Notre député - Nocif comme un virus, sournois comme une pandémie

39 pages de Calame Acide
Notre député - Nocif comme un virus, sournois comme une pandémie Calame Acide
Synopsis

Paul Vannier a foi en lui-même et en son avenir quand, à 25 ans, il devient le maire de Fondoseraie, son petit village natal. Sur lui reposent les espoirs des humbles de sa commune et de son département. Mais, consumé d’une ambition dévorante, il s’égare vite sur les chemins de la notoriété et se montre prêt à vendre son âme au diable pour une parcelle de pouvoir.
Sous le trait grossi de la satire le portrait s’avère juste et pourrait très bien correspondre à celui de votre député ou de nombreux hommes politiques.

167 lectures depuis la publication le 09 Mai 2020

Les statistiques du livre

  1028 Classement
  35 Lectures
  -114 Progression
  0 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@KellyK

Cela fait plaisir d'avoir été lue de bout en bout. Je suis heureuse que cette petite histoire sans grandes prétentions vous ait plu. En tout cas, je me suis beaucoup amusée à l'écrire. Merci à vous.

Publié le 09 Juin 2020

Ben dis donc le personnage principal, il fait rêver! il a tout pour plaire le pauvre gars! Il est misogyne, imbus de sa personne, il harcèle les gens, il est tyrannique, caractériel, il se méfie de tout le monde, il humilie les gens, la morale, clairement il s'en fout, il est narcissique, il veut tout contrôler, il ne se remet jamais en question.... seul sa petite personne l'intéresse, il se prend pour un monarque qui veut tout contrôler et qui veut tout diriger, comme Macron quoi! Tout cela c'est du joli! et en plus le mec il est plus que lucky puisqu'il a une femme belle, gentille, intelligente, qui le supporte alors qu'il la traite comme de la merde, il a le cul bordé de nouilles comme dirait mes copines! Excusez-moi d'être un peu vulgaire mais bon il faut dire les choses telles qu'elles sont en même temps. Mais sinon je dirais que votre récit est lively, j'ai aimé, j'avoue que je ne me suis pas emmerdée mais bon en même temps avec ce type de personnage tellement tordu qui passe sa vie à faire la misère aux autres, il se passe toujours quelque-chose donc difficile de s'endormir devant votre histoire! Puis vous écrivez quand même bien.

Publié le 23 Mai 2020

Serais-je Jacques, l'un des protagonistes de mon "roman" ?... Pourquoi ai-je l'impression que l'un de nous deux parle chinois ?

Publié le 12 Mai 2020

@porphyre
Merci d'avoir accordé à mon petit ouvrage votre brève attention.
Jacques, l'un des protagonistes de votre "roman", c'est vous ?

Publié le 12 Mai 2020

C'est marrant : moi, à votre place, j'aurais inversé les épithètes et sous-titré mon vaillant et dispensable ouvrage : "Sournois comme un virus, nocif comme une pandémie". Vous me direz peut-être que c'est une affaire de goût et que tous les goûts sont dans la nature. Mais ce serait trop facile, et je vous crois au-dessus de ces banalités, encore que la lecture de votre superfétatoire et inoffensif ouvrage semble démontrer que vous n'êtes pas prêt à reculer devant les ressources infinies de l'insignifiance, du poncif et de la platitude. Attention, ce n'est pas un reproche que je vous adresse, c'est seulement que je me suis réveillé du pied gauche et que je garde une rancune tenace envers tout individu qui se réclame de l’Éducation nationale. Pourquoi ? Parce que. Mais, bon, ne nous fâchons pas. Recevez mes plus serviles salutations, et gardez bien des mites vos palmes académiques.

Publié le 10 Mai 2020