Passion et flétrissures

213 pages de Philippe RIBAGNAC
Passion et flétrissures Philippe RIBAGNAC
Synopsis

Commentaire d'un lecteur :

" Vous avez eu le courage de raconter par le menu,ce que la plupart des gens gardent éternellement secret tout au long de leur existence.

C'est méritoire! C'est osé! C'est en même temps une précieuse analyse psychologique du grand mystère de l'amour. C'est le récit détaillé et qu'on sent vrai et rigoureux d'une grande passion.

D'ordinaire,ce genre d'aventure conduit à la ruine et à l'aigreur. Dans votre cas, cela n'a fait que gravement perturber votre vie affective, heureusement sans détruire votre intégrité, sauvée par la force de votre caractère et par une intelligence hors du commun. Dans les pires moments de votre passion,vous avez gardé la tête froide...

Mon épouse et moi avons vibré d'émotion en vous voyant prendre des risques insensés.

Publié le 04 Juin 2019

Les statistiques du livre

  5 Classement
  1870 Lectures 30 jours
  74427 Lectures totales
  -1 Progression
  1636 Téléchargement
  323 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

93 commentaires , 27 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
top
Publié le 13 Mars 2024

@monBestSeller
Alors que je surveillais ce matin le passage - historique pour moi ! - de "Passion et flétrissures" à 70.000 lectures, je photographie la page du livre à 10h 48' mentionnant 69.999 lectures.
À 10 h 56', je consulte à nouveau la page : le nombre des lectures est DESCENDU à 69.940 !!!
Je prends aussitôt une photo de cette page invraisemblable.

Ce n'est pourtant pas encore le 1er avril, mais le 29 février est peut-être une date atypique pour votre logiciel dont j'ai déjà eu dans le passé à regretter et signaler certaines anomalies.
Pouvez-vous m'expliquer ce qu'il se passe ?
Cordialement

Publié le 29 Février 2024

@Abdelkader Talbi
Merci pour votre appréciation : c'est effectivement ma propre vie passionnelle que je raconte dans les moindres détails, sans le moindre scrupule.

C'est en effet un véritable travail d'auto-psychanalyse que j'ai voulu effectuer, en cherchant à me délivrer du sortilège amoureux de cette femme qui a hanté une si longue partie de mon existence , moi le juriste pourtant lucide , rationnel et même cynique...

Et, banco, ça a marché ! Je suis depuis affectivement libéré en ayant enfin compris que si le passé est magique, c'est précisément parce qu'il est irrévocable .

Publié le 11 Janvier 2024
2.4
Histoire très intéressante ! On pourrait s'identifier à Philippe surtout pour les personnes de son âge on dirait que l'auteur raconte sa vie passionnelle En tout je vous félicite vivement
Publié le 10 Janvier 2024

@alban paulh
Merci pour ces 5 étoiles et votre intérêt pour mon livre. Je ne désespère pas de retourner vers le vôtre, dont le début m'avait épaté mais dont la suite avait eu tendance à me tomber des mains... Pour l'heure je suis accaparé par l'écriture d'une essai, sans doute trop ambitieux, sur la notion de "sublime", que je n'exclus pas de publier quand même sur MBS.
Bien à vous
Philippe

Publié le 23 Novembre 2023

@iseut
Merci pour ce commentaire qui malgré sa brièveté suffit à m'interpeller !
Je n'avais pas pensé à un lien avec le célèbre roman Adolphe, sans doute parce que contrairement à Benjamin mon héros n'est pas désabusé comme le sien dès le départ mais reste au contraire et presque jusqu'au bout bien trop naïf. Chez moi, il n'y a pas cette obligation morale de continuer à aimer, ni la même origine bourgeoise...
Quant à mon héroïne, elle est beaucoup plus réaliste et égoïste qu' Éllénore.

Ceci dit, le rapprochement que vous faites m'intéresse car mon modeste récit témoigne lui aussi d'une grande importance donnée à la fatalité et aux synchronicités, à l'analyse psychologique et à la dimension tragique de la passion.
Vous me faites l'honneur de m'interroger sur le sens que je donne au mot amour : je n'ai effectivement pas cherché à théoriser sue ce sentiment mais uniquement à témoigner le plus exactement possible (dans l'esprit de Flaubert!) de ce qui advient dans les moindres détails quand on est en proie à une violente et inextinguible passion. Ma réponse est donc la suivante :
le seul amour digne de ce nom à mes yeux, c'est tout bêtement une attraction IRRÉSISTIBLE pour quelqu'un qui vous ravit à vous-même, peu important la durée du phénomène.

