Interview
Le 23 juin 2016

Autoédition. Sélection Prix Concours : Corinne Le Gal, nominée

Avec "Deus ex Machina", Corinne Le Gal a fait voyager ses lecteurs dans l'espace temps. De réincarnation en réincarnation, ils ont traversé huit siècles. Une histoire d'amour comme fil d'Ariane, le siècle présent comment ciment... Et ils ont tant aimé, qu'au retour, ils ont élu son roman Sélection de juin, ainsi nominé au Prix Concours monBestSeller de l'auteur indépendant 2016. Rencontre avec une romancière autant passionnée par la spiritualité que par les sciences et qui jongle avec brio et érudition sur les deux terrains.
Corinne Le Gal nominée Prix Concours de l'Auteur indépendant 2016"C’est l’Angoisse, la seule et l’unique je pense, de toux ceux qui écrivent : suis-je un écrivain ?"
Question: 

Votre roman "Deus ex Machina" est un long roman d’amour de 800 ans qui se déroule entre le 13ème et le 21ème siècle. Vous y faites preuve d’une grande culture, protéiforme, philosophique, spirituelle, historique… D’où vous vient cette érudition ?

Réponse: 

Je pense que la culture est à la disposition de tous à partir du moment où l’on sait lire. Partout, nous pouvons trouver des réponses à nos questions, des compléments d’information, et ceci est encore plus vrai aujourd’hui que le Web est dans tous les foyers. Il suffit d’un peu de passion et de curiosité et tout le monde peut devenir érudit.

Question: 

Et d’où vient votre inspiration d’avoir fait se réincarner vos personnages sur cinq siècles ?

Réponse: 

Je crois profondément en la réincarnation. C’est en lisant le livre du docteur Chris Griscom « Guérir de ses vies antérieures » aux Editions du Rocher, que l’idée de mon roman est née. Dans son Institut, elle traite les patients que la médecine dite moderne ne peut pas ou plus guérir, grâce à une forme d’hypnose qui vise à les faire régresser jusque dans leurs vies antérieures. Elle y trouve bien souvent la source de leur maladie. A partir de ce lien qui nous rattache inexorablement à tous nos Passés et qui façonne notre Présent, j’ai d’abord imaginé l’histoire de deux Âmes qui se retrouvaient systématiquement à travers le Temps. Pour créer le fil conducteur, une histoire d’amour m’a paru évidente. C’est celle très particulière d’Abélard et Eloïse qui a inspiré la partie du XIIIème siècle.

Question: 

Vous dites que vous avez retenu les 4 périodes les plus marquantes de l’histoire de l’humanité. Pourquoi considérez-vous qu’elles le sont ?

Réponse: 

Le XIIIème siècle est celui du commerce qui devient européen et méditerranéen et donc, l’économie va s’en trouver modifiée. Les villes vont s’agrandir et s’organiser, leur population augmenter. L’évolution est en marche... Si je la compare à l’évolution d’une Âme dans un corps incarné, c’est l’enfant qui fait ses premiers pas, seul. Il va enfin pouvoir avancer dans la direction qu’il veut, quand il veut et comme il veut. Il a 1 an.

Le XVème siècle est celui de la Renaissance. Après la guerre dite de Cent Ans, tout est à reconstruire. L’architecture change. L’esthétique, l’harmonie et la beauté remplacent  le fonctionnel et le pratique. C’est également le siècle des grands humanistes, des grandes découvertes et celui d’artistes talentueux. Forcément les mentalités changent. L’église perd enfin de son pouvoir, conséquence de populations qui commencent à penser par elles-mêmes… C’est l’enfant qui découvre les joies de la création à travers ses dessins et ses jeux. Il maîtrise le langage. Il découvre également qu’il peut dire non. Il a 2 ans.

Le XVIIIème est la prise de conscience collective de siècles d’abus venant de ceux qui détiennent le pouvoir. Ce qui conduit à la Révolution Française. Le peuple proteste, se cabre et se rebiffe. Des têtes tombent… C’est l’enfant qui se rebelle contre l’autorité. Il tape du pied… et les autres parfois, entraînant invariablement la punition qui fait mal. Il a entre trois et six ans.

