Auteur
Le 29 jui 2015

Conseils sur la pub en ligne d’un auteur, ancien posteur compulsif.

De mes propres observations effectuées pour mes textes, mais aussi pour les textes dont les auteurs se promeuvent par la pub sur Facebook, leurs blogs et sur tous les autres réseaux sociaux… voilà quelques conclusions.
Du bon usage des réseaux sociaux.Du bon usage des réseaux sociaux.

On trouve souvent, au détour d'un groupe littéraire ou sur toute plateforme dédiée au livre, des publications de ce genre : "Aimez ma page", "Partagez cette page !", "Invitez vos amis à aimer/partager cette page", "Achetez mon bouquin, merci", "Ça me ferait plaisir que vous partagiez !". Ainsi qu'un condensé de ces injonctions naïves en une seule phrase : "Aimez, partagez, invitez vos amis, et achetez mon bouquin svp merci ça me ferait plaisir".

Facebook, la solution miracle des auteurs, la nouvelle panacée

ET PUIS QUOI ENCORE ? Non mais hé, vous croyez que ça fonctionne comme ça ? En plus d'agacer tout le monde, ça ne sert à rien, c'est inutile, contreproductif et vite noyé dans la masse. Maintenant que vous pleurez à chaudes larmes ces erreurs passées, reprenons calmement et depuis le début.

Qui ne s'est jamais dit intérieurement, en postant une pub sur Facebook, que celle-ci serait vue, lue, aimée et partagée des centaines sinon des milliers de fois ? Qui donc n'a jamais secrètement caressé l'espoir de devenir célèbre grâce aux miracles d'Internet et du Web 2.0 ? Facebook, comme quasiment tout autre réseau social, est un outil formidable pour promouvoir son livre, son album (ou vinyle... oui oui, les trois vieux au fond qui écoutent à moitié savent de quoi je parle), son site/blog, ses photos de vacances (mais ça vraiment, ça n'intéresse personne alors oubliez tout de suite), autres... Chacun sait qu’ il brasse plus d'un milliard de personnes (si on intègre les comptes d'animaux de compagnie et les robots qui servent à gonfler le nombre de "j'aime une page").

Comment alors sortir du lot parmi tout ce beau monde ? Comment faire en sorte que le post que l'on a savamment étudié, soupesé, décortiqué, écrit en s'arrachant les cheveux, pour lequel, on a vendu père, mère et son âme, soit au minimum VU (au mieux lu) ? C'est très simple ! Pour cela, inscrivez-vous sur "www.cenestpas1arnak.oups" et commandez vite mon livre "Comment devenir riche en n'en foutant pas une ?" qui révèle tous les secrets de l'univers et les numéros gagnants du Loto ! Je plaisante...

Facebook : un mode d’emploi complexe .

Pour qu'une publication soit lue, partagée etc. il faut passer un peu de temps dessus, connaître le medium utilisé, le public auquel il s'adresse. Et surtout utiliser quelques techniques de marketing.
Ha, le marketing... le Marketing ! Un grand mot qui fait peur, mais n'oubliez pas que votre bouquin ou la statue en limaille de fer que vous essayez désespérément de refourguer à vos collègues depuis des lustres est aussi un bien, et que comme tout bien vendable il répond à une logique de consommation et de marché.

Facebook, considérez votre livre comme un bien de consommation !

- Ce n'est pas le Graal qui sauvera l'Humanité du Mal en lui apportant la Lumière de la Vérité Toute Nue ??
- Et bah non.
- Mais si ! Espèce de coprolithe asexué ! Abominable marchand de soupe !
Eh oui, dit comme ça, ça pue et ça file des sueurs froides mais il faut s'y faire (là j'ai perdu les trois petits vieux du début et leurs vinyles).
Mais ne digressons pas en syllogismes inutilement fallacieux (que Diable !) et allons droit au but ! (Allez l'OM !) (non ça non plus, non... définitivement non)

Des solutions et des approches pour devenir un expert de la vente ?

