Mon père au loin

53 pages
Extrait
de Martine Gercault
Mon père au loin Martine Gercault
Synopsis

Intimiste, non linéaire, "Mon père au loin ", à travers une prose poétique et envoutante suit les courbes du passé sur le mode
du « Je me souviens ». Si la voix prédominante est celle d’Ariane, on rencontre aussi, en contrepoint, celle de son père, dont seule est vivante la mémoire de l’Occupation et de la Shoah, tandis que celle du présent se délite. Les descriptions, vives, impressionnistes, évoquent la vie riche et multiple de cette femme enthousiaste, parsemée de voyages qui la conduisent de Paris à Jérusalem, de la Toscane à Santa Fe, de l’Inde au Brésil, toujours en quête d’elle-même, de l’autre et du monde. Aussi douloureuse que soit cette exploration d’un passé clair-obscur, Ariane la sublime avec humilité, en pleine conscience.

3850 lectures depuis la publication le 09 Janvier 2016

Les statistiques du livre

  454 Classement
  86 Lectures
  -8 Progression
  4.9 / 5 Notation
  31 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

24 commentaires , 15 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Raymonde Bauer
Bonsoir Raymonde,
Je suis désolée de mon retard à vous répondre. Comment vous exprimer combien la qualité de vos mots m'a été douce. Je suis toujours heureuse de toucher le cœur de mes lecteurs. C'est avec joie que je vous ai lue. Le texte dans son intégralité peut être acheté sur Amazon en version Kindle et papier.
Je vous souhaite une très belle fin d'été, riche en découvertes multiples.
Bien à vous.

Publié le 17 Août 2016

Voici un ouvrage brillant et sensible.
Celui d'une femme évoquant, sans jamais le juger, son défunt père, au travers des méandres des liens qui les unissent à jamais.
Ce livre m'a touché en plein coeur, par le ton de la confidence où sensibilité et pudeur se mêlent avec profondeur et délicatesse à tous les questionnements, les doutes, les manques de cette femme mûre en quête de vérité, et de paix intérieure.
L'auteure m'a emportée avec fascination dans son récit, à la fois par la richesse d'analyse, la finesse et la subtilité des sentiments, ainsi qu'un chemin de vie de l'héroïne personnel et familial extrêmement émouvant et remarquable.

Publié le 03 Août 2016

@Berthe
Votre commentaire en peu de mots me réchauffe le cœur. Du reste, tous les lecteurs qui ont déposé ici des avis, me portent dans cette aventure délicate, exaltante et aussi difficile qu'est la posture d'" écrivain". Me dévoiler m'a demandé du temps, vos encouragements ont été des baumes sur cette voie souvent délicate.

Publié le 11 Juin 2016
5
Livre exceptionnel dans une écriture très très pro Magnifique et si émouvant et si vrai Dire bravo est faible. Vous méritez d'être connue
Publié le 11 Juin 2016

@Dayrel
Bonsoir, comment ne pas être touchée par votre si joli commentaire emprunt de sensibilité.
C'est toujours un bonheur de sentir que " Mon père au loin " émeut et touche le cœur des lecteurs. N'est-ce pas la vocation d'un livre de pourfendre les glaces ?
Merci à vous pour votre lecture attentive.

Publié le 09 Juin 2016

@GENE FRED

Bonsoir Gene Fred, merci pour votre lecture et votre appréciation de mon livre. Non Deepak n'est pas Chopra, mais je le connais car j'ai suivi un de ses séminaires en Californie.
Cet extrait vous a-t-il donné l'envie de lire le livre dans son intégralité ?
Belle soirée à vous.

Publié le 08 Juin 2016

@Martine Gercault,
Le roman offre un vrai plaisir de lecture avec sa myriade de souvenirs et de personnalités. En Inde, j'ai aperçu Deepak. Est-ce Chopra? Le titre du roman est fort parce qu'il dit d'une situation que nous sommes nombreux à avoir connu sous des modes différents.
L'écriture est très belle.
Cordialement,

Publié le 08 Juin 2016

Un régal de fraîcheur

J'ai relu ce livre et décidé de le commenter à nouveau.
Ce roman est un hymne à l’amour et à la vie. Ariane, l’héroïne nous emmène dans une ronde d’émotions où s’entre-mêlent les souffrances et les désirs du présent et du passé. Les thèmes nous concernent tous: le tragique de l’histoire, de la maladie (Alzheimer), et l’amour - souvent muet- qui unit les êtres. Mais c’est le style, vif et poétique à la fois, qui permet au lecteur de ‘voyager’ dans les replis de l’inconscient. L’élégance musicale de l'écriture m’a charmé et touché.
Je l’ai relu d’une traite, bouleversé par la profondeur qu’il dégage. Lisez-le et laissez-vous emporter.

