L'officier traitant

70 pages
Extrait
de Alexandre Hos
L'officier traitant Alexandre Hos
Synopsis

Dans un train qui l’emmène à travers l’Allemagne, Sacha Lebel, officier traitant de la DGSE, reçoit un message électronique pour le moins étrange. Il provient de Teddy Lichtman, un agent du Mossad qui a tenté de le recruter trente ans plus tôt. Depuis silence radio. Cette reprise de contact tombe au plus mal. En effet, Sacha est en pleine opération d’exfiltration d’un transfuge russe dont le nom de code est Monaco. Cela ne peut être dû au hasard. Durant les deux heures de voyage qu’il lui reste, Sacha replonge dans ses souvenirs d’espion débutant. Ses premières manipulations, ses premiers mensonges, les boîtes aux lettres mortes, les rendez-vous dans les cafés glauques et les frustrations d’apprentie barbouze, tout y passe. Répondra-t-il à Teddy Lichtman ?

Publié le 26 Novembre 2021

Les statistiques du livre

  358 Classement
  85 Lectures 30 jours
  1060 Lectures totales
  +47 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Intéressant, un rythme inhabituel pour un roman d'espionnage, mais qi donne envie de lire la suite...
Publié le 09 Février 2022

@Louis-Morot

Tout d'abord, je tiens à vous remercier d'avoir lu L'officier traitant et d'avoir laissé un commentaire sur cette plateforme.

Je comprends tout à fait que vous soyez "décontenancé" (je reprends vos termes) car c'était un peu l'effet recherché, en tout cas par rapport à mes autres romans d'espionnage. Sans vouloir me justifier, mais plutôt dans l'optique de vous répondre et de vous rendre cette politesse, les passages plus lents sont voulus. En fait, il s'agit du vrai "temps" de l'espionnage. On a parfois tendance à sublimer ce métier d'officier traitant, mais l'on oublie les coups manqués, la paperasse, l'attente et ces "vides" durant lesquels l'esprit meuble et se fabrique des souvenirs ou y farfouille. Croyez-moi.

Enfin, et encore une fois sans vouloir me dédouaner, la partie à laquelle vous avez accès n'est que le début du roman. Ce dernier connaît une certaine accélération à l'acte 2. Si le coeur vous en dit, je vous offre une version brochée, pour le geste, pour le challenge et non pas pour vous faire changer d'avis, mais pour vous donner une vue globale sur l'ouvrage.

Deal ?

Publié le 15 Décembre 2021

J'ai un sentiment confus suite à la lecture de votre récit, car pour être franc avec vous, il y a des passages de votre bouquin qui m'ont ennuyé et d'autres au contraire qui m'ont plu. Lorsque par exemple vous faites des descriptifs de lieux ( une gare, une ville, etc...), j'avoue que ce sont des passages pendant lesquels j'ai décroché car je les ai trouvés parfois trop longs. Par contre j'ai bien aimé les anecdotes du narrateur racontant ses amitiés, ses amours ou ses histoires de sexe pendant la période durant laquelle il a été étudiant. Le narrateur se montre parfois coquin...Page 30 : "Les cris d'enfants, les coups de sifflets du maître nageur, les fesses fermes des jeunes filles et les seins lourds des jolies mamans sont autant de raisons de se concentrer, de revenir à soi". Là je ne vous ai pas bien suivi, moi à votre place, j'aurais plutôt dit que ce sont autant de raisons de perdre la concentration au contraire! Là c'est moi qui suis un coquin lol. Page 36 " je l'avais pénétrée sans les salutations d'usage", cette expression je ne l'avais encore jamais entendu, j'avoue que vous m'avez bien fait sourire... la scène de la piscine avec le narrateur qui pense être tombé sur un pervers est bien faîte, elle est bien décrite et en plus se termine de manière bien surprenante. Merci pour ce partage qui m'aura vous l'aurez compris, décontenancé.

Publié le 14 Décembre 2021

Vous avez un luxe de détails, j’ai cru que je lisais un scénario et – je ne sais pas comment cela s’appelle – le brief au chef op et à la styliste, tant il y en a. Or, le principe d’un polar c’est que tous les détails comptent, tout ce qui est dit compte. Alors cela rend la lecture quasi fastidieuse puisque l’on se dit que cela va servir à comprendre un peu plus tard… que nenni comme dirait ma tantine. Et c’est pas tout, il y a ls flashs back qui, j’imagine, donnent des indications sur le bonhomme. Bref, compte tenu de toutes vos références dans votre bio, je m’attendais à un peu plus de brévitude, plus de rythme, de vif, de ça n’arrête pas, car quand même, c’est un peu le PGDC de vos auteurs fétiches. Bon le temps se prête à un autre point de vue, je vais voir si j’ai envie de dancer au bal…

Publié le 12 Décembre 2021