Colin Kaslan
Biographie

Parce que souvent les insomnies enfantent.
Parce que la nuit est propice à la vie.
Parce que les mots sont plus à l'aise écrits que pensés.

Colin Kaslan a noté ces livres

3
Bonjour, Je ne sais si ce récit est une nouvelle ou le préambule d'un roman. Vous avez un bon style mais je trouve le déroulement un peu trop linéraire et attendu (si c'est une nouvelle). Puis-je vous suggérer d'apporter à votre texte l'air et l'espace dont votre héroïne semble manquer? Ou la mise en page est-elle voulue pour illustrer son asphyxie? Amicalement, Colin
Publié le 05 Novembre 2015
5
Bonjour Marie, Je n'ai pas encore lu toutes les nouvelles, seulement les deux premières et deux autres prises au hasard. Je vous accorde néanmoins déjà les cinq étoiles pour "trois têtes de biches", une brillante nouvelle écrite avec un humour aussi fin que efficace. Les annotations et remarques éparses qui parsement ce burlesque récit le rendent incroyablement vivant et drole, avec un soupçon de psychologie brillament suggerée pour ne pas plomber l'ambiance mais personifiant d'autant plus le narrateur. Merci pour ce moment, encore bravo, je reprends ma lecture. Amicalement, Colin
Publié le 05 Novembre 2015
5
Bonjour, J'ai apprecié la lecture de ces nouvelles simples mais fort bien écrites. Des scènes de vie et des évènements comme il en existent des milliers chaque jour, racontés avec application et clarté, parfois avec humour, d'autre entourés de mystère. Vos textes sont très fluides, on peut ressentir que chacun a été très travaillé et corrigé, c'est propre. Amicalement, Colin
Publié le 04 Novembre 2015
5
Des regrets, des impératifs profonds mais ignorés de tous, des injustices, des profiteurs, des peines oubliés, des destins brisés, et des femmes. Des femmes fières, des femmes meurtries, des femmes souillés, des femmes fortes, parfois jusque dans leur faiblesse. Chère Jeanne, merci pour ce recueil, il me reste 3 histoires à lire, ainsi que vos poèmes, mais je préfère faire une pause pour penser. Le revers de la médaille des recueils de nouvelles (lorsqu'elles sont de cette qualité), nous somme tentés de les lire d'une traite sans prendre le temps de les digérer. J'aime votre style et la liberté que vous nous laissez pour combler les inconnues de vos récits. L'essentiel est là, à nous parfois de compléter l'histoire. Je vous tire mon chapeau pour ces récits, ainsi que pour vos chutes, ces quelques mots accompagnant le point final,toujours particulièrement bien trouvés. Avec le plaisir de vous relire. Amicalement, Colin
Publié le 04 Novembre 2015
4
Bonjour Adelyre, Le poid de la présence paternelle est éternel, et d'autant plus lourd qu'on l'admire. Un premier texte prometteur, votre style est fluide et agréable. Si je peux me permettre, je vous suggererais un relecture pour alléger certains passages un peu répétitifs et éventuelement rendre la fin moins abrupte et l'amener plus delicatement. Ce n'est que mon humble avis de lecteur, mais une chose est sûre, continuez! Amicalement, Colin
Publié le 04 Novembre 2015

Pages