Papillon Chinois : Hidden Hopes

40 pages
Extrait
de Farynda Miharre
Papillon Chinois : Hidden Hopes Farynda Miharre
Synopsis

William Eden, c’est moi, addict au boulot. Pour moi, la vie fleurit par le travail, et j’en ai fait ma devise au point de m’oublier, d’oublier de vivre, d’oublier de baiser, de l’oublier ELLE. Elle, c’est Célina Olivier, Lina pour les intimes et jusqu’à il y a encore quelques mois, j’étais L’INTIME par excellence, mais j’ai tout fait foirer jusqu’à ce qu’elle s’affranchisse de moi. Quand je me suis réveillé, il était déjà trop tard, elle ne voulait plus entendre parler de ma personne, alors lorsqu’un voyage à Hawaï avec toute mon équipe m’est proposé, je vois là une occasion en or de renouer avec elle.

248 lectures depuis la publication le 24 Mai 2020

Les statistiques du livre

  268 Classement
  107 Lectures
  -130 Progression
  5 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Sur le papier, j’adore ! Mais pff c’est lourd. J’arrive pas à décoder si t’es une femme ou un homme (lol) mais dans les 2 cas, on devine tellement la suite que tous ces préliminaires sur le mal du male, c’est téléphoné. A la télé, je mangerai l’histoire finger in the nose en lêchant un bon chocolate ice cream. Mais là, faut compenser, je sais pas ? avec de la légèreté ? du fun ? des dialogues de malade ? mais pas que des clichés. Bon t’as compris, je me suis levée du mauvais pied et j’aurais mieux fait de pas ouvrir mon ordi. Sorry et good luck avec d’autres plus affamée que moi :)

Publié le 13 Juin 2020

@la miss
Bonjour. Comme je l'ai dit à porphyre, l'érotisme vient pus tard, de ce fait j'ai changé de catégorie pour le roman romance. En tout cas merci de m'avoir permis de rectifier le tire du moins pour ces premiers chapitres. Concernant la suite, étant donné qu'il s'agit d'une reconquête amoureuse et que je ne veux pas spolier, je me tairai donc. Quand à ce qui est de vous arracher des larmes, si cela devait arriver, je pense qu'il s'agirait de larmes de rire, lol, du moins je l'espère. Merci d'avoir pris le temps de me lire ainsi que pour votre commentaire.

Publié le 25 Mai 2020

@porphyre
Bonjour. Votre commentaire m'a fait sourire et je vous en remercie. Il est vrai que dans l'extrait que j'ai proposé je vous le concède, il n'y a pas d'érotisme, cela vient plus tard. J'hésitais de ce fait à classer cet extrait dans la section érotique ou roman. J'ai donc tranché grâce à vous et changé de catégorie: roman romance. J'ai également pris note de votre remarque concernant le sous-titre en anglais, et là aussi, j'hésitais. Vous remarquerez que je suis pleine d'hésitation. Ce qu'il y a de bien avec ce site est de pouvoir soumettre ses écrits à des inconnus pour avoir des avis totalement impartiaux et des critiques constructives. Je vais donc opter pour un total français : Papillon Chinois : espoirs cachés.
Merci d'avoir pris le temps de me lire ainsi que pour votre commentaire.

Publié le 25 Mai 2020
5
@Farynda Miharre J'ai bien noté que vous ne nous offrez ici qu'un extrait de votre livre, mais difficile de ne pas partager l'avis de @porphyre. Où est passé l'érotisme promis ? Mystère et navigation à voile... Quoi qu'il en soit, je trouve réjouissant que votre héroïne envoie aux prunes un mec qui ose écrire (summum de trivialité) : "Je l'ai dans la peau ou plutôt dans le caleçon" et qui dialogue avec son pénis. Je ne suis ni bégueule ni outrageusement féministe, mais la vulgarité, comme la bêtise, me hérisse. J'espère seulement que votre héroïne ne changera pas d'avis avant la fin du livre. Car il est des choses impardonnables, m'est avis... Comment ?... Non !... Pitié !... Ne me dites pas qu'au dernier chapitre ils se réconcilient !... Avez-vous donc décidé de m'arracher des larmes ?...
Publié le 25 Mai 2020

Chère madame, il y a comme qui dirait tromperie sur la marchandise. Parce que, d'érotisme, on n'en trouve pas la moindre trace dans l'extrait de votre livre. Quelle sorte d'étrange fantaisie vous a poussée à l'inscrire ainsi dans ce genre ? C'est un peu comme si, toute proportion gardée, Albert Cohen avait proclamé que son "Belle du Seigneur" est un bouquin de cul... Ceci dit, votre "Papillon" ne manque pas de qualités : l'écriture en est globalement correcte et la psychologie des personnages plutôt bien vue. Mais je trouve que l'utilisation de l'anglais pour le sous-titre est d'une affectation insupportable. Mais bon, on s'en fout, non ?

Publié le 25 Mai 2020