DATIA
Présentation

Philosophe

DATIA a noté ces livres

5
Connaissant la pudeur de Nadav lorsqu’il nous raconte si bien l’amour de Sioma et de Tsipora, je n’attendais pas qu’il nous fasse raconter par Joseph en détail, comment le polyamour fonctionnait entre Varvara, Michel et lui, alors qu’ils étaient mariés et lui n’avait que 17 ans. Par contre, il aurait été intéressant d’apprendre comment Varvara a imposé puis organisé leur amour, leurs rencontres, comment elle a instauré des relations empruntes d’honnêteté, de sincérité, de solidarité alors qu’elle était également très occupée à conduire ses paysans au combat contre l’armée Blanche. Il est vrai que « l’amour libre », « l’amour camarade » étaient, nous dirons aujourd’hui, à la mode. Mais à l'époque il était préconisé par Alexandra Kollontaï et par Lénine lui-même qui vivait un polyamour avec sa femme et sa maitresse qui de son côté vivait un polyamour avec son mari et Lénine. Je suis en plein accord avec les commentaires de @Collavra. Joseph informé par sa sœur et par Varvara elle-même, aurait pu nous raconter la « révolution dans la vie quotidienne et des habitudes des femmes », les « nouvelles relations entre les sexes », leur confrontation avec les hommes qui niaient la nécessité d’une lutte spécifique féminine, sauf rare exception. Je dirais autrement ce que @Collavra écrivait pour conclure qu’en nous racontant l’histoire des femmes russes puis de leur horizon individuel devenu révolutionnaire vous aurez « jeter un pont » avec les mouvements des femmes d’aujourd’hui. Vous aurez ainsi également joué votre rôle d'écrivain « engagé » dans le sens de ceux qui vous inspirent : Aragon, Dos Passos, Alfred Döblin, Malraux, Sartre... J’ai lu votre « Aragon et moi ». Essayez, vous aussi, de semer « les graines de l’avenir ». Bon courage.
Publié le 19 Novembre 2018
4
J’apprécie ce livre de Gilles Prevel qui nous raconte l’histoire singulière d’un SDF. J’aurais aimé qu’il intègre davantage son existence personnelle dans celle de monde en marche vers une population grandissante d’hommes et de femmes sans domicile fixe, une des tragédies de notre époque, tout en comblant le lien de son monde intérieur avec celui qui l’environne. Je sais que ce n’est pas simple. Mais rassurez-vous, j’ai eu plaisir à vous lire.
Publié le 19 Novembre 2018
5
J’ai commencé par « Les Rebelles du XXe siècle » de Nadav, le premier livre de la liste des nominés. J’ai découvert un livre, un écrivain, des personnages hors du commun. Je n’ai pas pu quitter ce livre dès les premières pages et je me suis surprise à le relire, certains passagers plusieurs fois. En dehors de toute référence, il est d'un tel bonheur d'histoire de révoltes, d’amours et de guerres que je ne peux me justifier de cette longue ignorance de MBS. Peut-être avais-je certains à priori. Les livres que je lisais, je les achetais. Il ne m’est jamais venu à l’idée de les lire sur Internet. Alors quand je suis tombée sur « Les Rebelles », sur ces personnages hors du commun, ces « combattants de l’ombre », dans leur diversité, tous créateurs d’eux-mêmes dans leur recherche d’indépendance et de liberté, j’étais ravie d’apprendre qu’ils existaient. Après avoir lu tous les commentaires forts élogieux sur « Les Rebelles » de Nadav, je me demandais ce que je pourrais bien ajouter sans les répéter. En effet, le livre de Nadav ne peut laisser indifférent. C'est une étonnante expérience que de retrouver sous les traits des hommes et de femmes de toutes provenances, combattant pour leur liberté et leur émancipation, des héros de roman d’un écrivain qui nous hante. Nadav nous a expliqué sur sa parenté avec ce couple d’amoureux, de guerriers infatigables qui, avec tant d’autres oubliés d’une époque horrible, n’ont pas cessé de lutter, pour notre avenir, la bête immonde, le mal absolu qui semble aujourd’hui n’avoir pas dit son dernier mot. Il est de notre devoir de voter pour un tel livre non seulement pour ses qualités propres, mais aussi pour maintenir vivantes dans nos mémoires toutes leurs raisons d’être fidèles à la vie dans le monde tel qu’il est.
Publié le 18 Novembre 2018