Attention : je distingue bien la passion de l'aveuglement : la passion mobilise l'intégralité des fonctions cérébrales et accroît la lucidité au lieu de la gommer !
Merci encore pour votre beau talent de lectrice.
Philippe

Publié le 23 Novembre 2023

@Annabelle Markarian
Je comprends que vous appréciiez la sincérité dans l'écriture après avoir lu- et grandement apprécié- votre propre livre ce matin !
Vous n'avez pas noté mon ouvrage , mais je suppose, vu votre commentaire, que vous ne me refuseriez pas quelques étoiles ? ...
Avec ma profonde sympathie,
Bien à vous
Philippe

Publié le 09 Octobre 2023

@Barbara.M
Chère Barbara,
C'est vrai que beaucoup a déjà été écrit sur mon - pourtant modeste - ouvrage, mais vous ne pouvez imaginer à quel point me réjouit le simple fait de vous savoir contente de sa lecture.
De tout cœur, merci à vous
Philippe

Publié le 09 Septembre 2023
3
J'ai beaucoup aimé votre roman. Tout a déjà été dit, alors je vous souhaite juste une bonne continuation.
Publié le 08 Septembre 2023

@Colette Frère
Pareil commentaire venant d'une écrivaine de votre qualité est une merveilleuse récompense.
J'ai pu en effet constater dans un rapide survol de votre propre livre, téléchargé ce matin, que les éloges qui vous sont adressés sur MBS pour la justesse et la finesse de votre propre écriture sont manifestement justifiés.
Hélas, mon tempérament me porte beaucoup plus vers le culte de l'élite et le mépris de l'humanité ordinaire que vers la compassion pour des faits de société tels que vous avez choisi de les décrire, aussi finement que ce soit... Je ne suis donc pas sûr de vous lire sur ce thème mais je ne l'exclus pas non plus !

Publié le 23 Juillet 2023
3
@Philippe Ribagnac: Livre très surprenant. Et très intéressant. Car vous décrivez la passion comme un état presque inéluctable. Tous les signaux d'alerte sont au rouge et le héros s'engage malgré tout. Elle ne cache rien, ni sa bi-polarité, ni tout ce qui accompagne cet état. Vous décrivez aussi la carence émotionnelle qui précède cette passion: un abandon, un rejet. C'est donc une remarquable "étude" de la passion : tant du terrain propice à ce genre de sentiment extrême que le fait que rien ne peut empêcher ce qui doit se produire. J'ai beaucoup aimé aussi le fait de devoir reprendre contact avec ces gens que nous avons aimés lorsque la lumière décline. Merci pour ce livre peut-être purement romanesque, peut-être mi-confession, mi-"état des lieux". Bravo!
Publié le 19 Juillet 2023

@BORON ELISABETH
Votre commentaire m'honore lui aussi : Merci Elisabeth.

Publié le 19 Juin 2023
3
Une sincérité qui vous honore. Bravo
Publié le 17 Juin 2023

@Philippe Ribagnac

Ce que vous m’écrivez me fait tellement plaisir ! J’ai la merveilleuse sensation d’être pleinement comprise, c’est un cadeau intime que je reçois avec gratitude. L’inspiration à vous écrire me vient de vous qui savez tellement bien présenter les circonstances des évènements de la vie.

Cette entente de vous à moi, qui m’émeut, n’est pourtant que virtuelle et le quotidien dans lequel je m’inscris me semble loin de la belle communication engendrée par la passion de l’écriture. La concrétude me renvoie une image de moi-même assez fade dans la mesure où mes habitudes de vie sont peu tournées vers la recherche du sublime. Je me laisse vivre la plupart du temps…

Mais assez bavardé, ce site n’est pas fait pour s’épancher. Ces prochaines semaines seront consacrées à l’écriture du roman que j’ai commencé en février et qui n’en est qu’à la moitié (ma lenteur oblige). Je reviendrai vers vous après la lecture des Régénérés.

Portez-vous bien.

PS : et oui, un auteur peut apporter au lecteur des révélations profondes sur lui-même.

