Auteur
Le 09 aoû 2016

Le syndrome de la page blanche (1ere partie)

Beaucoup frémissent à son évocation. Elle porte bien son nom et sa couleur. Depuis quand hante-t-elle l’esprit des écrivains ? Le fantôme des pages opulentes, des lignes riches, des textes pleins de sens : c’est elle. Je l’ai souvent croisée.
L'auteur et la page blanche : un duel impitoyableL'auteur et la page blanche : un duel impitoyable

Elle et moi, on s’est regardées… dans le blanc des yeux. Pourtant, elle ne m’a jamais hantée. Mais il faut dire aussi que j’ai voulu comprendre ce que susurrait à mon oreille sa voix hypnotique. J’ai découvert bien des clefs pour l’exorciser… Voyons donc comment on peut la vaincre : la Page Blanche.

Si l’Écrivain est à l’origine de son ouvrage, il est aussi à l’origine de sa Page Blanche.

Vous vous apprêtez à écrire. C’est la première fois de votre vie, ou la millième déjà. Stylo à la main, doigts au clavier : vous êtes prêt ! Et soudain, votre gorge s’assèche, la sueur perle sur vos tempes. Rien ne vient. Panne sèche. Vous allez patienter comme ça, un moment, devant le mirage tremblotant de votre page qui ne se remplit pas.
Il existe une thèse qui prétend que tous les écrits ne sont pas autobiographiques, et elle a ses partisans. Bien sûr, tous nos textes ne parlent pas intégralement de nous. Mais qui pourra prétendre qu’un récit, que l’on a produit, ne porte pas en lui une part de soi-même ? D’ailleurs, tandis que votre phrase, tronquée, reste suspendue au sommet de votre page vierge, tel l’équilibriste, il doit se trouver au monde des milliers d’écrivains qui font cheminer leurs mots, et qui alignent de jolies lignes où les lettres dansent. S’ils avaient votre page devant eux : ils la rempliraient. 
Dès lors, comment la nier, cette connexion entre nos textes et nous ? Si l’Écrivain est à l’origine de son ouvrage, il est aussi à l’origine de sa Page Blanche.

Nos récits sont les premiers de nos interlocuteurs ; s’ils se taisent, nous sommes les seuls à pouvoir déchiffrer leur mutisme !

Ainsi donc, notre fameuse Page Blanche ne frappe pas par hasard. Elle n’est pas l’instrument d’une fatalité : c’est à nous qu’elle parle. Qui n’a pas vu un de ces films d’espionnage où deux complices se font passer des messages via une feuille qui semble tout ce qu’il y a de plus vierge ? Seul l’interlocuteur privilégié saura déflorer les lignes cachées, -encres invisibles et pseudos tours de magie-. Nos récits sont les premiers de nos interlocuteurs ; s’ils se taisent, nous sommes les seuls à pouvoir déchiffrer leur mutisme !

Le texte est sauvage, il faut l’apprivoiser 

C’est vivant, un récit. La première clef, la plus importante, c’est celle-ci. L’histoire vit parce que vous vivez. Qu’on y pense ou qu’on n’y pense pas, il s’établit une relation de complicité entre nos écrits et nous-mêmes. Une histoire ne nous trahit jamais. Il m’est arrivé d’en délaisser certaines : elles sont restées lovées quelque part dans mon cœur, elles se sont affinées, elles se sont préparées, et quand je me suis trouvée prête, elles étaient là, d’accord pour se modeler sous le trait de mes inspirations. 
Le processus d’écriture est quelque chose de formidable, d’intime souvent, de faramineux. On peint des images dans l’invisible, pour que d’autres puissent voir ce qu’on voit. On le fait, puisant à une source mystérieuse, qui ne coule pas de mots, de phrases ou d’accords grammaticaux. Elle est spirituelle, cette source. Secrète, souvent. Le texte est sauvage ! Il vit au cœur de territoires inviolés ! Pour cette raison, il convient de l’apprivoiser. Ce qui implique qu’il vous reviendra de découvrir quels sont les besoins profonds de vos écrits, afin que vous en fassiez des amis fidèles, toujours loyaux. Vous aviez décidé d’écrire ce matin. Or, la Page Blanche rôde ? Ce coquin de texte ne coopère pas ? De quoi peut-il bien manquer…

Le texte respire, parce que l’Auteur respire : tremble page blanche.

