Michel CANAL
Biographie

Riche des enseignements d'une carrière ponctuée de mutations ou séjours en France, Outre-Mer, Afrique et Balkans, je suis venu à l'écriture pour relater une histoire sentimentale en deux tomes :
— L'éveil de Claire - Ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage
— L'éveil de Claire - Journal intime
Je n'ai pas la prétention d'être un écrivain. Seulement un auteur qui a eu envie, en relatant une aventure singulière qui fut une gageure, de rendre hommage à cette jeune femme promise à un brillant avenir et disparue trop tôt.
Pour les autres écrits, c'est en fonction des circonstances, ou de l'actualité.

Michel CANAL a noté ces livres

5
@Alexis Arnaud, une bien belle page ! Imaginative, tellement juste dans l'analyse, avec de l’humour, tout ce qu’il faut pour que ce soit plaisant à lire. Pourvu que l’usage trop fréquent des SMS, la paresse d’écrire, les féministes radicales qui cherchent à imposer (réussissent souvent) la féminisation des fonctions sous prétexte que le ridicule ne tue plus, l’écriture inclusive, le franglais... ne détruisent pas notre belle langue que politiques et journalistes malmènent déjà ! Et bravo pour la chute.
Publié le 01 Juillet 2021
5
@Hurle Lune, un pseudo que je vois passer depuis longtemps au point de m'être devenu familier. J'ai eu envie de lire votre nouvelle en listant le classement... et ce fut un plaisir. Celui de parcourir des pages à la présentation soignée comme j'aime, une écriture qui raconte avec finesse l'attrait instinctif de ces deux femmes à travers les siècles dans des situations très différentes. C'est astucieux. Merci pour ce partage. Je suis heureux d'avoir découvert un autre auteur dans ce genre que les lecteurs n'imaginent pas si difficile à exprimer. Avec toute ma sympathie. MC
Publié le 30 Avril 2021
5
@Monique di Sposino, un extrait que j'ai apprécié pour sa finesse et son élégance, dans lequel je retrouve la "patte" d'une littéraire. On peut supposer que les aventures manquantes sont de la même veine. J'ai vu que vous avez fait un passage sur la page d'@Alfred_Anchetain avec qui j'ai beaucoup échangé ces dernières semaines. Peut-être aurez-vous le plaisir de lire prochainement la discussion que nous avons eue sur un thème qu'il a choisi « Écrire un livre érotique », car nos motivations étaient très différentes pour nous lancer dans l'écriture érotique... et nos conceptions opposées. Comme j'ai l'occasion de le dire souvent, le genre "érotique" est très difficile à exprimer. Chère Monique, continuez à vous faire plaisir pour nous le faire partager. Merci pour ce moment de lecture !
Publié le 27 Avril 2021
5
@Alfred_Anchetain, que ça fait drôle de retrouver mes personnages dans une histoire si différente avec le même scénario d'approche initiale : une femme prénommée Claire appelle Eric et entretient une relation par téléphone interposé. J'ai beaucoup aimé l'incursion dans les services secrets et les révélations que nous sommes peu à connaître, en particulier les zones d'ombre sur ce sujet que nous avons traité tous les deux : la pandémie de Covid-19. J'ai beaucoup aimé aussi la progression, menée très finement, de l'opération (pour rester dans le milieu du renseignement et du "Secret Service") de séduction menée par la belle Morane. Vous avez très bien exprimé l'intelligence et la malice des femmes, à opposer à la faiblesse des hommes... quand ils sont approchés par le sexe "dit faible". Il fallait pour cela faire preuve d'une grande sensibilité, tout le contraire d'un comportement macho. Vous avez su éviter l'écueil de la vulgarité. L'ensemble se lit bien, et au fil des pages, on est impatient de savoir qui mène la barque, comment Eric se sortira de son dilemme. Bravo !
Publié le 17 Avril 2021
5
@galodarsac, j'ai eu plaisir à lire vos hommages au beau sexe dont je suis un ardent défenseur. Je serais par contre incapable de traduire en vers ce que j'ai réussi (je crois) à faire en prose, hormis la toute petite approche lorsque Claire a sollicité Eric de manière codée comme George Sand dans ses billets à son amant Alfred de Musset. Bien peu donc ! Cher Léon, vous maniez divinement la rime dans sa diversité de compositions. C'est un mode d'écriture qui disparaît peu à peu. Le 20ème siècle retiendra Prévert dont le nom restera attaché au "Chant des partisans" et à l'interprétation de "La chanson de Prévert" par Juliette Gréco, puis par Isabelle Aubret, Serge Gainsbourg et Marc Lavoine. Peut-être aurez-vous la même renommée si un compositeur ou une compositrice de nos jeunes nombreux talents adapte les paroles de l'une de vos "odes à Mme de P." ou "Butinages", en rappel de Ronsard pour son poème "Mignonne, allons voir si la rose…" à Cassandre Salviati.
Publié le 05 Avril 2021

Pages