FEUX FOLLETS

de Attias Maurice
FEUX FOLLETS Attias Maurice
Synopsis

Au cours d'une mission humanitaire en Thaïlande pour soigner les réfugiés persécutés par les khmers rouges, Marc jeune médecin, loin d'imaginer qu'il va rencontrer la femme de sa vie, est bouleversé par la mortalité infantile élevée de ce pays.
Il décide avec l'aide du responsable de l'équipe médicale et de Thy Lu, de tenter l'expérience hasardeuse qui trottait depuis quelque temps dans sa tête de rêveur : duper l'OMS pour obtenir mille vaccins DTTAB afin de prouver aux autorités que cette mentalité effroyable n'était pas due à la volonté de Bouddha.

170 lectures depuis la publication le 11 Mars 2019

Les statistiques du livre

  106 Classement
  170 Lectures
  +92 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
@Attias Maurice Bon. On va encore prétendre que j'extravague. Que je cherche la petite bête. Que je ferais bien mieux de m'occuper à m'épiler le derrière, à dératiser le réfrigérateur, à redresser la tour de Pise, à repeindre mes toilettes (on me conseille le caca d'oie), à renflouer le Titanic ou à couler le Bismarck (au choix). Mais c'est plus fort que moi. Ça me jaillit du bulbe comme la colère fuse des naseaux du taureau quand on lui a trop couru sur les amourettes. Ça m'horripile le poil sur l'échine, ça me fait grincer tous les ressorts, ça m'escagasse grave le ventilateur. C'est, Monsieur, croyez-moi, un bien caniculaire martyre, c'est mille fois pire qu'un prurit de la cerise ou un collapsus des ovaires, c'est comme si l'on me bourlinguait le cacatoès (mon amie Natalie me signale que ça ne veut rien dire, mais moi je trouve au contraire que c'est tout à fait parlant). Non, non, non, trois fois non, elle n'a pas mérité ça ! Quels que soient ses fautes, ses esclandres et ses turpitudes (mais en a-t-elle commis tant que ça ? Pour ma part, je ne le crois pas). C'est de la virgule qu'ici je vous parle. Plus exactement de l'emploi criminel que vous en faites, convaincu semble-t-il de votre parfaite impunité. Car cet humble signe de ponctuation, si infime qu'on ne le remarque réellement que lorsqu'il est utilisé en dépit du bon sens, ne mérite pas le traitement scabreux et gingival, phénoménal et dissident que vous lui faites subir. D'accord, je sais bien que la virgule n'obéit pas toujours à des règles intangibles. Qu'elle est aussi affaire de style et que, d'un écrivain à l'autre, elle peut subir des variations, sinon saisonnières, au moins littéraires. Mais qu'importe, si le sens et la grammaire sont tout de même respectés. Or ce n'est pas le cas dans votre livre. Loin de là. Parce que jamais, au grand jamais, une virgule ne doit être insérée entre un sujet et son verbe. C'est d'abord une question de bon sens. Avant d'être un crime et un blasphème, quand il y a, comme chez vous, multiples récidives. Et c'est ainsi qu'avec vous, la lecture devient un sport extrême plein de velues périllosités, où l'on risque à tout instant de se déchiqueter menu la rétine. Pourtant, je vous jure bien qu'en ces parages gravement littéraires j'en ai vu bien d'autres – et des plus grabataires, et des plus immondes, et des plus circonflexes –, mais vous battez ici plusieurs records dûment homologués, tels ceux que détenait jusqu'à vous le sieur Leuenberger, lequel s'est forgé sur ce site, à force de travail et de douloureuses abnégations, une solide réputation d'impitoyable saccageur de la ponctuation. Mais, doux Jésus ! que vous a-t-elle donc fait , cette ingénue virgule ? Pour que vous la traitassissiez ainsi, avec, semble-t-il, un si cruel et sybaritique sadisme ? J'entends bien que c'est votre premier livre (à ce propos, je partage tout à fait l'avis que, la retraite venue, il est plus coquet de s'essayer à rédiger un roman plutôt que d'aller risquer sa pension dans l'organisation de ballets roses), mais ça n'excuse pas tout. Surtout quand on envisage d'en produire bientôt un deuxième, vraisemblablement du même tonneau, car la ponctuation, comme le génie selon Buffon (naturaliste, mathématicien, biologiste, cosmologiste, philosophe et écrivain – le reste du temps il polissait l’argenterie au Miror, buttait les asperges, battait sa femme et cajolait son chien), est une longue patience. Allons, Monsieur, soyez bon prince et adonnez-vous plutôt à la cueillette des champignons. Car c'est à cette seule condition que je vous colloquerai ici les cinq étoiles du sauvetage en mer. J'ai votre parole ? Alors vous avez ma constellation. Amicalement.
Publié le 13 Mars 2019