Le texte respire, parce que l’Auteur respire. Une histoire a besoin de souffle, c’est ce qui la constitue, c’est lui qui détermine le rythme du récit, ses lenteurs pesantes et ouatées, ses accélérations vertigineuses et délicieuses. On ne triche pas avec un animal sauvage : on ne triche pas non plus avec un récit. Votre propre respiration donnera son souffle à votre histoire donc, prenez le temps ! 
Un écrit ne naît pas des seuls moments où l’Écrivain, penché sur son ouvrage, dessine les contours de l’œuvre, la part de détails, la rend crédible, si fantastique soit-elle, ou merveilleuse dans son réalisme. Un Écrivain l’est à plein temps, même s’il ne s’en rend pas compte. 
Est-ce que le peintre, quand il voyage, ne passe pas son temps à scruter l’éclat des couleurs et l’intensité des ombres ? Est-ce que le sculpteur cesse un jour d’effleurer du regard les arêtes et les courbes ? Pour un auteur, dont l’outil de travail est dissimulé dans l’invisible : l’inspiration est partout. Tremble, Page Blanche ! Si l’Écrivain vit, le texte vivra. Il ne convient pas de rechercher l’inspiration à chaque coin de rue. On ferait alors face à des mots qui auraient grandi en cage, ils n’auraient pas la superbe et la majesté des êtres ivres de liberté. C’est à l’Écrivain de vivre intensément chaque moment de son existence, de laisser son monde se remplir des impressions qu’il ressent, des sourires des enfants, des trains qui cahotent, des tours qui grattent le ciel, des oiseaux qui sautillent et des dames qui ronchonnent… 

Forcez un texte à rentrer dans un moule bien précis : il va regimber, vous perdrez son goût, et la Page Blanche vous guette tous les deux

N’est-ce pas l’Auteur qui, le premier, s’émerveille de l’autonomie gagnée par son texte ? Bien sûr, dans les débuts, il ne fait que balbutier, il baragouine, il grince et il gémit… Vous le portez, la sueur au front, attentif, inquiet pour son devenir. Cependant, c’est lui qui se lissera !, lui dont les contours s’affineront !, lui dont le cœur deviendra mûr et plein. Quelle émotion l’on éprouvera, en le voyant se redresser, se mettre debout, gagner en cohésion ! C’est bien pour cela qu’il ne faut pas se mêler de lui dicter la moindre de ses réactions. C’est vous qui l’avez initié : votre écrit ne pourra jamais déborder de la droite ligne que vous lui avez fixée. Pour autant, il est nécessaire qu’il prenne une dimension, une ampleur, qui dépasse et subjugue son Auteur lui-même. 
Vous pensiez qu’il deviendrait une belle prose, pleine d’enseignements, ornée de longs mots savants : et voilà l’humour qui se présente à chaque coin de ligne, les mots tressautent, ils jaillissent comme des agneaux fous, ils déchirent tout, comme de jeunes chats. Tout le monde ne peut pas devenir banquier ! Il en faut, des troubadours, des saltimbanques. Forcez un texte à rentrer dans un moule bien précis : il va regimber, vous perdrez son goût, et la Page Blanche vous guette tous les deux. Pas facile de récupérer un écrit, s’il s’est senti trahi.

La page blanche, c’est une fracture entre l’auteur et le texte et c’est l’auteur qui devra faire le premier pas