Le XXème siècle. Celui des grands conflits mondiaux. Des milliers d’innocents morts à cause de gouvernances incompétentes. Les peuples remettent en question le bien-fondé des décisions de leurs dirigeants. C’est l’enfant qui, mal conseillé par son entourage qui n’est constitué que d’autorités (école, famille, amis, étrangers...), subit les conséquences de ses actes. L’idée de penser de plus en plus par lui-même prend naissance. Il a entre six et dix ans.

C’était il y a cent ans. Que représente un siècle dans l’Histoire de l’Humanité ? A l’échelle universelle, la Terre n’existerait que depuis seulement 20 de nos minutes terrestres, et l’Homme serait apparu, il y a 5 mn. Nous sommes encore des enfants, en pleine évolution, et nous dépendons encore d’autorités qui nous sont indispensables, bien que nous nous rebellions en permanence contre elles. C’est le propre même de l’enfant de toujours tenir tête à plus fort que lui. C’est ainsi qu’il forge son caractère. Il nous faudra encore beaucoup de siècles et donc de Vies pour devenir des Adultes.

Question: 

Et dans l’une de vos réponses à des lecteurs, vous dites vous être demandée si vous n’alliez pas supprimer un siècle ou deux. Si vous l’aviez fait, lesquels auriez-vous choisi de supprimer ?

Réponse: 

Lorsque j’ai écrit vouloir amputer mon texte d’un ou deux siècles, je me suis effectivement posé cette question : lesquels ? Et puis plus humblement, cette autre : lequel ? Aucun finalement. Tous sont indispensables à la progression du texte au même titre que tous ont été utiles pour faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Question: 

Vous mélangez habilement la part romanesque et le tangible ; notamment en vous référant à des événements connus de tous. Est-ce la manière la plus évidente pour rendre crédible votre récit ?

Réponse: 

Une simple histoire parlant de réincarnation n’aurait été qu’un conte, une légende, un mythe ou une fable. En ajoutant d’authentiques faits historiques et actuels, je provoque le débat. Et si tout cela était vrai ?
La réincarnation existe-t-elle… Y a-t-il une vie après la mort… Qu’en est-il du fameux tunnel que certains patients prétendent avoir vu lors d’une EMI…
Qui ne s’est jamais inquiété de savoir si les fantômes existaient vraiment et ce qu’était la médiumnité (le sujet du roman que je viens d’achever d’écrire) ? Qui ne s’est jamais demandé ce qu’un corps subissait lorsqu’il était possédé ? S’agit-il d’une forme de folie comme aime à le faire croire la Science ou y a-t-il autre chose ? (sujet du roman que je mettrai prochainement en ligne).
Il y a la Spiritualité très controversée qui aborde sans tabou tous ces sujets dits paranormaux et la Science qui condamne tous leurs discours sans pour autant pouvoir prouver le contraire. Il y a matière à réfléchir et à écrire. Je baigne en permanence dans ces deux univers, passionnée par la Spiritualité mais aussi par les Sciences et en particulier la Neurologie, à mon avis la clef de la solution à beaucoup de questionnements.
En jonglant sur ces deux terrains aux antipodes l’un de l’autre, j’ai la garantie de pouvoir m’intéresser à l’Au-delà tout en gardant les deux pieds sur Terre.

Question: 

Combien de temps vous a t-il fallu pour écrire ce long roman ? Comment avez-vous travaillé ?

Réponse: 

Dix-huit mois ont été nécessaires pour finaliser ce roman, partagés entre mes fouilles historiques, spirituelles et les périodes d’écriture. J’ai eu la chance d’être aidée par une documentaliste qui m’a dirigée dans mes recherches en me facilitant l’accès aux archives de Poitiers. Je la remercie à nouveau.
J’ai travaillé une époque à la fois afin de m’en imprégner totalement. J’ai « avalé » une somme gigantesque d’informations pour finalement n’en distiller qu’une infime partie, que j’ai désirée la plus cohérente possible. Je ne voulais surtout pas basculer dans le livre d’histoire scolaire. C’est la période du XXIème siècle qui sert de « ciment » à l’ensemble pour ne faire qu’un seul roman. Chaque période peut se lire séparément l’une de l’autre. Soit cinq histoires différentes. Une manière de ne pas lasser le lecteur.