Publié le 30 Mai 2016

@ Charles Carter
Un grand merci, Charles, pour votre commentaire élogieux sur MBS et sur Amazon. J'en ai été très émue. Émue également de lire que votre père vous a été soustrait alors que vous étiez enfant. Quelle blessure.
Votre livre est sur ma tablette. Je l'ai parcouru, et souhaiterais partager avec vous autour du PTSD (syndrome de stress post traumatique). Je vais lire " En coulisses", disponible, et en prenant le temps, ces prochains jours. Nos intérêts communs et votre recherche m'interpellent.
J'aimerais pouvoir échanger avec vous par mail autour de certains points. Vous trouverez mon adresse sur Google à mon nom. J'ai cherché la vôtre sans succès.
À très bientôt et joli week-end.

Publié le 23 Avril 2016

@ Dominique Trotignon
Merci, Dominique, pour les qualificatifs dont vous parez Ariane, l'héroïne de mon livre. C'est l'amour inextinguible qui la guide dans le labyrinthe. Sans cet élément essentiel qui la porte, toutes ces années eurent été vaines de sens.
Donner du sens aux épreuves nous permet de grandir et de reprendre le fil de notre vie.

Publié le 23 Avril 2016

@ Colette Bacro
Un grand merci, Chère Colette, pour la sensibilité pleine d'élan de votre commentaire. Quel dynamisme dans votre écriture !
Il est vrai que mon premier roman porte la trace d'années douloureuses, mais combien enseignantes et riches de sens. De l'obscurité, jaillit la lumière. Vous en savez quelque chose... La vie nous façonne. Sans sa brutalité parfois, nous ne pourrions y puiser ce qui nous inspire. Je suis en train de débuter la lecture de votre propre livre. Je reviendrai vers vous lorsque je l'aurai terminé. Avez-vous lu des livres d'Alice Miller ? Elle a beaucoup écrit sur la maltraitance subie par les enfants. Sans oublier Cyrulnik.... À très bientôt.

Publié le 23 Avril 2016

@Antoine Loiseul
Bonjour Antoine, je suis désolée pour le retard mis à vous répondre. Merci pour votre commentaire. Mon écriture suit la dynamique du roman. Elle se veut "lyrique" par moments, dépouillée par d'autres. J'ai souhaité mon livre dépouillé de tout artifice, allant à l'essentiel, au plus près du coeur et des émotions vraies. Vous l'avez compris.

Publié le 23 Avril 2016
5
@Martine Gercault Que d’émotions ! Il y a dans ce livre toute l’ambiguïté de l’amour filial. Depuis la tendre enfance jusqu’à l’âge adulte en passant par les nécessaires rebellions de l’adolescence, Martine en mettant à nu ses sentiments, nous renvoie à nos propres deuils et à nos peurs, nos regrets mais aussi nos joies passées face à l’inexorable départ des êtres aimés, nos géniteurs au sens biologique, certes, mais aussi ceux qui nous ont accompagnés dans notre découverte de la vie, avant qu’à notre tour nous ne les accompagnions vers leur dernier « bout de chemin ». La dépersonnalisation inhérente à la maladie d’Alzheimer y est dévoilée avec beaucoup de pudeur. Cette pudeur ne parvient cependant pas à masquer la frustration qui est la nôtre face à cette difficulté et souvent cette impossibilité de communiquer. C’est d’autant plus douloureux car c’est précisément dans ces moments là que l’on aimerait dire ce que l’on n’a pas osé dire une vie durant. S’il y a une morale à retirer du livre de Martine c’est de vivre, vivre intensément les relations qui nous unissent à ceux qu’on aime, ne jamais oublier de leur dire « Je t’aime ». J’ai eu le malheur de perdre mon père lorsque j’étais encore enfant et la lecture de « Mon père au loin » a suscité en moi la même émotion que celle que j’avais ressentie lors de ma première écoute du titre de Daniel GUICHARD, « Mon vieux ». Un GRAND livre par une GRANDE dame. Merci Martine.
Publié le 19 Avril 2016
5
Émouvant, puissant, authentique, sublime....Une héroïne avec une immense grandeur d'âme.
Publié le 13 Avril 2016
4
C'est beau.On sent la construction de votre roman, comme si cet accompagnement était une "urgence" de vivre "vrai", plus vite et mieux, d'aller droit au but sans artifice et sans encombre pour trouver l'essence des choses. Je pense que votre écriture pourrait elle aussi se dépouiller pour traduire et fusionner avec cet élan. Facile à dire, vous direz ...
Publié le 26 Mars 2016

