Filippo Fuchs
Biographie

Petit extrait :
L’instant suivant il était de retour avec un mortier dans lequel il venait de pilonner différentes graines dont il ne prit aucun soin de noter la composition. Puis il mit bien à plat le livre, saisit du bout des doigts une pincée de la poudre magique, la souffla au-dessus du livre et dit :
– Podi yoka sakti vara mimalni miru cercukondi.
Dans la seconde qui suivit la formule magique, bondissant du livre, un splendide centaure hébété apparut dans le laboratoire de maître Abrac Adabra. La partie humaine affichait un torse sculptural, de larges mains et une longue chevelure tandis que la partie animale se composait de quatre pattes musclées se terminant aux extrémités par des sabots, et d’une queue composée d’un crin brun et long.

Filippo Fuchs a noté ces livres

5
Bonjour @Trisha E. Je viens de terminer votre roman. En 1943 René Barjavel avait imaginé une panne d'électricité qui paralysait le monde. Ce qui nous pend au nez est sans doute bien pire et sans que cela se passe d'un seul coup, aussi brusquement que dans votre histoire, nous glissons sans doute vers quelque chose d'analogue : la hausse des températures et des océans, des flux migratoires vers les terres les moins hostiles, des terres de refuge. Mais sommes nous capables d'inverser l'histoire ou simplement de retourner à la charrue en délaissant nos ordinateurs?La famille Pelletier a bien de la chance dans son malheur et ce roman pourrait être le début d'un manuel de survie. En tout cas, s'il n'est pas prophétique (espérons), il traite d'un sujet qui, malgré qu'on l'ait sous les yeux, laisse encore trop insensible. Chirac disait : la maison brûle et on regarde ailleurs.
Publié le 11 Mars 2019
5
@Sylvie ETIENT Ayant œuvré pour l'apparition de cette catégorie feuilleton, je suis heureux d'y voir naître son premier enfant. Je vous souhaite un lectorat fidèle et de la constance quant à la livraison de vos épisodes dont j'ai lu les deux premiers. J'attends la suite, afin d'en savoir un peu plus sur ces problèmes de riches… dont j'imagine qu'ils sont un pastiche de notre société. Cordialement FF
Publié le 06 Février 2019
5
Bonjour @FANNY DUMOND Me voici retourné en enfance avec vos histoires. Un petit goût de bibliothèque rose et verte. Comme je surnomme Gene Gene-Agatha, il va falloir que je vous affuble du surnom de Fanny-Enid… (Fanid) À elles deux, elles cumulent plusieurs milliards de lecteurs, je vous en souhaite autant ! FF
Publié le 04 Février 2019
5
Théâtre de l'absurde, j'adore.
Publié le 08 Janvier 2019
5
Bonjour @Boris Phillips C'est très succulent et, évidemment, instructif de lire ces pages. Très vite on a en tête Le Nom de la Rose et donc les images se plaquent aisément sur les mots… quand bien même certains mots nous sont devenus – lecteurs peu instruits que nous sommes – presqu'étrangers. Mais, distillés avec une dose précise, le nectar, dans sa petite fiole, passe très bien. Dans un genre Gothique, j'avais lu, il y a quelques années, Le moine, version Antonin Arthaud, qui mettait en avant le discours vertueux et le comportement de ceux qui tiennent ces discours, parfois en décalage, pour ne pas dire plus. Mais la vertu peut-elle être ailleurs que dans le discours? Cordialement FF
Publié le 21 Décembre 2018

Pages