Question: 

Votre conclusion est « optimiste ». Vous avez décidé de casser la chaîne de la réincarnation ? !! Ou vos deux personnages méritaient-ils, enfin, de pouvoir vivre leur amour plus d’un mois ! ?

Réponse: 

Ai-je vraiment cassé la chaine de la Réincarnation ?

Question: 

Vous avez reçu des commentaires élogieux. Tant sur la qualité et l’importance de votre travail que sur le récit lui-même. Que pensez-vous que les lecteurs de monBestSeller vous aient apporté ?

Réponse: 

Me voilà rassurée sur ma qualité d’auteure de roman ! C’est l’Angoisse, la seule et l’unique je pense, de toux ceux qui écrivent : suis-je un écrivain ? Il est rare qu’un auteur non reconnu par une maison d’édition colporte partout autour de lui qu’il écrit. Et pourtant, sa famille et ses amis très proches (son comité de lecture) lui ont certifié qu’il était bon et même excellent ! Ça ne suffit pas hélas. Il doute quand même. Il peut même déprimer et se décourager pour un peu qu’il se soit beaucoup impliqué dans son roman.
Les lecteurs de monBestSeller sont une vraie thérapie pour ces anxieux de l’écriture. 100/100 naturelle. Avec effet immédiat.

"Mon premier commentaire m’a tellement surprise et soulagée que je n’ai pas su réagir.
            C’était Mokeddem que je remercie aujourd’hui, dans cette interview."

Qu’il sache qu’on n’oublie jamais sa « première fois » ! Au deuxième commentaire, je souriais à la vie. Lorsque j’ai été élue Livre le +, j’ai appris à voler. Depuis, je plane.

Question: 

Que vous inspire d’être élue Sélection du mois et ainsi nominée pour le Prix Concours de l’auteur indépendant 2016 ?

Réponse: 

Tout commence par une inspiration effectivement :
C’est lors du JT de 20 h, alors que je « n’écoute » pas spécialement ce que raconte le journaliste, que « j’entends » parler de ces nouvelles plateformes sur le Web qui publient gratuitement les auteurs ignorés par les maisons d’Edition. Je hausse un sourcil. Mon attention est captée. Mais déjà une autre actualité s’enchaîne. J’oublie aussitôt et retourne à mes rêveries. Pour me rappeler à l’ordre, l’info repasse le lendemain midi, heure à laquelle je n’allume JAMAIS mon poste. Pourquoi l’ai-je fait ce jour là ? Je ne m’en souviens plus. Mais il fallait que je reçoive le message, c’est clair. Cette fois, il s’imprime dans ma tête jusqu’à m’obséder. Ma curiosité est titillée. Je file sur mon ordinateur pour en savoir davantage...

                                      "Le dénouement de cette histoire :
        quinze années à essayer d’attirer l’attention des maisons d’édition. En vain.
                                 Seulement trois mois sur monBestSeller."

Merci à vous d’exister. C’est sûrement le Ciel qui vous a envoyés sur la Terre ! Merci de tout cœur.

Question: 

Vous dites ne pouvoir vivre sans livre. Quelle est votre bibliothèque idéale ?

Réponse: 

Tout ce qui s’écrit, mérite sa place dans une bibliothèque, avant tout par respect pour l’auteur qui a mis son temps, ses émotions et parfois même de l’argent dans son œuvre, car tout livre est forcément l’œuvre de quelqu’un. Il existe tellement de lecteurs variés, de provenances et de styles différents qu’il faut au moins autant d’écrits hétéroclites pour satisfaire ce monde. Pour moi, la bibliothèque idéale est justement une bibliothèque qui possède tous les genres.

