crimes et châtiments

100 pages
Extrait
de Porphyre Perovitch
crimes et châtiments Porphyre Perovitch
Synopsis

Brèves d'Histoire ou histoires brèves, au choix.A observer le monde, on pleure ou on sourit, au choix. Est-ce la vie ou du théâtre ?

519 lectures depuis la publication le 25 Mars 2018

Les statistiques du livre

  1982 Classement
  28 Lectures
  +253 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Voilà... Je suis arrivée au bout, à petites doses. Votre conseil de lecture est bienvenu ;). J'ai intercalé la découverte de "Crimes et châtiments" entre quatre romans qui m'ont permis, si j'ose dire, de prendre un peu l'air. Vous semblez assez « blindé » pour supporter un peu de franchise. Alors voici mon sentiment sincère : Malgré la maîtrise, la richesse de votre plume, je n'ai ni pleuré, ni souri. Pas la moindre petite émotion. Mon cœur pourtant tout mou est resté de marbre… pas la moindre petite accélération. Nonobstant une impression de déjà lu, j’ai bien aimé la tortue. L’arme et le crime aussi. J’ai ressenti une amorce de vibration « humaine », à la lecture de cette nouvelle. Pour le reste, cela m’a fait l’effet d’un condensé « wikipédien » avec mise en exergue des évènements susceptibles d’alimenter un ton caustique, que vous semblez affectionner, et abstraction du reste. Un auteur m’a écrit au sujet d’un auteur se faisant passer pour une auteure (pratique fréquente sur MBS) : « Quand elle aura quitté ses « oripeaux culturels » et ses trop nombreuses références littéraires, quand elle aura quitté la poussière des centaines de livres lus et encombrants, alors je devine qu'elle nous offrira un grand livre. Un livre qui n'appâte ni n'épate mais offre son cri silencieux, son sang, son visage défait du matin. » J’avoue être bien incapable de résumer mieux mon impression à vous lire. Amicalement. Michèle / PS : Au vu de votre style assez redondant, agrémenter votre texte de quelques retours à la ligne, l’aérer un peu, seraient bienvenus.
Publié le 12 Avril 2018

@Chris Martelli

En ce moment même où je vous écris, Pepe est à Washinton DC ,capitale du monde, ce qui n'est pas rien, pas loin de de la 7e rue, une maison entourée d'un beau jardin, les bourgeons des érables commencent à sortir, c'est magnifique. Il s'essaye encore à accomplir quelques miracles mais la fatigue le gagne.

Publié le 29 Mars 2018

Mais où est don passé Pépé ? Vous m'avez perdue ! Vais-je le retrouver ?

Publié le 28 Mars 2018

@Chris Martelli
Je viens de trancher dans mon affaire....il n'en reste plus que la moelle. En espérant que ce soit plus digeste...

Publié le 28 Mars 2018

Au delà du fait que vous avez une science des couleurs tout à fait délicieuse à lire, je suis d’accord : vous me perdez et m’accrochez en même temps.

Publié le 28 Mars 2018

@Pantinois
Non, vraiment, je vous l'assure je n'ai jamais eu faim de haricots, ce n'est donc pas moi mais une autre et je vous conjure de croire que tout ce que j'ai écrit est vrai ! amicalement

Publié le 25 Mars 2018

@Pantinois
ah je vous avais prévenu qu'il vous fallait faire réserve de quelques médicaments. Mais le public n'écoute pas, c'est connu. Mais bon (comme dirait Christine Angot), je vous remercie d'avoir lu quelques pages, ce qui est un exploit. J'ai voulu casser le schéma narratif, donc si l'entracte ne plaît pas, il suffit d'aller boire un verre à la cafetaria et attendre que ça se passe. Si vous aimez les aventures de Pepe, allez voir vers la fin de l'extrait présenté (dans la totalité de l'histoire, notre bien aimé Pepe se retrouve à Washington, ce qui n'est pas rien ! ) . Si toute cette histoire invraisemblable ne vous plaît pas, ne lisez que les notes de bas de page et les références qui sont autant d'histoires humaines qui vous feront pleurer. Quand vous dites patchwork, vous avez raison. Moi je me suis dis que j'allais écrire une histoire déjantée d'une famille et que j'allais coller sur le frigidaire une infinité de post-it et que j'en ferais une photographie. Mais je vous supplie de ne pas lire en continu, Je vous laisse faire ... En tout cas, ce dont je suis le plus fier c'est cette fameuse histoire des nonnes de Valleverde PEPE

Publié le 25 Mars 2018