Interview
Le 27 sep 2017

Pourquoi j'écris (6)

Planter un arbre. Faire un enfant. Ecrire un roman. Les trois trucs à faire avant de mourir, paraît-il, pour se dire "j'ai réussi ma vie !" C'est ce qu'a lu quelque part et m'assure ma copine Sophie en rentrant à pied un soir du lycée.
Ecrire un roman avant de mourir...Ecrire un roman avant de mourir...

J'ai quinze ans, seulement, d'amour et confiance en moi. Je ne me rends pas compte de la force ni de la profondeur des mots, images, émotions que j'enregistre, ou n'ose pas ! En plus je déteste lire... "Lire, c'était ne pas bouger, ne rien dire, ne plus rire. (...) C'était avoir le corps triste, presque mort. C'était disparaître encore. S'enfermer dans un livre, c'était perdre la couleur et le son, toutes les formes de joie et leurs explosions, l'extinction des feux et de la lumière. Lire, ça voulait dire que la vie se tait, que l'amour s'arrête." – A l'instant même où l'on bouge.

Alors Ecrire, imagine !

Et puis à quinze ans, moi je danse ! Je vais au lycée et le reste du temps je m'entraîne pour intégrer l'Opéra. Mes semaines sont remplies d'autres lignes à former qu'à travers ce talent de plume là, si statique, silencieux, pas pour moi. Je vis et transpire dans un autre monde, je ne réalise pas que Sophie vient de déposer, ou plutôt d'activer dans ma tête, et ma vie toute entière, l'idée impensable, le rêve inimaginable car complètement refoulé d'être tout ce qui me plaît. De m'en foutre, m'amuser à oser, essayer, devenir, par-delà les jugements, les limites, ce p... de perfectionnisme ! Je ne sens pas le choc impalpable car inaccessible encore en moi qu'elle vient de produire, l'émergence de la possibilité du possible, l'alternative d'être heureux, pourquoi pas talentueux. L'idée d'être immense, dans le monde, dans la danse. D'être libre...

Juste de Faire et d'Ecrire.

Trois mesures et très artistiques décennies plus loin, pas de graine d'enfant ni d'arbre planté encore dans mon petit nid d'amour parisien, 46m2, sans balcon ni jardin, mais un livre, quelques pirouettes de vie accomplies puis monBestSeller et sa série d'articles Pourquoi j'écris ?, je réalise qu'Ecrire un roman est de la liste de Sophie l'acte qui m'a le plus impactée, inspirée, ressemblée sans doute intimement. Que j'ai le plus enfoui, camouflé, oublié du coup et aussitôt dit dans un coin de mon cartable et de mon inconscient. Car vachement trop balèze attends, faut être super bon, un bouquin c'est réservé aux intelligents ! Ou pour mieux l'emporter peut-être, précieusement. Le truc entre tous qui m'a attendue, là, dedans, patiemment.

Trois mesures durant lesquelles j'évolue timidement de la danse aux mouvements de caméra. Puis du cinéma, ses plateaux aux coulisses du scénario. Puis de mes films, leurs histoires à l'amour de mes personnages. Puis de leurs vies à la mienne, mes envies, mes bonheurs, mes besoins. Bref mes grandes lignes. Pour compléter, enfin, celles qu'esquissent mon corps ou mes travellings par celles qui secrètement font battre mon cœur et ses élans d'écrire. Pour me remettre en phase, en phrases et mystérieusement à lire... "Petit à petit puis plus gros ouvrages, elle retient le chaud, leurs nouveaux et jolis messages. Elle tourne des pages et mésaventures, enveloppée dans la chrysalide de plus en plus vaste de ses lectures. (...) Rien que des copains, des copines et des paysages sur mesure. (...) Elle comprend qu'elle est libre en même temps qu'à l'abri. Que sa famille est partout et qu'elle s'agrandit.

Je comprends que c'est pour ça, pour cet endroit-là dans mon ventre et le monde, immensément chaud, immensément calme, immensément tout, que j'écris.

Et qu'avec plaisir aujourd'hui je lis !
C'est pour me sentir simplement ensemble, un peu en famille.
Ne plus rester loin, juste avant ou derrière. Pour être dans la joie, dans la danse, dans la mienne.

J'écris pour oser. Me montrer que ce n'est pas si terrible. Que ce que l'on sent ou l'on rêve de soi est possible.J'écris pour planter mon arbre.
Faire grandir mon enfant.
Murmurer que le but est de s'en foutre, s'amuser, essayer. Par-delà les jugements, les limites et bien sûr ce p... de perfectionnisme devenir son héros, son roman. Devenir vivant.