Publié le 30 Mai 2023

@Boneur Richard
Que du bonheur, Richard, de lire votre commentaire, aussi bref que puissant !
Merci à vous

Publié le 25 Mai 2023

Texte à la fois enthousiasmant et dérangeant !

Publié le 24 Mai 2023

@Staniski
J'adore cette synchronicité ! Car elle témoigne d'un esprit apte à l'émerveillement et me replonge du même coup dans cette période de ma vie où j'étais habité par la passion. 40 ans plus tard, je le confirme et le proclame : l'essentiel de la vie est bel et bien d'atteindre, au moins une fois, le sublime de l'amour-fou car sa lueur sert de repère du bonheur pour tout le reste de la vie.
Votre analyse de mon histoire me parle profondément et m'ouvre les yeux : vous ne mentiez pas dans votre propre livre en évoquant votre le talent à cerner la psychologie d'autrui !
Je note tout particulièrement votre phrase :
"Ce qu'on vit intensément nous propulse dans un état de pleine conscience qui nous connecte au monde comme si, tout à coup, un savoir indispensable nous percutait ":
j'aurais aimé l'écrire moi-même. MERCI pour le bonheur de cette symbiose entre deux âmes sensibles et sincères malgré les difficultés.
Je suis bouleversé par ce que vous dites pour finir : "Pour ma part, je n'ai jamais vécu une telle passion amoureuse, et pourtant je m'y suis RECONNUE " : un auteur peut-il vraiment permettre à sa lectrice de ne pas seulement découvrir ses expériences à lui (telles qu'il les raconte en sens unique), mais de se découvrir aussi ELLE-MÊME ?
Bien à vous
Philippe

Publié le 23 Mai 2023

@Philippe Ribagnac
Un petit rajout : vous évoquez le livre Le prophète de Kalil Gibran dont je suis allée voir le résumé et je suis tombée sur un extrait concernant le détachement envers nos enfants, c’est justement sur ça que je travaille en ce moment ! Synchronicité…

J’ai lu également l’épître de Paul aux Corinthiens qui me parle aussi.

Et la phrase que je retiens aussi dans votre roman p 110 : « celui qui ne sait pas aller à l’essentiel est perdu : il mourra sans avoir jamais vécu. » Ça percute !

Publié le 21 Mai 2023

@Philippe Ribagnac
J’ai lu avec avidité votre livre si bien écrit. La passion amoureuse que vous décrivez prend la forme d’une « épopée » épistolaire entre deux intellects bien nourris, persuadés que leur entente cérébrale débouchera sur l’avenir concret d’une vie commune partagée idéalement. Mais les deux protagonistes n’ont pas eu les mêmes bases de construction, l’une exhibe sa fragilité par un comportement bipolaire, l’autre détient la force de la stabilité et se montre prêt à tout pour rendre possible la pérennité de la passion. Les croyances qui se font jour quand on est embarqué dans cet amour-là, régissent alors le mode de fonctionnement de l’individu au-delà de ses possibilités. Les amoureux se heurtent ensuite à la matérialité du quotidien qui stigmatise un désaccord dans leurs habitudes et qui rend concret le dysfonctionnement mental d’une femme finalement apeurée et égoïste faisant passer ses désirs mesquins avant l’élan d’une fusion. Voilà comment j’ai perçu votre approche de cette passion amoureuse.

J’ai aimé faire la rencontre de cette femme à travers ses lettres, une femme qui promet tant de possibles. J’ai aimé le total engagement de cet homme dont la sincérité va jusqu’à, je crois, la simplicité de ses actes malgré une cérébralité haute en couleurs.

Je cite les passages qui m’ont touchée le plus :

P 18, « De par ma nature intuitive, j’avais compris que Heather appartenait à cet engeance rarissime des amantes qui peuvent apporter à un homme ce dont il peut rêver de toutes les femmes à la fois… la porteuse de tous les futurs tel Eve pour Adam. » Les multiples souhaits d’un être humain pour être aimé intégralement reflètent, je pense, l’immensité d’un champ de conscience qui lui échappe, prisonnier qu’il est de son corps physique.

P 89, « En effet, comme on le sait, « la femme est un homme comme les autres » ni plus empathique, ni plus altruiste : le sujet qui la passionnera toujours le plus au monde, c’est elle-même. » Bien sûr, l’être humain, par la méconnaissance de lui-même, peut n’être jamais rassasié de ce qu’il découvre en lui et qu’un autre regard lui apporte, comme une confirmation de sa réalité.