Il existe une plateforme de création de sites internet qui s'appelle Wix. Les personnes qui gèrent cela sont des ingénieurs, des experts en marketings, des gens rompus aux dernières technologies et tendances du/des marché(s). Bref, des pointures, des maîtres, des gens qui savent de quoi ils parlent. Ils proposent sur leur blog, en libre accès, gratuitement et sans inscription, d'innombrables conseils pour appâter le client et SURTOUT le retenir. Ils ne sont bien évidemment pas les seuls à divulguer ces secrets, vous les trouverez sur divers sites ou blogs spécialisés en webmarketing (encore un gros mot pas beau).

La première chose à savoir est que l’être humain est une machine complexe qui marche à l’émotion, au coup de cœur. On pourrait croire que derrière un écran cette faculté à ressentir des émotions s’estompe mais il n’en est rien et beaucoup ont tendance à l’oublier. Pas de coup de cœur, pas d’émotion ? Votre pub est plate, morne, impersonnelle ? Pliez bagages, elle retournera dans les abysses qu’elle n’aurait jamais dû quitter. En revanche si vous souhaitez toucher votre public, il est des règles à connaître. Elles ne sont pas spécifiques au web, mais quand-même un peu, et il est de bon ton d’en prendre connaissance pour s’en sortir dans la jungle facebookienne.

Émotion et marketing, pourquoi ? Comment ça marche ? http://bit.ly/1Ko4F7P (ceci est une adresse raccourcie). Cet article est primordial. C'est la base de tout, la base de l'engagement sur Internet. A mettre en relation avec http://bit.ly/1eSX7NB pour l'utilisation de l'humour dans une campagne de pub.
Pour approfondir le sujet, intéressez-vous aux études de John Bargh et son "effet idéomoteur", Attirer de nouveaux visiteurs : http://bit.ly/1JgNemB ; Améliorer la portée de vos publications sur FB (FB étant l'acronyme de Facebook...) : http://bit.ly/1HoVOR5 ; Créer une publication virale : http://bit.ly/1LPcAIF. 
Vous tenez un blog ? C’est bien. Le trafic est nul, personne ne clique, personne ne commente ? C’est plus fâcheux. Comment captiver vos lecteurs ? : http://bit.ly/1eSWT9b. Évidemment, ces articles ne sont pas les seuls qui traitent de ce sujet ô combien difficile qu'est la pub sur Facebook ou tout autre support sur lequel vous déversez vos litres de prose. Pour en lire davantage, rendez-vous sur http://fr.wix.com/blog/ et sur le site de Miratech. Comment les pages Web sont regardées (très important) : http://bit.ly/1Ko5UUD. Facteurs qui déterminent le succès d'une publicité (encore plus important) : http://bit.ly/1BOInsX

L'image, un outil tactique essentiel pour créer l'engagement sur les blogs et l'ensemble des réseaux

Pour se convaincre de l’utilité d’une image, il suffit de se balader sur Facebook. Quelque chose attire soudain votre regard… Oh, une image d’une jeune et belle femme (pour les femmes, remplacez par un homme aux abdominaux biens dessinés) alanguie devant un coucher de soleil ! Que c’est beau… Ah, le texte est nul à en saigner des oreilles ? Tant pis, vous avez lu le texte et l’avez aimé sans même vous en rendre compte. La magie de l’image a opéré. Faites l’essai. Partagez la même publication, une avec et une autre sans image. Vous verrez la différence au niveau de l’engagement (« j’aime », partages).
Un autre facteur que l’on a tendance à occulter, alors qu’il est vital car il joue sur l’inconscient), est l’utilisation des couleurs. Bannissez svp le jaune ! A moins de bosser pour la collection "Pour les Nuls" vous ferez fuir tout le monde ! Le jaune est cheap, laid et synonyme de médiocrité ! 
Vous trouverez aussi des études portant sur les effets d'une image sur la lecture d'un texte (cf. au-dessus), études appuyées par des tests de "eye tracking" ou "traque de z'oeils" pour les puristes. Les visuels présentés sont très parlants. Après cela vous comprendrez que réclamer des "j'aime" et pousser les gens à acheter votre chef d’œuvre sans avoir au préalable pris le temps de peaufiner votre pub est proprement scandaleux car inefficace.

