ET POUR QUELQUES POEMES DE PLUS...

10 pages
Feuilleton
de Saul Heart
ET POUR QUELQUES POEMES DE PLUS... Saul Heart
Synopsis

Petit recueil s'épaissit... Nouvelle version mise à jour le 02.12.2020. Le premier sujet abordé est celui des enfants soldats. Le deuxième thème est nettement plus fun. Il contient notamment la version libre et la version néo-classique d'un même texte. N'hésitez pas à indiquer quelle est votre version préférée. La fin (provisoire) de ce recueil est le début d'un hommage Baudelairien. Terminer par un début, c'est ma façon toute personnelle d'envisager l'avenir de ce recueil avec optimisme...
Bonne lecture et à très bientôt
Saul Heart

Publié le 17 Octobre 2020

Les statistiques du livre

  1932 Classement
  21 Lectures 30 jours
  350 Lectures totales
  +111 Progression
  0 Téléchargement
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@la miss 7 Chère Madame, bonsoir. Boiteux ? C'est parce que vous ne connaissez pas le contexte (vieux débat... sourire) "La marche du temps" et "Apaisement" sont des textes écrits à une époque où je participais à des concours de poésie de renommée internationale (Bouzy-Le Peu, Saint-Manon la Bretelle, Le Clos sur Ozoir, etc.. etc... rire). A cette époque là, la poésie "libre" avait déjà le vent en poupe, quoique parler de vent dans cette matière est un peu présomptueux, en fait de vent, il s'agirait plutôt d'une petite brise... Ceci dit, j'ai rebondi sur votre commentaire en proposant au lecteur une version plus structurée du poème "Apaisement". Ah que ne ferais-je pas pour tenter de satisfaire une lectrice ? Bien à vous Saul Heart

Publié le 02 Décembre 2020

@Catarina Viti
Chère Catarina, se trouver "au coeur des choses, et donc, par ricochet, dans le coeur de ses semblables" paraît cohérent quand on s'appelle Heart... Blague à part, c'est un beau challenge à relever et je vais m'y employer, et probablement dans un espace-temps bien plus restreint que celui que vous m'accordez généreusement. Quand la poésie survit au poète qui l'a écrite, c'est que ce dernier a composé des vers intemporels, et ça, ce n'est pas facile, vraiment pas facile.... Je vais déjà essayer d'intéresser le lecteur, objectif plus modeste mais préalable indispensable il me semble.
En tous les cas, merci pour vos encouragements. Bien à vous Saul Heart

Publié le 29 Octobre 2020

Cher Saul,
Je découvre à l'instant votre message (le truc-bidule n'a pas fonctionné).
Oui, nous nous sommes bien compris : beaucoup de textes "classés en poésie" sont proposés à la lecture, ici et ailleurs.
Le pluriel, car j'ai eu l'impression que votre poésie était scindée en deux, mais j'avais bien lu que vous n'en aviez posté qu'une seule.
Je vous laisse toutes les chances, selon vos vœux, et pendant 1000 Mahâyugas. La poésie est hors le temps ! (lol)
Mais je tiens à repréciser un propos auquel j'attache de l'importance : il est dans la nature du poète d'être toujours le plus éloigné possible de ses semblables, tellement loin qu'il se trouve au cœur des choses, et donc , par ricochet, dans le cœur de ses semblables. (traduction du patagon en français : on ne peut pas faire de poésie en respirant le même air que ses contemporains).
Bonne continuation !

Publié le 28 Octobre 2020

@Catarina Viti
Bonsoir Madame. Merci d'avoir pris le temps de participer à cet intéressant débat. Je relève deux points qui m'interpellent dans votre commentaire :
1) ...Ensuite, la poésie. J'ai l'impression au contraire de ce que vous semblez dire, qu'on lit de plus en plus de textes présentés comme tels.(sic)
Ne seriez-vous pas en train de dire, avec délicatesse, la même chose que moi ? En d'autres termes, tous ces "textes présentés comme tels" sont-ils vraiment, de votre point de vue, de la poésie ?
2) ... Je n'ai rien ressenti de particulier en lisant vos textes. Je n'ai lu que des mots. Voilà, je suis franche. (sic) La franchise est une qualité rare de nos jours, et pour ma part je l'apprécie. Mais je me demande pourquoi vous utilisez le pluriel. J'ai construit l'introduction de mon ouvrage en utilisant la rime et l'assonance il est vrai, mais cette démarche explicative n'était pas par elle-même un poème. Il n'est donc pas choquant de n'y lire que des mots. En ce qui concerne le seul vrai texte qui figure dans ce "début de quelque chose qui peut-être ne verra jamais vraiment le jour", je note vous concernant qu'il n'a pas atteint son but. Dont acte. Cependant, me laisserez-vous une seconde chance ? J'ai sous le coude deux textes qu'une actualité brûlante m'empêche de publier pour le moment. Ils ont été écrits en janvier 2015, le contexte de ces écrits est facile à deviner. Le bon sens commande néanmoins d'attendre un peu avant de les publier, d'autant plus qu'à l'heure où j'écris ces lignes, et malgré vos encouragements, je ne suis pas sûr de persévérer dans mon initiative. ll le faudrait pourtant, ne serait-ce que pour vous démontrer que tous 'les poètes ne sont pas toujours très éloignés de leurs semblables" (sic)... Bien à vous Saul Heart

Publié le 22 Octobre 2020

@la miss 4
...
Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés !

