La voix d'une mère

99 pages de lucieloriol
La voix d'une mère lucieloriol
Synopsis

Après un accouchement en siège difficile en pleine pandémie, Catherine entend une voix qui la guide dans son rôle de mère. Dans sa quête de la vérité, elle découvre que cette voix n’est autre que celle de sa grand-mère défunte, présente depuis l’accouchement en esprit.
Catherine entame alors un long chemin de compréhension sur lequel elle trouvera sa mère. Diagnostiquée schizophrène, cette dernière lui avoue entendre la voix de la grand-mère défunte aussi. Se peut-il que les femmes possèdent certaines facultés à voir l’invisible que les hommes n’ont pas ? Les relations mère-fille ont-elles des liens spirituels invisibles dans notre monde ? C'est ce que Catherine tente de découvrir tout en grandissant dans son rôle de jeune mère.

Publié le 31 Octobre 2020

Les statistiques du livre

  964 Classement
  44 Lectures 30 jours
  477 Lectures totales
  -339 Progression
  0 Téléchargement
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

à dire la vérité, j’ai trouvé cela pénible de me retaper un accouchement, il y a quelques années que j’avais oublié :) et ça ne me manque pas, du tout ! Pas plus que les voix intérieures, chacune son chemin (de croix). Mais vous êtes forte pour décrire comme si on y était. Et pour écrire en donnant de l’intérêt à votre propos. J’espère que vous exercerez votre talent un jour sur un autre sujet. Je vous souhaite le meilleur.

Publié le 09 Novembre 2020
5
@lucieloriol Chère Madame, croyez bien que j'en suis diablement désolée, mais, ce matin, je préfère recentrer ma vie autour de ma tasse de café plutôt qu'autour de Dieu et de la foi, lesquels se débrouillent très bien sans moi. Chacun son trip, si je puis dire. En outre, bien qu'étant femme, je vous avoue humblement qu'il ne m'est jamais arrivé de voir l'invisible ou l'un de ses succédanés. Remarquez, je ne m'en plains pas, mais alors pas du tout, parce que j'ai déjà suffisamment à faire pour gérer le tangible et la réalité (ce qui me fait penser qu'il faut à tout prix que je pense à régler ma facture d'électricité). Pour finir, j'avoue n'avoir conservé aucun souvenir de mon baptême, sans doute parce que j'étais trop jeune alors pour engranger dans ma mémoire des images de cette clownerie. Brèfle, je crains fort d'être imperméable aux pitreries de la religion, mais, quoique n'étant ni psychologue ni psychiatre, il me semble quand même que lorsqu'on commence, comme le fait votre héroïne, à s'adresser au Malin ou à l'un de ses sbires (et ils sont nombreux, les bougres ; rappelez-vous : "Mon nom est Légion"), il est grand temps de prendre des mesures drastiques. Au moins de commencer un régime basses calories. Quoi qu'il en soit, bien à vous, et allez dans la paix du Christ, amen.
Publié le 01 Novembre 2020