Michel CANAL
Biographie

Riche des enseignements d'une carrière en France, Outre-Mer, Afrique et Balkans, l'auteur a fait le choix de venir à l'écriture — dans un style érotique raffiné souligné par la critique — avec une romance en deux tomes :
— L'éveil de Claire - Ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage, version romancée de l'auteur qui campe les trois personnages principaux et leurs relations triangulaires,
— L'éveil de Claire - Journal intime, version intimiste de Claire relatant au jour le jour son ressenti, ses émotions, ses sentiments, ses plaisirs, ses désirs, ses fantasmes (...), sa détermination pour séduire l'homme de sa vie, son bonheur après leur rencontre,
pour faire passer le message que Claire, disparue trop tôt, voulait délivrer à toutes celles qui peinent à s'émanciper.

Michel CANAL a noté ces livres

5
@Alix Cordouan, j'ai lu "La fille de l'autre" dans le cadre du Prix Concours de l’Auteur Indépendant 2018. J'ai fait mon choix après la lecture des synopsis, des premières pages, des commentaires et du classement, éléments permettant de se forger un avis suffisamment éclairé sur le contenu. Pourquoi ce choix ? J'aurai beaucoup à vous dire sur la forme (en aparté), je ne commenterai donc que le fond, l'essentiel du travail de conception de l'auteur. Tout est réuni pour faire de "La fille de l'autre" un excellent roman, portrait de la société d'une époque. La construction du scénario en deux parties est judicieuse, correspondant parfaitement au titre et aux rebondissements qui affectent les protagonistes. Vous faites évoluer le personnage central, Soizic, d'une manière qui accroche bien le lecteur, empressé de tourner les pages jusqu'à la fin. Le style, fluide, incluant le parler propre aux personnages, colle à la réalité. L'histoire, avec en toile de fond la Bretagne rurale, creuset de bonnes à tout faire s'expatriant dans la capitale au service de bourgeois cupides, aussi notables provinciaux dans leur fief, exploitant le personnel de maison, la structure des immeubles cossus avec leurs strates de niveau de confort. Creuset aussi d'oies blanches tombant entre les mains de proxénètes dès leur arrivée à la gare de Montparnasse. L'époque fut aussi celle de la guerre d'Indochine et du scandale financier du trafic de piastres. On pourrait être tenté de dire : quelle histoire ! Epris de justice, un peu fleur bleue, j'ai aimé me laisser porter par cette histoire, en partie narrée par Soizic. Une confidence, chère Alix, mes choix pour le Concours m'ont toujours donné raison. J'espère qu'il en sera de même en 2018. Avec toute ma sympathie d'auteur.
Publié le 12 Novembre 2018
5
@lamish, je sais que tu as pardonné mon retard pour lire ton petit dernier, une vraie leçon de vie. Ta plume exquise entraîne le lecteur sur divers sujets. Ceux qui te connaissent bien ne seront pas surpris ; ceux qui te découvrent seront admiratifs de ton style et de ta personnalité. Qui connaît Michèle, son empathie, sa droiture, son énergie, son aptitude à s'entendre avec tout le monde, détestant les conflits et les embrouilles, la retrouvera sous les traits de Sarah. A travers « L'instinct des grues cendrées », plus particulièrement les quatre retardataires et le questionnement de Sarah sur le "Pourquoi de leur retard ?", tu nous délivres, à la manière d'une parabole métaphorique, un message sur le couple : « ce magnifique volatile choisit un unique partenaire pour la vie ». Confrontés à toutes les difficultés, épreuves et désillusions qui les affecteront tout au long de ce témoignage intimiste sur le rêve d'un "ailleurs", choisi en Extremadura en tournant la page sur le passé français, Sarah et Julien resteront-t-ils unis ? Car, comme l'a souligné notre ami commun @Kroussar, expatrié au Cambodge « Nombreux sont les expatriés qui ont vu leur rêve brisé, leur couple broyé, leur vie anéantie !… Ils voulaient couper les ponts avec le passé, parfois avec la famille. Mais, quelle que soit la destination, quel que soit le rêve, la réalité les rattrape, les dépasse, les renverse. » Autre sujet traité dans ce roman, en opposition avec l'amour porté à vos deux chiennes Barry et Kate, le comportement incompréhensible et critiquable des Espagnols envers les animaux, qu'il s'agisse des chiens (de courses de lévriers ou de chasse), cruellement torturés à mort après services rendus, abattus froidement s'ils ne font pas l'affaire, ou du gros gibier massacré à grande échelle lors des chasses. L'élément central du roman, inimaginable pour nous Français, parfaitement décrit, où ton style se révèle, est le très long processus semé d'embûches de tous ordres pour mener à bien votre projet de construction : une "casa rural". De quoi être découragé, avoir envie d'abandonner, mais où Sarah va se révéler, face à tous les intervenants, avec son courage, sa ténacité, mais aussi comme compagne de Julien à qui elle transmet sa force de caractère. Pour le plaisir, il y a heureusement le regard sur la beauté de la nature : le ballet matinal et vespéral des hirondelles en été, le brame du cerf, les faons jouant au bord de l’eau sous le regard des biches surveillant la marmaille, des hérons et des cigognes pêchant côte à côte au bord des lacs… et bien sûr, la migration des grues cendrées. On l'aura compris, c'est un bon moment de lecture. Merci pour ce partage.
Publié le 04 Novembre 2018
5
