BONHEURS PERDUS

58 pages de JEROME BAVEREY
BONHEURS PERDUS JEROME BAVEREY
Synopsis

C'est l'histoire d'une rencontre.
C'est l'histoire de bonheurs vécus, éléments scintillants et célestes d'un accord parfait.
Quelque chose qui n'aurait pas du se terminer.
C'est l'histoire de la fin arrivée bien trop vite.
Lettre ouverte destinée à l'immense minorité qui a vécu la même histoire ou à ceux qui aimeraient la vivre.

Publié le 01 Février 2021

Les statistiques du livre

  371 Classement
  85 Lectures 30 jours
  557 Lectures totales
  -122 Progression
  31 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Autant j’ai trouvé que vous saviez manier le suspense, cad. l’intrigue de votre histoire, autant la manière dont vous la racontez est d’une banalité lancinante. Et c’est ça qui pour moi a fait l’intérêt. Un vrai talent ! (ps. Et à part ça pour être triviale 2 sec, pas de sexe du tout, jamais ? pas de nuits torrides ? de lieux inavouables ? et on ne saura pas pourquoi elle est partie, c’est pas cool de ne pas nous le dire… et ce que j’aimerais savoir, écrire vous a libéré ? permis de passer à autre chose ? vos goûts pour la chanson le cinéma ont évolué ? vous écoutez The Who ‘we won’t get fooled again’ ? l’écriture vous a permis de comprendre ?)

Publié le 27 Février 2021
5
Tous ces bonheurs ne sont pas perdus puisqu’ils sont à l’origine de ce livre empreint de sincérité, au rythme soutenu, et qui ne nous laisse pas indifférents. Attendons avec impatience le livre suivant!
Publié le 14 Février 2021

@JEROME BAVEREY
Lancinante est la cruelle mélopée de la perte subie autant que sublimée. Et défile pour son ultime projection collective, sur l'écran blanc de cette lettre ouverte dont la première destinataire s'est elle-même affranchie, le film tendrement rembobiné d'une union passagère, mais combien nourricière, que son auteur, cinéphile sensible et pudique, décline en une suite de voyages à deux plus ou moins proches où s'enchaînent et souvent se fondent, de Paris à Lyon et de Cannes à Locarno, travellings et plans fixes, en couleurs vives ou en noir et blanc. Lorsque trop tôt (ou peut-être pas, après tout) revient la lumière de l'évidence présente, perdure encore la part d'ombre entretenue par un très cathartique itinéraire qui nous laisse empreint de cette douce et indicible mélancolie propre aux lendemains de festivals, quand soudain se vident la Croisette, les planches normandes ou la lagune du Lido, que l'effervescence d'un coup retombe et que disparaissent au loin, sans plus revenir, les noires limousines comme des corbillards.
Max STEEN

Publié le 09 Février 2021

Emouvant. Très touchant.
Un récit progressif, rythmé et poignant qui nous livre petit à petit un bilan pour digérer les "Bonheurs Perdus".
Une belle plume qui mérite d'être lue.

Publié le 07 Février 2021
5
je suis toute ouïe à recueillir vos impressions
Publié le 02 Février 2021