LE TILLEUL DE RAMALLAH

94 pages de AVIV
LE TILLEUL DE RAMALLAH AVIV
Synopsis

Najib est un jeune homme arabe, chrétien et palestinien, qui a obtenu des autorités israéliennes, un permis pour faire ses études de psychologie et psychiatrie, à l'université de Tel Aviv. Il est amoureux de Dafna,une jeune fille juive, qui se résigne. Il rencontre alors son frère, Aviv, avec qui il aura une amitié forte et qui va l'accompagner dans le drame du quotidien, celui de la guerre que se font deux communautés qui n'arrivent pas à s'entendre, avec, en toile de fond, le froid Lavi, l'agent de la Sécurité israélienne. L'amour, la guerre et le désir de paix, le sacrifice, la mort, Jérusalem : voilà leur quotidien !

230 lectures depuis la publication le 10 Juillet 2019

Les statistiques du livre

  179 Classement
  140 Lectures
  -44 Progression
  4.7 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
Ben dis-donc, on peut dire que les liens amicaux et amoureux sont forts mais aussi les séparations à cause de l’appartenance des jeunes gens à différentes communautés. Dur dur d’être privé de l’homme qu’on aime car il appartient à une autre communauté que la sienne....
Publié le 16 Août 2019

Je vous remercie pour vos commentaires.
Vous vous dites horrifiés tous deux par les actes de violence et de haine qui ont lieu en Israël ou dans d'autres pays.
Moi je le suis encore plus par ma propre impuissance à aider ceux qui sont dans la souffrance extrême et je crois que la première urgence serait de montrer, camera au pong, ce qui se passe chaque jour, et pas seulement se contenter d'en parler car c'est trop facile et croyez-moi il n'y a aucun courage à le faire.
L'indignation que nous éprouvons tous, devraient conduire à des actions concertées et efficaces pour dénoncer les crimes et pour aider les victimes. Des êtres courageux le font sur place.
Devons-nous attendre d'être touchés nous aussi par cette violence, pour réagir avant qu'il ne soit trop tard ?
Il fut un temps où le mal soulevait les foules. Aujourd'hui il ne fait qu'agiter les bonnes consciences.
Bien cordialement.

Publié le 14 Août 2019
5
J'ai lu votre récit et je suis vraiment horrifié par la la haine et la violence de l'homme envers son prochain. Je salue votre courage et vous félicite . Ne pourrait on jamais vivre en paix avec nos différences ?
Publié le 13 Août 2019
5
J'ai lu votre roman historique avec beaucoup d'intérêt, comme toute histoire qui témoigne de l'horreur, de l'absurdité d'un conflit alimenté par une minorité extrémiste et subi par une majorité de personnes plus ouvertes d'esprit. Une majorité qui vit dans la peur, la méfiance, la suspicion, la soumission, voire la collaboration, pour certains. J'ai apprécié que vous brossiez ce tableau avec nuance, que l'amour, qu'il soit passionnel ou filial, et l'Amitié, avec un grand A, aient la part belle de votre récit, qu'ils triomphent de l'infamie. J'ai lu ici, l'an dernier, "Les rebelles du XXème siècle" de Nadav Gouriel et voulais vous le conseiller, mais je réalise à l'instant qu'il n'est plus en ligne... Peut-être a-t-il enfin trouvé un éditeur... Cela pour vous dire que le français n'étant pas sa langue maternelle, sa prose comportait des imperfections qui me laissent à penser que c'est également votre cas. Cela augmente votre mérite, mais votre roman aurait besoin d'être bêta-lu. Sa mise en page mériterait également d'être revue : justification du texte, remplacement des guillemets de dialogues par des tirets cadratins pour l'alléger... Si vous n'êtes pas pressé, car j'ai peu de disponibilité en ce moment, je vous donnerai volontiers un coup de main... Faites-moi signe via ma page d'auteur si le cœur vous en dit. Merci infiniment pour ce courageux et poignant partage. Amicalement, Michèle
Publié le 04 Août 2019

