Chris Martelli
Présentation

A vélo, en ville ou à la campagne. Je roule et je lis toujours à fond et "sans dérapage".

Chris Martelli a noté ces livres

5
C’est drôle, c’est fin, c’est très parisien ! Je ne sais pas si c’est mieux en roman aventure ou en roman psycho !! c’est juste une fresque de happy people très 18 ème revisité, assez délirante à lire. Et en cette seule journée où l’on peut être happy sans arrières pensées, où l’amnésie éthylique permet de zaper toutes les couleurs de l’arc en ciel qui nous ramènent à la vérité fluo, un peu d’aigre douceur dans ce monde est délectant. Vous y mettez de l’esprit, juste un peu de culture pour dire que vous en avez en réserve, de la profondeur quand il faut pour rassurer ceux qui croiraient que vous pourriez en manquer, et un œil de lynxette très rigolo. Happy N Y. Et puis il y a la suite, triste, lourde. C’est une deuxième histoire. La même personne, les mêmes autour d’elle, mais vous changez de registre. C’est bien, pour montrer l’étendue de votre savoir-faire. C’est moins bien pour le commentaire que j’avais déjà commencé à rédiger :) dans ma tête. Il est minuit. C’est l’heure. Je continue pour savoir si cela se transforme en princesse des nuits ou en citrouille…
Publié le 01 Janvier 2019
4
Tout au long de la lecture, je me suis demandée ce qu’il me manquait dans ce très beau récit ! J’ai aimé cette saga rebondissante, j’ai aimé ces trois personnages. Sans doute un peu de profondeur. Sans doute aussi ici ou là des pensées un peu moins écrites, vous savez ce genre de pensées que l’on a qu’à postériori d’un fait. Sans doute aussi, un peu moins d’ambition dans les allers et retours des périodes, des personnages dont on ne dit pas le nom pour ne pas les identifier (peine un peu perdue, n’est ce pas !). Mais je cherche la petite bête, c’est une très prenante épopée. Merci de ce partage.
Publié le 09 Décembre 2018
5
J’aime votre manière de vous raconter. C’est vif, il y a une légèreté profonde, vous ne vous plaignez pas, vous dites. Et votre ton alerte nous donne envie d’être évidemment en empathie. C’est simple. Donc intelligent. Mais on sait que ce ton est trompeur. Ça se précipite, c’est l’horreur. Mais vous laissez cette petite lueur d’espoir. Et on a envie d’y croire avec vous.
Publié le 03 Décembre 2018
5
C’est un témoignage dur, lourd. A vivre, et vous le dites de manière totalement transparente, comme désinhibée. Mais aussi à lire. C’est courageux. J’admire la capacité à dire, à dépasser, pour re-vivre. Vous parlez beaucoup de beauté de voir le sang couler sur votre corps. C’est si contradictoire. Et vous ne parlez pas de douleurs physiques. Comme si votre corps développait un anti douleur dans ces moments là. L’écriture a été votre rédemption. Et on ne peut qu’espérer que le mot fin de votre livre, le soit aussi de toutes vos souffrances.
Publié le 18 Novembre 2018
4
J’ai un peu calé devant votre hotel (je crois que je n’aime pas les quiproquo !!), mais me suis délectée place de la victoire !! Votre sens de l’observation, vos descriptions minutieuses de détails qu’on ne verrait pas, votre manière de dire tout en laissant tout autant des parts de mystères, le quelque chose qui à un moment dérape, tout cela rend la lecture assez formidable.
Publié le 14 Novembre 2018

Pages