Sous le ciel bleu de Liège

93 pages
Extrait
de Christian_Jean.COLLARD
Sous le ciel bleu de Liège Christian_Jean.COLLARD
Synopsis

Les souvenirs d'un journaliste dans sa ville natale dans laquelle il se voit obligé de résoudre un homicide...

Publié le 27 Mai 2021

Les statistiques du livre

  1657 Classement
  31 Lectures 30 jours
  309 Lectures totales
  -367 Progression
  8 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Marie Peterburger

Chère Madame,
Mon caractère n’a rien d’exceptionnel. Je ne suis rien d’autre qu’un petit raconteur d’histoires. Je suis un homme simple, un garçon ayant fait ses études gréco-latines, pour poursuivre des études de philosophie et Lettres à l’université de Liège. Mon désir de vivre, et de comprendre l’Homme, comme a toujours tenté de le faire Georges Simenon, tel fut mon but.
Je ne suis ni un écrivain, ni un romancier, ni quoi que ce soit d’autre... J’ai, croyez-le ou non, toujours eu le plaisir d’écrire ...mal ! Aurore n’est pas ma secrétaire, ni ma muse et est simplement Aurore. Néanmoins, elle eut l’idée, par une éblouissante nuit d’été, de me demander de rédiger « quelque chose » sur ma ville. Le malheur vint de là ! En ce qui concerne la rédaction de ce pauvre roman, croyez bien que je ne me suis donné nulle peine pour l’écrire. Ce fut rédigé en une semaine et, c’est ici qu’Aurore intervient quant à la publication du manuscrit sur « monBestSeller.com » ; elle me « força » presque à envoyer le manuscrit sur un site que je ne connaissais pas ! Bref ! Si on prétend que les femmes ont toujours raison, je rectifie « toujours » en « parfois ».
S’il vous agrée de me lire, chère madame, rendez-vous sur mon blog où quelques Nouvelles y sont déposées ; il est un fait certain, incompréhensible pour nombre de connaissances, que, même sur un blog, je publie peu. Je ne saurais dire avec certitude le nombre de récits que j’ai rédigés depuis mes vingt ans... ce n’est pas parce que j’écris une Nouvelle, un conte ou une poésie qu’ils seront publiés !
C’est pour cette raison qu’écrire n’est pas un métier, mais une simple occupation.
Avec toute ma sympathie,
Christian Jean Collard,
@collard4000
https://christiandjeancollard2.blog@blogspot.com

Publié le 15 Juin 2021

@ Christian-Jean Collard Tout d'abord, je vous remercie pour votre excellent caractère! Une attitude comme la vôtre ne se rencontre pas tous les jours! Je voudrais vous convaincre que je suis sincère quand j'écris que votre texte a des qualités. Je vous crois volontiers quand vous expliquez que vous ne vous êtes pas relu. Mais pourquoi, après vous être donné la peine d'écrire cette histoire, ne pas prendre aussi celle de la relire??? Là, je voudrais vous comprendre. Serait-ce Aurore qui a tapé votre texte et que vous craignez de vexer? Avez-vous fait le pari de réaliser un record en matière d'erreurs de français? Il est évident que si on se relit trop avant de terminer un écrit, on n'arrive jamais au bout, qu'on soit rapide ou lent. Mais une fois qu'on a fini? Ce n'est pas non plus une question d'âge tant que les neurones fonctionnent... Je pense même qu'avoir vécu aide à écrire. J'ai hâte de lire votre prochaine oeuvre. Très amicalement. Marie Peterburger

