Le cercle vertueux du partage entre auteurs

195 pages de Michel CANAL
Le cercle vertueux du partage entre auteurs Michel CANAL
Synopsis

L'un des objectifs de monBestSeller est de développer une politique de partage et de solidarité entre auteurs.
Contre toute attente et de manière non concertée, deux auteurs qui ne se sont jamais vus et ne se connaissaient pas, Céline VAY et Michel CANAL, ont développé ce concept de manière surprenante, le portant au niveau le plus haut.
Ce qui aurait pu n'être qu'un malentendu regrettable commencé par une réaction de colère suite à un commentaire d'écrit a évolué au fil des jours, par une longue série d'échanges constructifs, vers une vraie solidarité d'auteurs, puis vers une complicité amicale.
C'est pour témoigner de ce que le partage et la solidarité entre auteurs peuvent apporter qu'est née l'idée de publier la rétrospective de leurs échanges dans leur quasi intégralité.

541 lectures depuis la publication le 11 Mai 2017

Les statistiques du livre

  272 Classement
  120 Lectures
  +11 Progression
  5 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Nouvelle mise à jour dimanche 26 juin. Cette version intégrale (Rétrospective des échanges avec Céline VAY, commentaires de tiers sur les pages respectives, Tribune du 17 mai 2017 à la rubrique "Du côté des auteurs", commentaires) est mise à jour sur ma page pour prendre en compte les nouveaux commentaires. Bonne lecture.

Publié le 25 Juin 2017
5
@Michel CANAL, décidément, cher Michel, vous me surprendrez toujours. C'est une excellente idée que vous avez eue là de livrer à notre curiosité la totalité des échanges que vous avez eus avec Céline. Ainsi j'ai pu savoir ce que vous vous étiez raconté en aparté. Je suis rassurée, j'avais peur d'y percevoir une histoire de séduction à la manière de... Le mot "intime" de Céline pouvait le laisser supposer. Vous avez fait un énorme travail en aparté pour aboutir à sa chronique : une réussite ! Cette rétrospective de vos échanges constitue un document qui devrait inspirer d'autres auteurs. Je vous admire encore plus, cher Michel. Bravo pour cette initiative et pour le travail de présentation, à l'image de vos publications faisant suite aux rencontres vigneronnes que vous organisez pour notre plaisir. Avec toute ma sympathie. C...
Publié le 27 Mai 2017

Amis auteurs et lecteurs, une mise à jour vient d'être effectuée, incluant de nouveaux commentaires et en annexe, la tribune publiée dans la rubrique "Actualités : Du côté des auteurs".
Bonne lecture. Nous serons ravis, Céline et moi, de recevoir vos commentaires.

Publié le 21 Mai 2017

@Mokeddem, Dommage que tu aies été absent de MBS en début d'année car, en matière d'étripage, tu aurais été comblé ! Mais comment dire ? Cet épisode a révélé que nous sommes plus inspirés et prolifiques dans l'empathie entre auteurs que dans le règlement de comptes. Quant à Bossy, il a été convié par Céline et Michel pour donner son impression sur leurs échanges. Pour le reste, nous avons tous le désir de plaire (intellectuellement ou physiquement), de légitimer nos sentiments, de recueillir l'aval des personnes que nous apprécions. En dépit de tes nombreux démarquages, je sais que tu n'échappes pas à la règle, ami très cher. J'espère que tu attendras un peu avant de me tordre le cou, afin que je puisse encore opter pour mon attitude favorite : l'empathie. Bises. Michèle

Publié le 15 Mai 2017

@Mokeddem,
Cher Mokeddem, tu es unique, il n'y a que toi pour dire les choses ainsi. Mais tu sais, ce que Michel a défendu c'est son rêve, celui qui a forgé l'homme qu'il continue à être, sans...Narcissisme, wouai, et comment! Et tant mieux, s'il ne l'avait pas été, je n'aurais pas pu être vilaine ainsi sur ma page, car j'aurais pu le blesser, et je ne me le serais pas permise. Harpie, mégère, ce fut pour moi un moment délicieux, cette autre que je devenais, j'épousais la cause des féministes, moi qui suis la petite ménagère heureuse d'aimer les siens, ce que Michel sait très bien d'ailleurs. La virtualité permet de réfléchir sur son image, pourquoi est-on jugé ainsi? Que voit l'autre? Mais il ne s'agit que d'une image "publique", et quand tu croises quelqu'un qui te dit qu'elle est pourrie, alors tu t'interroges. Cher Mokeddem, tu n'es pas femme, tu vis ton sublime, cette beauté que tu portes, que tu transpires, tu es félin, patte de velours, pour dire les choses, Michel n'est pas patte de velours, il assène ces mots, et c'est parce que ni l'un ni l'autre n'êtes femme que vous n'avez pas conscience de notre misérabilité. Elle nous pousse à parler de parité pour ne pas employer le mot de solitude. Les romans d'amour apprennent aux femmes d'aujourd'hui à songer complicité, complémentarité, quelque cette forme puisse prendre, car au fond, il s'agit juste de rentrer le soir chez soi et d'avoir quelqu'un avec qui partager, ce repas que tu as fait, ces enfants que tu as mis au monde, cette musique que tu aimes tant, enfin, toutes ces choses qui se vivent et qui t'emplissent de félicité.

