SCHOOLBLOCK

521 pages de Max STEEN
SCHOOLBLOCK Max STEEN
Synopsis

2040. Endeuillé par la mort de sa fiancée dans l'explosion criminelle du lycée de Savannah où ils exerçaient tous deux, Holden Openbook, jeune professeur de français américain, obtient un poste à Meaux. Le calvaire qu'il va y endurer le fait hélas vite déchanter. Il saisit alors l'occasion qui lui est offerte de quitter une France en crise et de regagner son Sud natal. Sa candidature y a en effet été retenue pour inaugurer à Charleston le projet expérimental du "schoolblock", un lycée-forteresse high-tech garantissant le complet anonymat de ses enseignants et la docilité de leur auditoire. Mais une rencontre fortuite dans la baie le conduit à s'éprendre, en secret, de sa meilleure élève, Wanna Lurne, étrange métisse de 18 ans. Prendra-t-il le risque de se démasquer et de fuir avec elle?

2807 lectures depuis la publication le 15 Juillet 2016

Les statistiques du livre

  262 Classement
  106 Lectures
  -74 Progression
  4.8 / 5 Notation
  48 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

22 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@lamish
Comment ne pas rougir à la lecture de tous ces compliments, si bien troussés par une lectrice très en vue sur le site qui nous héberge ? Vos difficultés d'approche, justifiées avec beaucoup de tact, confirment de surcroît mes propres appréhensions et expliquent sans doute en partie l'obstination des éditeurs (pressés, car submergés) à m'ignorer. En dépit de l'onde de choc générée, je l'espère, par son explosion initiale, le début de Schooblock ne s'avère pas, en effet, immédiatement romanesque, sa dimension argumentative l'emportant, presque par nécessité, sur sa valeur lyrique que le retour à Savannah nourrit et exacerbe. Certains sont d'emblée happés, cependant, et tendent à me conforter dans l'ensemble de mes choix. Mais le privilège d'avoir su vous gagner et durablement vous émouvoir, voilà ce qui, en fin de compte, importe le plus à mes yeux. Many thanks and kind regards, too. Max Steen.

Publié le 19 Avril 2017
5
J'ai oublié la pluie d'étoiles ;) ! J'en rajouterais bien quelques unes mais pas moyen !
Publié le 19 Avril 2017

Bonsoir @Max STEEN, C’est honteuse que je reviens vers vous, six mois après avoir mis «Schoolblock» dans ma bibliothèque. En octobre, une première lecture d’une dizaine de pages m’avait alertée sur la nécessité d’une totale disponibilité pour aborder votre plume particulièrement riche et académique (pour moi, doit préciser l’inculte que je suis ;)). Ce mois d’avril m’a permis une seconde immersion, très progressive, un peu laborieuse en ce qui concerne les quatre vingt dix premières pages, je l’avoue. Dur d’en expliquer la raison mais je vous dois d’essayer : C’est un peu comme si la perfection de votre style prenait le pas sur le propos, dans un premier temps. Puis, tout aussi graduellement, votre plume se libère, se dénude, se mue en organdi de douceur, de pudeur, d’humour, de sensibilités. A partir de là, j’ai suivi Holden, attachant personnage, dans ses contemplations, ses rêveries, ses sentiments, ses voyages, ses réflexions, ses désillusions. J’ai beaucoup aimé l’émaillage sur fond de sommeil de Wanna Lurne qui rythme votre roman et interpelle jusqu’à la troisième étape qui nous éclaire, tout comme les nombreuses références musicales et cinématographiques. Au gré des évènements vécus par votre personnage, de sa discrète mais tenace insoumission, vous parvenez à interpeller vos lecteur sur le naufrage annoncé et toujours ignoré de l’enseignement, complétant par une réflexion profonde un roman plein, construit, original, qui va durablement accompagner mes pensées. Merci pour ce partage dont je me suis délectée, admirative d’une plume exceptionnelle. Kind regards ;). Michèle

Publié le 19 Avril 2017

@Hubert
Six jours seulement pour aller au bout du voyage: je suis moi-même admiratif et très ému par un tel investissement qui constitue à mes yeux une bien précieuse récompense. De tout cœur, merci. Mais quel dommage pour moi que jurés et éditeurs parisiens n'aient point eu jusqu'à présent cette endurance ni, sans doute, cette curiosité intellectuelle-là! On ne peut certes pas plaire à tout le monde et on ne le doit pas non plus, d'ailleurs. Please knock on wood for me, with all my best wishes of health, peace and success to you ! Max Steen.