Cher @Didier Leuenberger, merci au groupe dont j’ai le plaisir d’être un administrateur de m’avoir dirigé sur cette nouvelle de 2017 dont le nombre de lectures m’éblouit. C’est toujours un plaisir de vous lire, et un court moment d’enchantement, même et y compris quand il devrait y avoir un peu de tristesse et de compassion compte tenu du sujet. Le miracle de l’écriture fait que ce soixantenaire atteint d’une maladie en principe incurable se voit offrir un moment de bonheur qui le ramène aux meilleurs moments de son apprentissage de la vie amoureuse. L’histoire ne le dit pas, mais on aimerait que ce traitement fût tellement efficace qu’il en guérît. Prolifique en matière de nouvelles dans un genre qui a été le mien sans avoir le choix, il faudra que je prenne le temps de parcourir votre oeuvre. Merci pour ce voyage en Ouzbékistan où votre talent fait voyager le lecteur. Michel.
Publié le 16 Septembre 2018
5
Encore une très belle histoire que vous nous faites partager ici @ELISABETH LARBRE, à laquelle on adhère en s’imaginant témoin spectateur de cette pratique chamane, puis à la fin, de la magie de ce déluge féérique de nuées vaporeuses et scintillantes : l’aurore boréale. Mais l’essentiel n’est pas là. Nous autres, occidentaux, avons perdu la proximité avec la nature, proximité qui permet aux animistes d’être en parfaite harmonie, d’en tirer, avec sagesse, tous les enseignements, et de la respecter. Par exemple, les aborigènes d’Australie auraient beaucoup à nous apprendre. Combien j’aimerais, comme Léo, avoir dans mes yeux clairs et mon coeur d’homme, les étincelles d’une aurore boréale.
Publié le 17 Août 2018
5
Cher @Kroussar, valeureux collègue, mon séjour au Luxembourg m’a permis de terminer la lecture et d’ajouter un avis élogieux à tous ceux qui m’ont précédé avec pertinence, soulignant ici ou là : un récit incroyable, passionnant, de guerre, poignant, poignant de vérité ; un véritable devoir de mémoire ; la vie d'un homme et son histoire si émouvante ; un roman où deux vies sont décrites en parallèle ; l’amour pour le Cambodge… une histoire si compliquée et mal connue (ce à quoi vous répondez en précisant : "hymne à l'amour pour le Cambodge… son histoire trop longtemps cachée pour de sordides raisons") ; à la fois un roman d'espionnage, historique et d'amour qui crie surtout le déchirement de cet homme entre son devoir envers la nation, sa famille et son nouveau foyer ; étonnantes révélations issues de votre appartenance au service de renseignement militaire français… réalités de ce conflit complexe où idéologies, compromissions et froide raison d’État s’affrontent, broyant aveuglément des milliers d’innocents… témoignage précieux car il relate une période où les informations sur ce qui s’est réellement passé dans la région sont trop souvent tronquées ou déformées ; l’histoire de la longue quête d’un homme acharné à retrouver la trace de sa femme enlevée par les Khmers rouges et des aventures périlleuses qui accompagnèrent cette recherche ; quelle incroyable et dramatique destinée que la vôtre ; belle histoire d'amour et de fidélité à ses idéaux… témoignage passionnant sur les évènements du Cambodge dans les années 1970-1990… sur la guerre du renseignement électronique… terriblement instructif sur la politique étrangère des nations ; vous traversez toutes ces années avec vos blessures ouvertes que ce livre soignera certainement (ce que vous confirmez : " effectivement, l'écriture de ce récit fut thérapeutique et salvatrice"). On est heureux de la contribution de votre ami Jacques, dit @volterre, qui vous a convaincu de faire connaître vos aventures au plus grand nombre, convaincu lui-même que tous les ingrédients sont là pour satisfaire les lecteurs : de l'action, de l’exotisme, de la fraternité, de la trahison, la violence des conflits, l'horreur des actes accomplis par les Khmers rouges, celle des bombardements américains, aussi et heureusement la découverte d'un pays aux belles âmes déchirées, ses merveilles avec les temples d’Angkor. Notre autre camarade @Letellier Patrick est du même avis : "Vous avez eu raison de dévoiler…", sauf que vieux soldat et aventurier ayant roulé sa bosse, il émet une réserve pour la publication : "Publiable ? Impossible !" Et cependant, tout n’a pas été dit. Il convenait de souligner que l’auteur de "Cambodge - La Longue Quête, ou l’histoire secrète du Royaume" est un homme hors du commun, dont on ne serait pas surpris qu’il devînt citoyen d’honneur de ce royaume auquel il a tout donné. Pas surpris non plus que son témoignage, si un éditeur s’en empare, si les médias ont le courage de dévoiler la vérité sur la globalité du drame cambodgien, devienne un bestseller adapté au cinéma, fasse la "une" de l’actualité. Cette vérité pointerait du doigt les hommes politiques (certains encore vivants), jamais inquiétés pour leurs mensonges et leur lâcheté, responsables de centaines de milliers de morts, l’usage à des fins criminelles d’un défoliant (fabriqué par une firme américaine dont on parle beaucoup en ce moment) déversé à grande échelle par l’US Air Force, dont les effets environnementaux et sur la population se manifestent encore à l’heure actuelle. Cet homme hors du commun, officier de conviction qui a préféré démissionner avec le grade de commandant alors qu’il avait le potentiel pour terminer général, ingénieur talentueux en matière de guerre électronique, a sacrifié une existence confortable en France pour l’amour d’un pays, de sa culture, de ses monuments, de ses habitants. Heureux homme !
Publié le 17 Août 2018

