Actualité
Le 11 aoû 2016

Marathon d'écriture. Dopée aux retours de lecteurs !

Il y a trois mois, l'auteur Alice Quinn s'est lancée dans un marathon d'écriture doublé d'un grand saut dans le vide : publier un roman en feuilleton à raison de deux épisodes par semaine sur le site, et se frotter à un genre littéraire qui n'est pas celui qui a fait son succès, et dont le public est restreint : la fantasy. Le défi prend fin avec la parution du dernier épisode la semaine prochaine. Dans quel état est l'auteur ? Sur la ligne d'arrivée, la pression tombe, l'adrénaline aussi. Elle confie que les lecteurs ont été sa substance de dopage...
Fin de la saison 2 du feuilleton d'Alice Quinn sur monBestSeller.comFin de la pression. L'heure du bilan pour Alice Quinn.

Le dénouement de la saison 2 de Tanaga "Torfed" approche... Ne le ratez pas !

Nous voici à la fin du cycle de Fennec des Sables. La fin pour moi d’une période éprouvante, excitante, emballante, inquiétante… Je me sens vidée, triste et soulagée en même temps. La fidélité des lecteurs m’a mis du baume au cœur !

Tanaga est un texte que j’avais écrit il y a quelques années. Il avait connu des revers éditoriaux dus à la déficience d’un grand éditeur traditionnel. Rachat par un grand groupe international qui restructure tous les services, laissant plusieurs auteurs sur le carreau. Bref, la loi actuelle du marché. Tout le monde sait qu’il reste peu de grands éditeurs indépendants sur la place de Paris.
Ce genre de déboires crée des trous d’air dans la vie d’un auteur.

Relever le défi du marathon littéraire...

L’idée de reprendre le projet pour le sortir en feuilleton sur monBestSeller.com m’a galvanisée. Enfin j’allais pouvoir retravailler ce texte et franchir un cap qui me restait en travers de la gorge. Repartir à la conquête de ses lecteurs potentiels, sortir la saga de sa retraite forcée.
Je n’aurais pas pu foncer dans sa publication en autoéditée sans cette étape. Pas après ce qui était arrivé. Superstition ? Pour sortir du bois, il me fallait d’abord être accompagnée de façon bienveillante et entourée d’amis.
C’est chez monBestSeller que j’ai trouvé ce refuge et que j’ai pu effectuer ce rite de passage. Avec succès.

Bien entendu, comme tout le monde, comme vous, je n’étais pas tout à fait prête. Parfois il faut pousser, se contraindre, une fois la décision prise. Prendre des risques. Ça tombe bien, c’est quelque chose que j’aime.
J’ai relu, j’ai changé des choses, j’ai retravaillé, au fur et à mesure des publications.
J’étais enthousiaste et en même temps complètement inconsciente. Inconsciente de ce que j’allais trouver, rencontrer, dans cette confrontation avec un texte qui avait précédé Rosie [l’héroïne à succès d’Alice Quinn. Ndlr] dans mon parcours. Inconsciente du temps que ça allait me prendre. Inconsciente de ce que cela provoquerait chez moi.
Sensation désagréable de retour en arrière, ou obstacle enfin franchi me libérant pour continuer mon chemin d’auteur ?

Une discipline de fer pour trouver le rythme d'écriture, capter l'intérêt des lecteurs...

J’ai organisé mes journées, mon travail en fonction, tout devait tourner autour de cette parution et de ce rendez-vous incontournable : le mercredi et le samedi à 10 heures.
J’ai pris ma calculette. Jack London se forçait à écrire 1000 mots par jour. Tant qu’à suivre des modèles, autant prendre ceux qu’on admire. Mais là, il s’agissait de réécriture. J’ai donc triplé la cadence. Pour prendre de l’avance.
Faut dire que je suis une angoissée du retard. Pendant des années après mon bac j’ai rêvé que je m’étais levée trop tard, que j’avais manqué l’heure et que je n’avais pas pu entrer dans la salle et passer l’épreuve à cause de mon retard. Je suis très ponctuelle et j’arrive toujours un quart d’heure en avance à mes rendez-vous, quitte à faire trois fois le tour du pâté de maison pour donner le change (ce n’est jamais très bon paraît-il, d’être en avance, je vois bien que les autres arrivent toujours avec un quart d’heure de retard !).
L’aventure du feuilleton est presque terminée à présent et je peux souffler ! Ouf ! J’ai tenu la cadence. Même si je n’ai pas toujours réussi à faire suivre les parutions dans les réseaux sociaux sur lesquels j’étais soudain beaucoup moins présente, comme par hasard…
D’ailleurs ce fut un bon moyen pour m’en sevrer en partie.
Et le miracle s’est produit pour moi. L’installation dans un rythme, la rencontre avec des lecteurs réguliers, l’acclimatation au site qui m’accueillait.