P 110, « Je me dis également que ma passion pour Heather n’est certainement pas une vaine lubie car en toute objectivité, sa simple présence décuple l’intensité de l’existence tout simplement parce que son intuitivité, sa finesse et le magnétisme qu’elle dégage permettent d’appréhender en une heure autant de choses de la vie qu’en une journée entière – ou plus – qu’avec toute autre personne. » Ce que l’on vit intensément nous propulse dans un état de pleine conscience qui nous connecte au monde comme si tout à coup, un savoir indispensable nous percutait.

p. 138, « Je lui pardonne tout parce que je sens au fond de moi que par sa beauté, son intelligence, sa sensibilité et son réalisme, elle est ce puissant catalyseur dont j’ai absolument besoin pour dépasser mon approche trop cérébrale et souvent velléitaire de la vie. » Le sentiment de rencontrer en l’autre ce qui manque à notre épanouissement est, je crois, la porte ouverte sur le chemin qui mène à la compréhension approfondie de ce que nous sommes.

Voilà, entre autres, ce que votre roman m’a inspiré. Je l’ai téléchargé pour y revenir plus tard. Tout ça pour vous dire mon enthousiasme à vous lire et lorsqu’une lecture m’apporte un tel éclairage sur des sentiments complexes, je ne peux qu’être reconnaissante envers l’auteur.
Pour ma part, je n’ai jamais vécu une telle passion amoureuse et, pourtant, je m’y suis reconnue à la fois dans l’approche de Heather et celle de Philippe. Mais n’avons-nous pas tous en nous cette ambivalence ?

Trop contente d’avoir rencontrer un auteur qui me plait, je compte, dans quelques temps, m’atteler à la lecture d’un autre de vos livres : Les régénérés.

Bien à vous.

Publié le 21 Mai 2023
3
J'ai été épaté par votre sincérité. C'est cru, c'est vrai, c'est la vie. Votre texte enthousiasme et dérange à la fois. Bravo. Votre honnêteté a dû être très constructrice tout au long de votre vie.
Publié le 17 Mai 2023

@Staniski
Quel plaisir de se savoir lu par une autrice aussi sensible et talentueuse que vous, dont la "Résilience inattendue" m'avait profondément touché.
J'attacherai un prix tout particulier à vos futurs commentaires, en vous faisant confiance pour qu'ils soient sans la moindre complaisance et aussi impitoyables que nécessaire puisque c'est par la critique la plus sévère, hélas, qu'on apprend...
Bien à vous, dans l'attente de vos prochains écrits,
Philippe

Publié le 11 Mai 2023

@Philippe Ribagnac
Bonjour Philippe. Je reviens vers vous pour vous dire que j'ai enfin commencé ce livre que vous m'aviez recommandé. Je n'en suis qu'à la page 7 mais je peux déjà vous dire que votre sincérité évidente me touche et que votre style vibrant, coule tout seul. A bientôt.

Publié le 10 Mai 2023

@monBestSeller

Votre logiciel semble produire d'étranges anomalies : Mon livre "Passion et flétrissures" était n° 1 (je dis bien : numéro UN) des "succès du mois" au 19 octobre 2022 : à peine huit jours plus tard, il est passé brutalement en 50 ème position alors que la PROMOTION de l'ouvrage suivait pleinement son cours ! Aujourd'hui, toujours en dépit de la promotion encore en cours, il est tombé à la 217 ème position.
Je veux bien admettre que le lectorat puisse se lasser, mais de là subir un rejet aussi soudain pour un ouvrage ayant toujours connu une bonne stabilité de lectures depuis depuis plusieurs années , il y a là quelque chose qui échappe à toute logique.

Publié le 16 Novembre 2022

@booksreda
You read the book, and for the best !
Merci pour votre commentaire, aussi bref que gratifiant.
Bien à vous
Philippe

Publié le 24 Octobre 2022

fluide et prenant. bravo

Publié le 23 Octobre 2022

fluide et prenant. bravo

Publié le 23 Octobre 2022

@BertheC
Votre commentaire est le plus BEAU de tous ceux que j'ai eu l'honneur de recevoir sur MBS. Vous avez capté à 100% l'esprit de ce roman où la passion amoureuse, malgré sa folie apparente, n'exclut absolument pas la lucidité, et au contraire ouvre puissamment les yeux sur le vrai sens de nos petites existences.
Je suis ému et réconforté de savoir à quel point les sentiments décrits dans ce livre sont compris et partagés par une femme telle que vous, qui elle aussi a vécu cette époque si riche et enthousiasmante des années 60/70. Grâce à vous, je retrouve la foi en la vie de notre jeunesse.
Merci Berthe, du fond du cœur !

