KellyK
Présentation

j'aime lire

KellyK a noté ces livres

4
Eh mais cette Catherine et Stella, ce sont des vraies chaudasses ma parole! Elles se tapent des hommes mariés! En même temps vos personnages ce sont des chauds lapins dans l'ensemble avec les sexeuses et les hommes célibataires qui peuvent emmener avec eux des prostituées pour aller sur mars. Il y a carrément un service d'aide affective pour les veuves qui leur fournit des sexeurs payés par l'Etat. T'imagine le pied! L’histoire de Belle et Pierre elle est pratique, un rdv est arrangé entre eux comme si on avait décidé qu’ils seraient faits l’un pour l’autre. Il y a pleins de célibataires ma parole qui aimeraient que les choses se passent comme cela ! En tout cas, vos personnages sont exubérants et valent le détour même si ce sont des prédateurs sexuels!
Publié le 11 Octobre 2020
4
Ah ben dis donc, j’ai bien aimé votre roman historique mais on ne peut pas dire que tout cela soit gai, il vaut mieux être en forme moralement avant de vous lire parce-que sinon c’est la merde ! Après il y a des moments tristes mais touchants notamment lorsque Dédé meurt sereinement avec la vision de l’oiseau après qu’il en est bavé dans les tranchées. Lorsque Tristan tue un chien agonisant sur la route, j’ai eu mal au cœur vraiment..... En tout cas les Français qui ont profité de l’exode pour envahir des maisons et faire du vandalisme, ce sont vraiment des Enc….. Charles, c’est un vrai fou psychopathe, la scène durant laquelle il se dirige vers la guillotine pour être mise à mort est vachement bien décrite, le lecteur est direct plongé dans la tête d’un homme qui s’imagine vivre ces derniers moments sur terre. Finalement il sera sauvé par des Allemands mais il finira par se suicider. C’est intéressant et stylé qu’on retrace sa vie enfant, lorsqu’il s’amusait à martyriser de pauvres bêtes sans défense, cela en dit sur le personnage, moi je dis. Puis la manière dont il a été élevé avec un père peu aimant avec lui explique certaines choses. La scène lorsqu’il tue froidement ses parents fait froid dans le dos tellement il a tout calculé pour accomplir ce projet machiavélique. Cette période de l’histoire sombre de l’occupation de la France nous est durement rappelé dans votre roman avec les fameux tickets de rationnement imposés par les Allemands aux Français et puis au travers de l’histoire de Milena qui veut ouvrir un bordel et qui a besoin de l’autorisation des officiers Allemands pour avoir des Français comme clients. Merci à vous pour votre partage, en tout cas vous avez un sens de la psychologie que je dirais développé, vous arrivez à vous projeter dans les sentiments et les pensées des gens suivant la situation à laquelle ils sont confrontés. Merci aussi pour votre rappel historique de cette période marquante et si difficile de l’histoire de France. Puis en plus vous écrivez bien donc c’est cool.
Publié le 31 Juillet 2020
4
Ah ben dis donc le narrateur, il est cool avec son employée, le gars il rapplique exprès à son boulot pour la consoler pour une histoire de mec. Des patrons comme lui, tout le monde en voudrait moi je dis! Bon j'avoue que je n'ai pas trouvé ce passage vraiment crédible, réaliste mais bon....Sinon le narrateur, c'est un ours mal léché, très chiant, maniaque, il m'a fait penser aux gens qui ont des TOCS, le pauvre il est servi. Il est comme ses hommes qui ont pris l'habitude de vivre seuls et qui veulent absolument garder leurs habitudes. Mais à part cela, on sent qu'il a du coeur et que c'est un gros sensible comme un gros nounours, c'est touchant. Puis vous écrivez bien. J'ai envie de connaître l'évolution de votre histoire que je n'ai pas tout lue car votre personnage principal il vaut le détour, il est hors-circuit, il me fait rire tellement il a des réactions bizarres et il n'est pas comme les autres.
Publié le 21 Juillet 2020
4
Eh ben dis donc le mec, il prend cher! un petit aperçu des baffes qu'il prend dans sa gueule dans votre récit! Page 15 : « Peut-être n’avait-t-elle finalement aimé que ça, son amour pour elle, juste son amour mais pas lui » Page 16 : « Garde donc le bureau . Tu as de toute façon passé bien plus de temps sur lui que sur moi…. Vous ferez un bon couple ». Page 17 : « les pages se tournent… les dessins, même les plus soignés, même ceux qui ont pris tant de temps à être tracés, sont destinés à être un jour, effacés, gommés par la vie ou ce qu’on en fait. Ils ne sont rien que des brouillons, toujours, dans cette quête éternelle. Rien ne dure. Jamais », Ah ben c'est joyeux, j'ai limite envie de me mettre une balle dans la tête, tellement cette phrase, elle est optimiste! Mais sinon j'ai kiffé votre histoire, elle est cool et puis le personnage principal, je l'aime bien, il est original, cela fait plaisir un mec qui sort des sentiers battus, il est solitaire, artiste, un peu torturé, écrivain, poète, un mec comme je les aime quoi!
Publié le 15 Mai 2020
4
Bon j’avoue que l’histoire du Kidnapping, assez extravagante en elle-même m’a grave plue, c'est originale comme idée, il fallait y penser, vous écrivez bien puis j'aimé le voyage au Maroc, l'ambiance super sympa des souks.... Après j'ai pas encore lu tout votre roman. Si je pouvais kidnapper mon petit Roger Federer, j’avoue que je ne m’en plaindrais pas. J’en ferais bien mon quatre heures comme disent les vieux et je ne me contenterais pas juste de passer du temps avec lui. Mais bon en même temps j’ai 20 ans et la jeune fille dans le roman, elle a 14 ans donc Roger s’il avait une relation sexuelle avec moi, on ne pourrait pas l’accuser de délit d’atteinte sexuelle sur mineure. Je crois que c’est comme cela qu’on dit non ? Enfin bref, je ne voudrais pas qu’on m’accuse d’encourager les filles mineures à coucher avec des hommes majeurs. Donc je suis clair, c’est vraiment bien que Floria et son auteur favori ne tirent pas un coup ensemble dans le roman ou qu'ils ne flirtent pas ensemble et que leur relation soit comme une relation d'un oncle avec sa nièce. C'est bien car ils restent dans la légalité et la moralité. Merde je fais gaffe à ce que je dis, je ne veux pas terminer en taule! Bon je m’écarte légèrement du sujet mais encore une fois votre idée, elle est bonne, cela serait cool si on pouvait passer nos derniers jours avec une personne qu’on admire, sans oublier nos proches, il ne faut pas déconner tout de même! Page 10 : « la solitude c’est ce que l'on peut voir dans le regard de ses chiens quand on les quitte », c’est bien vrai ! Page 32 : « Je ne l’avais encore jamais rencontré auparavant et voilà que je le tenais aujourd’hui au bout de ma baguette ». Cela veut dire quoi ? Page 35 « rares étaient encore les adultes d’aujourd’hui à tenir pareil discours. Là où les personnages de son âge philosopheraient sur leurs carrières, les maisons toujours plus luxueuses, les voitures de sport ou les 4/4 polluants, les vacances sous les tropiques ou sur les pistes enneigées d’Aspen ou de Courchevel, Monsieur Smith, lui, louait la magie de l’enfance » c’est vrai mais c’est quand même cliché comme phrase je trouve…. Merci Monsieur pour ce partage, de ce que j'ai lu, j'ai bien aimé votre bouquin.
Publié le 26 Mars 2020