Résumons : Emotion, Images.
Le reste n’est que de la technique et un poil de manipulation (cf. « effet idéomoteur »). Ça s’apprend, et ça fonctionne. Parole d’un ancien posteur compulsif qui balançait sa pub sur le mur de ses amis et qui n’obtenait aucun retour. Ça a changé ! (contactez-moi en mp pour plus de précisions).

Bon courage et bonne chance pour la suite !

NB : Cet article contient des liens vers d'autres articles Internet afin de ne pas surcharger la lecture. Ce sont des techniques éprouvées de webmarketing autant pour les entreprises que les artistes, quels qu'ils soient.

Sources : http://fr.wix.com/blog/, http://miratech.fr/publications/ (on y apprend que les hommes sont obsédés et les femmes vénales, mais ce n'est pas le sujet et puis on s'en doutait déjà).

Brian Merrant, auteur, lecteur.

15 CommentairesAjouter un commentaire

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3673750/rouen--la-belle-aventure-litteraire-d-agnes-martin-lugand#.Vb3zAPntmko

 

 

N'oubliez pas non plus notre amie Agnès Martin Lugand qui est passée sur MBS et qui a tout de même sorti 300.000 exemplaires sur Amazon KDP en peu de temps...

 

Vous pouvez recopier le lien ci-dessus ou allez directement vérifier l'article sur PARIS-NORMANDIE- ROUEN du 18/07/2015. Livres. CC

 

 

Publié le 02 Août 2015

Bonjour Claude,

Ah mais si, FB est un incontournable nous sommes d'accord ! La question est de savoir comment (bien) s'en servir pour percer !

Félicitations pour vos très bons retours, c'est un signe que votre roman fonctionne, plait, intrigue, et que la comm qui est faite autour est réussie... Donc : bravo ! (du coup je ne sers plus à rien :'( ^^)

@Robert effectivement Houellebecq est très vendeur (avis perso, c'est mérité) et il obtient des à-valoir qui se chiffrent en millions... ça laisse rêveur !

@Jordane ah oui d'accord ! C'est un très beau parcours ! Ça laisse rêveur et admiratif :) On peut féliciter votre maîtrise des réseaux ;) (et remercier encore mBS pour le formidable tremplin qu'il propose)

Publié le 31 Juillet 2015

@Brian. Oui. J'ai mis un extrait de je te veux en Aout 2014 sur mbs pour tester mon écrit auprès de gens lambda après un refus de HQN ( Harlequin). J'avais besoin de savoir si ça en valait vraiment la peine. Très vite je suis montée dans le classement. Aucun frais pour de la pub. J'ai atteint rapidement le top 35. J'ai eu des retours très positifs, des votes. J'ai eu une blogueuse qui m'a repéré pour une interview afin de " booster " ma recherche d'éditeurs, ne doutant pas que je sois publiée un jour. Et elle m'a du coup apporté encore plus de lecteurs ! J'ai monté en parallèle mon réseau sur fb ( auteurs de tout horizon, blogueurs, éditeurs de petites ME ). J'ai partagé régulièrement sur ma page l'ascension et les retours sur mbs. Un jour j'ai carrément fait une annonce sur fb disant que je cherchais un éditeur. Deux petits éditeurs et une directrice de collection d'une petite ME m'ont contacté pour soumission dont un où je suis passée en priorité, sachant mes résultats sur mbs. Et j'ai signé du coup avec lui, le contact étant très bon. On peut donc dire que mbs a été un superbe tremplin pour me vendre. Aujourd'hui il promouvoit mon livre puisque les lecteurs viennent lire l'extrait afin de voir s'ils sont tentés d'acheter. Je suis bien tombée. En un an de temps il y a eu beaucoup de changements dans le monde de l'édition. Je ne sais pas si j'aurais eu la même chance. Encore que les possibilités d'être publié ont bien augmenté depuis. Pour conclure, les réseaux sociaux sont devenus un incontournable pour se montrer. Vendre son livre ne suffit pas, il faut aussi se vendre en tant qu'auteur. On doit devenir une image commerciale en instaurant son univers, son ambiance etc. C'est en communicant qu'on distille curiosité et attention et que l'on s'interesse à vos livres, pas l'inverse. Le matraquage de publicités sur x groupes fb est inutile. Seule le bouche à oreille fonctionne et pour cela, il doit partir de l'auteur mais aussi de plateformes d'essai comme mbs ou wattpad et dernièrement fictya. Ce sont des générateurs de découvertes d'auteurs. Mbs est une valeur ajoutée dans le choix d'un éditeur entre deux manuscrits d'égale qualité s'il a un quota.