Bonjour@Hubert, quelle plume pour parler de mon livre !
Vous avez bien perçu les drames intérieurs qui ont chaviré ces années d'accompagnement. Comment trouver en soi les ressources pour ne pas sombrer, et être au plus près de celui dont la conscience immédiate s'effrite ? Seul l'amour permet cette résistance au désespoir. J'espère que "Mon père au loin" saura infuser de la lumière dans les cœurs de ceux qui traversent les affres et tumultes de voir un être aimé se déliter.
Ce fut également un grand plaisir pour moi de vous rencontrer. J'espère que ce premier rendez-vous sera les prémices de futurs échanges féconds.

Publié le 22 Mars 2016

Bonjour @Chris, merci pour ton message.

Tu es américaine, et je le suis dans mon cœur !
À très bientôt.
Enjoy your day.

Publié le 08 Mars 2016

Bonjour Martine, je viens de mettre ton livre dans ma bibliothèque. J'ai envie de le découvrir, mais hélas en ce moment je suis concentrée sur l'approche du Salon Livre Paris surtout avec le Mag des Indés. Promis, je le lis dès que j'ai plus de temps. J'ai téléchargé l'extrait sur Amazon et à ce propos j'aimerais te faire quelques retours sur la présentation. Comment puis-je te contatcetr en privé ? Bonne journée. Chris

Publié le 07 Mars 2016

Merci @Martine Gercault! J’espère avoir le plaisir prochain de mieux vous connaître.

Publié le 07 Mars 2016

Merci @biche pour votre commentaire. Oui, ce livre, je l'ai écrit avec âme, comme vous l'avez ressenti. Ce fut un long parcours, une ascèse. Mon livre a vu le jour, enfin, et je suis heureuse que ses lecteurs en ressentent son parfum.

Publié le 28 Février 2016
5
J'ai refermé vos pages avec beaucoup d'émotion. Votre sensibilité et votre grande finesse psychologique m'ont infiniment touchée et renvoyée à des années que j'ai moi-même vécues. Ariane, l'héroïne est humaine, émouvante, moderne. C'est une femme qui cherche, et ne s'arrête jamais. Vous lire est très agréable. Votre style musical aide à oublier la gravité des moments que vous partagez avec votre père, et avec nous, lecteurs. Merci pour cet émouvant et très bau partage. J'ai hâte de lire la suite, et vais donc me le procurer. Que votre livre fasse un beau voyage.
Publié le 28 Février 2016

Je souhaite remercier tous ceux et toutes celles qui ont lu les extraits de mon livre et sont restés anonymes. Je remercie tout particulièrement @Adelyre, @Nadia Bijaoui, @Elisa Galam, @Claude, @Dayrel, @Frédéric Gibout à qui je n'ai pas répondu personnellement. Veuillez m'excuser de ce retard. Il me faut du temps pour découvrir toutes les richesses de ce site généreux, solidaire et amical.
À bientôt de nous rencontrer sur ce site à nouveau, ou en personne...

Publié le 25 Février 2016
5
Bonjour Martine, votre roman nous emporte dans un pèlerinage que nous vivons et découvrons à vos côtés. L'Histoire qui aura des répercussions dans nos vies à vie et influencera notre parcours, la maladie et son accompagnement mais aussi l'aidant et son ressenti, son cheminement... C'est un magnifique témoignage, c'est poignant. Un bel hommage ! Bon après-midi à vous, Adelyre
Publié le 31 Janvier 2016

Bonjour Martine, je viens de lire les premières pages de Mon père au loin. Je trouve votre sujet et votre style captivants. Vos thèmes de vie, d’amour parental, de mort et l’introspection psychanalytique sont déjà exprimés d’une manière vibrante et très personnelle dès le début de votre livre. Très personnelle et pourtant touchant beaucoup, votre force d’expression. J’ai hâte d’en savoir plus!

