Nous avons perdu la Terre

14 pages de fabrice
Nous avons perdu la Terre fabrice
Synopsis

21 décembre 3077, La Terre, déjà à l'agonie, se fissure en deux. La fin est proche. 23 ans après que l'espèce humaine fut avertie par une étude à l'échelle mondiale que la Terre était trop exploitée, nous avions organisé notre exode vers cette planète que nous allions baptiser Terra 2.
J'étais parmi les privilégiés des dernières navettes à partir, mais arrivé sur Terra 2, rien ne se passa comme cela devait se passer, et il fallu survivre...

2089 lectures depuis la publication le 17 Janvier 2014

Les statistiques du livre

  1975 Classement
  23 Lectures
  -284 Progression
  4.2 / 5 Notation
  14 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Romuald Reber Merci, content que cela vous a plu.

Publié le 27 Octobre 2017
5
Cool. Belle histoire, c'est cohérant et le scénario tient la route.
Publié le 19 Septembre 2017

@Homere

Bonjour Homere,

Tout d'abord merci, pour la lecture et pour le commentaire.
Je suis ravi que mon histoire ait remplie son rôle et que ayez été transporté par ces quelques pages.
Pour les "!" soyez sûr que j'ai bien pris en compte cette remarque et que j'y penserai lors de ma prochaine phase d'écriture.
Enfin pour la vision plus lointaine, peut être que je m'y attellerai plus tard, ce n'est pas impossible car pour cette histoire j'avais une vision plus étoffée à l'origine.
En tout cas d'habitude quand j'ai envie d'écrire je suis freiné par mon niveau d'écriture car je ne suis pas très bon en conjugaison etc, mais vous m'encouragez à continuer.

Amicalement

Fabrice

Publié le 28 Janvier 2017
5
Très très bonne lecture ! Une histoire qui m'a embarqué ! Je ne peux que déplorer le format court... Cela mériterait amplement une vision plus lointaine... En tout les cas, bravo, c'est percutant et bien écrit (malgré les !!! ; je rejoins le commentaire déjà livré à ce sujet... ATTENTION !)
Publié le 27 Janvier 2017

Merci pour le lien, je prendrais le temps de le parcourir

cordialement

Publié le 20 Février 2014

En guise de post-scriptum à mon commentaire, un lien vers un article à ne pas négliger :

http://www.revue-solaris.com/special/cnpedh.htm

Parce qu'outre que nous ne sommes pas d'accord sur ce qu'est la science-fiction, la science-fiction risque de ne pas être d'accord avec vous. Ce qui serait vraiment dommage.

Publié le 20 Février 2014

Bonjour Naya,

Merci pour votre lecture.
Je ne sais pas si j'aurais pu développer plus, sauf en créant une histoire. Mais il aurait fallu à ce moment basculer de la nouvelle à l'écriture d'un roman et comme j'ai commencé l'écriture de la suite de mon premier roman, il fallait que cette histoire reste une nouvelle brève. Mais qui sait par la suite peut être que...
Quoi qu'il en soit c'est déjà un pas en avant que sa lecture vous ait plu, j'en suis ravi, merci

cordialement

Publié le 17 Février 2014
4
J'ai aimé votre livre mais j'en aurais voulu un peu plus.Bonne histoire! cette idée de la fin du monde terrestre est en plus tout à fait plausible!
Publié le 11 Février 2014