Publié le 31 Juillet 2015

@Robert. tu as Sophie Jomain en romance qui a débuté dans la petite maison d'édition Rebelle. Aujourd'hui elle est chez France Loisirs, J'ai lu et Flammarion ! Angela Behhelle a débuté par l'auto-édition puis a fait suivre sa saga " La société" chez La Bourdonnaye. aujourd'hui elle a signé pour une adaptation cinématographique ! Il y a des exemples de succès qui ont débuté par l'auto-édition ou de petites maisons avant de signer plus gros ! Ce sont de petits exemples parmi d'autres. Comme quoi, il ne faut pas désépérer !

Publié le 31 Juillet 2015

J'avais toujours entendu dire que gallimard ne donnait pas d'a valoir aux primo romanciers... :) Donc la negociation ne devrait pas etre trop difficile :)

Honnetement, le seul veritable exemple que je connaisse d'un auteur contemporain devenu celebre et tres vendeur, tout en ayant debute chez un petit editeur, c'est M. Houellebecq.

Publié le 31 Juillet 2015

Bonjour Brian. Je ne suis pas un grand comunicant et je veux bien croire que FACEBOOK ne soit pas la panacée, mais il n'empêche que j'ai d'assez bons retours avec ce genre de site, en complément avec twitter. Sans doute que le côté roublard et anachronique de mon commissaire FLAMBERGE et son argot très années 50 intrigue en retenant l'attention dans cette foultitude d'infos, d'intox et d'images, va savoir. Et puis, intriguer le lecteur ou le visiteur, pour un polar si baroque et vintage qu'il puisse être, qui y a-t-il de mieux ? CC

Publié le 31 Juillet 2015

Merci pour votre retour Jordane, je ne pensais pas qu'il était possible de faire ça même pour des éditeurs plus modestes ! Petit à petit l'oiseau fait son nid ^^

Votre conseil est judicieux, j'en prends bonne note pour la suite :)

PS : si je peux me permettre une question un peu indiscrète, est-ce ainsi que vous avez procédé pour le tome 1 de "Je te veux !" ?

Publié le 31 Juillet 2015

Bonjour Hermann, très heureux que cet article vous soit utile :)

Hahaha eh oui voilà le gros souci, qu'ils sont pénibles ces éditeurs... Entre Gallimard, Albin Michel, Sonatine, Bragelonne, on ne sait plus où donner de la tête ! L'un propose 50 000, l'autre 200 000e d'à valoir... qu'ils se mettent d'accord bon sang !

Je vais lire vos autres romans avec grand plaisir :) De ce que j'ai déjà lu, Hermann, le talent vous l'avez déjà ;) ne reste plus qu'à créer une "identité numérique" (que c'est pompeux comme terme, et pourtant si juste)

N'hésitez pas à transmettre lorsque ce sera fait, et je ferai suivre...

