Démontage, détournement, dérision. La défaite numérique

41 pages
Extrait
EssaiArts
de gboenisch
Démontage, détournement, dérision. La défaite numérique gboenisch
Synopsis

Nous ne sommes ni critique d’art, ni historien, ni philosophe, mais plasticien. En tant que tel, nous passons l’essentiel de notre temps dans un atelier à confectionner des œuvres, laisser s’exercer le mouvement passionné de notre élan créatif, bricoler et méditer entre rationalité et affectivité. En investissant le domaine artistique avant tout en acte, nous ne pouvons prétendre donner ici une définition générale et objective de l’art. Notre ambition, bien plus modeste, consiste à mettre en lumière ce que subjectivement nous pensons être notre approche singulière dans ce vaste domaine. Il s’agit donc d’exposer comment, en tant que praticien, nous vivons cette activité.

Publié le 11 Avril 2020

Les statistiques du livre

  2185 Classement
  23 Lectures 30 jours
  308 Lectures totales
  -102 Progression
  0 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

A votre manière j'ai trouvé que vous faisiez l'éloge de la créativité et cela m'a plu car vous dégagez plusieurs pistes intéressantes et pertinentes pour que l'on devienne plus créatif soi-même. Moi même quand j'écris, j'attends que l'inspiration vienne et par moment ma copie est blanche ce qui est dur à accepter.
-Vous dites par exemple qu'il faut savoir défaire car c'est un moyen d’inventer, d’être en rupture, de trouver de nouvelles manières de faire.
-Pour créer l'artiste doit être animé par une force extérieure, comme si ce n'était pas directement lui qui créait mais qu'il répondait à une commande extérieure.
-A un moment vous écrivez qu'il faut sortir de ses habitudes et de sa zone de confort pour créer.
-En ce sens, les enfants sont des créateurs car ils développent un imaginaire qui engendre de nouvelles fantaisies.
Puis vous critiquez à juste titre la société de consommation dans laquelle nous vivons où tout est fait pour que les gens consomment encore plus et encore plus et cela est complètement insupportable et révoltant! Ras le bol de cette société capitaliste que je dénonce depuis tant d'années!
-Vous expliquez que la technologie est tellement rapide qu’avant même qu’on ait le temps d’utiliser tous les fonctionnalités d’un appareil, celui-ci est déjà remplacé par un autre. Donc cela nous pousse à consommer et à consommer davantage. Donc on utilise de manière superficielle un produit.
-Les instruments deviennent de plus en plus complexes, il est donc difficile pour les usagers de les maîtriser parfaitement bien. La technologie asservit les usagers. Ce système est fait pour maintenir l’individu dans l’ignorance car on ne veut pas que l’usager ait accès à la connaissance.

Publié le 30 Avril 2020
5
Cela fait un peu mémoire de master, pas assez épais pour un doctorat. Sujet intéressant, bibliographie courte mais maîtrisée. Bonne surprise
Publié le 21 Avril 2020