder. Par exemple, à propos de « Galope, cavale vieillesse, tes rides ne m’empêcheront pas de rêver », une phrase de Simon Pérès : « Si tu as plus de rêves devant toi que de réussites derrière toi, alors tu es encore jeune ». ps. Chaque phrase, réflexion, devrait être seule sur sa page, qu’on puisse s’y arrêter sans être tenté de lire celle qui suit.

Publié le 17 Décembre 2017

Bonsoir,
J'ajouterai aussi la psychologie.
Concernant la police utilisée, je vais de ce pas la changer pour que le texte soit plus lisible.
Toute ma reconnaissance! Je vous remercie énormément!!!

Publié le 30 Novembre 2017

"L’obscurité intellectuelle
Est le gouffre expérimental qui menace
Chaque instant de notre vie.
Et donc, apprends ! Va à l’école bonhomme ! "

1- Notez que dans cet aphorisme, je « tente » juste de rappeler que l’école en dehors de nous transmettre des valeurs, des savoirs …, de construire des apprentissages multiples, nous donne parallèlement des outils pour penser le monde, comprendre ce qui se trame autour de nous, démasquer les finalités du discours des uns et des autres. Oui ! N’est-ce pas merveilleux d’avoir un enseignant qui vous pousse à avoir votre propre vision du monde ? Faudrait-il encore comme vous semblez le souligner que ce dernier soit dans une éthique pédagogique, une posture intellectuelle, etc… quant au contenu qu’il veut délivrer ? Cela nécessite qu’il accepte de mettre de côté son égo, … qu’il ne vienne pas faire sa propre propagande idéologique,… que sais-je encore ? Ce qui souvent n’est pas gagné ! En tout cas, ce qui me semble intéressant c’est l’épanouissement, l’autonomie, la liberté, l’éclairage que l’école peut apporter à l’individu. Et donc non, je n’ai pas dit que l’école était une fin en soi !

2- Alors, pour la police du texte, j’ai lu également votre commentaire. Maintenant, si j’ai choisi cette dernière c’est par souci artistique, poétique, voir esthétique et par rapport à ce qu’elle dégage émotionnellement et le lien avec le discours philosophique tenu dans cet ouvrage. Je la trouve plutôt chaleureuse, reproduisant une écriture faite par une main humaine. Notez que les polices proposées dans les outils Word, Exel, etc. peuvent parfois être froid, mécanique, anonyme pour certains contexte d'écriture. Je voulais juste revenir à cette poésie de la vie, à ce qui a de vrai. Mais, j’entends qu’elle peut ne pas plaire à tout le monde du fait qu’elle n’est pas forcément lisible. Mais, j’assume librement ce choix, et je pousse le lecteur à ne pas se décourager.
Qui plus est, si j'interviens pour changer la police de ce texte, je risque de remettre à zéro le compteur relatif au classement.

Publié le 30 Novembre 2017