"Bienheureux celui qui, ayant appris à triompher de toutes les passions, met son énergie dans l'accomplissement des tâches qu'impose la vie sans s'inquiéter du résultat. Le but de tout effort doit être l'action et non ce qu'elle donnera. Ne sois pas de ceux qui, pour agir, ont besoin de ce stimulant : l'espoir de la récompense."

Sacré Beethoven ! Comme quoi lire, même le bout d'un programme, quelque chose quelque part comme le faisait Sophie, quelques notes extraites d'un carnet intime un mardi soir à la Philharmonie de Paris, peut vous lever les poils et les dernières lignes toute sincères d'un article. Car j'écris un peu pour les mêmes raisons que Ludwig, celles-là mêmes qui m'ont portée aussi, sourdement mais sûrement à devenir Coach de Vie, d'Amour & d'Accomplissement...

J'écris pour Vivre et pour Rire, pour m'autoriser.
Pour être infiniment Libre avant d'être douée.

J'écris pour nous rassurer tendrement sur la vie, le talent, la beauté que nous avons tous, à Egalité.

J'écris pour toucher, câliner, consoler.
J'écris tout bêtement pour Aimer.

Vera Seret

 

 

 

15 CommentairesAjouter un commentaire

@Vera Seret. Je dis ce que je sens , ça a marché deux fois...Mais ce n'est pas une raison pour me donner les couleurs des coquelicots ! Vos mots sont rares toujours, c'est cela qui vous distingue de la pâleur des jours et de l'incandescence des nuits. Vous êtes sur la bonne voie et vous le méritez. Je vous embrasse par internet. Gérard

Publié le 03 Octobre 2017

Cher, non, précieux Gérard @BOSSY.
Comment vous le dire ? Comment vous le dire sans que cela paraisse ici exagéré, intensifié, gentil exprès ?... Vous me portez. Vous me soulevez. Vous me faîtes danser la confiance, la joie et me sauvez le coeur qui doute de lui, son avenir, de savoir aimer bien et l'écrire, encore, parfois. Et ça n'est pas la première fois que vous me faîtes ça ! ;-)
J'ai découvert votre commentaire cette nuit avant de dormir et je me suis sentie, comme je le dis dans ce petit article, simplement ensemble, un peu en famille. Vous m'avez manqué, moi aussi j'étais ailleurs, pas très loin mais très occupée. Vous m'auriez manqué, votre présence rien qu'en ligne me fait tellement chaud et sourire !
Merci du fond du coeur Gérard pour vos compliments, vos encouragements et vos prophéties de décembre. J'écouterai bien, c'est promis. Et je vous verrai peut-être, enfin, oh oui oh oui !!
En attendant je vous embrasse et continue de danser avec vous et vos mots. Je ne vous lâche pas et vous dis à bientôt...
Amicalement.
Vera

Publié le 03 Octobre 2017

@Vera Seret. D'accord, j'ai disparu depuis un moment du site, mais ce n'est pas ma faute. Je reviendrai.
Vera est certainement la plus jolie, la plus sensible, la plus attachante d'entre nous.
Parce qu'elle " écrit pour aimer ". C'est la plus belle définition affichée sur ce site. C'est pourquoi elle atteindra les sommets, comme Mel/Cathy, comme Pascale, nos chéries 2015 et 2016. Elle va nous faire deux pas de danse sur les pointes, une pirouette puis nous regardera de ses deux yeux pointus, joyeuse, enthousiaste, coach caracolant pour aider les gens à vivre. Comment ne pas bouger à l'instant même où l'on bouge ? Ça va bouger, Vera, à La Réunion de fin décembre. Écoute bien le discours du monsieur qui va glisser négligemment ton nom entre deux compliments amicaux, coach lui aussi à sa façon pour avoir aidé, encouragé, poussé vers les éditeurs ceux d'entre nous qui le méritaient le plus, qui n'écrivaient pas pour la gloire, l'argent, mais tout simplement pour aimer.. J'ai déjà commandé ton livre à La Martinière, oui oui.
En avant toute, Vera ! Et n'oublie pas de danser...Révérence de BOSSY

Publié le 02 Octobre 2017

Bonjour et Merci cher @Yazhnarb MHTi de vous être penché sur mon petit article et pour votre commentaire. Enchantée ! Et oui c'est Waou d'écrire, c'est sacrément libre !
J'ai lu et retrouvé cette sensation dans votre message. Peut-être parce qu'elle me manque depuis un moment. Peut-être parce qu'il est grand temps que je démarre l'écriture de mon second roman...
Quoiqu'il en soit, merci et au plaisir de se suivre ici.
A bientôt.
Vera