Bonjour et merci pour votre commentaire.
Oui, il faut du courage pour parler de ce qui se passe en Palestine. Mais il en faut encore plus à ceux qui subissent l'injustice et l'oppression, le terrorisme et la haine.
On peut tourner et retourner le problème dans tous les sens, il y a désormais un côté inexorable dans le fait qu'Israël est devenu un Etat puissant aussi bien militairement, que politiquement et économiquement. Toutes les guerres ont été sinon des victoires mais des étapes dans sa conquête de la Palestine. Après la mise en valeur des terres agricoles, les progrès techniques israéliens, notamment dans l'informatique et la communication, l'armement aussi, sont considérables. A côté de cela, dans l'ensemble des Pays Arabes voisins, c'est la stagnation et le sous-développement économique et scientifique depuis des siècles.
Je travaille sur un texte qui parle aussi des problèmes des minorités chrétiennes en Orient, dans ces régions de l'Arabie où elles étaient dominantes et où on les a colonisées par la force et où on les humilie et les pousse à disparaître. N'oublions jamais que les Musulmans les ont envahies.
Colonisation vous dites ? L'ONU a ouvert la boîte de Pandore et ensuite elle n'a plus contrôler la situation, ni sut imposer des mesures de justice à l'égard du peuple palestinien.
On peut lancer des jugements sur ce que font les uns ou les autres, mais il n'en demeure pas moins que la situation est bloquée et que les camps de réfugiés palestiniens coûtent affreusement cher à la communauté internationale qui, déjà, diminue ses aides et peut-être les supprimera un jour.
Le problème de fond reste la coexistence possible entre deux peuples dont la culture est fondamentalement différente. On voit que les "religieux orthodoxes juifs" sont de plus en plus influents et que la laïcité est une perspective qui s'éloigne de plus en plus. L'essor démographique des non-juifs, est un élément qui fixe la position du gouvernement et la peur y a une place de plus en plus grande.
La question des lieux saints est aussi un problème qui nécessiterait de longs développement.
Si je vous dis que le personnage de Clément, je l'ai connu, vous comprendrez qu'il m'est difficile de parler plus avant des drames que des pères et des mères vivent chaque fois que leurs enfants disparaissent violemment dans des affrontements sans fin.
Et pourtant l'espoir est présent et la bonne humeur règne dans les coeurs des hommes de bonne volonté, pas de partout, mais c'est aussi une façon de résister à la fatalité !
Je vois que ces questions vous tiennent à coeur et je respecte infiniment les personnes qui, comme vous, s'expriment avec pondération mais en vérité.
Bien cordialement.

PS : pour les coquilles, je vous remercie de me les signaler et je vais faire de mon mieux.

Publié le 21 Juillet 2019
5
@AVIV Les étoiles bien à part pour récompenser votre courage. Car ce sujet très délicat et d'actualité peut s'enflammer rapidement. Cordialement Kroussar.
Publié le 20 Juillet 2019

@AVIV

Vous avez eu le courage de traiter un pan d’histoire méconnue sur ce qui se passe en Israël, depuis toujours, et qui se passe encore actuellement. Vous abordez le sujet délicat, celui de la fraternisation entre Palestiniens et Juifs, tant souhaitée par une majorité silencieuse, et totalement rejetée par deux minorités ultra-nationalistes. Que dire !
/n
Ma révolte contre l'injustice ne date pas d’hier, qu’elle n’a jamais tenu compte des ethnies, races, croyances ou cultures… Que je n'ai simplement jamais accepté d'être du côté des oppresseurs ou des bourreaux, quels qu'ils soient.
/n
Maintenant que je suis au soir de ma vie et bien qu'il m'arrive parfois de douter de l'humanité des êtres qui peuplent ce monde, je continue modestement à tenter de tendre la main aux victimes, ici et ailleurs.
/n
A l'école de mon village, dans les années 50, notre instituteur nous vantait les mérites de “ces courageux colons qui allaient faire fleurir un désert“ et parlait avec chaleur de l'implantation d'un “peuple sans terre dans une terre sans peuple“.
/n
Il est bien connu aujourd'hui qu'en 1942 déjà, le programme dit “de Biltmore“, adopté par la direction sioniste sous l'égide de Ben Gourion, envisageait bel et bien un État essentiellement juif sur l'ensemble de la Palestine et l'expulsion des “indigènes“...
/n
Depuis plus 80 ans les affrontements quotidiens détruisent ces deux peuples. Il est donc, en premier lieu, indispensable de refuser cet argument indécent consistant à parler d'un “conflit entre deux adversaires pour un territoire“ alors qu'il s'agit clairement d'une entreprise coloniale contre laquelle se dressent les Palestiniens depuis près de quatre-vingts ans.
/n
Vous pourriez développer davantage le sujet, la matière est féconde et l’histoire est longue, puisqu'elle remonte aux origines du sionisme lorsque Theodor Herzl publia Der Judenstaat (L'État des Juifs) en 1896.
/n
Cordialement.
/n
PS : De nombreuses coquilles perturbent la lecture, peut-être devriez-vous faire appel à un relecteur pour vous aider à les traquer...

Publié le 20 Juillet 2019