Publié le 23 Février 2017
5
J'ail repris la lecture, laborieusement au début, pour me trouver prisonnier de ton histoire. C'est un texte qui se déguste, en prenant son temps. L'histoire ouvre des horizons de réflexions. On ne peut pas en sortir totalement indemme. Merci pour le partage, et bravo pour le résultat
Publié le 23 Février 2017

@Hubert
Merci pour ce beau gage de confiance et d'ouverture dont je saurai, je l'espère, me montrer digne en ne décevant pas vos attentes. Puissiez-vous en effet ne jamais regretter le temps que vous aurez consacré à me lire et à partager ainsi, dans l'intimité volontiers suffocante de mes phrases offertes, mon univers franco-américain ! Une fois passé le cap du Premier Chapitre, essentiellement pamphlétaire et assez difficile d'accès (j'en conviens en toute humilité), une narration plus traditionnelle, entrecoupée de descriptions ou de dialogues et fertile en douloureux rebondissements, me paraît s'imposer sans pourtant occulter la dimension polémique du roman. Ne s'agit-il pas, après tout, d'une dystopie? Je vous souhaite donc la bienvenue à Savannah, avec l'ambition de vous donner l'impérieuse envie d'y partir ou d'y revenir un jour. Bon voyage, dans l'attente de vos impressions futures !
Sincerely yours. Max Steen.

Publié le 18 Février 2017

Bonjour Max. Difficile de donner une appréciation. Lorsque je prends le temps de me poser sur une phrase, je suis ébloui par le texte, la profondeur presque philosophique des idées. En contrepartie je perds le fil de l'histoire. C'est un livre à déguster qui nécessite du temps d'absorpsion. Il me faudra encore du temps pour continuer la lecture (500 pages), mais l'idée m'a beaucoup séduit.
Il faut donc que je me prépare pour un marathon de lecture, en évitant toute overdose.
Mais je pense que le jeu en vaut la chandelle.

Publié le 17 Février 2017

@Pascale Lécosse
Emanant d'une plume aussi fine et fêtée que la vôtre, votre généreux commentaire me comble et m'honore. Mais, en ces temps de compétition parfois cruelle qui pourraient nous opposer, je salue également la noblesse du geste et me sens confus de ne pouvoir vous rendre la pareille. Je ne dispose pas, en effet, de ce temps précieux que vous avez bien voulu prendre à me lire de bout en bout: le premier cadeau non négligeable que, sans me connaître, vous me destiniez. Votre propre roman évoque, semble-t-il, une maladie qui me touche de près (ma mère s'en trouve atteinte) et met en scène une actrice dont j'ai beaucoup apprécié et plusieurs fois rencontré le probable modèle, allant jusqu'à animer, après sa disparition physique, une rencontre en librairie avec sa fille. Autant dire que son propos m'est aussi précieux que ceux dont vous avez gratifié le mien.
From the deep of my heart, many thanks, with my equally warm regards. Max Steen.

Publié le 30 Novembre 2016
5
@Max Steen Yes I did it! Monumental, intelligent, original, intense! J'ai mis du temps, peut-être, mais j'ai mis le temps qu'il faut, le temps nécessaire pour vous lire bien, comme votre talent l'exige. Je referme votre livre, mais vos personnages M'accompagneront, longtemps... Un regret, cependant, celui de ne pas l'avoir écrit! Get well! Warm regards Pascale
Publié le 30 Novembre 2016

@Mokeddem XI Vous nous en apprenez une belle ! C'est toujours intéressant d'avoir des informations sur des décisions qui n'ont pas été prises... Le café du Sport, fin novembre, serait-il déjà aussi surveillé que Drouant début novembre ?