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl

Bonjour @Corinne Le Gal. La philosophie endort les enfants et Machiavel nourrit les méchants. Mes crocs sont encore acérés et je suis prêt pour ne pas trop subir demain. Au temps des Rois, la plèbe avait des haches et des faux pour se battre ; aujourd’hui elle a les bombes, les virus et la manipulation de la météo contre elle. Le savoir n’est pas du fatalisme. Profitons de l’instant. Bonne journée et merci à vous aussi pour ce partage. Patrick

Publié le 28 Juin 2016

Bonjour @Letellier Patrick… J’aurais pu écrire l’INTEGRALITE de votre texte ( la testostérone en moins !) tant je suis moi-même convaincue de la justesse de vos écrits. J’aime prétendre d’ailleurs que la Révolution nous a fait passer de "monarque absolu" à "gouvernement monarchique". Elle n’a effectivement rien changé du côté de ceux qui détiennent l’Autorité. Mais je persiste à penser qu'elle a réveillé le peuple. Il sait aujourd’hui qu’il peut dire NON. Ce qui ne veut pas dire qu’il est écouté et entendu… C’est l’enfant qui tente ses premières rébellions en refusant un ordre établi. La fessée n’est pas loin pour l’interdire d’aller plus loin. Mais il recommence et devient plus convainquant à mesure qu’il grandit parce qu’il développe les armes pour se faire entendre et respecter : les arguments d’une part et sa volonté due à la maturité qu’il acquiert. J’ai comme exemple le gamin de 3 ans qui ne veut plus aller se coucher dès 20h le soir. Il dit non. Il se révolte à sa manière. Il est malgré tout au lit à 20h15. Lorsqu’il a 10 ans, il gagne 1h. A 20 ans, il fait nuit blanche quand il l’a décidé… Le monde aujourd’hui proteste, se révolte et dit NON, mais il est encore trop jeune pour obtenir ce qu’il veut. Il lui faut encore grandir et donc évoluer pour mériter d’être entendu, écouté et respecté. Je suis donc pareillement convaincue que ces autorités n’existent pas par hasard. C’est grâce à elles que nous évoluons. Que deviendrait l’enfant qui ne subirait aucune autorité, rien pour le contrer, aucune limite à ne pas dépasser ? Et par voie de conséquence, les dérives, abus de toutes sortes et aberrations que nous voyons ou vivons sont-ils nécessaires à une meilleure compréhension de l’humanité ?
Nous pourrions discourir de ce qui est bon ou inutile pour notre monde… durant des siècles ! Et c’est que nous faisons d’ailleurs… depuis des siècles. Je ne suis pas fataliste, aux antipodes de vous, l’insoumis, l’électron libre. Mais nous n’avons pas les mêmes vécus et donc le même regard sur ce et ceux qui nous entourent. Je veux croire que l’incarnation sur Terre est un apprentissage. Je la vis comme tel, avec ses obstacles et ses difficultés à affronter et surmonter. A moi de m’assouplir, d’être vigilante et donc réactive lorsqu’il le faut. Mais cessons donc de philosopher, que diantre ! Il me faut arrêter ici mon bavardage car je pourrais sans mal, vous retenir durant 700 pages. Je l’ai déjà fait… Je vous souhaite bon vent sur votre bateau Patrick. Profitez bien de votre bonheur et merci pour ce sympathique échange.

Publié le 26 Juin 2016

Bonjour @Corine Le Gal. Merci de me répondre. Effectivement, il n’y a rien de vrai dans les manuels scolaires. Pour nous faire accepter l’omnipotence machiavélique des politiques actuels, l’Académie Française, c’est elle qui censure, nous fait conter que les rois étaient tous mauvais. Où est la différence entre un monarque absolu élu par droit héréditaire et un Président « démocratique » qui s’approprie les votes en détenant tous les pouvoirs ? Par exemple, beaucoup de Rois auraient fait décapiter ceux qui spolient l’État et les pédophiles satanistes. Je ne cite pas de noms, la liste serait trop longue. Ce sont eux, justement, qui manipulent notre histoire. C’était l’un des travaux de l’Inquisition qui les traquait. Louis XVI a été, effectivement, l’UN de nos meilleurs rois et tous n’ont pas été mauvais pour l’époque. Il se voulait près du peuple, ce que n’a pas accepté la petite bourgeoisie perverse qui l’a soulevé. Nous n’allons pas débattre sur l’histoire, mais 1789, la révolution, égalité, fraternité et autres balivernes sont des fumisteries qui ont permis d’esclavager un peu plus le peuple des sans dents par la pauvreté et les crédits (entre autres, Les Rougon Macquart de Zola, je ne cite que lui, car connu de la « plèbe » qui ne l’a pas lu !) comme l’a été Mai 68 manipulé par l’ONU et ces mêmes adeptes de la « Truelle » pour renverser le Général qui était contre. En tête, Cohn le Bandit et consorts pédophiles. Je sais, je n’y vais pas avec le dos de la cuillère, dans aucun de mes scribouillis non plus.