Publié le 28 Janvier 2016
5
Bonsoir Martine, Quel magnifique roman, il m'a beaucoup émue. Il évoque la fin de vie mais également tous vos doutes, vos interrogations avec des souvenirs qui habitent votre passé et votre présent. Cet amour inconditionnel que vous portez à votre père est palpable. Vous évoquez à peu près cette phrase "Etre à la recherche du 'moi' ". Je l'ai souvent employée, ce "moi" que l'on ne connaît pas toujours. Vous avez raison, l'écriture est un exutoire qui permet de coucher sur le papier les émotions et les mots que l'on ne peut garder prisonniers de notre mémoire. Merci pour ce partage. très belle soirée. Elisa
Publié le 27 Janvier 2016

Bonjour Martine et heureuse de voir votre extrait progresser dans le classement. C'est très mérité. Vous allez rire mais "Lamish" n'a rien à voir avec "Amish". Je m'appelle Michèle et ai supporté longtemps que l'on me surnomme La Miche (de pain, la fesse...). Je supporte encore ce sobriquet de la part de certains parents et amis. J'ai profité de la création d'un nom d'auteur pour le revendiquer tout en modifiant l'orthographe. Histoire bête mais qui fait qu'à présent, j'aime que l'on me nomme ainsi. Avec ma complicité.

Publié le 26 Janvier 2016

Lamish, la délicatesse de votre message me touche beaucoup. J'irai à mon tour découvrir vos propres écrits. Je suis nouvelle sur ce site formidable et découvre une communauté nouvelle, solidaire. C'est une belle aventure qui débute.
Votre nom d'emprunt me fait penser aux "Amish"... Quelle en est l'origine ?
Bien à vous.

Publié le 26 Janvier 2016

Merci Sandrine pour votre retour positif. "Mon père au loin" est le fruit d'un long voyage. Je suis heureuse qu'il puisse résonner chez ses lecteurs en les inspirant dans ce qu'il y a de sacré. L'accompagnement d'un parent en fin de vie et un moment très particulier à ne pas manquer.

Publié le 26 Janvier 2016
4
Au delà de toutes ses qualités littéraires, au delà de la mémoire, personnelle et collective, j’ai trouvé que la force de votre témoignage, c’est qu’il éveille en nous ce sentiment si unique de nous faire nous remémorer précisément ce que nous avons fait, pensé, vécu... le jour de la mort de nos parents, et les jours et les semaines avant et les jours et les semaines après.
Publié le 24 Janvier 2016

Merci J. Dykens pour votre grande sensibilité. Je suis touchée par vos mots et votre ressenti à me lire.
À mon tour, comment ne pas être émue par votre propre passé familial. La traversée de l'ombre nous fait découvrir la lumière avec encore plus d'acuité... Cette nuit noire de l'âme dont parlait Saint Jean de la Croix. Mort et Renaissance.
Et puis... vos recherches rejoignent les miennes, à la différence que vous théorisez davantage. Quels sont les rabbins qui vont parler du Livre de la Splendeur, du Livre des Lumières ? Cet enseignement mystique est encore trop tenu à l'écart au profit d'un cléricalisme bon teint... Il en va de même pour toutes les religions. L'exotérisme est plus rassurant !
Je serais ravie de communiquer avec vous.
Recevez mes meilleures pensées..