Publié le 29 Novembre 2016
4
La position de l'auteur concernant le thème de l'éducation scolaire me semble originale et très courageuse par les temps qui courent. Elle est défendue et explicitée avec une vigueur peu commune, ainsi qu'une étendue plutôt stupéfiante de références culturelles variées. L'auteur dispose d'une richesse de vocabulaire, d'une érudition et d'une aisance dans la syntaxe qui constituent en soi une vraie bouffée d'oxygène et une réelle nouveauté dans le paysage littéraire actuel.
Publié le 29 Novembre 2016

@Pascale68
Tout à la hâte de rebondir hier sur vos si aimables propos, j'ai omis l'essentiel: vous en remercier. Voilà qui est fait aujourd'hui, très chaleureusement. "Boum!" Comme celui naguère de Charles Trenet, mon cœur fait "Boum!" lorsque ce soir je les relis. Preuve qu'il peut encore y avoir, en notre monde, de petites explosions de joie. Des grandes, la sagesse exige de se méfier. Max Steen.

Publié le 27 Novembre 2016

@Pascale68
C'est aussi avec l'ardent espoir de susciter semblables émotions que j'ai écrit ce roman - la fièvre parfois rageuse du propos n'excluant pas le souci du détail, de la cohérence et de la musique des mots, ni, page après page, paragraphe après paragraphe, les sévères et incessantes remises en question. L'objectif assumé de la dystopie étant de tendre son ténébreux miroir, plus ou moins lointain, à une réalité en perdition, j'ai aujourd'hui le sentiment croissant que, sous maints aspects, l'actualité s'ingénie hélas à lui donner raison. Max Steen.

Publié le 26 Novembre 2016

Boum.......boum!la boucle est bouclée pour ce roman fracassant!
Un art certain d'anticiper visant avec rigueur et justesse un futur saisissant.
On frissonne tout au long de ses pages fouillées.
La réalité rejoindra t-elle la fiction?!

Publié le 26 Novembre 2016

Bon, les amis, je clos le débat ici. Et supprimerai tous les commentaires qui ne parlent pas intelligemment de ce livre. Tous les commentaires qui me déplaisent... Comme un super censeur...qu'on me force à devenir...
Quant à vous jezzabel, écrivez moi une rubrique intelligente et respectueuse et drôle (vous savez l'être) sur les idées que vous voulez faire passer, ce sera plus clair pour moi et pour le site. Et beaucoup plus lu aussi ... Ce sera plus utile que de traquer les rares faiblesses que vous vous escrimez à chercher dans les romans de 520 pages.
J'attends votre papier à contact@monBestSeller. com.
Merci

Publié le 03 Octobre 2016

@jezzabel.Deo gratias.Amen. Vous voyez bien que vous n'êtes pas si Belzébuth que ça! (Ni Sainte Nitouche )

Publié le 03 Octobre 2016

@monbestseller.@Max Steen. Jezzabel doit se convaincre que ce site est celui des bonnes volontés. Ce qui n'interdit pas les particularismes de chacun, auteur ou lecteur. Cette équipe fait de gros efforts pour nous servir et améliorer notre sort. On a le droit de faire fonction de trublion, c'est quelque fois salutaire, mais il est inutile de faire le jocrisse et d'effectuer des triples sauts arrière pour se faire remarquer. La remarque sur "je me rappelle" versus "je me souviens" est parfaitement exacte, mais ce n'est pas plus grave que l'introduction du concombre dans le centre du monde. On peut le dire gentiment, car nous avons tous fait l'erreur, ici ou là.
Si vous voulez vraiment @jezzabel appartenir à notre communauté d'auteurs plus ou moins ballbutiants, montrez-nous votre talent plutôt que de nous le promettre. Nous nous chargerons des commentaires, et vous en ferez votre profit, c'est tout le bonheur que je vous souhaite.
Quant à l'équipe mBS, elle est suffisamment informée de notre admiration, et riche de nos remerciements pour ne pas se laisser impressionner par la force du vent.