Le peuple dans la rue aujourd’hui manipulé ? Évident !!! Les dirigeants des syndicats émargent tous aux banques, sont du même « sérail… » que ceux qui nous gouvernent , sinon impossible qu’ils soient élus. (Moi en tête j’aurais bloqué totalement l’Euro foot. Pour eux impossible, il leur appartient. Les premiers casseurs sont toujours des policiers en civil !). Rien, jamais, en politique n’est laissé au hasard, pas même les votes avec leur logiciel 49/51. (« Les votes appartiennent à ceux qui les comptabilisent. » Lénine).
Je ne suis pas historien non plus, mais, peut-être, un bon documentaliste qui possède une bibliothèque plus que fournie. Et fils aussi d’une grande famille de flics qui connaît beaucoup de choses sur ce monde merdique, l’âge et un passé vécu. Quand je le veux, aucun livre ne m’échappe. Si vous désirez des liens de téléchargements gratuits, des milliers de livres, veuillez passer en mail privé.
Moi aussi j’apprécie ce genre de conversation et je sais écouter.

Je ne peux pas mettre Adib l’humilié en intégralité ici, car c’est un livre exclusif concours amazon 2016. Il aborde tous ces sujets. Amitiés Patrick Letellier.

(je suis sur mon voilier au milieu de l’atlantique et le WiFi du ponton n’est pas trop mauvais en ce moment).

Le lien de l’article est passé sur mes réseaux.

Publié le 25 Juin 2016

Bonjour @Letellier Patrick… Permettez-moi de répondre à votre commentaire. Vous dites : « les manuels scolaires sont trafiqués ». Effectivement, qu’y a-t-il de vraiment authentique dans l’Histoire qui nous est contée ?
Louis XVI mérite-t-il d’être qualifié de « meilleur roi que nous n’ayons jamais eu » car alors, comment une telle révolution meurtrière a-t-elle pu exister, même sous couvert de la manipulation ?
D’ailleurs une autre question me vient à l’esprit : un monarque absolu peut-il être le meilleur monarque absolu ?
Vous dites encore « Nous avons les rejetons intégristes de la terreur aujourd’hui ».
Et d’ailleurs, le peuple est aujourd’hui dans la rue pour dire NON. Selon vous, a-t-il été manipulé ?
Je suis comme vous, foncièrement anti politicarde et athée. J’observe, je lis et je fais mes propres analyses. C’est une liberté que je savoure au quotidien : pouvoir penser par moi-même et pour moi-même. J’expose, certes, mes réflexions dans mes romans mais je n’en fais pas des vérités absolues. Je ne suis ni historienne, ni psychologue… Juste auteure d’histoires.
Tout ceci étant dit, sachez Patrick que j’apprécie énormément ce type de "dialogue", pour moi le must sur mBS : rendre possible les échanges entre auteurs et lecteurs. N’hésitez surtout pas à réagir à nouveau si vous le désirez. Amitiés.

Publié le 25 Juin 2016

Merci à monbestseller pour avoir décerné un prix mérité à Corinne le Gal. Mais, je reprends: "Le XVIIIème est la prise de conscience collective de siècles d’abus venant de ceux qui détiennent le pouvoir. Ce qui conduit à la Révolution Française. Le peuple proteste, se cabre et se rebiffe. Des têtes tombent… C’est l’enfant qui se rebelle contre l’autorité. Il tape du pied… et les autres parfois, entraînant invariablement la punition qui fait mal. Il a entre trois et six ans". Non! La grande bourgeoisie a guillotiné le meilleur roi que nous n'ayons jamais eu; elle a éradiqué les nobles pour prendre leurs places en pire. Le peuple a été manipulé, il n'a rien compris. Nous avons les rejetons intégristes de la terreur aujourd'hui: socialistes et communistes. Depuis, les manuels scolaires sont trafiqués. Je ne désire pas vous piquer. Amicalement monbestseller pour tous. Patrick L'anti politique et athée.

Publié le 24 Juin 2016