Kroussar
Biographie

Ex-Officier de l'Armée de l'Air, chargé des opérations de renseignement au Cambodge, je me devais de partager cette histoire méconnue. Car je me suis tu trop longtemps... lié par mon devoir de réserve, de discrétion…

Le 17 avril 2015, à l'occasion du quarantième anniversaire de la chute de Phnom Penh, les médias sont revenus sur l'histoire du Cambodge. Étrange pudeur, conformisme ou ignorance : la vérité était encore escamotée, aucune information claire sur les événements. De mes souvenirs surgirent des images de ce jeune homme que j'étais alors.

Mais au lieu de faire renaître des enchantements, une intraitable révolte m'envahit, au point de n’en plus dormir...

Devais-je dire la vérité ? Dévoiler ce qui s'était réellement passé ? Dénoncer les responsables Occidentaux ?...

Kroussar a noté ces livres

4
Bien que le thème soit trop récurrent, j'ai eu envie de vous lire. Allez savoir pourquoi ? Je ne le regrette pas ! J'ai aimé vos personnages, surtout Camille, qui a tout compris et nous le fait savoir. J'ai apprécié la vision de Jodie, qui  nous rappelle que tout ce qui se rapporte aux maladies et aux pires choses sont du sexe féminin: la tuberculose, la covid, la vérole, la peste, la pension alimentaire... Enfin, Aline, dont les obsessions sont très représentatives du vulgum pecus occidental. Merci pour ce partage. PS : avec quelques virgules en plus, la syntaxe serait plus agréable... et une petite chasse aux coquilles s'impose.
Publié le 22 Janvier 2021
3
Désolé, même avec plusieurs jours de recul, je ne puis vous donner une bonne note. Votre plume, n'est pas la meilleure dans ce dernier ouvrage (oui, contrairement à vous, j'ai fait l'effort de lire tous vos romans, publiés sur monBestSeller). Vos affirmations sont extrêmement choquantes, trop d'amalgames, qui ne respectent pas la chronologie de l'histoire. Une sorte de pot-pourri dans lequel vous jetez pêle-mêle 30 années de misères et de chaos pour servir de décor à votre roman. Tout ce que vous avez écrit aurait pu être acceptable, si vous aviez positionné votre récit dans les années 80-90, mais votre histoire se déroule en 2016. Chercher l'erreur ! Ce qui ne fait qu'accroître la confusion et dessert totalement l'objectif d'aider notre pays. Bien au contraire, vous en donnez une image noire, sale, ambiguë, totalement fausse... ce dont je vous reproche. Comme si j'inventais une histoire, se déroulant en 2021, en y intégrant, les meurtres, les exécutions sommaires, les terribles chasses à l'hommes, et les atrocités commises par les Belges sur la population congolaise. Juste pour le décor... un génocide colonial. Probablement 10 millions de morts, un sacrifice humain inouï de cruauté, une véritable mécanique de mort mise en place pour permettre à un modeste royaume européen de satisfaire ses appétits économiques, tout cela sous la pression d'un monarque, Léopold II, prêt à tout pour avoir sa part du "gâteau africain". // En fait, les seuls éléments véridiques sont les portraits de ces prédateurs sexuels occidentaux, qui se comportent des porcs dans notre pays; pour le plus grand malheur de nos enfants. Par ailleurs, sachez que la prostitution est arrivée avec l'APRONUC, ces soldats de l'ONU qui étaient censés nous protéger, et non avec les Khmers Rouges... comme vous l'écrivez dans un chapitre. Quant aux ONG, je préfère ne rien dire, elles ne servent plus à rien depuis plus de vingt ans. Alors, OUI, c'est vraiment dommage d'avoir gâché une histoire qui aurait pu avoir beaucoup de sens. // Tiens, un conseil, vous pourriez prendre comme titre "Mille et un clichés d'un pays, que je ne connais pas vraiment". Je vous laisse méditer avec la citation de Gandhi : Une erreur n'est pas une vérité parce qu'elle est partagée par beaucoup de gens, tout comme une vérité n'est pas fausse parce qu'elle est émise par un seul individu....
Publié le 21 Janvier 2021
5
Quel plaisir de retrouver les Blues dans un autre format. Une plume incisive et percutante qui emporte le lecteur dans les méandres de la vie.
Publié le 15 Janvier 2021
5
Ma grand-mère m'avait bien dit qu'un prince roumain, dénommé VLAD III Tepes, dit Drăculea, avait existé, mais qu'il était MORT. Chaque soir, (oui, c'était une pervers), elle me racontait qu'il massacrait les gens de façon cruelle, semait une telle terreur que personne n'osait jamais se dresser contre lui. On lui attribuait la mort de milliers de personnes. On prétendait même qu'il buvait le sang de ses victimes, qu'il « sauçait » son pain avec ! Cela marqua tellement mon esprit que son souvenir perdura très longtemps dans ma mémoire, avant de s'effacer définitivement.  Ouf, j'étais rassuré...   jusqu'à aujourd'hui. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu'il existait encore au XXIe siècle !  Non seulement il est encore vivant ! mais il s'entoure de personnages inquiétants.  Brèfle, je vous remercie pour cette charmante nouvelle, très bien écrite au demeurant, qui va réveiller mes démons endormis. Merci pour ce partage et BRAVO.
Publié le 08 Janvier 2021
5
Cinquante nuances de tendresse, pourrait être le sous-titre de ce nouveau roman. Après une déferlante de malheurs et d'espoirs, la plume de l'auteur nous emporte progressivement vers une palette riche en couleur où se mêlent sentiment, humour et dérision. Merci pour ce partage, un roman que je recommande vivement. PS : surtout ne change rien, ce roman est parfait.
Publié le 07 Janvier 2021

Pages

Suivez-moi sur ...

A lire dans les actualités