Bonjour,
Exaspéré par l’assaut ? Pourquoi le serais je ? Vous avez lu ma nouvelle et vous avez pris le temps d’écrire un mini chapitre pour me donner le fond de votre pensée. Je pense que c’est suffisant pour mériter ma considération et ne pas voir votre réponse comme un assaut à l’encontre de mon travail.
J’ai lu vos remarques, je suis d’accord avec le souci des points d’exclamation, mais je ne savais pas comment faire pour gérer les différentes intonations de voix sans y recourir.
Pour le reste, je ne partage pas votre point de vue. Pour moi, une science fiction appartient à l’imaginaire et non au réel. Vous cherchez à ramener ma fiction à la réalité comme quand vous ramenez Centaure au premier plan, mais qui vous dit qu’elle l’est réellement ? Rien ne dit que dans 100 ans nous ne pourrions pas avoir un regard différent sur l’univers. De plus, si j’en reviens au côté « fiction », si je désire inventer des planètes plus proche de nous que l’étoile du Centaure, je ne vois pas très bien ce qui m’en empêcherait. La crédibilité ? Non, car je suis dans la catégorie Science fiction.
Des autochtones primitifs psychologiquement et techniquement bien armés ce n’est pas plus fou qu’un gamin qui tisse des toiles après s’être fait piquer par une araignée radioactive pourtant on en a fait 4 films. La science fiction appartient à ceux qui veulent s’évader.
Bref, je pense tout simplement que nous n’avons pas la même vision de la science fiction.
Cependant je suis d’accord sur le fait que s’il aurait du y avoir un plus gros développement de l’histoire, il aurait fallu se poser plus de questions et peut être que j’aurais changé certaines choses.
Mais bon là il s’agissait juste de coucher sur le papier une nouvelle de quelques pages dont le point central n’est pas l’origine des autochtones mais simplement le regard de l’humain envers sa planète qu’il a dû quitter.
J’espère que vous-même ne verrez pas ma réponse comme un assaut. Je suis ravi d’avoir différents avis et je respecte totalement le votre, même si je ne le partage pas entièrement.

Publié le 24 Janvier 2014
3
Sans méchanceté de ma part, mais comme une invitation à faire plus attention aux gros détails qui minent la crédibilité (en SF, c'est capital d'en avoir une qui ne soit pas trop fragile). Au plan stylistique, pour moi ça va, à un ou deux détails près (j'y reviens plus loin), mais c'est dans le fond que je trouve quelques déficiences, sans lesquelles le texte serait très agréable à lire. C'est que je n'ai pas été convaincu par: - la fin de la Terre, pas crédible pour un sou (géologiquement parlant, entre autres ; et l'épuisement des ressources, selon moi, n'attendra pas encore mille ans) ; - les autochtones sont à la fois très primitifs et technologiquement évolués, qu'ils chassent avec des lances en s'aidant d'un scanner m'a paru (plus que) très curieux; - qu'ils n'y ait pas de confrontation avec eux auparavant me semble louche (manifestement une poignée de Terriens, ça ne devrait pas les effrayer, ils auraient pu venir les faire dégager au moment de l'installation sur un territoire déjà possédé); - les voyages intersidéraux étant possibles depuis quatre siècles, je m'étonne du peu d'entrain à aller coloniser la galaxie, et à ne s'installer sur la première planète disponible qu'en urgence. En développant l'histoire, je me serais posé des tas de questions sur les causes et les conséquences, en faisant en sorte que ça tienne le plus possible la route: la réflexion préalable, dans ce genre de texte, doit déborder du cadre de l'histoire, afin de lui fournir une assise solide. Par ailleurs, notons que la première planète accessible ne risque pas d'être aussi proche, puisque Proxima du Centaure se situe déjà à 4,2 années-lumière. (Et ce serait un coup de bol énorme d'en dénicher une tout près, d'ailleurs). Sinon, l'abus de points d'exclamation est à prohiber. Ils ne vont en tout cas jamais par paire, trio, quintette ou sextuor. Jamais. D'abord c'est laid, et pour signaler les diverses intonations (du cri étouffé au hurlement d'angoisse), mieux vaut y aller textuellement. Ce sera globalement mon seul gros reproche question style (on pourrait affiner ici et là, mais ça restera à la discrétion de l'auteur). Bien. Pas trop exaspéré par l'assaut, j'espère ? C'était juste pour faire réfléchir, que la prochaine fois ce soit encore mieux...
Publié le 24 Janvier 2014

Bonjour Muriel59, merci pour cet encouragement.
L'exercice des nouvelles est difficile et il est bon de savoir que ça plait.

Publié le 20 Janvier 2014
4
J'ai adoré, c'est malheureux qu'il soit si court. Continuez à écrire.
Publié le 19 Janvier 2014