Isabelle Lestine

Isabelle Lestine a noté ces livres

4
Comme toute bio, c’est évidemment à la fois très intime et en même temps un petit morceau d’histoire ce que vous racontez. Une histoire loin des miennes, est-ce pour cela que je ne me suis pas sentie « intégrée » ? Je ne pense pas bien sûr, autrement je ne lirais pas de bios. C’est sans doute car il manque un petit peu de roman à ce récit, la petite touche littéraire qui fait que même si c’est loin de votre propre histoire, vous vous l’appropriez. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti, tout du long de ce parcours à la fois assez incroyable et en même temps que tant ont eu. Merci de ce partage.
Publié le 24 Juin 2020
5
Vous racontez le fantastique avec beaucoup de douceur. C’est charmant, on revisite les grands classiques, qu’ils soient Alice ou Mary Poppins, s’habituant tout à fait à la succession des tours de magie que vous nous réservez. Merci de ce voyage de rêves.
Publié le 13 Mai 2020
5
Je suis très touchée par vos mots. Bien sûr ce que vous dites, c’est votre vie, vos souvenirs, vos joies vos peines, mais la manière dont vous écrivez fait, je crois, que l’on peut toutes se projeter, faire un peu sienne vos propres observations. Et je suis bluffée qu’on arrive à se mettre à nue comme ça, sans faux semblant, sans demande de compassion, sans effets de manche ni de style, juste comme ça, pour partager, pour comprendre et dire qu'on a gagné. Quelle victoire, bravo ! Et bravo aussi pour l’esprit que vous distillez un peu partout.
Publié le 19 Avril 2020
4
C’est charmant, est-ce le ton un peu enfantin, naïf, avec ces phrases courtes sujet verbe complément auxquelles on n’est plus habitué ? est-ce simplement le sujet avec ce Papa unique et … charmant ? Il y a une petite magie dans votre histoire, notamment portée par cet optimisme constant au fil des pages, quels que soient les aventures traversées. Merci pour ce partage.
Publié le 29 Février 2020
4
Lire l’histoire des autres, c’est lire un roman avec une certaine distance, celle de ne pouvoir se l’approprier, d’être spectateur des mots. J’aime cette lecture de la mémoire, comme j’aime lire des histoires aux petits. Il y a cette notion de passage. Au delà de la nécessité à écrire, à laisser filer, c’est aussi cette mémoire transmise pour les générations d’après. Et c’est précieux.
Publié le 03 Janvier 2020

Pages