Philosophie de la Musique

28 pages
Extrait
de nicolas gugliotta
Philosophie de la Musique nicolas gugliotta
Synopsis

Vous avez dit Classique ?
Nouveauté, variété des sons et des instruments ; des changements de rythme, oui Camille Saint-Saëns élabore une musique moderne et à la fois classique avec des soubassements baroques, jazzy et orientaux : une Découverte du Nouveau Monde, un pont entre l'Ancien et le Nouveau Monde. Une flûte qui surgit de manière impromptue, des cymbales qui scandent l'avènement de la suite sonore, une polyphonie démentielle ; un violon qui grince sur des airs tziganes. Il semble que tous les animaux dansent derrière ce paysage symphoniquement mouvementé ; des pauses qui paraissent interminables alors qu'elles sont les résidus d'un instant récréatif, tout repart de plus belle, difficile de prévoir ce qui est à venir lorsque l'on écoute la première fois Saint-Saëns........

172 lectures depuis la publication le 19 Mai 2020

Les statistiques du livre

  190 Classement
  172 Lectures
  +99 Progression
  5 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

16 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@AELLE SAY

Merci c'est gentille !

Publié le 28 Mai 2020

Une approche philosophique de la musique. Ca m'a plue.

Publié le 28 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Je vous remercie pour votre bénédiction. Que je me colle, bien évidemment, au derrière.

Publié le 23 Mai 2020

@la miss</a>

Bien Brave! Gentille, vous êtes adorable, restez comme vous êtes, ne changez rien, vos vertus sont admirables...

Bisous Bisous :D

Publié le 22 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Avez-vous seulement idée de ce que l'Être fabuleux (pour reprendre vos termes débiles) pourrait vous dire ? Vous commencez à me kiffer ? Grand bien vous fasse ; moi, ça fait déjà un joli terme que j'en pince pour moi ! Votre prétendue admiration, je m'en tape, et dans les grandes largeurs. Que voulez-vous, je ne ressens envers vous aucun sentiment digne d'être noté, ni attirance, ni animosité, rien de rien, l'indifférence majuscule, celle qui fait les trous dans le gruyère, celle qui commande la marche de l'univers, celle qui fait que je n'ai jamais su choisir entre le pâté de campagne et les poèmes de Louise Labé. Tout nous sépare, tout, à commencer par la philosophie et la littérature. D'autant que vous m'avez dénié le droit de lire puisque je n'étais pas auteure - preuve que vous vous faites une drôle de conception des choses et des êtres, conception qui me laisse à penser que vous dites tout et son contraire, tout et n'importe quoi. Quoi qu'il en soit, je prends, c'est vrai, un certain plaisir à répondre à vos philippiques : c'est un très amusant exercice de style. Et bien entendu, je ne vous salue pas.

Publié le 22 Mai 2020

@la miss</a>

Je commence à vous kiffer, vous êtes surprenante, une telle sagacité, perspicacité, lucidité sur la vie vous êtes mon mentor! Formidable, les épithètes sont nombreux, je crois même que la liste est presque non-exhaustive pour vous définir; définir l'Être fabuleux que vous êtes, je vous admire...

Une très belle et douce journée!
Baci, besos, Bo, Bisous, Bisous et un big kiss

Publié le 22 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Ecrivain, philosophe et maintenant médecin. Rien ne vous arrête, dites donc! Ce qu'on appelle "la folie des grandeurs", non ? A quoi vous pouvez ajouter (seule chose tristement véridique) usurpateur d'identité. Vous savez quoi, mon petit père ? Vous pouvez vous amuser autant que vous voudrez à user de mon pseudonyme, vous ne parviendrez jamais qu'à me faire rigoler. Au reste, votre style indigent ne trompe personne et, ç'a beau être signé "la miss", ça reste du gugliotta pur jus. Autant dire : de la bouillie pour les chats.
PS : Douze pseudonymes en tout et pour tout ? Vous êtes loin du compte, mon petit ami. Ajoutez-en une centaine et vous approcherez de la vérité.

Publié le 22 Mai 2020

@nicolas gugliotta

Bonsoir,

Je viens de relire mes commentaires, je me suis rendu compte que je n'étais pas moi hier soir. Veuillez m'excuser encore 1 fois, je ne le ferais plus... Je suis bouleversée en ce moment, une forme d'excitation, d'euphorie continuelles: vous avez raison je vais reprendre mes cachets, je les ai arrêté depuis le confinement et mon délire reprend.
Désolé
Cordialement
La miss et Pophyre (c'est mon deuxième compte, j'en ai 12 en tout et pour tout)

Publié le 21 Mai 2020

@porphyre @la miss</a>

On voit la Haine couler de votre plume à chaque mot ou à chaque maux... C'est pathétique, j'ai de la pitié et presque de la compassion pour vous: les faits ne cachent pas votre ressentiment à l'égard d'autrui. (On voit l'excitation prolifique de vos écrits, qui ne restent que des commentaires).
Aucune action, aucune création littéraire!
C'est quoi votre problématique ou devrais-je dire votre comorbidité psychologique?
Vous souffrez d'Histrionisme, de mélancolie, d'anxiété généralisée, de misandrie, de paranoïa, de troubles sévères du comportement, d'hypomanie...