Bien à vous :)

Publié le 31 Juillet 2015

@Brian Rome ne s'est pas construite en un jour. Il est tt aussi bon de commencer petit pour mieux s'épanouir. Les petits editeurs sont abordables sur fb. Commentez leur page. Demandez-les en amis puis soumettez. Commencez par des petites ME pour installer un premier lectorat puis les romans suivants confirmeront votre place et si la curiosité passe par là, les grosses ME vous suivront avec plus d'intérêt.

Publié le 31 Juillet 2015

Bonjour Brian, merci pour tous ces éclaircissements. Vos remarques sont pertinentes et la manière de les développer assez plaisante.
Je constate que sur MBS nous sommes tous confrontés au même problème, comment fixer le montant d'un à-valoir que Gallimard nous supplie d'accepter :-)
Encore merci pour le com. flatteur de "Dommage Eliane" si cet extrait vous a plu, allez voir du coté de "Mauvaise limonade" et de "Hermann est mort" en intégralité sur MBS.
Voilà, c'est le début du marketing viral, demain je crée un compte sur Facebook et après demain sur Tweeter. Ensuite j'irais à la croisée des chemins vendre mon âme au diable en échange d'un peu de talent ....

Publié le 30 Juillet 2015

Bonsoir Jordane :)

Bien sûr, l'interaction avec les lecteurs est un excellent moteur ! Il favorise les échanges et, peu à peu, permet de distiller çà et là son nom et ainsi faire une pub plus douce, presque involontaire.

Cette tribune et ses conseils rejoignent totalement ce que vous préconisez, à savoir ne pas forcer la main (très contreproductif) ni spammer des liens commerciaux à tire larigot (sublime rime au passage)

Toutefois, si je peux me permettre une remarque qui vaut ce qu'elle vaut, s'il peut être assez simple pour un auteur de tisser des liens avec des blogeurs, des correcteurs... il me semble tout de suite plus ardu de faire ami-ami avec des éditeurs ! Disons que ce n'est pas à la portée du premier venu, les auteurs sont si nombreux à courir après le Saint Graal...

Mais si vous avez des conseils ou des astuces, je suis preneur ! (et certainement pas le seul^^)

"Attiser une curiosité sur votre profil." exactement, image, vidéo, humour... L'art du "teasing" est ardu mais en vaut la peine :-)

Publié le 30 Juillet 2015

Pour moi le meilleur moteur promotionnel est juste d'interagir avec des lecteurs et gens du milieu littéraire. Faites votre reseau sans forcer la main. Ayez en amis des editeurs, correcteurs, blogueurs et lecteurs. Ne demandez pas des invitations fb pour balancer dans la foulée votre lien page fb auteur ou le lien de vente de votre livre. Il n'y a rien de plus lourd que celui qui balance sa promo sans savoir qui est en face. Les lecteurs ne sont pas des porte-monnaie et encore moins des idiots naïfs. Si vous voulez paraitre pour un boulet égoïste, alors soyez sûr que votre livre ne se vendra pas. Parlez tout simplement avec les gens de tout et de rien. Partagez sur votre mur votre actu livresque et ce sera la curiosité due au capital sympathie qui parleta pour vous. Attiser une curiosité sur votre profil. Partagez vos doutes et vos joies autour de votre livre et cela suffira à vous vendre.

Publié le 29 Juillet 2015

Bonjour tout le monde ! :D

Merci à vous d'avoir lu ce pavé ^^ (si les quelques pointes d'humour ont fait mouche j'en suis d'autant plus ravi)

Il est vrai qu'en tant qu'auteur/écrivain/ermite perdu on occulte souvent le côté marketing qui entoure forcément la promotion d'un livre, en pensant peut-être que d'autres s'en chargeront... Ce qui est également vrai quand on a la chance d'être édité par une grande maison et à compte d'éditeur !

Mais pour un auteur auto-édité qui tente de percer (ou de vendre lui-même son ouvrage) nous sommes obligés d'avoir plusieurs casquettes, et celle du commercial n'est que très rarement dans nos valises.

