La vie en face... ne vous déplaise

198 pages de Anne Dejardin
La vie en face... ne vous déplaise Anne Dejardin
Synopsis

Pour dépasser l’épreuve de la retraite, l’auteure décide de revisiter son passé.

À travers une écriture incisive et poétique, elle nous livre ses anecdotes d’enfant, de femme, de mère mais aussi celles de son quotidien. Son divorce, son remariage, ses beaux-enfants et, bientôt, son premier petit enfant...

La vie en somme, souveraine et intrépide, la vie qui n’est qu’un éternel recommencement.

530 lectures depuis la publication le 13 Février 2018

Les statistiques du livre

  1401 Classement
  37 Lectures
  -222 Progression
  0 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Coïncidences? Aujourd'hui j'ai emprunté "Comme un roman" de Pennac à ma bibliothèque locale. Souvent feuilleté, jamais vraiment lu entièrement, à cause justement des droits imprescriptibles du lecteur. Et ça commence avec cette histoire d'impératif.

"Le verbe lire ne supporte pas l'impératif. Aversion qu'il partage avec quelques autres: le verbe "aimer"... le verbe "rêver"..."

Et ce soir je reprends la lecture de votre livre, le marque-page est au chapitre "Emma" ... "Aime" à l'impératif.

Vous y croyez, vous, à des coïncidences pareilles?

Publié le 26 Mars 2018

@Ewen Penanguer
Merci d'avoir pris la peine de laisser un commentaire qui est le bienvenu comme vous devez vous en douter... Lol. Merci aussi d'avoir osé aller y voir de plus près et d'avoir apporté ici un avis différent des précédents, bienveillant et encourageant.

Publié le 23 Mars 2018

@Anne Dejardin
Attiré par la petite note que vous m'avez laissée à propos de l'écriture météorologique, je viens sur cette page. Je suis rarement sur mBS, mais quand on me laisse une note j'ai toujours un brin de curiosité sur son auteur(e).
Le récent retraité que je suis (à peine trois ans) est bien sûr titillé par le sujet de votre livre. J'ai donc commencé la lecture, et déjà beaucoup ri. Les avatars des pièces rapportées en cascade, je connais aussi.
N'en déplaise aux grincheux, je trouve que votre style coule bien. La fameuse intro, il faut la lire à voix haute sur un rythme de rap et ça passe très bien :-)

A suivre ...

Publié le 12 Mars 2018

Influencée par les précédents commentaires, j’ai été curieuse… et amusée… d’être voyeuse de votre vie. Et me suis dit que cela aurait été plus détaché si vous l’aviez écrit comme un roman. D’une tierce personne, donc. Mais maintenant que vous avez écrit le premier, et partagé vos états d’âme post début de retraite, vous allez pouvoir attaquer le second. Libérée.

Publié le 22 Février 2018

@Anne Dejardin
Détrompez-vous, je n'ai pas fait que lire le début de la première page. Comme dirait mon petit neveu Alexandre : "Je me suis tapé tout l'ouvrage". Et je pourrais vous citer ici nombre de phrases qui pèsent longtemps sur l'estomac du lecteur, mais à quoi bon puisque vous ne voulez pas entendre ? Belle journée à vous.

Publié le 17 Février 2018

@antoine ragondin
Cher Monsieur, vous n'êtes pas du tout inintéressant à lire, aussi bien la rédaction de votre biographie que votre commentaire laissé ici. Un certain style... Quoiqu'il en soit, je vous remercie d'avoir pris la peine ( et vous-même me décrivez parfaitement l'état de lassitude qui s'en est suivi), de lire le début de la première page. Je rassure les lecteurs potentiels qui auraient lu votre commentaire, ça s'allège par la suite. Le sentiment de chape de plomb dont fut écrasée l'auteure à l'arrivée du premier jour de toute activité professionnelle est illustré par le style employé pour cette première page. Il est expliqué par la suite. Belle journée

Publié le 14 Février 2018

@Mokeddem X
Merci de votre commentaire et de votre solidarité. Je prends. Cordialement.

Publié le 14 Février 2018

@Anne Dejardin
Mon Dieu, ce que vous êtes fatigante à lire ! Parce que trop, vraiment trop de ces phrases lourdingues, mal bâties, qui, si elles vous tombaient sur le pied, vous fracasseraient divers petits os. Et c'est dommage, tout ça, parce qu'on sent bien que vous avez des choses intéressantes à dire mais que vous échouez à transcrire, faute peut-être de maîtrise. Il me semble (mais de quoi i's'mêle, çui-là ?!) que votre ouvrage mériterait d'être retravaillé, vraisemblablement dans le sens d'une plus grande simplicité stylistique. Amicalement.

Publié le 14 Février 2018