Dufondesages
Biographie

Auteur de plusieurs ouvrages et articles : éditions critiques, biographies, bibliographies, enquêtes historiques. Spécialisé dans la littérature marginale. Notamment publié aux éditions Champion, Voltaire Foundation, Rodopi, Les Points sur les i… (Pour autant, a vaguement entendu parler de droits d'auteur mais n'en a jamais vu la couleur, sinon en centimes, et déclarables...)

Dufondesages a publié

Dufondesages a noté ces livres

4
- Une étoile pour le titre du bouquin ! Au moins, ce titre ose contrarier l'idée reçue que le chômage serait une fatalité inévitable et irréversible. - Une étoile pour la forme, la structure et la rédaction du livre, parfaitement construit, relu et fini. - Une étoile pour la fouille documentaire préalable sur laquelle s'appuie le raisonnement. - Une étoile pour le fait de proposer quelque chose plutôt que rien (rien : comme c'est le cas de tous nos carriéristes politiques) et pour les idées utiles proposées (il y en a). - Pas d'étoile pour votre premier principe de réforme (chap. I, p.35) qui est de dégringoler l'aide aux "assistés" ! Non, Monsieur. Il faut d'abord rendre aux gens le droit de travailler et de gagner de l'argent en travaillant. Ensuite, on coupera les vivres aux "fainéants". - Pas d'étoile pour le leitmotiv des droits et devoirs du chômeur. Ce n'est pas de la faute aux chômeurs si le marché de l'emploi se dégrade et que la dette s'aggrave alors que la richesse augmente : ce n'est pas à eux qu'il faut commencer à imposer une charte de bonne conduite. Il y a d'abord des comptes à demander et à rendre de la part des fabricants de misère et des détourneurs de richesses : les Islandais l'ont bien compris... Employer quelqu'un n'est pas un acte de charité : un employé rapporte de l'argent à son employeur. Ce dernier a donc davantage de comptes à rendre notamment sur le mépris et l'escroquerie avec lesquels il considère ses employés ou ses employables. - Pas d'étoile pour la non-proposition de refonte de cet organisme de répression et de dégradation qu'est Pôle Emploi : six millions de chômeurs (ils y sont en France!), c'est 20 fois plus que la population de l'Islande, 3 fois plus que celle de l'Estonie, l'équivalent de celle de la Hollande. Et avec ça, les chômeurs et précaires de France n'auraient pas, eux aussi, de quoi fonder leur armée, leur police, leur système d'éducation, leurs usines, leurs commerces, leurs industries, etc. ?! Pôle Emploi serait donc un vaste hôpital psychiatrique qui gère une cohorte de débiles et d'irresponsables ?! OUI, puisque Pôle Emploi isole chaque chômeur comme on isole un malade au lieu de les réunir pour qu'ils créent entre eux l'économie qui leur manque ! Les chômeurs n'auraient besoin de personne pour refonder une Amérique si on les envoyait coloniser une terre inhabitée, et ils feraient mieux que les économistes qu'ils auraient quittés. A condition de ne pas se retrouver chacun sur une île déserte ! - Pas d'étoile pour l'analyse purement économique de la situation, sans aborder en priorité l'aspect relationnel et humain qui crée l'économie. C'est parce qu'il n'y a aucun sentiment d'appartenance à une nation de la part de ceux qui en profitent, qu'il n'y a aucune considération humaine de la répartition des "richesses" (ce terme d'économiste est d'ailleurs abject : les gens sains ne parlent pas de créer de la "richesse", mais du "bien-être", ce qui est radicalement opposé). L'économie est une vue de l'esprit. Intéressons-nous d'abord à l'esprit, le reste suivra. - Pas d'étoile pour la non remise en cause de la compétence et de l'intégrité des politiques : un pays sain ne peut pas être géré par des élus malsains. Il faut redéfinir les limites de notre système "démocratique" qui n'en est plus un et revoir les principes d'éligibilité et de maintien aux affaires de nos politiques qui, en matière d'incompétence, de parasitage du système et d'assistanat, battent pour leur propre compte tous les records que les chômeurs n'atteindront jamais ! --- Enfin, simple remarque parmi de nombreuses autres. (p.86) Non, les chômeurs ne sont pas en moyenne moins qualifiés que les non-chômeurs : ce serait même plutôt le contraire. Il s'agit d'une légende entretenue par les esclavagistes pour qui tout est bon en vue de dégrader les employables. Les chômeurs en viennent même à cacher leurs diplômes et compétences pour accéder à moins qu'ils ne méritent, ou bien à une formation inutile de plus, plutôt qu'à rien. - Cela dit, merci d’avoir eu le courage d’écrire ce livre, qui mérite d'être lu.
Publié le 07 Juin 2015

Pages