J'ai une chimiothérapie pour vous: de l'Haldol (neuroleptique des années 40 pour casser le délire), du sel de lithium (pour les phases maniaques), quelques benzodiazépines de types valium, lexomil ou oxazepam (en tant qu'hypnotique, sédatif), un petit antihistaminique de type I Atarax (hypnotique), du Rivotril qui est maintenant disponible (hors AMM depuis) pour le palliatif (durée de demi-vie 40heures), du Théralène que l'on donnait pour les enfants hyperactifs à l'époque.
Un bon cocktail et vous m'en direz des nouvelles... :D :D :D

Publié le 21 Mai 2020

Grotesque, suffocant de suffisance, mal écrit : quelque chose comme "Tartempion chez les philosophes". M. Gugliotta s'est découvert une passion pour l'écriture. Il est fort à craindre pour lui que ça ne soit pas une passion partagée.

Publié le 21 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Pauvre petit Nico, qui ne supporte pas la critique. C'est que c'est un grand sensible, ce bisounours-là. PS : Pour quelqu'un qui n'a que faire de mes simagrées, vous faites beaucoup de bruit, je trouve. Signe de mauvaise conscience ? PPS : Vous pouvez remiser vos grands mots dans le placard. Ca n'épate que les gogos, et il m'en faut beaucoup plus pour m'impressionner. PPPS : Au fait, ipséité vous-même.

Publié le 19 Mai 2020

@nicolasgugliotta

Désolé pour mes commentaires, je me sens très mal en ce moment (peut-être le confinement), j'ai des céphalées indomptables, et le cerveau qui me rend folle. Pardonnez-moi mon ingratitude.
Cordialement
la miss

Publié le 19 Mai 2020

@la miss</a>
J'ai que faire de vos simagrées , de votre solipsisme, de votre ipséité maladive... J'adore le cochon!
Arrêtez cette dénégation, en plus vous mentez (vous avez des dizaines de faux profils), vous êtes un auteur frustré. haineux et rongé par le ressentiment!
Alors montrez-moi vos "corones", osez, publiez... Il n'y a plus personne au balcon, on se terre c'est le profil de l'histrionisme mal digéré...

C'est vous qui venez me parler... et ça reviens à la charge quand on ne répond pas de suite, c'est marrant. Allez Ouste !shut up!

Publié le 19 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Ca y est, j'ai compris ! (Je suis une rapide, c'est une de mes nombreuses qualités.) Mais vous ne seriez pas un peu zinzin d'aller claironner partout que je suis "un faux profil" ? Vous m'en faites un beau, vous, de faux profil ! Tout ça parce que vous êtes vexé comme un rat, parce que je n'ai pas su reconnaître votre génie philosophique et l'excellence de votre écriture ! Ce n'est tout de même pas ma faute si vous écrivez comme un cochon ! Et si vous philosophez comme un trou noir ! Vous savez quoi ? Plutôt que de vous en prendre à moi, vous feriez bien d'apprendre la lucidité. Cela pourra vous servir, le jour où vous vous regarderez dans une glace.

Publié le 19 Mai 2020

@nicolas gugliotta
Je ne panne pas un mot à votre réponse. Êtes-vous certain qu'elle s'adresse à moi ?

Publié le 19 Mai 2020

@la miss</a>
La revoilà ou le revoilà sous un autre pseudo, je savais d'avance, vous êtes tellement prévisible en voyant les commentaires que vous avez laissés sur d'autres profils.
Alexandre Grospaquet ou.............. j'ai oublié les centaines de pseudos vous concernant.
Vous n'avez aucune subtilité, ne connaissez pas les images, les métaphores de la vie, les sensations, les émotions, bref tout ce qui touche à l'humain...Vous avez que ça à foutre soit retraité, soit un gros branleur qui touche des aides, vous devez passer du temps sur votre clavier à soi-disant tout lire ( car vu le nombre de commentaires, vous ne lisez pas tout)

Publié le 19 Mai 2020
5
@nicolas gugliotta Cela démarre d'une manière fracassante lorsque, dès vos premiers mots, vous nous parlez d' "airs sonores" (vous avez raison d'apporter la précision, des fois qu'il en existe d'une autre nature, que ce soient, par exemple, des airs de con !), précisant qu'ils dissipent en nous un état de bien-être - ce qui démontre excellemment que vous ignorez le sens du verbe "dissiper". Bref, on se dit que ça ne va pas être de la tarte, et la chose se confirme tout au long de votre texte, d'ailleurs souvent digne d'un Diafoirus de la plume, avant de culminer dans un - je vous cite : "un temps soit peu ou un temps soit prou", formule qui mériterait à elle seule de figurer dans les meilleurs dictionnaires de citations. Bref, s'il n'est ni honteux ni condamnable d'avoir envie d'écrire, ça le devient, hélas ! quand on se mêle d'écrire au-dessus de ses moyens. PS : Je vous accorde quand même cinq étoiles, parce que vous m'avez beaucoup amusée.
Publié le 19 Mai 2020