Publié le 19 Octobre 2022
3
j' ai laissé de coté ce livre avant l'été;cela m'a permis de le relire,de l'oublier, et d'en apprécier chaque page,et rassurez vous,c'est un magnifique témoignage d'une vie philippe raconte sa jeunesse, son adolescence,ses amourettes,ses vacances,celle que nous avons tous connues,et chaque moment pourrait être notre jeunesse.Tout est si vrai, si finement analysé,si psychologiquement juste,et si bien raconté Cet adolescent est crédible,parfois pathetique,et il le sera presque tout au long de sa vie.et votre style n'est jamais ennuyeux. Nous découvrons heather,et suivons toutes les étapes d'un amour,fou,qui est décrit là aussi avec une très fine analyse,et nous en pressentons la fin ,inéluctable .heather est spéciale, et puisqu'anglaise",impredictable"froide ,il est passionné;leurs caracteres me font penser à des touches d'un peintre impressioniste,et l'histoire avec Heather,porte aussi l'échec en puissance,. Ce livre est remarquable: sa narration et son style sont "légers" les profils sont passionnants la psycholgie n'est pas pesante et je vois Ph. de temps en temps comme un grand naif,qui a la fois se fait des illusions,mais il est si,si amoureux Vraiment bonne chance,vous le meritez
Publié le 18 Octobre 2022

@BAITZ Pierre Heol
C'est fou ce que la jalousie peut rendre méchant !

Publié le 09 Septembre 2022

je vais prendre un peu de hauteur et dégripper les boulons.
D'une longueur sans fin ou les tribulations d'une nouille dans une culotte.
Idéal pour les adeptes. A lire en diagonale si vous voulez atteindre, pas l'orgasme, mais la fin.
en ligne depuis 2019. Il parasite le top 5 d'un système MBS grippé.

Publié le 09 Septembre 2022
3
J'ai oublié de vous noter !
Publié le 03 Août 2022

@Philippe RIBAGNAC
Un grand merci Philippe pour votre réponse si enjouée ! J'ai bien sûr pris un "nom de plume", essentiellement par discrétion. Passionnée de montagne, celui-ci était vite trouvé :)
Personnellement, je n'ai jamais souhaité recoller les morceaux avec d'ex compagnons. Nous évoluons tous, inévitablement, et le point critique qui nous éloigne demeure, malgré tout. Cependant le souvenir des émotions amoureuses est précieux.
Peut-être qu'il magnifie les sentiments passés, parfois.
La maturité nous offre une meilleure acuité visuelle pour déceler les qualités incomparables des êtres qui nous accompagnent, dorénavant. Elle nous aide, aussi, je pense, à préserver notre intimité pour essayer d'inscrire nos plus belles histoires dans la durée.
A très bientôt (et bonne lecture, j'espère)

Publié le 03 Août 2022

@Camille Descimes
Quel plaisir d'avoir été lu par quelqu'un qu'on sent spontanément "compatible en esprit", proche de ses propres appétences, spirituelle, pétulante, charmante mais -hélas- tellement plus jeune que soi... (Est-ce un clin d'œil que ce cadre alpestre pour une Camille DES CIMES ?)
Merci pour vos remarques prouvant une lecture vraiment attentive, qui m'honore et qui m'a fait culpabiliser de n'avoir pas permis le téléchargement du bouquin, que je viens enfin d'activer.
Merci aussi du respect de ma "mise à nu" : ni exhibitionnisme, ni désir de choquer, mais besoin impérieux de vérifier -par un effort de mémoire sans concession, et à la face de tous- si quelque chose peut oui ou non vraiment subsister d' une passion passée (cette auto-psychanalyse s'est révélée étonnamment efficace : l'épilogue du livre est aussi vraie que tout le reste !).
J'ai jeté un œil aux premières pages de votre propre ouvrage qui m'ont immédiatement séduit : je l'inscris en priorité dès après ma lecture en cours.
Bien à vous

Publié le 03 Août 2022

Bonsoir Philippe,
Ce que je retiens, c'est votre courage, de vous mettre à nu, votre autodérision ("je m'endormis puceau") et finalement cette sorte d'hommage pour cette femme qui vous a pour ainsi dire hanté toute votre vie.
Par contre, Tournefort n'est pas exactement sur la route d'Auron (dont je connais tous les virages par coeur), et d'ailleurs la route d'Isola 2000 tourne beaucoup plus ! Mais à part moi, personne ne relèvera ;)
Une minime coquille page 187, il manque un "s" à deux jours (oui, c'est agaçant, je sais).
Excellente soirée !

