Marie Peterburger
Biographie

Je suis née en 1939, veuve et retraitée. J'ai toujours voulu écrire mais n'ai pu réaliser ce rêve qu'à partir du moment où j'ai pris ma retraite en tant que comptable indépendante.

Marie Peterburger a noté ces livres

5
Je confirme que ce livre est excellent, riche, profond et sensible, fort bien écrit malgré quelques erreurs signalées en MP et faciles à corriger. Je souhaiterais aussi l'ajout de quelques précisions pour actualiser l'histoire par rapport à la situation en Syrie, et le choix d'un titre plus évocateur, pour ce récit très vivant et très humain. Bravo et bon courage! Cordialement, Marie Peter burger
Publié le 26 Septembre 2021
5
@ Paul Sandrin J’ai eu grand plaisir à lire ce livre et vous remercie très vivement d’en autoriser la lecture sur ce site. Cet ouvrage m’a laissé une impression de maturité et d’authenticité. Comme si un ami de la famille, pas trop proche, mais pas trop lointain non plus, évoquait le temps de sa jeunesse avec un vocabulaire choisi, mais non pédant. Bien que dans un style qui date un peu, mais qui contribue au charme de ce livre, les idées défendues sont toujours d’actualité ! Et en plus, quel agrément de lire des phrases en un français châtié, sans aucune faute d’orthographe, comme il était normal d’écrire à l’époque où la langue maternelle était enseignée sérieusement ! Ce livre mérite cinq étoiles et tout mon respect. !
Publié le 26 Juillet 2021
5
@Les MarienC'est un petit chef-d'oeuvre, à ceci près qu'il se termine par une ambigüité: qui est "le vieil homme"?
Publié le 04 Juillet 2021
5
@LAHILLE Hélène Cinq étoiles pour les remarquables qualités de ce livre, pour l’humanité, la vérité, la sensibilité, la diversité des personnages! Ceci dit, quelques remarques dans l’intérêt de l’auteur, remarques qui ne diminuent en rien l’affection que je lui porte en tant que lectrice. Le style est fort chargé, fort ornementé, comporte souvent des exagérations, notamment dans le choix du vocabulaire. Ex. : (les enfants) agglutinés sur un banc pour déguster leurs victuailles, les enfants assis serrés sur un banc pour manger leur goûter, serait suffisant ; déguster est trop fort lorsqu’il s’agit d’une tartine ou d’une barre chocolatée, et « victuailles » évoque des provisions, un tas de nourritures consistantes; affublée d’un pyjama, pourquoi affublée ? Pourquoi pas vêtue ou simplement en pyjama ? Le mot « affublée » suggère que le pyjama est laid ou ridicule, ce qui n’est nullement le cas d’après le contexte. Cette façon de s’exprimer fait un peu roman de gare. Votre livre est extrêmement agréable à lire, ce qui est essentiel. Il est aussi intelligent et fin, donc mérite de se situer bien au-dessus d’un roman à deux sous. Pour bien écrire, il n’est pas nécessaire d’utiliser uniquement des termes recherchés. Il vaut mieux réserver ceux-ci aux passages importants. Lorsqu’il est question, par exemple, d’ouvrir une porte ou d’ôter ses chaussures (exemples que j’invente), il est plutôt indiqué d’appeler un chat un chat, sans plus. Il n’y a pas lieu d’ajouter que la porte est en chêne ou que les chaussures viennent de chez X, si ces détails ne jouent pas un rôle particulier dans le récit. Voici une anecdote racontée par Simenon. Tout jeune, il avait soumis ses premiers écrits à l’appréciation de Colette. Elle lui avait dit : trop littéraire, beaucoup trop littéraire ! Il a tenu compte de cet avis et est devenu le grand écrivain que vous savez. Nombreux sont ceux qui pourraient tirer parti de cette anecdote. Bravo pour votre livre si émouvant, et féministe, digne d’un grand succès, et un chaleureux merci pour les bons moments que je vous dois. Marie Peterburger
Publié le 03 Juillet 2021
5
Vous méritez cinq étoiles pour l’élan, la spontanéité, la sincérité la poésie qui se dégage de ce roman riche en symboles, que j’ai dévoré avidement. Cela, c’est pour le côté cœur et sympathie. Mais le cœur est parfois injuste. Si j’écoutais ma raison, et qu’une telle cote était possible, je vous mettrais quatre étoiles et neuf dixièmes d’étoile, juste à cause de l’accord fautif du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir, accordé systématiquement avec le sujet ! Il y a aussi quelques coquilles, par-ci, par là, un personnage qui semble s’appeler tantôt Silvio, tantôt DD, tantôt Andreo, tantôt Jésus, ou bien je lis mal. Certaines expressions (traîner des pieds pour traîner les pieds) m’ont fait penser que vous êtes peut-être canadien. Un texte aussi merveilleux, aussi prenant, mérite vraiment une relecture pour éliminer ces quelques défauts. Merci pour les bons moments passés grâce à vous et bonne chance en littérature (et dans les autres domaines aussi évidemment) !
Publié le 28 Juin 2021

Pages