d'Entrage

d'Entrage a noté ces livres

5
Si je ne connaissais pas Monbestseller, je connais bien Jean B Jouteur pour les textes qu’il écrit dans le cadre du théâtre participatif. Découvrant « Errances d’un pantouflard » je comprends mieux maintenant son implication dans le domaine de la prévention, notamment dans celui des addictions et des conduites à risques. Tout d’abord motivé par la curiosité, celle de connaitre mieux une personne avec qui je n’entretiens que des rapports professionnels, j’ai finalement lu ce livre d’une traite, ne lâchant ma tablette qu’une fois cette ultime phrase de l'ouvrage lue : « L’histoire ne s’arrête pas là, un autre chapitre commence. A bientôt peut être ». Je ne voulais pas que ça s’arrête. Ou plus précisément, j’aurai voulu que l’autre chapitre succède immédiatement au premier. Je me suis attaché à ce « Condor », à cette façon à la fois pudique et intime qu’il a de raconter. A cet humour teinté de tendresse et souvent d’émotion qui n'est jamais loin. A cette candeur camouflant un sens aigu de l'observation et de l'analyse. Certaines situations sont très fortes, même dures parfois. A ce sujet je n’ai pas pu m’empêcher de penser : « Les années ont passées, heureusement qu’il y a prescription ». Bon, il y a toujours l’appellation "autobiographie romancée". Tout parait tellement vrai, tellement proche, que j’ai eu l’impression de d’accompagner le narrateur dans cette communauté, sur la selle en cuir de sa « Bufflette » . J'ai même ressenti la présence de cette si étrange Dahlia, une jeune femme éthérée au nom de fleur qui fait rêver mais qui effraie un peu, lui, comme nous. On sent l’amour qu’il lui porte, un amour qui tient presque de l’irréel. Comme s"'il s'agissait d'une fée inaccessible. J’avais 8 ans lorsque Jean Benjamin a vécu ces « Errances ». J’ai découvert un univers que je ne connaissais pas, une époque aussi que j’ignorais. Pour moi, les hippies, ça se limitait à quelques films ou comédies musicales dans le genre de "hair". Cheveux longs et idées courtes, je me rends compte que c'était bien plus que ça... C'était un idéal de vie. Pour résumer, un livre que j’ai vraiment apprécié et que je relirai. Si possible un exemplaire papier dédicacé par l'auteur. j’espère que la suite viendra vite. Je veux en savoir plus sur ces errances d’un gars pas si pantouflard que ça.
Publié le 06 Juillet 2020