En un rien de tant

285 pages de Laurentlesax
En un rien de tant Laurentlesax
Synopsis

Paris. Un homme meurt d’une crise cardiaque à la Porte d’Orléans en allant prendre son métro pour se rendre à la Fnac en début d’après-midi. Il vient de déjeuner avec un ami, de lui serrer la main en lui souhaitant « bonne aprem » et il marche sur le trottoir lorsqu’il est terrassé par une attaque. Le roman retrace un peu sa vie, imagine, avec des anecdotes réelles vécues par l’auteur, son parcours avant d'en arriver là, quelques-uns de ses souvenirs, de ses voyages, ses aventures, son appartement désormais silencieux où son chat l’attend. Le vide qu'il laisse. Le monde qu'il quitte, sans y être préparé. Un essai sur la fatalité, la fragilité de la vie dont il faut profiter intensément avant qu’elle ne s’arrête, n’importe où, n’importe quand… et se transforme en rien: En un rien, de tant!

2291 lectures depuis la publication le 11 Avril 2016

Les statistiques du livre

  926 Classement
  46 Lectures
  0 Progression
  4.7 / 5 Notation
  25 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

13 commentaires , 7 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Mokeddem XI Merci, mais je pense tout simplement avoir un gros travail de (ré)écriture pour pouvoir prétendre à en être digne. Je crois avoir compris pas mal de choses des critiques reçues. Il me faut juste le courage (et le temps) de tout remettre à plat... et resservir ces écrits nettoyés de leurs lignes superflues et autres détours inutiles. Merci en tous cas.

Publié le 09 Novembre 2016

Une résurrection ! Vous ne pourriez pas me faire plus plaisir ! :-) Que vous ayez écrit ce texte sans réfléchir confirme votre don. Nous ne devrions pas tarder à entendre parler de votre oeuvre ! Ce serait mérité. Très cordialement. Michèle.

Publié le 08 Août 2016

@lamish Merci pour vos étoiles et ce commentaire pertinent. Je prends bonne note de vos critiques, qui recoupent d'ailleurs plusieurs autres, et je vais réfléchir au "régime" à entreprendre... J'ai écrit ces pages sans trop réfléchir à une quelconque construction. Je m'en rend mieux compte maintenant. Avec du recul, et l'aide de conseils comme les vôtres, je vais tenter d'affiner ce récit. Qui sait, peut-être JM sera-t-il même épargné finalement? ;-) Avec tous mes remerciements. Cordialement.

Publié le 08 Août 2016
5
Bonjour Laurent. J'ai terminé votre roman cette nuit mais ai attendu de le digérer avant de vous commenter. Et puis, je vous en voulais un peu de ne pas avoir épargné ce pauvre J.M. ! Votre plume est délicieuse, le sujet développé avec sensibilité et subtilité. Dès les premières pages, j'ai été happée. Puis, j'ai trouvé les carnets de voyage un peu longs, un peu répétitifs, tout comme la description de ce qui reste en suspens, lorsque la mort fauche brutalement. Avec un bon régime, ce roman serait un chef d'oeuvre. C'est un avis personnel et, visiblement, peu partagé. En tous cas, vous êtes très doué, c'est indéniable. Bravo et un grand merci pour ce partage. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.
Publié le 07 Août 2016

@Mel Pilguric Merci beaucoup, très touché par votre hâte... J'espère juste que vous ne regretterez pas votre commentaire à la fin du récit! Je n'ai pas voulu réellement raconter une histoire, une intrigue, mais plutôt, à la manière du photographe, faire quelques clichés pour imager l'absence, la vie qui fut et n'est plus... Merci en tout cas pour ce pré-commentaire... On va dire que ça part bien! ;-)

Publié le 11 Juillet 2016

@Laurentlesax
Exceptionnellement, je place ici un commentaire alors que je n'ai pas fini le livre...mais je n'avais pas envie d'attendre pour vous dire que j'admire votre talent à nous imposer Le rythme. Celui que vous avez choisi et auquel nous adhérons parce que vos digressions deviennent les nôtres malgré notre impatience à découvrir la suite de l'intrigue. Bravo pour cet Art et merci de le partager avec nous. Amicalement, Mel.

Publié le 11 Juillet 2016

@Marguerite Rothe Merci pour votre lecture et vos commentaires dont j'ai noté les remarques qui me seront très utiles pour l'écriture définitive de ce roman... Très cordialement.