Publié le 03 Octobre 2016

Nous sommes ici dans un espace de tolérance et de dialogues, dans un monde d'encouragement pas de découragement. Le monde extérieur suffit pour cela. Et si nous avons créé monBestSeller, c'est certes pour faire connaitre des écrits et des auteurs mais aussi pour créer une critique constructive avec respect et une forme de bienveillance. Le site est en grand mouvement. Nous ne souhaitons pas modérer. Chacun doit trouver dans cet espace un lieu d'expression, de liberté. Mais la forme des commentaires est essentielle. Merci

Publié le 30 Septembre 2016

@jezzabel
L'élégance que vous avez eue de ne pas étoiler mon roman vous honore et je vous en remercie très sincèrement. Je partage en outre vos apparents préjugés contre certains universitaires amphigouriques parmi lesquels je ne me reconnais toutefois en aucune façon. Comment prétendre par ailleurs à la perfection? Peut-être certaines erreurs m'ont-elles en effet échappé et je vous félicite de les avoir détectées car on ne relit jamais assez un manuscrit ou du moins pas toujours avec la scrupuleuse distance qui devrait s'imposer. Je regrette cependant que vous n'ayez pas accompagné plus loin mon narrateur car les premières pages peuvent en décourager certains, je le conçois fort bien, et ne me semblent pas complètement représentatives, ni dans la forme, ni dans l'humeur, de la suite du livre. Ainsi n'aurez-vous pas abordé sa dimension fantastique, romantique, ni surtout, pour finir, érotique. Votre profil, peu compatible avec le mien en vérité, y aurait sans doute trouvé plus sûrement matière à satisfaction.

Publié le 21 Septembre 2016

"Schoolblock" est la Sélection de septembre et nominé au Prix Concours de l'Auteur Indépendant 2016. Félicitations à son auteur Max Steen dont vous pouvez retrouver l'interview ici : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/6196-autoedition-sele...

Publié le 15 Septembre 2016

@Colette bacro
Vos sensibles louanges me sont parvenues à point nommé, me permettant d'aborder un peu plus sereinement une prérentrée que je ne puis m'empêcher d'appréhender. Aujourd'hui même, j'apprends qu'un collègue a manqué de s'immoler en salle des professeurs, du côté de Rouen, rejoignant ainsi dans son geste (par chance interrompu) l'une des dédicataires de mon roman, Lise Bonnafous, dont j'ose espérer qu'elle ne se sera pas sacrifiée pour rien. Mais les dystopies, sous le voile suggestif de leurs extrapolations colorées, ont toujours pour urgente mission de révéler ou d'excéder (aux deux sens du terme), dans toute son obscène crudité, un présent qui ne passe plus. Vous avez aussi fort bien perçu la nécessaire luxuriance de mon style et je suis touché de vous avoir retenue par Savannah. Il fallait enfin que Wanna Lurne se fît attendre, comme vous l'écrivez très justement: sonnant telle une revendication ("je veux apprendre!"),son nom ne traduisait-il pas la quête résolue de celui qui "tend un livre ouvert"? M.S.

Publié le 31 Août 2016

@Max STEEN Merci beaucoup de votre chaleureux commentaire dont nous vous remercions. Nous espérons que cette mise en avant vous permettra de rencontrer de nombreux lecteurs.
Pour augmenter votre visibilité, pensez aussi à lire les autres auteurs et à les commenter. Ils auront ainsi à leur tour envie de mieux vous connaître, de vous lire. Et votre livre sera commenté.
Savez-vous aussi que vous disposez de différentes rubriques dans lesquelles vous pouvez vous exprimer sur un sujet qui vous tient à cœur et peut intéresser la grande communauté des auteurs et lecteurs de monBestSeller. N’hésitez pas à nous proposer un article, ou bien à vous rapprocher d’un autre auteur pour un Face à Face. Tout est expliqué dans cet article : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/4967-autoedition-pren.... C’est un bon moyen d’attirer l’attention sur vous et votre livre puisque nous ajoutons toujours le lien vers le livre de l’auteur.
Encore bravo pour votre roman !