Publié le 15 Juin 2021

@Marie Peterburger

Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire. Merci pour votre critique, j'adore être critiqué. C'est toujours avec joie que je lis les critiques. Vos commentaires sont ceux d'une dame qui a le temps de lire et d'écrire. Certainement beaucoup. A soixante-quinze ans, je suis toujours un auteur lent. J'écris depuis l'âge de vingt ans - surtout des Nouvelles - sur un blog. Nombre d'écrivains - je n'en suis pas un, mais un simple raconteur d'histoires - m'ont toujours incités à écrire pour être publié. Certes, je n'ai nullement besoin de cela, ma position me le permet. J'ai toujours écrit par besoin, parce que j'avais quelque chose à dire, sans penser au rendement pécuniaire. J'avance avec humour : "Tant mieux si ça intéresse certains". Et j'ai dit à maintes reprises à ceux qui souhaitaient "gagner de l'argent en écrivant" que c'était un leurre à l'heure de l'informatique. Qui n'avance pas recule... "Réussir", c'est vague ; pour certains c'est facile, pour d'autres comme pour Stendhal cela a pris cinquante ans. Pour conclure votre commentaire vous me remerciez pour les qualités de mon écrit, alors que vous avez remarqué qu'elles étaient nulles. Ce qui est normal. Je ne suis pas un auteur de roman - j'ai rédigé celui-ci à la demande d'Aurore qui est réelle dans ma vie. Au vrai, elle savait pourtant que ce n'était pas ma tasse de thé, pour un homme qui ne se relit jamais...
Cordialement,
Avec toute ma sympathie,
Christian Jean Collard,
christianjeancollard2blog.blogspot.com

Publié le 15 Juin 2021

@Christian-Jean Collard
Vous avez de l’imagination pour ce qui est de créer des images colorées, souvent caricaturales, qui régalent au début, mais on attend la suite… Votre texte donne l’impression d’être un long préambule qui débouche brusquement sur un dénouement à la va-vite assez peu crédible.
La caricature est parfois poussée trop loin. Si j’étais liégeoise je serais vexée, et quand on se permet de définir Simenon, cet excellent écrivain qui a si bien mis en scène les passions humaines , comme un monsieur qui a écrit des bêtises… Aïe.
Je vous dois une lecture agréable, et vous en remercie. Cependant je vous conseille, dans votre intérêt et avec toute la bienveillance possible, de relire votre texte au point de vue orthographe, syntaxe, usage et concordance des temps, emplacement des virgules. Si vous n’avez pas tapé votre texte vous-même, méfiez-vous de votre secrétaire ! J’espère que vous comprendrez que mes remarques sont amicales, que vous ne les prendrez pas mal et que vous en tirerez profit. Quelques exemples d’erreurs relevées : il était comptant pour il était content ; beaucoup, sujet, suivi d’un verbe au singulier au lieu du pluriel (il faut écrire, par ex., beaucoup préféraient et non beaucoup préférait ; le nom commun entretien ne se termine pas par un t ; déserte où il faudrait desserte ; quand dis-tu au lieu de qu’en dis-tu. Un exemple de négligence de style : Ses yeux d’un bleu profond ne faisaient qu’accentuer sa beauté. Accentuaient sa beauté, aurait suffi. Il est évident qu’ils ne pouvaient pas l’enlaidir. Très amicalement, et merci encore pour les qualités de votre écrit. Il faut développer celles-ci et persévérer dans la bonne direction ! Marie Peterburger

Publié le 07 Juin 2021

Je sais en vous lisant que j’apprécierais plus encore vos élucubrations si je connaissais les méandres, non de votre pensée, mais de votre ville. Juste pour me raccrocher à quelque chose de connu, avoir 1 ou 2 repères. Bien sûr, c’est plus troublant comme ça. Il y a du Tati, du Raymond Devos un peu je trouve. C’est intelligent et bousculant. L’exotisme est parfois tout près !

Publié le 03 Juin 2021

@Christian-Jean Collard. Je ne me presse pas de finir de lire vos pages: je les savoure. Vous avez un style très particulier. J'ai l'impression de lire une bande dessinée. C'est très agréable et reposant. On est dans un film qui se déroule à Liège. On a vite compris que votre manière de faire du style consiste à refuser toutes prétentions stylistiques, pour mieux décrire la vie. J'aime beaucoup. Merci.

Publié le 27 Mai 2021