Publié le 02 Octobre 2017

Merciiiiiiii @Brian B. Merrant !
C'est étrange ce sourire qui m'éclaire chaque fois que je vous lis cher Bri...
Merci pour vos mots délicats et forts à vous surtout ! Evidemment que je souris, comment faire autrement !!
J'attends votre témoignage avec impatience maintenant. Et vous embrasse très sincèrement en attendant.
A tout bientôt...
Vera

Publié le 02 Octobre 2017

Rien à dire! Effectivement en écrivant, on peut avoir un ami à sa convenance, une vie dont on rêve... l'utopie même d'être parfait un instant, d'être un dieu. Bref Ecrire, c'est tout simplement... Wahou!!!
Merci pour le zèle, pour le fait de revivre ce moment où l'on se dit: POURQUOI EST-CE QUE J'ECRIS BON SANG??? Merci

Publié le 30 Septembre 2017

Un témoignage fort et bouleversant, oui, n'ayons pas peur des mots. D'ailleurs vos mots, même ici et encore, inspirent et portent. Toujours empreints de cette délicatesse qui nous pousse à vous lire. Et de l'émotion, toujours.
Merci beaucoup de vous être dévoilée ainsi chère Vera

Publié le 29 Septembre 2017

Merci encore chère @Anne-Marie Bougret pour vos mots encourageants ! Et à tout bientôt pour d'autres échanges...
Vivement et chaleureusement.
Vera

Publié le 29 Septembre 2017

Merci @lamish pour votre joli message. Pour vous avoir lu aussi, et pour connaître votre sincérité, c'est toujours une belle surprise de vous lire. Votre présence m'aurait manquée pour tout vous avouer !
Je profite de cet échange pour vous dire que je me suis permise de faire figurer sur mon Site (www.veraseret.com), en ligne depuis quelques jours, votre long témoignage sur mon roman. Ce de manière anonyme bien sûr et parmi d'autres vrais retours. Vous y êtes chez vous...
Une double occasion donc pour moi vous remercier et vous embrasser.
Vous souhaiter une bonne soirée et un beau WE, Michelle.
Très sincèrement.
Vera

Publié le 29 Septembre 2017

Cher @zorg83.
Merci pour votre commentaire, troublant, auquel j'ai envie de répondre comme ça, spontanément et tout simplement que... Les gens mauvais ça n'existe pas !
Et d'ajouter deux super phrases qui ne sont pas de moi mais qui me tiennent bien chaud quand je doute, j'ai peur, tout ça... :
"Ca n'est pas pares qu'on n'est pas Mozart qu'il faut s'interdire de jouer du piano" - Marc Levy.
"Ca n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles" - Sénèque.
Les petites phrases mais grandes aides sont partout. Et je me joins à elles pour vous remercier à nouveau.
Bien sincèrement.
Vera

Publié le 29 Septembre 2017

Merci tout plein @Isabelle Lestine pour votre touchant commentaire. Et vos mots à vous également fluides, choisis, si doux. Avez-vous pensé à écrire chère lectrice ? ;-))
Il semble que vous sachiez déjà. Semble seulement... à moins que votre envie soit là ? C'est elle qui rend les choses faciles en vrai, même quand elles ne le sont pas !
Peu importe pourvu que l'on s'amuse et que l'on partage. Je vous remercie donc et encore pour votre joli message.
Sincèrement.
Vera

Publié le 29 Septembre 2017

Pour vous avoir lue et beaucoup appréciée, je vous retrouve dans ce "Pourquoi j'écris" sensible et vibrant d'émotions. Merci et belle journée, Vera. Amicalement. Michèle

Publié le 29 Septembre 2017

Merveilleux texte de Véra Seret qui m'incite à lire son livre.

Publié le 29 Septembre 2017

j ai lu très vite
j ai "envie" d'écrire
j'en ai peur
peur de ne pas y arriver
peur d'être mauvais
et , là, je me demande pourquoi:
pourquoi avoir envie d'écrire ?

pourquoi en avoir peur ?

cela fait longtemps que je vois plus ma psychothérapeute préférée, une femme adorable .
Elle ne pourra donc pas m'aider .
point.

Publié le 27 Septembre 2017

Je retrouve la douceur et la profondeur de vos mots. Leur importance aussi, tant ce que vous écrivez devient presque évident et semble facile. Semble seulement... Bravo pour ce joli témoignage.

Publié le 27 Septembre 2017