Publié le 02 Août 2022

@GERARD HENRI
N'est-il pas absurde de prétendre NOTER (et sévèrement de surcroît) un livre dont on n'a lu que 30 pages sur 213 ???
Si vous appartenez à l'équipe qui cherche périodiquement à dénigrer mes ouvrages, une telle critique n'est surement pas la plus habile qui soit...

Publié le 31 Juillet 2022

@philippe Ribagnac
Je comprends que vous vous étonniez que j'évoque la physique quantique dans les commentaires liés à votre roman psychologique. Cela tient au fait que depuis cette page, j'ai lu votre biographie et découvert que vous vous intéressiez à la physique quantique, ce qui m'a un peu étonné. Mais comme je suis intéressé d'avoir l'avis d'un "non scientifique" sur la manière dont j'essaie de vulgariser mes recherches et travaux, je me suis permis de prendre contact avec vous de cette manière. Excusez moi si cela vous a heurté. Merci, en tout cas, de m'avoir répondu.
C'est avec plaisir que je prendrai connaissance du livre que vous me conseillez. Je reprendrai contact avec vous à partir des commentaires liés à cet ouvrage et vous donnerai mon sentiment sur votre œuvre, qui, je l'espère, me permettra de découvrir un aspect peut-être moins scientifique mais plus humain de l'approche vers la connaissance. Tous les chemins ne mènent-ils pas vers le même but ?

Cordialement

Claude Delarose.

Publié le 30 Juin 2022

@ClaudeDelarose
Je trouve curieux que vous veniez évoquer la physique quantique sur la page de ce roman d'amour complètement étranger à toutes préoccupations scientifiques !...
Ceci dit, j'ai quand même consulté votre ouvrage et noté quelques remarques, que je ne manquerai pas de vous communiquer dès que vous aurez daigné vous-même regarder mon livre "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot" afin de préparer un éventuel échange d'idées.
Cordialement
Philippe Ribagnac

Publié le 29 Juin 2022

@philippe Ribagnac
J'ai lu que vous vous intéressiez à la physique quantique qui est aussi l'une de mes passions. J'ai résumé certaines de mes recherches dans ce petit ouvrages publié sur ce site : "Finis Gloria Mundi". C'est une synthèse facile à lire. Si vous prenez le temps d'en prendre connaissance, j'aimerais votre avis et peut-être quelques échanges via mon site internet : http://claudedelarose.e-monsite.com/
Cordialement. Claude Delarose.

Publié le 26 Juin 2022

@fernandel
Votre commentaire m'intéresse : pourriez-vous développer un peu votre pensée en précisant si vous trouvez qu'il y a trop de narration et pas assez de mise en scène, ou bien l'inverse ?
Merci à vous

Publié le 11 Juin 2022

Mettre en scène au lieu de dire en narration me semble mieux indiqué pour ce texte tellement riche...

Publié le 10 Juin 2022

@edmonde

Je trouve formidable que, sans avoir vécu directement ces années magiques 60-70, vous soyez
capable grâce au témoignage de vos proches de ressentir à fond l'ambiance magique de cette période. J'en suis ému. Le bonheur, c'est sûrement avant tout l'art de communiquer...

Publié le 12 Mai 2022

@Philippe RIBAGNAC
Je viens juste de le commencer, je n'en suis qu'à la page 60, mais très agréable à lire. Il me rappelle les histoires que me racontaient mon oncle et ma mère (plus pudique) de leur époque (plutôt dans une famille de profs très à gauche - anarchistes pour les uns, communistes pour les autres). Et je me souviens d'une de mes tantes qui venait pendant les vacances avec sa 2CV que j'adorais : je lui réclamais toujours des balades ! De plus, nous vivions au Sénégal et prenions aussi le bateau pour retrouver le reste de la famille en vacances entre la Nièvre, Montpellier et Marseille. Toutes ces histoires me replongent littéralement dans cette période de mon enfance à mon adolescence par procuration !