Le syndrome de la Page Blanche, c’est le même que celui d’une dispute. Il y a fracture. Mais où ? Est-ce votre texte, qui boude, ou vous qui vous sentez déçu ? Une chose est sûre : c’est l’Auteur qui devra faire le premier pas ! Si l’Écrivain n’oublie jamais qu’il est à l’origine de son écriture, il trouvera toujours les solutions adéquates au problème qui se pose. C’est vous qui concevez : il n’y a donc pas de règles ! Pas de loi précise ! C’est vous, et vous seul, Auteur !, qui savez quand votre écrit prend enfin la figure que vous attendiez. Il ne convient pas de se mirer narcissiquement, -osons le mot !-, dans son écrit. On aime entendre résonner nos propres mots, cela se conçoit, les sentir rouler comme des galets sous les doigts, les voir s’envoler telles des créatures féériques. Une histoire n’est pas un monument à la gloire de son Auteur, mais elle en est indiciblement le reflet. Donc, un Écrit a deux raisons de ne pas satisfaire son concepteur. La base de l’ego : « Je suis nul, je suis nul, et je suis re-nul ! », et la base de la vérité : « Non, le message que j’entends de transmettre n’est pas correctement desservi, ici. ». Tranchez entre l’une et l’autre de ces raisons, et vous saurez ce qu’il convient de faire pour l’avenir de votre texte. 
Une chose est sûre : s’il n’est pas nécessaire qu’il s’y complaise, ou qu’il le considère comme la huitième merveille du monde, l’Auteur doit goûter son œuvre et, à mon sens, être en accord avec le moindre de ses mots. Le Lecteur, quelqu’il soit, 
-hypothétique quand nos écrits restent enfermés dans les tiroirs ou sont boudés par la critique ; amical quand famille et amis savourent ; étrangers aussi quand l’occasion nous est offerte (merci, mBS !)-, goûtera tout ce que l’Écrivain aura goûté. 

La parade à la page blanche : éprouver et ressentir plus qu’écrire

Une parade à la Page Blanche est donc de se préoccuper d’éprouver et de ressentir, plus que d’écrire. Impossible pour l’Auteur d’échapper à une part d’introspection.  Quel plaisir alors, de savourer les oxymores les plus improbables ! Parler du sombre éclat de la rose, de la saveur opaline d’un sorbet ou du sourire irisé de la personne aimée, vous sera toujours possible ! Et on vous croira. Pour quelle raison, quand ces choses ne devraient avoir de sens que pour vous ? Parce que le Lecteur croit tout ce qui est écrit ? Pas du tout. Mais du moment que vous aurez éprouvé les choses de la sorte, parce que vous êtes libres de mettre des mots sur vos expériences vécues (le seraient-elles par le cœur et les yeux de vos personnages), le Lecteur ajoutera foi à vos recettes. Un Écrivain qui parlerait, sans vibration, du froid glacial de la neige blanche, n’atteindrait pas, dans son pragmatisme, le cœur de ses Lecteurs aussi sûrement qu’un tel qui avancerait, même timidement, même maladroitement, que ‘la neige mousseuse et rosée lui a mordu les doigts’, vous faisant éprouver ce que vous voulez ressentir. 
Le Lecteur (qui n’est pas une race à part !), veut vibrer, il veut voyager, il veut s’impliquer, il veut se fondre dans le récit. Vos plus belles phrases, les mots alambiqués, ne le séduiront pas tant que la vérité qui couve dans vos paroles, et qui le transporte dans les lieux, dans les situations, dans les émotions, que vous décrivez ou que vous impliquez. 
Puisque si vaste est le territoire livré à l’Écrivain, que pourrait faire le spectre blanc ? L’inspiration ne peut pas tarir ! Guère plus que l’eau des montagnes ! Elle ne coule plus dans le ru d’autrefois ? Cherchez-la autre part. Elle vient toujours de la même source. Que l’Auteur suive la petite voix de son gargouillis : il tombera bientôt sur son fil argenté, qui serpente sûrement là où il ne l’attendait pas...

Élizabeth M. AÎNÉ-DUROC

À la semaine prochaine pour la 2ème partie.

La lecture des articles cités m'a fait penser au vôtre, du coup je suis venu les mettre en commentaire^^

Publié le 24 Février 2017

Bonjour @Yannick A. R. FRADIN, je ne m'attendais pas à avoir une nouvelle visite sur cette page ! Je vais me hâter vers vos liens, faire bonne lecture, et je reviendrai vous partager mon sentiment ! Merci beaucoup pour cette initiative !
Élizabeth.

