Interview
Le 12 aoû 2018

Un seul livre à sauver ? Le meilleur ou mon préféré ; un auteur ou un ouvrage ?

Il y a la Littérature avec un grand L, et la littérature qu'on apprivoise, la sienne propre ; On a toujours un faible pour un livre, un attachement particulier à un auteur. Et parfois si l'on doit choisir, on oublie Rimbaud, Flaubert et Stendhal... pour des arbitrages plus exotiques, plus personnels. Patrick Chambettaz nous fait part de son choix.
L'an dernier j'étais encore un peu prétentieux, cette année je suis parfait.L'an dernier j'étais encore un peu prétentieux, cette année je suis parfait.

S’il ne restait qu’un seul livre. Un livre à sauver, à mémoriser ! Un seul ! Aïe, le choix est plus que cornélien. Je passe en revue les bibliothèques qui tapissent les murs de mon appartement.

C'est un auteur que je veux sauver pas un livre

Claude Simon, René Barjavel, Albert Cohen, Frédéric Dard, Sébastien Japrisot, Élie Wiesel, Frédéric H. Fajardie, Claude Klotz ?...
Logiquement, Frédéric Dard devrait remporter la palme puisqu’il s’agit de mon auteur fétiche. Les premiers ouvrages qui me viennent à l’esprit ne sont pourtant pas de lui : L’enchanteur, de René Barjavel, et Belle du Seigneur, d’Albert Cohen.

Ils me semblent cependant un peu trop volumineux pour que je les apprenne par cœur. Et puis chez Dard, un Frédéric Dard policier, noir, ou un San-Antonio ? Un monument du genre, comme L’histoire de France vue par San-Antonio ? Ou un livre signé San-Antonio qui ne met pas en scène le célèbre commissaire ? Faut-il tuer les petits garçons qui ont les mains sur les hanches ? C’est sur celui-ci que je jette finalement mon dévolu, bien qu’il compte lui aussi un nombre de pages respectable…

Frederic Dard, oui ; mais choisir prioritairement un livre qui ressemble à sa vie

Plusieurs raisons ont dicté ma décision. Un drame intime a frappé Frédéric Dard et sa famille pendant la rédaction de ce roman. Une tragédie qui a fait la une des journaux et qui rejoignait étrangement la fiction que l’écrivain était en train d’imaginer. Ce livre occupe donc une place à part dans la carrière de Frédéric Dard. Et puis le récit comporte nombre d’éléments biographiques, camouflés ou non – à commencer par la photo de couverture –, où l’auteur se révèle comme rarement il l’a fait. Enfin, j’ai l’impression que Frédéric Dard était alors à son zénith, qu’il était parvenu à marier la quintessence de son talent littéraire classique et celle de la verve truculente dont il faisait preuve dans les San-Antonio pur jus. Du grand Dard, quoi !

Bon, allons-y phrase après phrase, en commençant par le titre du préambule : « Lis ça ! » On ne saurait donner meilleur conseil...

 

Patrick Chambettaz

@lbaudot
Merci de votre amabilité. J’ai connu un peu le même cheminement que vous par rapport à l’œuvre de Frédéric Dard, découvrant même plus tard ses œuvres de jeunesse rééditées (Le Norvégien manchot, etc.). Amitiés, Patrick

Publié le 31 Août 2018

Comme je vous comprends... J'ai lu et relu tous les Frédéric Dard et San-Antonio.
Mes parents les achetaient au fur et à mesure des publications et j'ai commencé de les lire dès 14 ans (les policiers de Frédéric Dard), puis je me suis plongé dans les San Antonio, quel plaisir ! J'ai également beaucoup aimé "La vieille qui marchait dans la mer" ainsi que "les clés du pouvoir sont dans la boîte à gants".

Publié le 29 Août 2018

@abdesselam bougedrawi
Merci de votre sympathique commentaire. Je suis heureux que mon texte ait ravivé en vous ces agréables souvenirs. Amicalement, Patrick

Publié le 16 Août 2018

@Patrick Chambettaz
J’ai lu un seul livre de Frederic Dard il y quelques décennies : le standinge selon Berurier. Un guide des bonnes manières. Ce livre m’avais beaucoup plut à l’époque. Je me rappelle lorsque j’étais jeune interne dans un hôpital parisien, qu’à chaque fois que je faisais un impair avec les bonne manières dans la salle de garde, je me rappelais Berurier. Toutefois c’est l’homme qui me plut comme vous le dites vous-même. Je me rappelle d’un entretien à la télévision où il présenta son fils adoptif un tunisien. Il avait dit qu’il avait donné son fils adoptif l’éducation de son pays d’origine. ( Éducation tunisienne dont était originaire l’enfant adopté ). Peu d’homme sont capable d’une telle générosité. Il est regrettable que notre époque manque d’écrivains et d’hommes de cette envergure et de ce parler franc.
Merci pour m’avoir fait ce retour en arrière de quelques décennies.
AbdesselamBougedrawi

Publié le 15 Août 2018

@Patrick Chambettaz Bonjour Patrick, pour la postérité, sur une île déserte ou pour la survie, le choix d'un livre est difficile. Pour la postérité, je dirais Baudelaire, les fleurs du mal. En survie, un livre général pour être autonome en tout et se défendre. Je cherche sans cesse de nouvelles combines pour fabriquer: moteur à eau (ça fonctionne et c'est facile à faire), récupérer et purifier l'eau (facile aussi), etc. Ceci dit, je ne perçois rien en faisant la publicité de la Tea. Tous mes amis se sont mis à la liseuse. J'ai acheté ma première il y a 8 ans. J'en suis à ma quatriéme. Encre numérique qui se lit en plein soleil. En lisant 4 heures par jour, ma batterie tient 10 jours. Des tonnes de supers livres sur le net, tous les classiques sur Gutemberg Canada, ebooks livres et gratuits, etc. Des lustres que je n'achéte plus de livres chez les libraires.

Publié le 15 Août 2018

@Letellier Patrick Merci d'avoir commenté mon texte. J'avais cru comprendre que l'exercice consistait à imaginer quel ouvrage littéraire on sauvegarderait pour la postérité. Évidemment qu'en mode survivaliste un traité de médecine ou le Manuel des Castors Juniors seraient plus utiles. Et chapeau pour le placement de produit ! Cordialement. Patrick

Publié le 15 Août 2018

@lamish Merci de votre intérêt et de votre aimable commentaire, avec mes amitiés. Patrick

Publié le 15 Août 2018

Plus un "Frédéric Dard et moi" qu'un "Fahrenheit 451", à mes yeux. Mais merci d'avoir partagé votre sentiment sur un auteur que je connais très peu, son genre n'étant pas celui que j'affectionne. Amicalement. Michèle

Publié le 13 Août 2018

Frédéric Dard, pourquoi pas? Je l'ai lu comme tout le monde. Mais, je préfére sauver tous les auteurs classiques et surtout les manuels de survie et ceux qui traitent de la fabrication artisanale. Je sais qu'ils vont me servir sous peu. Une liseuse qui les contient tous et un petit panneau solaire c'est top. Surtout pas une kindle qui ne lit que le format mobi d'amazon. La Tea est excellente. J'en ai deux. Crème dans le caviar, son programme d'échecs est performant.

Publié le 13 Août 2018