Toi sur mon épaule

7 pages de Henry Maurec
Toi sur mon épaule Henry Maurec
Synopsis

Une nouvelle sur la perte et la mémoire
6 pages

Retrouvez les autres livres d'Henry Maurec sur Kindle
- Panne d'électricité, Quelques grammes de trop, deux recueils de nouvelles fantastiques
- Gaijin, un polar se déroulant au Japon (1er d'une trilogie mettant en scène l'agent d'Interpol Robert Rousseau). Le volume 2, Infidèle, vient de paraître
- Circus, un polar indépendant
- Le collectionneur, sf / terreur
- La fosse, nouvelle historique dans le Japon ancien
- Le loup blanc, fantasy
- Déviance, roman à épisodes sf
- Serial, polar à épisodes

2372 lectures depuis la publication le 07 Novembre 2014

Les statistiques du livre

  3424 Classement
  8 Lectures
  -65 Progression
  5 / 5 Notation
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci Marguerite pour le commentaire et la note. Je voulais écrire une sorte de descente aux enfers graduelle, obsessionnelle. Ravi que vous ayez apprécié

Publié le 09 Décembre 2015
5
Je trouve votre nouvelle très forte, très "habitée". Merci pour ce beau partage. Bonne continuation à vous, Marguerite Rothe.
Publié le 07 Décembre 2015

Merci Colin
L'idée de départ c'étaient tous ces tatouages que parfois on veut effacer ensuite, et puis j'ai pensé que ce n'est peut-être pas aussi facile d'effacer quelqu'un de sa mémoire.
En tous cas, je suis très reconnaissant du commentaire

Publié le 24 Octobre 2015
5
Je m'étonne de ne voir aucune note à cette poignante nouvelle. Les non-dits respirent la douleur, la nostalgie, le nihilisime et la violence auto-infligée comme une sanction, un dégoût suite à la perte de l'être cher, partie pour un autre ou pour l'au delà, on ne sait pas, mais qu'importe, elle n'est plus là et les vaines tentatives pour l'effacer n'e sont que plus touchantes dans leur futilité. Un texte fort, dans un style très propre et fluide, sans fioritures. Bravo
Publié le 19 Octobre 2015

Bonjour Myriam
Le jour où Brel... c'est bien de moi. Merci de votre commentaire. J'adore Brel et j'ai récemment découvert cette anecdote, il y a même eu un disque qui faisait l'éloge des mineurs. ça m'a donné l'idée de cette nouvelle, je trouvais que la nostalgie de la phrase d'accroche collait bien avec cette tristesse de tous ces métiers qui disparaissent, de tous ces pans de notre histoire qui s'effacent... dans l'indifférence générale. C'est pour ça que le cas de Brel était aussi unique.

Publié le 26 Septembre 2015