Publié le 24 Février 2017

Bonjour @Élizabeth M.AÎNÉ-DUROC et à chaque auteur/lecteur passant par ici. Voici deux liens sur le sujet susceptibles de vous intéresser : http://laplumedunvoyageur.fr/2017/02/23/syndrome-de-la-page-blanche-les-indes-livrent-leurs-secrets et http://lioneldavoust.com/2017/vaincre-langoisse-de-la-page-blanche-avec-la-methode-pomodoro. Bonne lecture. Bien cordialement.

Publié le 23 Février 2017

Cher @Yannick A. R. FRADIN, je suis très heureuse d'avoir cette occasion de vous mettre un petit mot. Je vous remercie pour ce commentaire si construit et si partagé !
Je dois vous avouer une chose : je n'ai jamais, moi non plus, souffert de la Page Blanche à proprement parler ! Cependant, ce texte n'est pas une imposture. Je vis une relation franche et passionnée avec l'écriture depuis que je suis toute petite aussi, quand j'ai appris que tant d'écrivains souffrent de ce "syndrome", (mais il ne concerne pas forcément les acteurs de mBS !), j'ai mené ce travail que l'on mène quand on écrit. Je suis allée écouter ce que signifieraient ces vides et ces troubles pour un auteur et, mêlant à cela les motivations qui m'animent, j'ai écrit ce témoignage.
J'aimerais pouvoir vous dire que je vais me hâter de lire votre livre, -je ne demanderais pas mieux ; il y a déjà un moment que je souhaite le faire, interpellée par votre synopsis aussi bien que par votre "profil"-, mais je suis engagée dans de nombreux projets, et j'ai déjà tant d'ouvrages en bibliothèque !, que je ne préfère pas vous le promettre ! Dès que j'en ai l'occasion, cependant, j'y vais !
Merci donc pour votre commentaire, j'avais remarqué la qualité des retours dont vous gratifiez les auteurs sur le site, je suis ravie d'en avoir, en quelque sorte, fait partie !
À bientôt pour la suite,
Amicalement,
Élizabeth.

Publié le 13 Août 2016

Bonjour et merci Elizabeth pour cette très sympathique intervention. Je n'ai encore jamais connu la page blanche, mais eussé-je été concerné que vos tournures poétiques et imagées m'auraient assurément sorti de ma torpeur^^ Je vous suis en tout cas totalement quand vous dites que l'auteur doit apprivoiser son texte, le vivre et le ressentir. Comment partager ou transmettre des sentiments ou des émotions qu'on ne ressentirait pas soi-même ? Plus que l'inspiration proprement dite, c'est bien le positionnement qui permet d'avancer. A la semaine prochaine pour la suite. On ne sait jamais, peut-être qu'un jour je souffrirai à mon tour du spectre blanc et serai alors content d'avoir des idées de remédiation sous le coude :-)

Publié le 12 Août 2016

Cher @Robert Dorazi, quel excellent commentaire ! C'est exactement le genre de mot subtil pour lequel j'aime tant l'écriture, tout ce qu'elle révèle et tout ce qu'elle fait vivre !
Si cela vous intéresse de lire la seconde partie de l'article quand elle sera publiée, vous y trouverez (peut-être !), un écho à votre conseil !
Merci beaucoup !
Bien à vous,
Élizabeth.

Publié le 11 Août 2016

Contre le syndrome de la page blanche, un petit truc d'ecrivain tres efficace: ecrire sur du papier bleu...
:O :D

Publié le 10 Août 2016

Très chère @Colette bacro, quel beau commentaire ! J'ignore si vous savez qu'il s'agit ici d'une première partie : la fin de l'article est encore à paraître !
Je suis ravie d'avoir cette occasion de vous parler. Je vous avais découverte il y a peu sur le site ; emballée par votre présentation personnelle, et touchée par la qualité des commentaires dont vous gratifiez les auteurs que vous lisez, je m'étais prise à espérer qu'un jour, je vous compterais parmi mes Lecteurs...
De même, j'ai très envie de découvrir vos écrits, sitôt que j'aurais un peu "vidé" ma bibliothèque, mon cœur me portera vers "L'enfant bonzaï"...
Alors, je vous dis amicalement à bientôt, et merci encore !
Élizabeth.

Publié le 10 Août 2016