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

L' arrivée sur Amazon du Journal intime a fait rapidement l'objet de commentaires : Erotisme raffiné ***** (5 étoiles) Par LAULAULA — 500 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS — le 10 septembre 2016 L'éveil de Claire : journal intime est la version racontée par Claire, de l'aventure relatée par l'auteur dans le premier volume "ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage". On appréciera, surtout pour le genre, le style très soigné, et l'érotisme jamais vulgaire. L'auteur a un don pour faire monter la tension tout au fil des pages pour ne nous livrer l'apothéose qu'à la fin. Comment Claire vit-elle cette relation initiatique, qu'elle a elle-même déclenchée, d'abord platonique puis de plus en plus torride, dont elle devient à la fois actrice et spectatrice ? C'est ce qu'elle nous raconte dans ce journal. Si vous souhaitez une lecture érotique au style raffiné, ce livre vous est recommandé. Le Journal d'une femme amoureuse — le 16 septembre, toujours ***** (5 étoiles). L'éveil de Claire - ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage et Journal intime sont les deux faces d'une même romance. Par la narration d'une perception extérieure, le roman campait les personnages principaux et dressait le décor de leurs relations triangulaires. Le Journal intime de Claire nous fait entrer dans la profondeur de son ressenti. Au fil des pages et de son humeur, dans un style remarquable, elle nous fait partager ses émotions, ses désirs, ses plaisirs, son initiation lesbienne puis libertine avec, en toile de fond, sa détermination pour séduire l'homme de sa vie. Son parcours est celui d'une jeune femme amoureuse à qui Claudine (de Colette) et Emmanuelle (d'Emmanuelle Arsan) ont inspiré la liberté de moeurs avec la complicité d'un amant pygmalion. Si ce Journal parvient aux femmes qui se cherchent, pour lesquelles l'émancipation contribuera à leur épanouissement, il aura atteint l'objectif que Claire avait anticipé. C'est pourquoi je le recommande. Merci Claire, Eric, Elodie… et toutes les autres, pour ces délicieux moments en votre compagnie.

A lire dans les actualités