Publié le 12 Mai 2022

@Philippe RIBAGNAC
Je viens juste de le commencer, je n'en suis qu'à la page 60, mais très agréable à lire. Il me rappelle les histoires que me racontaient mon oncle et ma mère (plus pudique) de leur époque (plutôt dans une famille de profs très à gauche - anarchistes pour les uns, communistes pour les autres). Et je me souviens d'une de mes tantes qui venait pendant les vacances avec sa 2CV que j'adorais : je lui réclamais toujours des balades ! De plus, nous vivions au Sénégal et prenions aussi le bateau pour retrouver le reste de la famille en vacances entre la Nièvre, Montpellier et Marseille. Toutes ces histoires me replongent littéralement dans cette période de mon enfance à mon adolescence par procuration !

Publié le 12 Mai 2022

@Philippe RIBAGNAC.
Pour le moment je n'ai qu'un seul livre sur monbestseller. Je compte en produire d'autres si le temps me le permets et si ce premier livre connaitrait un succès. L'écriture est une passion qui sommeille en nous, il suffit de peu pour la réveiller et connaître la gloire des grands écrivains. Alors, bon courage pour vos prochaines œuvres, que je lirai avec grand plaisir.
Cordialement.

Publié le 09 Mai 2022

@Mohammed BECHA
Merci pour votre note , vos commentaires et votre encouragement à écrire encore dans ce genre. Vous avez bien senti la force particulière de la relation amoureuse décrite dans le livre, et je suis heureux du beau compliment que vous m'adressez en disant que mon ouvrage est "un modèle de référence de la relation sentimentale" !
J'irai à l'occasion consulter vos propres ouvrages sur MBS.
Bien à vous

Publié le 05 Mai 2022
2.4
Assez plaisant pour mériter quatre étoiles.
Publié le 03 Mai 2022

Je rejoins l'avis du précédent lecteur tout en soulignant que le vie d'avocat aide à connaître les sentiments les plus tumultueux de la vie. C'est ce qui fait de cet ouvrage un modèle de référence de la relation sentimentale. Avec des idées de fils de paroissien et un handicap, qui n'est pas des moindre puisque l'on doit apporter la preuve de sa virilité, l'amour n'est pas facile à vivre. Mais tant bien que mal est parvenu à surmonter ces handicaps et à prouver que l'amour ce n'est pas seulement l'instrument de contact mais tout le corps.
Bon vent pour vent pour d'autres œuvres du genre.

Publié le 03 Mai 2022

@Tougma Cédric Pascal
Je suis d'accord avec votre conclusion : mais d'une autre côté, heureusement qu'il y a parfois la passion, malgré ses dangers, pour venir donner toute sa force à l'existence...

Publié le 02 Mai 2022

Une seule leçon que je retiens : ne jamais faire confiance à l'apparence

Publié le 22 Avril 2022

@Chardri Dominique

MERCI !

Publié le 23 Janvier 2022

original

Publié le 22 Janvier 2022

@Marie Morvan
Le bonheur, pour moi, c'est de voir votre beau visage s'afficher sur la page de mon livre !

Nous avons un point commun je crois, selon ce que j'ai retenu de votre propre ouvrage : la noblesse des sentiments ne nous empêche pas d'appeler un chat un chat et de parler crûment des choses du sexe quand celui-ci "prend le pouvoir".

Au plaisir de vous lire dans vos futures œuvres.
Bien à vous

Publié le 29 Décembre 2021

Que du bonheur !

Publié le 28 Décembre 2021

@Denis Leverlin

Merci Denis pour vos compliments et vos étoiles !
Mais sur les deux points qui vous surprennent, vous m'avez sans doute lu un peu trop vite car les réponses sont données directement dans le livre :
- Pour le ski, notamment à Zermatt, j'ai bien précisé à chaque fois que le séjour était offert par mon oncle (et parrain), psychiatre beaucoup plus à l'aise que mon père pasteur qui n'aurait jamais eu les moyens de m'offrir ça !
- Pour l'Écosse, j'ai bien indiqué qu'il s'agissait d'un séjour chez un "correspondant" : à l'époque la pratique était courante, dans les milieux peu fortunés, de procéder ainsi à des séjours alternés aux domiciles respectifs de jeunes de chaque pays : le prof d'anglais au Lycée donnait des coordonnées de copains potentiels en Grande-Bretagne, et si les échanges épistolaires prospéraient, l'un était hébergé chez l'autre en Juillet, et vice-versa en août... Les parents n'avaient donc à payer que le trajet en train (en profitant de la carte SNCF de famille nombreuse !) et le passage en ferry.
Merci encore de votre intérêt pour mon ouvrage.
Cordialement
Philippe