Croiser les octos et les alexandrins avec cette justesse et cette précision témoigne d'un talent hors normes ... J'aimerais assurément pouvoir en faire autant ! Hélas, trois fois hélas... Bref, vous pourriez parler des heures de Charles Baudelaire, je vous écouterais sans fatigue aucune, c'est mon poète préféré et vous en parlez fort bien.

En fait, chère Madame, quand vous passez par mes pages, vous pouvez (même en cette période d'alerte sanitaire) enlever votre masque de "donzelle immature", car je reconnais plutôt en vous une vraie femme de lettres. D'ailleurs, à la lumière de vos explications, je me dis que j'ai déjà certainement croisé votre route sur ce site. En effet, j'ai trace dans ma mémoire d'un échange musclé entre une miss (sans numéro à l'époque) et un auteur obstiné : "vous ne m'empécherais pas décrire ceux que je veus écrire" glapissait l'apprenti poète sur lequel vous jetiez des pierres avec application. C'était, je crois, pendant le confinement, j'étais donc cantonné en quelque sorte, et j'ai bien ri... (humour facile...)
Mais revenons à nos moutons. Je vous remercie d'avoir pris le temps de développer votre pensée. Je n'étais pas sûr de mon fait avant de me lancer, et maintenant que votre avis péremptoire est devenu un avis étayé, je le suis encore moins maintenant. Je vais prendre le temps de la réflexion d'autant que le commentaire de @Catarina Viti m'interpelle également.
En tous les cas, merci pour ces échanges enrichissants.
Je vous souhaite une belle nuit (La voûte céleste c'est un espace où les étoiles sont à leur place...).
Saul Heart

Publié le 22 Octobre 2020

Saul,
Pour prolonger votre commentaire ci-dessous, je ne pense pas que vous devriez prendre la décision de continuer ou d'arrêter votre formule en fonction des réactions des lecteurs. Premièrement, vous risquez d'en recevoir très peu, et ensuite... elles valent ce qu'elles valent, mais franchement, pas plus.
Si vous aimez écrire, écrivez. Si ce que vous écrivez plaît, eh bien, tant pis... et si ça ne plaît pas, tant pis aussi.
Ensuite, la poésie. J'ai l'impression au contraire de ce que vous semblez dire, qu'on lit de plus en plus de textes présentés comme tels.
Et pour finir votre texte.
Pour moi, le propre d'un poème est de créer un "choc" (vertige, coup de poing dans le bide, illumination, émerveillement, espoir, tristesse insondable, etc., etc.). Je n'ai rien ressenti de particulier en lisant vos textes. Je n'ai lu que des mots. Voilà, je suis franche. Mais cela ne doit ni vous affecter, ni freiner votre élan. Cela ne devrait pas avoir la plus minime importance. Cela ne devrait être rien de plus qu'une ride sur l'eau à la proue d'un navire.
Continuez, creusez, grimpez. Les poètes sont toujours très éloignés de leur semblables, tellement loin. Au cœur des choses, tout simplement.
Merci et à bientôt.

Publié le 21 Octobre 2020

@la miss 3
Bonsoir Mademoiselle la miss 3 (pourquoi 3 ? Il y en a deux autres sur le site ? Fichtre...)
Tout d'abord sachez que traiter quelqu'un de "foutraque imbécile" caché derrière un pseudo sur le net ne me ressemble pas. Ensuite, votre raisonnement, que je respecte, me paraît néanmoins bien discutable. Rappelez-vous par exemple qu'il existe sur nos chaînes nationales
une émission animée par un pianiste jazz talentueux et dans laquelle il est expliqué ce qui a présidé à la naissance d'une chanson. Dans le même ordre d'idée, une autre émission nous présente en moins de deux minutes une œuvre d'art en expliquant le contexte de sa naissance. Qui oserait dire que les chansons (signées Serge Lama, Françoise Hardy, Véronique Sanson, etc...) ou les oeuvres (signées L. de Vinci, P. Gauguin, le Douanier Rousseau, etc...) présentées sont ratées ? Bien sûr, mes modestes écrits sont loin d'avoir la valeur artistique des chansons et œuvres d'art que je viens de citer, mais de mon point de vue, affirmer péremptoirement que présenter le contexte d'un poème, même s'il s'agit de quelques
vers sans prétention, signifie forcément que le poème est raté, n'est pas pertinent. J'ajoute que la Poésie est un genre littéraire en net déclin depuis quelques temps. J'ai pris une initiative aux fins de tenter de relancer l'intérêt du lecteur, mais si l'absence d'avis ou l'accumulation d'avis défavorables comme le vôtre me montraient que je me suis fourvoyé, je ne ferais pas "rien", j'abandonnerais cette direction, tout simplement. L'auteur propose, le lectorat dispose... Un détail au passage : je suis hostile à la "notation étoilée" en vigueur sur MBS, cependant je remarque que votre commentaire négatif est enrichi de 5 étoiles. C'est par amour du paradoxe ? Enfin je conclus, chère la Miss 3 (!!!), en vous indiquant que ma vieille maman n'apprécie guère les demoiselles, qu'elle trouve généralement (qu'elle me pardonne de la citer sans autorisation) "instables et changeantes", elle préfère les femmes mariées qui "prennent leurs responsabilités devant les hommes et le Seigneur". En conséquence vous ne m'en voudrez pas d"attendre que vous convoliez en justes noces avant de lui transmettre votre respectueux bonjour. Bien à vous. Saul Heart

Publié le 21 Octobre 2020