L'horreur de vivre

106 pages de Josselyn Pagliarini
L'horreur de vivre Josselyn Pagliarini
Synopsis

Essai philosophique proche de Cioran (2010).
Le second livre de la trilogie.

« La vie n'a jamais eu besoin de mobiles pour justifier son existence. Du reste, depuis son apparition, seul l'être humain s'est enquis de la légitimer. Ainsi naquirent les croyances et les fausses valeurs : profusion d'absurdités néanmoins salutaires pour le commun des mortels face à cette odieuse réalité qui défie si bien notre bon sens qu'elle en nie même l'utilité. »

- Livre complet -

2595 lectures depuis la publication le 28 Mars 2013

Les statistiques du livre

  1413 Classement
  27 Lectures
  +227 Progression
  2.6 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
1
Excusez moi, j'ai oublié de vous remercier pour votre étoile dont je n'ai nul besoin, aussi permettez moi de vous la rendre.
Publié le 27 Février 2019
4
Volontairement plus désespéré que le premier livre. Plus expérimenté aussi, et dans un ordre qui se veut cette fois chronologique. On va toujours vers nulle part, ou plutôt, on tente d'explorer le Gouffre dans la continuité du précédent en y mettant quelques formes moins poétiques mais plus lyriques.
Publié le 11 Janvier 2017

@lettret
Comment pourrais-je argumenter ?
Votre commentaire est trop vague à mon goût.
Je suis dans la provoc, je ne le nie pas, mais pour ce qui est du "juvénile", je vous renvoie à la page 81.

Publié le 16 Décembre 2016

@ josselyn pagliarini
dévier le sujet sur l'écriture d'un autre est vieux comme le monde , mais infantile ... ça contourne les critiques !
Pourquoi dites-vous par ailleurs que cet écrit sert à vous faire détester ?
Vous êtes encore dans la provoc juvénile...

Mais puisque vous y tenez , j'en suis à mon deuxième essai , qui va sortir incessamment ...ailleurs

Publié le 15 Décembre 2016

@lettret
Mais cessez de dire que c'est désordonné : c'est dans l'ordre chronologique ! Je ne me cache pas derrière un "système" qui n'aurait pas de sens...
(Oui, j'avoue, j'ai un peu oublié de mettre quelques dates supplémentaires histoire qu'on comprenne un peu mieux...)
Bref, je ne peux pas être génial tout le temps.

Et sinon, qu'est-ce qu'il a écrit le gros malin super expérimenté ?
Rien, tu m'étonnes...

Publié le 15 Décembre 2016

"ces propos ne sont pas à mettre entre toutes les mains" n'est pas un argument de réponse mais une suffisance !
j'en suis à la page 19 et je suis assez d'accord avec gilles brancati : on a du mal suivre la cohérence de votre réflexion . Par ailleurs , cette dernière , bien que quelquefois brillante , est assez confuse et inégale , manquant d'expérience suffisante , de patience et de hauteur ; ça rend votre écrit souvent pénible à lire , même si on sent du talent derrière .
Le sujet est intéressant, mais un peu dispersé et redondant ,... pour l'instant .

Publié le 14 Décembre 2016

@gilles.brancati
"Ces propos ne sont pas à mettre entre toutes les mains."
Merci

Publié le 04 Novembre 2016

@gilles.brancati
"si on a lu Schopenhauer, Nietzsche, Cioran, Jaccard et qu'on adhère."
Je ne pense pas que cela soit nécessaire.

Publié le 04 Novembre 2016

@desespom En effet... Bien vu.

Publié le 04 Novembre 2016

@ Josselyn- Pagliarini
Un oubli à oubli page 23 ou 24.

Publié le 22 Septembre 2016

Ces propos ne sont pas à mettre entre toutes les mains. Chanter chaque jour un hymne à la vie est avant tout une conjuration de la mort. bref, votre propos est bien entendu très intéressant si on a lu Schopenhauer, Nietzsche, Cioran, Jaccard et qu'on adhère.

Si je peux m'autoriser un reproche c'est le désordre de votre rédaction. On entend bien votre cri, on a plus de difficulté à comprendre la cohérence de votre réflexion.

Publié le 17 Novembre 2014

T'as raison, Sophie, il vaut mieux ignorer les gens comme moi.

Publié le 14 Octobre 2014

J'ai parfaitement compris votre propos. C'est pourquoi je ne vous ai pas lu au-delà de la première page.

Publié le 10 Décembre 2013