Je ne ferai pas mieux que mon père

42 pages de J. Druinaud
Je ne ferai pas mieux que mon père J. Druinaud
Synopsis

La fin du monde est pour demain et je n'ai pas encore de plan pour la soirée. Passer la fin du monde en couple ? Et pourquoi pas avec ma mère ? Vous avez d'autres idées ? Non parce que moi sinon, je vais en avoir pas mal à vous faire partager…mais rien ne dit qu'elles seront bonnes…et vous n'aurez jamais la vedette…Par contre, vous croiserez la route de Gonzague Langlois, anti-héros moderne, qui de près ou de loin vous fera penser à vous (bonjour l'ambiance !).
L'aventure continue sur :
www.gonzaguelanglois.com

6234 lectures depuis la publication le 01 Mars 2014

Les statistiques du livre

  971 Classement
  36 Lectures
  -86 Progression
  4.2 / 5 Notation
  28 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
alléchant
Publié le 24 Juin 2016

Wikipedia par-ci, wikipedia par-là, j'en ai vite eu ma dose, désolée. Dommage, sans cela, l'histoire, l'humour, me plaisaient assez...

Publié le 06 Mars 2015
3
fab
Et depuis, on a retrouvé l'amour après le divorce et les fausses prévisions d'apocalypses ?... Journal tonique, quoi qu'il en soit, et plein de bonnes trouvailles, même si certaines ne s'inventent pas (« passive de province »...) ! Quelques réserves sur le côté un peu cartoon de ce Céline/Beigbeder en goguette, mais je suppose qu'il faut bien savoir vivre. Lecture néanmoins sympathique !
Publié le 28 Juillet 2014
4
Dans le genre nouveau roman du XXIème siècle... un héros cynique, désabusé qui attend la fin du monde en déambulant dans les soirées parisiennes... on se laisse embarquer dans ses virées nocturnes...
Publié le 13 Mai 2014

Un grand merci à Paul Lambda, Comte, Anna K, Marius.Bonfeu, Julien Cacahuète, et Claire Marine pour vos encouragements et vos critiques, je vous aime déjà...!

Publié le 08 Avril 2014
5
Cool je note 78%
Publié le 19 Mars 2014

Cher lecteur,
Tu viens de finir Je ne ferai pas mieux que mon père (ou tu es en train de le lire mais ce message te concerne aussi t'inquiète!) et tu as kiffé ce premier rendez-vous ? Tu as un goût de trop peu en travers de la gorge ? Au point de trouver fade le carnet mondain du Figaro ? De ne plus avoir goût à rien ? De te sentir seul au monde ? Alors rassure toi, ce prémisse d'amitié peut encore partir sur les autoroutes de l'amour... Pour une raison qui m'échappe, le format du roman s'adapte mal au support de Monbestseller.com, bref pour la faire courte, tous les portraits wikipédia développés à l'infini existent sur le site www.gonzaguelanglois.com, avec en plus, des textes inédits, le courrier des lecteurs, des horoscopes chinois pour prédire ton avenir, et des liens de liens de liens de liens, tu vas trouver ton bonheur, t'inquiète ! ... On pourra même devenir copain sur Facebook (@Gonzaguelanglois), cracher notre bile contre cette société sur Twitter (@Gonzaguerie) et j'en passe, et si tu insistes, tu auras même ton propre portrait wikipédia sur le site de Gonzague... Allez insiste ! Non mais vraiment !

Publié le 10 Mars 2014

Acide, désopilant, cyniquement moderne !

Publié le 04 Mars 2014
5
Excellent roman ! Très drôle, de la dérision de bout en bout. Il se lit d'une traite, le temps d'une soirée, sauf si l'on s'attarde à cliquer sur les liens qui ponctuent les portraits wikipédia des personnages, alors là on peut y passer la nuit !! car le héros de l'histoire, Gonzague Langlois, a un site internet dédié, où l'on retrouve un grand nombre de définitions qui complètent le roman. On flirt parfois avec une ambiance beatnik un peu trash, mais finalement on revient toujours au rire, salvateur ! A lire sans modération !
Publié le 01 Mars 2014
5
Roman jubilatoire, un peu trash, facile à lire (en plus c'est court), typiquement parisien et pré-apocalypse maya. On plonge dans la tête d'un Gonzague Langlois, loser pathétique et même pas flamboyant, quelques heures avant la fin du monde. L'auteur doit être un arrière petit cousin bâtard d'un Frédéric Beigbeder victime d'une gueule de bois au gros rouge. Il y a des phrases qui claquent à porter sur des tee-shirts de blondes à forte poitrine, des listes, Louise Bourgoin, il y a même des liens interactifs vers un site dédié qui en fait un roman 2.0, on rit jaune ou noir mais on rit ou on ricane, c'est bien foutu et à recommander à toutes les femmes qui veulent vraiment, mais vraiment savoir ce qui se passe dans la tête de leur mec (présent futur ou passé (avant de devenir lesbiennes)), à tous les intermittents du spectacle, aux désœuvrés dépressifs aux terrasses de café et aux esclaves du métro boulot dodo qui cherchent à se réconforter en se sentant moins seul et minable. "Je ne ferai pas mieux que mon père" vaut qu'on s'y arrête 63 minutes (le temps de le lire en matant la météo de Canal Plus). On attend la suite avec impatience ("Je ne me ferai pas ma mère" ?).
Publié le 01 Mars 2014
J. Druinaud
Biographie
Recommandé par notre partenaire

Que fait-on quand on apprend qu’on va vivre le dernier soir de sa vie ? La promesse est alléchante. Julien Druinaud répond : Rien. Enfin, rien d’autre que ce qu’on fait un samedi soir ordinaire quand on a 30 ans et qu’on vit à Paris : manger de la pizza avec un pote, écumer les soirées en chasse du plan cul, se saouler jusqu’à en être malade. L’auteur dresse un portrait d’une génération Houellebecq version ado, décadente, désoeuvrée désenchantée que la perspective d’apocalypse n’ébranle en rien. Le style est alerte, l’autodérision décapante. Et l’ennui qui suinte des personnages désespérant. 

A lire dans les actualités