Publié le 21 Janvier 2016
5
Je découvre mon bestseller.com et je trouve ce site formidable. J’ai lu l’extrait de “Mon Père au Loin”. L’envie de rentrer dans l’intégralité du livre fut grande, je l’ai donc acheté sur Amazon et ne le l’ai plus quitté. Sa lecture m’a bouleversé tant le témoignage d’Ariane est authentique. Ce n’est pas un livre triste malgré sa thématique qui nous concerne tous. Le cheminement de l’héroïne nous incite à la réflexion et à l’amour. Jamais le désespoir ne s’empare d’Ariane qui toujours repousse les limites de la tristesse pour offrir à son père un amour inconditionnel. J’ai aimé voyager avec elle aux quatre coins du monde. Ce livre universel est une belle leçon d’humanité, sans fioritures. Il est en plus écrit dans une langue musicale, agréable et fluide. Je vous invite à le découvrir à votre tour.
Publié le 19 Janvier 2016
5
J'avoue avoir du mal à trouver les mots justes pour décrire le sentiment que j'ai éprouvé en vous lisant, tant l'histoire m'a bouleversé. Sans aucun doute l'un des plus beaux ouvrages qu'il m'a été donné de lire à ce jour, je vous en remercie.
Publié le 19 Janvier 2016
5
Comment ne pas être touché par la sensibilité qui irradie ce livre. Le thème de base est intemporel : un père et une fille, l'amour qui les relie et qui ose s'exprimer à mesure que se rapproche leur inéluctable séparation. Mais en même temps, ce roman rend compte d'une problématique toujours plus présente, la maladie d'Alzheimer et la fin de vie. L'écriture poétique et fluide de Martine Gercault, éloignée de toute sensiblerie, sait rendre compte de manière magnifique des joies et tourments d'Ariane l'héroïne. Curieusement on ressort optimiste de cette lecture.
Publié le 17 Janvier 2016
5
Bonjour Martine. La belle photo de couverture est une invitation irrésistible à vous lire et résume à elle seule l'affection qui vous liait, vous et votre père. Quant au contenu de votre livre, que dire sans paraître mièvre ou donner dans le mélo ? La shoah, du plus loin qu'il m'en souvienne, a été ma principale source de peine et d'incompréhension. Lire que de belles âmes ont contribué à sauver celle de votre père me réconcilie avec le genre humain. Je m'enquiers de lire la suite sur Amazon. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.
Publié le 15 Janvier 2016
5
j'ai lu ce livre très riche en deux trois jours, les liens familiaux sont très bien décrits, c'est émouvant, on suit la quête amoureuse et spirituelle d'une personne avec intérêt et curiosité. beaucoup d'autres choses à dire, mais c'est mieux si vous le découvrez vous-mêmes
Publié le 14 Janvier 2016

Merci Fanny pour la sensibilité de votre commentaire. Je suis nouvelle sur ce site et découvre une belle humanité chez ses membres. Une aventure, celle de l'écriture, nous relie, c'est magnifique de pouvoir partager. Je vais lire votre propre livre et reviendrai vers vous un peu plus tard. Le mot "ailleurs" que vous évoquez m'est familier. Peut-être pourrions-nous en parler ensemble. Je vous souhaite une très belle journée et beaucoup d'inspiration.

Publié le 14 Janvier 2016
5
Votre magnifique texte a une telle résonance en moi que, pour le moment, je ne peux poursuivre sa lecture. Mon tout premier récit (qui fut un exutoire à plus d'un titre) est avant tout un hommage à mon petit Papa chéri parti dans d'atroces souffrances à l'âge de 47 ans. Je pensais être une fille ingrate et vous m'avez réconciliée avec moi-même lorsque vous écrivez "quand il rendit l'âme, je saluai sa libération". Dans mon récit, un chapitre est intitulé "Nous étions si proches et à la fois si loin". Je retrouve cette phrase presque à l'identique dans votre roman et cela me bouleverse. Je me suis retrouvée 2 fois aux portes d'un "ailleurs" et, depuis, je savoure chaque seconde du restant de ma vie entourée de mes Amours. Merci infiniment Martine pour le partage. Chantons, écrivons encore et encore. Je vous souhaite une très Belle année. Cordialement. Fanny
Publié le 12 Janvier 2016

Merci Mary pour votre commentaire encourageant. Je suis heureuse que mon livre ait touché votre cœur. Quelle grâce que votre père aille maintenant mieux. Profitez de ces instants auprès de lui. Pour 2016 : Que vos souhaits soient exaucés… vos vœux accomplis… vos désirs comblés…

Publié le 11 Janvier 2016
5
Ce roman est un hymne à l’amour et à la vie. L’élégance de votre plume charme et touche parfois jusqu’aux larmes. Le style, vif et poétique à la fois, nous permet de voyager dans les replis de l’inconscient avec l’héroïne Ariane, qui, en femme moderne curieuse de tout ce qui est vivant, nous embarque dans une ronde d’émotions où s’entremêlent les souffrances et les désirs du présent et du passé. Tous les thèmes abordés nous concernent : l'amour d'un père et d'une fille, leurs difficultés, la maladie d'Alzheimer, l'accompagnement en fin de vie et surtout, la liberté de choisir son départ et ça, toujours avec optimiste, ce qui m'a bien plu. Comme beaucoup, je suis très sensible à ce sujet ayant un père malade, au chevet duquel je suis restée pendant quelques mois et qui va miraculeusement mieux actuellement, nous donnant une nouvelle chance de lui montrer notre affection. On ressort de votre livre bouleversé par la profondeur et l’authenticité qui se dégage de ses pages. Merci et mes meilleurs vœux pour 2016.
Publié le 09 Janvier 2016