Publié le 14 Mai 2017

@VAY Céline @lamish @Bossy @MBS
Il eût mieux valu intituler ce livre « La grande lessive ». Maintenant ma Céline adorée, j’en sais plus sur toi que toi sur moi. Moi si tu m’avais demandé mon avis au départ sur ce monsieur Canal, je t’aurais conseillé de lui rentrer dans le chou et sans ménagement, cela m’aurait évité au moins de me taper 155 pages. Je n’ai qu’une envie à l'heure qu'il est, tordre le cou à Lamish. Sans elle ça aurait viré à l’étripage comme j’adore. Et ce Bossy, de quoi je me mêle !? Moi je n’aime pas ce Canal, y me dit rien ce grand blond, j’ai pas aimé ses livres et j’ai pas pris le temps de le lui dire, et tout en lisant le livre de vos bisbilles, je l’ai détesté encore plus, de page en page, je me suis attendu à ce qu’il te déclare qu’il est finalement amoureux de toi. Ah le salaud, il ose ! Oui, parce que à un moment donné de l’affaire, il change de photos, il enlève ses lunettes, t’envoie des petits messages doux, il est conciliant, il oublie qu’il a un point de vue à défendre, n’insiste plus sur la teneur de son personnage principale, amène le « je » dans le « jeu ». Finalement dans la sphère du narcissisme on se ressemble tous dans l’art de la séduction. Je te promets de relire les livres du Canal pour mieux te partager !

Publié le 14 Mai 2017

@lamish
Chère@lamish, ouverture d'esprit...Je ne dirais pas ça comme ça. Je dirais que l'un de nous attend que l'autre revienne à de meilleurs sentiments, je dirais que le mot qui convient est patience, je dirais que la vraie ouverture d'esprit est la confiance donnée, elle seule permet de passer outre, de ne pas prendre mal les tirades (Michel, tu te rappelles ma tirade sur le trait d'union? quand j'ai lu ta réponse, j'ai éclaté de rire), et c'est cette confiance, aussi surprenante que cela puisse être entre deux inconnus qui permet de résoudre cette constante : Michel ne sait pas quand je plaisante, et moi je ne sais pas quand il s'amuse.En même temps, je crois que c'est un formidable apprentissage de la virtualité, les smiley ne remplacent pas ce qui se lit dans les yeux de l'autre, alors c'est un peu quitte ou double. Sans clignotants.Je t'embrasse très fort, Michèle.

Publié le 13 Mai 2017

Chère @lamish, merci infiniment pour ce commentaire dans lequel tu as su trouver (comme toujours) les mots justes avec la pertinence et l'amitié qui te caractérisent. J'ai beaucoup aimé la comparaison avec le tango argentin (que j'ai pratiqué fut un temps).
Tu peux te réjouir de nos échanges, car tu en es un peu (non, beaucoup) la marraine. Sans ton intervention je n'aurais probablement pas lu le roman de Céline " J'AI LOUPE LE COCHE : P'TIT JOUEUR ET SA SUITE " d'où tout est parti. Et tu as raison de souligner " Vous nous offrez un bel exemple d'ouverture d'esprit, de curiosité de l'autre, d'acceptation de divergences, de besoin de communiquer au delà des codes... " Ce n'est pas surfait, c'est la pure réalité. Et la tribune (à paraître dans la rubrique "Du côté des auteurs") apportera une synthèse qui permettra de comprendre comment cela a commencé pour en arriver où nous en sommes.
J'associe Céline dans mes remerciements, car en ce moment elle est surbookée et n'a pas eu le temps de le publier sur sa page. Mais elle a vu ton commentaire, elle m'en a informé dans son message de ce matin (la communication entre nous n'a pas cessé, question de solidarité entre auteurs). Je te renouvelle l'expression de mon amitié, Michèle.

Publié le 12 Mai 2017
5
@VAY Celine @Michel CANAL, Voilà, première à vous commenter après n'avoir fait qu'une bouchée gourmande de vos échanges. J'ai souri à la relecture des premiers (connaissant le "happy end"), rougi lors des quelques passages me concernant (résidu sangsue d'humilité issue d'une éducation judéo-chrétienne ;)), ai adoré votre approche qui m'a évoqué un tango argentin : un pas glissé dans la même direction, puis un qui éloigne... les danseurs se toisent... retour en force, étreinte, quelques pirouettes... Vous nous offrez un bel exemple d'ouverture d'esprit, de curiosité de l'autre, d'acceptation de divergences, de besoin de communiquer au delà des codes... C'est beau, courageux, et ça "booste grave" (ça, c'est juste pour te titiller, Michel ;)). Une mention spéciale pour l'historique des mesures en faveur de la femme. Etre plus âgée que la plupart m'interpelle sur leur fragilité. J'espère que ce partage incitera auteurs et lecteurs à profiter plus pleinement de cette merveilleuse opportunité d'échange offerte par MBS. J'ai passé une excellente soirée en votre compagnie, amis auteurs, et vous en remercie. Bises à vous deux. Michèle
Publié le 11 Mai 2017

Auteurs publiés sur monBestSeller, ce témoignage vous est dédié. En espérant qu'il fera des émules à qui nous souhaitons, Céline et moi, autant de satisfaction, de richesse d'enseignement et de plaisir dans le partage, la solidarité et la complicité.
Mais une pareille expérience peut aussi s'avérer extrêmement intéressante entre un auteur et un lecteur. Nous autres, auteurs, déplorons généralement que nos lecteurs (pourtant nombreux et nous les remercions) fassent preuve de trop de discrétion, n'osent pas faire part de leurs impressions à l'auteur en demande. Imaginez quel serait son plaisir de pouvoir entamer un dialogue en échangeant, commentaire après commentaire.
Bonne lecture, en espérant beaucoup de retours d'auteurs et de lecteurs.

Publié le 11 Mai 2017