Le premier siècle

97 pages de MALAUSSENE
Le premier siècle MALAUSSENE
Synopsis

3 Frimaire - An I, selon le calendrier révolutionnaire. Ou le 3 novembre de l'année 1794.

Dans la cellule de sa prison parisienne, aux premières heures du matin, Olympe de Gouges vit sa dernière journée après sa condamnation à mort par le Tribunal Révolutionnaire. Pourtant, elle a été comme eux, une révolutionnaire, et aussi féministe avertie, et femme de lettre. Mais avant, femme mariée forcée et malheureuse, et courtisane. Des visages, plusieurs existences, qui mis à bout constituent une vie.

Sans mensonges, sans honte, Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748, profitera de sa dernière journée de condamnée pour écrire sa vie, entière, jusqu'à livrer son plus grand secret jusque là resté inédit même pour ses proches.

Publié le 17 Mars 2016

Les statistiques du livre

  3771 Classement
  8 Lectures 30 jours
  1903 Lectures totales
  +33 Progression
  0 Téléchargement
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

J'ai beaucoup aimé la partie historique du roman. Un peu moins le saut en Afrique pour la partie ésotérique. Mais d'autres, plus ouverts, y trouveront leur compte...

Publié le 20 Décembre 2016
5
Très beau texte sur un moment sombre de notre histoire. Ce récit m'a permis de découvrir Olympe de Gouges que je ne connaissais pas, c'était un sacré personnage!
Publié le 21 Avril 2016
5
Qui ne lit pas ce roman passe à côté d’un excellent récit, plaisant et instructif ! On dit que devant la mort, on voit défiler sa vie sous ses yeux, c’est ainsi que l’auteur @MALAUSSENE a choisi de nous dévoiler celle de son personnage au destin hors du commun. Olympe de Gouges, belle figure humaniste de la fin du XVIIIe siècle, n’a été redécouverte que récemment au titre de précurseur dans l’histoire des idées que revendiquent les mouvements féministes actuels. Cette femme de lettres, dont les thèmes de ses pièces de théâtre avaient à voir avec l’actualité politique ou étaient un sujet de controverse, a été sévèrement jugée par la « majorité morale » de son temps, pour qui la maternité, l’entretien du foyer et l’éducation des enfants devaient demeurer les thèmes exclusifs de la créativité et de l’activité des femmes. Pour elle, il était évident que tant que les femmes n'auraient pas des droits équivalents à ceux des hommes dans tous les domaines, l'humanité ferait du sur place. Engagée dans la vie politique, elle a commencé par défendre les Noirs, 5 ans avant que la Société des Amis des Noirs ne soit crée à Londres, avant la Révolution. Lorsque celle-ci a eu une antenne à Paris, Olympe de Gouges en a été membre-fondateur. Elle n'a cessé de défendre cette cause. Elle prônait, bien sûr la liberté sexuelle, et en cas de mariage, le mariage par "inclinaison" de même que le mariage des prêtes. Elle a réclamé les mêmes droits pour tous les enfants, légitimes ou non (Droits obtenus seulement en... 1975!). Elle a aussi milité pour ce qui deviendra notre Sécurité Sociale, nos ASSEDIC, et notre Retraite, etc, la liste est longue. Elle fut aussi l’auteure d’une grande quantité d’écrits politiques — pétitions, factums, brochures, affiches — dont les derniers lui ont coûté la vie. Un comble pour cette femme libérée qui était contre la peine de mort. Emprisonnée, elle a été jusqu’à dénoncer les conditions pénitentiaires en faisant placarder des affiches. Sur l'échafaud, juste avant de mourir, elle s'est adressée à la foule en criant : "Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort !" Quand est-ce que les Français cesseront de se priver d'un héritage aussi riche, incroyablement d'actualité ? Avec ce merveilleux livre de MALAUSSENE, vous découvrez la part intime de cette citoyenne avant-gardiste, plus connue des milieux universitaires internationaux, que de ses propres compatriotes
Publié le 20 Mars 2016