Publié le 31 Août 2016

@monBestSeller
Recevez, je vous prie, toute ma gratitude pour le soutien et l'audience que vous avez offerts (et continuez d'assurer) à cette dystopie cathartique qui m'importe tant. Par le biais d'une fiction que j'espère émouvante, captivante et peut-être mobilisatrice, j'ai en effet mis beaucoup de moi-même, trois ans durant, dans ces pages où se font écho, face aux périls qui les désenchantent et les minent, la France et l'Amérique. Souvent je me prends d'ailleurs à rêver, pour cette histoire, d'une adaptation cinématographique hollywoodienne qu'à maints égards elle appelle. Votre insistance sur cette dimension-là me touche donc autant que le choix particulièrement judicieux de votre très belle illustration arborée (et sudiste) dont j'aimerais qu'elle puisse bientôt devenir, grâce à vous, l'idéale couverture du livre de papier auquel j'aspire. Croyez bien que votre "coup de cœur" a touché le mien. M.S.

Publié le 26 Août 2016

@fab
Confus de répondre si tardivement à vos louanges, je m'y emploie dès mon retour de vacances, sans craindre cette fois d'intempestives défaillances de connexion. Votre commentaire m'est d'autant plus précieux qu'il a sans doute joué un rôle décisif dans ce "coup de cœur" dont on m'a fait l'honneur de me gratifier. Il a dès lors probablement encouragé d'autres lecteurs à plonger dans mon roman d'amour et de rage que j'ai écrit pour eux, autant que pour moi (ou ceux qui partagent ma résistance et mes souffrances d'enseignant) - et contre les fossoyeurs satisfaits de l'Ecole Républicaine. La langue que vous avez aimé entendre chanter sous ma plume reste notre premier bien commun que nous ne servirons pour en jouir qu'en la respectant et en la parant de ses plus beaux atours. Ignorer les blessures qu'on lui inflige et la laisser volontairement dépérir, c'est nous perdre avec elle et nous avachir dans notre insidieuse soumission. Grand merci à vous. M.S.

Publié le 25 Août 2016

@joseph
Pardonnez-moi cette tardive réponse, liée à des problèmes de connexion dans l'hôtel où je résidais à l'étranger. Cette première appréciation en ligne (la vôtre), aussi pertinente que joliment formulée, m'est en effet parvenue à la veille de mon départ en vacances et les a rendues plus légères et solaires encore. Vous me comblez de joie et d'émotion, m'ayant fort bien lu et compris. Ma dystopie constitue le fruit de trois années d'écriture fiévreuse et salvatrice, devant le plan de Savannah, une ville enchanteresse que j'aime et que je voulais, à l'inverse de l'agonisant "mammouth" déchu, célébrer. Alanguir au sein du Sud profond pour mieux "réveiller": telle était l'essence de ma démarche de partage et le judicieux emploi final que vous faites de ce dernier verbe me redonne confiance. Puissiez-vous faire "école"! Many thanks and happy road to you! M.S.

Publié le 25 Août 2016

« Schoolblock » est le Livre le + du 19 août. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire ici : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/6063-ebook-gr.... Bonne découverte et bonne lecture ! Et n'oubliez pas de laisser ici un commentaire après votre lecture, l'auteur vous en sera reconnaissant.

Publié le 19 Août 2016
5
fab
Un best. De la mémoire de ses parents aimés, du cinéma des années 50 ou 60, de cette amie de plus en plus proche et intime, du sud de l’Amérique du Nord, de la langue et des belles lettres, de l’école française d’avant, celle qui apprenait la culture classique, de l’amour comme au cinéma, en un coup d’œil – en un coup de foudre. Magnifique récit. Magnifique écriture faite de sensibilité, de culture et de délicatesse.
Publié le 11 Août 2016
5
Le mammouth, disséqué par un éminent spécialiste, en prend plein son cuir. Le situer dans 30 ans n’en atténue pas pour autant le venin du propos, qu’il faut lire avec le respect pour la connaissance profonde des entrailles et des arcanes. Le tout dit avec un amour de la langue que le classicisme nostalgique rend gouleyante ! Sans parler du voyage en Amérique, sur les traces des géants du cinéma. Un trésor complexe, mais néanmoins précieux, à révéler (réveiller).
Publié le 09 Août 2016