Publié le 29 Juin 2016
4
J’ai beaucoup apprécié « En un rien de tant ». Le thème de votre histoire se prête à merveille à votre plume introspective. Elle se lit facilement, avec fluidité, et on y trouve aux fil des lignes, de belles réflexions sur la vie, la mort, l’amour, l’amitié. J’ai trouvé quelques longueurs à la période « américaine » (à mes yeux, plusieurs passages qui n’apportent rien de fondamental au récit alourdissent le texte). Il y a aussi quelques fautes et coquilles, qui ne devraient pas résister à quelques relectures supplémentaires (voir p.261, la conjugaison du verbe gésir) - Merci beaucoup pour cette belle lecture, bien à vous, Marguerite.
Publié le 29 Juin 2016

@Zultabix Merci pour ce beau commentaire. J'aime le parallèle jazzistique et il est vrai que cet essai de roman a été écrit comme une longue improvisation (trop longue peut-être...), avec des lignes harmoniques incertaines et en effet bien des fausses notes. L'écriture a comme point commun avec la musique, que l'on ne peut, en effet, tricher. Si mes mots vous ont sonné "vrais", c'est là le plus beau compliment que je pouvais attendre. Merci!

Publié le 31 Mai 2016
5
Roman qui galope, écrit dans l'urgence, c'est indéniable. Les phrases sont tendues, courtes, arythmiques, comme les battements d'un coeur qui s'emballent, s'arrêtent, cherchent à repartir. La vie de Louis ne fut qu'un souffle. Il tombe en allant chercher un disque à la FNAC. Mais il n'y a pas de sots métiers, comme il n'y a pas de fausses morts. On pense à une session de jazz entre vieux potes, un boeuf solennel, où chaque musicien autodidacte, mais puriste, se donne à fond, ne triche pas. Rend hommage à un frère disparu trop tôt peut-être.Il y a des fausses notes parfois, des longueurs, c'est certain, mais le son est vrai, il vient du coeur. Malgré ses petites imperfections, j'ai aimé ta partition Laurentlesax. Et je te dis chapeau d'écrire comme cela, le soir, le week-end, après tes parcours routiniers de chauffeur d'autobus. Bien à toi !
Publié le 31 Mai 2016

@MokeddemV C'est me faire beaucoup d'honneurs que de parler de "double" venant de quelqu'un qui écrit de si beaux poèmes. Il est vrai que nos univers se rejoignent par bien des mots/maux... Merci à vous.

@fabricio Merci également pour vos mots appréciés et votre post-scriptum sympathique!

Publié le 23 Mai 2016
4
Pour un coup de cœur, il est mérité. C'est par l'intermédiaire de votre commentaire sur un article, que je me suis intéressé à votre livre. Je vous souhaite d'en avoir encore beaucoup d'autres. PS: j'adore votre photos, on voit le professionnel.
Publié le 22 Mai 2016

@Palamède Merci beaucoup!

Publié le 18 Mai 2016
5
Bravo ! Beau récit, un rien nostalgique. Mais un tout magnifique.
Publié le 17 Mai 2016

@monBestSeller Très touché et honoré de votre article et mise en avant!.. Un grand Merci à vous!

Publié le 13 Mai 2016

« En un rien de tant » est le Livre le + du 1" mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire . Bonne découverte et bonne lecture ! Et n'oubliez pas de laisser ici un commentaire après votre lecture, l'auteur vous en sera reconnaissant.

Publié le 13 Mai 2016

@Isabelle Lestine : Merci d'avoir pris le temps de lire mes pages... et merci aussi pour votre commentaire sympathique. Je suis d'accord avec vous sur le caractère un peu "long" des passages aux Etats Unis. Je vais réfléchir au moyen de raccourcir ces notes prises, réellement, lors de ces voyages passés. Merci aussi pour cette critique constructive!

Publié le 09 Mai 2016
5
C’est un très beau roman, d’amour, un peu triste, raconté à la fois de dehors et du dedans, un roman d’amour et de désamour, d’abandon de la vie, mais avant, de l’envie. Un roman qui se lit comme un café le matin le weekend, lentement, en prenant son temps, pour faire évader les rêves. (ps, mon petit conseil – puisque vous le « demandez »-, un voyage aux Etats Unis un peu moins long, même s’il raconte l’absence)
Publié le 09 Mai 2016

@Sandrine C : Très touché! Merci beaucoup pour votre gentil commentaire.

Publié le 07 Mai 2016
5
Oui, c’est ça, la fatalité. Et le mystère de LA date. Celle dont on sait qu’elle existe. Et pourtant qui n’empêche pas de vivre comme si elle n’existait pas. Et votre livre dit très bien cela et beaucoup plus aussi, avec des pensées sur la vie, sur aujourd’hui, qu’il serait difficile de ne pas partager. Un vrai récit, un peu nostalgique, presque détaché, vu du dessus, en même temps très serein, qu’on lit toute la nuit.
Publié le 07 Mai 2016