Comme vous le dites très justement Sandra et Yannick, la promo est vraiment très chiante à faire.

Il faut, et c'est plus facile à dire qu'à faire, se réserver des jours dédiés à cela, mettre de côté l'écriture et bûcher les ficelles d'une promo efficace. Si ces quelques conseils peuvent vous aider (et ils vous aideront car ce sont de vraies techniques) vous verrez que les appliquer à vos romans ne sera plus perçu comme un fardeau mais comme un plaisir. Se mettre dans la peau du lecteur, décortiquer le "marché", tenter des approches... c'est au final très agréable en plus d'être instructif.

Il peut être intéressant aussi, puisque nous sommes aussi lecteurs... de se balader dans une librairie (ou un endroit qui vend des bouquins) et de s'observer parcourant les rayons. Qu'est-ce qui nous touche ? Pourquoi a-t-on prit ce livre et pas celui juste à côté ? Pourquoi cette couverture nous donne-t-elle envie de lire la 4e ? C'est en analysant nos manies de lecteurs en quête de livres qu'on assimile plus facilement les techniques de comm'.

Ça fonctionne aussi pour les pubs pour d'autres choses ! Voitures, vacances, promo spéciale qui déchire tout mais n'est valable que pendant 3 minutes (alors décidez-vous viiiite sinon vous passerez à côté d'une super affaire !) Alors, pourquoi ça marche ? Réponses : des techniques, de la manipulation... A nous de nous comprendre, de comprendre la façon dont on fonctionne et ce qui provoque chez nous une réaction (bonne ou mauvaise, car une mauvaise réaction n'en demeure pas moins une !)

N'oublions pas que nous écrivons pour nos lecteurs et que si nous voulons les toucher il faut aller vers eux !

Bonne lecture, bonne écriture et bon courage pour la promo !

Publié le 29 Juillet 2015

Bonjour Brian, entièrement d'accord avec votre article (très intéressant et très bien documenté). En plus, vous en faites passer le côté ardu avec une bonne dose d'humour !

 

Publié le 29 Juillet 2015

Bonjour Brian et merci pour votre article. Moi qui suis justement en plein "travail" de recherche, découverte, tentative de compréhension et assimilation des trépidants secrets d'internet et de ses nombreuses fenêtres de communication, je trouve un écho très actuel dans le sujet que vous avez abordé.

Merci également pour les liens que vous avez mis. Je ne doute pas que les consulter se révèlera instructif et utile (pour ne pas dire essentiel). Plus j'avance dans mes tâtonnements, plus je me rends compte qu'il est important de maîtriser une bonne communication, et le marketing est effectivement un élément incontournable si l'on veut trouver des lecteurs, les fidéliser, et parvenir à faire vivre les histoires que l'on écrit. C'est rassurant de voir qu'on n'est pas tout seul à chercher des méthodes efficaces, et c'est très agréable de constater qu'on est pas tout seul à partager le fruit de ses découvertes :-)

Vous parlez également de l'importance de l'image. En effet, une image attirante et tape à l'oeil donne envie d'aller voir et de lire la légende, alors qu'un texte magnifique mal présenté risque de rester lettre morte.

Pas facile d'endosser l'aspect marketing et tous les autres qui vont avec l'activité d'écriture quand on veut essayer de diffuser ses écrits. Mais c'est un passage obligé si on veut avoir une chance de trouver des lecteurs intéressés, et pourquoi pas, fidèles. Ca ne garantit pas le succès de la démarche, mais ça ne peut pas lui faire de mal !

Bon, eh bien je m'en retourne à mes recherches et à la lecture de vos liens. Partir à la pêche aux renseignements est une activité intéressante, mais longue et quelquefois fastidieuse. Bonnes lectures à vous et à bientôt sur votre page. J'irai lire ce que vous avez déposé sur mBS lorsque j'aurai terminé mes lectures en cours.

Cordialement.

Publié le 29 Juillet 2015