Beaucoup de pression, mais aussi beaucoup de bonheur dans les échanges avec les lecteurs

J’ai été heureuse lors des deux premières parutions, puis une autre forme d’angoisse s’est installée. Une inquiétude, plutôt. Est-ce qu’ils vont aimer ? Est-ce qu’ils vont accrocher ? Est-ce qu’ils vont continuer à lire ?
Certains lecteurs m’ont fait part de leur difficulté à couper leur lecture à la fin du chapitre proposé. Ils m’ont dit attendre le moment où il y aurait plusieurs chapitres, voire même où il serait en vente. Ils préféraient le lire tranquillement sur leur tablette.
Le feuilleton est finalement un exercice encore plus difficile pour le lecteur que pour l’auteur, c’est une de mes découvertes.
Arrivée à la moitié de la saison 1, j’ai été soulagée de les voir revenir, suivre l’histoire, participer parfois aux échanges.
La Fantasy est un genre boudé en France sauf par les aficionados et je sais que je lui ai gagné quelques lecteurs. C’est déjà bien.
J’en ai déçus d’autres aussi, (ils me l’ont dit par le biais des commentaires). C’est le jeu. Je l’ai accepté avec sérénité et non comme un échec. Parce que chacun a son ressenti. Parce que leur point de vue m’a fait réfléchir à ce qu’ils attendaient de moi. Parce que j’y ai gagné de l’expérience.
L’Alice Quinn de Rosie (que j’ai créée après Tanaga), aurait certainement écrit cette saga différemment. Quand on a le nez dedans, on ne s’en rend pas compte. J’ai donc cherché à comprendre ce qui différait dans mon énergie.
C’est d’autant plus important que je vais me lancer dans un projet très différent dans les semaines qui viennent et que je m’inquiète un peu, justement, du changement de genre.
Chaque sujet, chaque genre, impliquent une remise en question totale et on ne sait jamais si la vigueur sera au rendez-vous.

Merci à mes précieux bêta-lecteurs !

Et il y a eu vous, Yannick et Colette, incontournables, fidèles, -du moins jusqu’aux vacances d’été ;-) - précieux, critiques, pointilleux et en compétition ( !) afin d’être le premier à me signaler les détails qui vous avaient froissés, choqués, dérangés.
Des « que, qui » un peu trop nombreux dans des phrases parfois trop longues, des morceaux de phrases inutiles, quelques longueurs.
Bien sûr, j’ai repris mon clavier et j’ai fait bénéficié le roman des corrections nécessaires.
Du moins quand j’étais d’accord avec vos remarques.
Le livre qui est en vente à présent est cette dernière version.
J’ai pu de ce fait mesurer les avantages et les limites de lectures de bêta-lecteurs que l’on ne choisit pas, qui sont en fait des lecteurs et de plus, également des auteurs. Qui plus est, sur un site public, ce qui n’est pas anodin. Car le propre d’une bêta-lecture est en principe d’être confidentielle.
Ce qui est sûr, c’est que j’ai pu évaluer mon orientation d’écriture entre Tanaga et Rosie (pourtant ce n’est pas du tout le même genre). Et j’espère que vos remarques m’aideront pour mon prochain roman.
Ma gratitude est totale en tout cas, même si parfois je me suis sentie visée personnellement, j’ai trouvé certaines remarques exagérées et je n’ai pas toujours été d’accord. Surtout quand il y avait carrément deux points de vue sur l’écriture qui s’affrontaient. C’est le jeu. Et avec vous, il a toujours été exaltant.

Et ma vie d'écrivain continue...

Je me prépare à présent à travailler sur 2 fronts :
- La suite de Tanaga (à revoir, à retravailler),
- Un tout nouveau projet où je change complètement de registre, ce qui m’effraie un peu. Mais bon, ce sont des inquiétudes jubilatoires et je me sens plus forte de cette expérience acquise ici.

Adieu à mes lecteurs, bêta-lecteurs pour le feuilleton Tanaga saison 1 et 2. La pression est terminée ! Mais le jeu du rendez-vous régulier et addictif aussi… À bientôt sur d’autres récits imaginaires à partager.
Merci à tous ceux qui ont suivi Théo jusqu’au Tourbillon du Grand Passage.

Alice Quinn

Ne ratez pas le dénouement de la saison 2 de Tanaga "Torfed" !
> Avant-dernier épisode : samedi 13 août
> Dernier épisode : mercredi 17 août

@alice.quinn
Bravo Alice pour avoir renouvelé un genre disparu de nos journaux français. Ah si seulement les tenants décisionnels de ces journaux avaient conscience du potentiel que contient l'écriture en épisode, ils cesseraient de gémir sur le fameux "les français ne lisent plus!"
Amicalement, Armand

Publié le 12 Août 2016