Publié le 13 Décembre 2021
3
Très bien écrit. Très honnête. Juste deux points m'interrogent : j'imaginais qu'un fils de pasteur aurait une existence austère ; or, les vacances à Zermatt, le séjour en Ecosse (coûteux voyage pour une contrée où règne un tel accent qu'on se demande si les gens parlent anglais)... tout cela, à l'époque, c'était le lot des enfants de bourgeois, non ? Et deuxième point : j'imaginais qu'un fils de pasteur aurait une éducation pétrie de culpabilité : culpabilité d'avoir des désirs charnels, d'abuser des femmes-victimes. Fantasmes que tout cela, peut-être.
Publié le 12 Décembre 2021

@Gauvain
Vous résumez parfaitement en un mot toute la trame de mon livre-témoignage sur la passion amoureuse : nous avons beau dire et beau faire, le destin n'en fait qu'à sa tête !
Je suis heureux de vous avoir plu. Merci de votre commentaire.

Philippe

Publié le 24 Novembre 2021

@Dafna balomok

Je suis ému et honoré qu'une authentique poétesse telle que vous l'êtes (j'ai sincèrement aimé votre recueil de vers "Seule") ait été sensible à mon propre témoignage de l' Amour.
Merci du fond du cœur pour cet échange.
Bien à vous

Philippe

Publié le 24 Novembre 2021

j'ai aimé mais montre que la vie ne nous dirige pas toujours où l'on veut

Publié le 23 Novembre 2021

En tant que poète en Herbe je m'inspire beaucoup de vos écrits c'est beau et la force du détail éveil en moi une coulée d'inspiration

Publié le 12 Novembre 2021

En tant que poète en Herbe je m'inspire beaucoup de vos écrits c'est beau et la force du détail éveil en moi une coulée d'inspiration

Publié le 12 Novembre 2021

@Phillechat
Heureux de vous avoir "happé" : comme vous le savez bien, c'est là le seul but d'un écrit, aussi modeste soit-il, bouteille à la mer qu'on rêve de voir ouvrir par une autre âme tout aussi égarée dans cette vie que nous n'avons pas demandée mais qui nous épate et qui nous dépasse....

J'ai commencé votre livre de poésies "existentielles", dont les pensées vibrantes, pétillantes et parfois fulgurantes rejoignent pas mal des miennes.

Je suppose que mes deux autres ouvrages "L'argent d'autrui" et "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot" vous permettraient de bien voir comment, pour ma part, je réponds à notre soif de sublime.

Bien à vous
Philippe

Publié le 07 Novembre 2021
3
C'est un livre où l'on se sent happé dès les premières lignes : je le recommande ! Si vous aimez la poésie : https://www.monbestseller.com/manuscrit/14695-quelques-poemes-oublies
Publié le 05 Novembre 2021

@BELLA. B

Merci beaucoup !
Comme je vous l'ai déjà écrit sur la page de mon autre livre "L'argent d'autrui", le vôtre m'a également intéressé. Vous devriez développer votre pensée, car 9 pages sont un peu courtes pour avancer vraiment dans votre réflexion existentielle.

Publié le 13 Septembre 2021

belle histoire captivante

Publié le 11 Septembre 2021

@Basma 123@1
Ce cri du cœur me touche beaucoup. Quelle joie si j'ai pu vous plaire !
Bien à vous
Philippe

Publié le 25 Juillet 2021
3
Toooooppp
Publié le 25 Juillet 2021

@monBestSeller

Ne pensez-vous pas que la SINCÉRITÉ et la CRÉDIBILITÉ de votre "palmarès" du nombre des lectures exigeraient un contrôle minimum des consultations multiples de la part de personnes s'inscrivant successivement sous divers pseudonymes pour faire pencher massivement la balance en faveur de tel ou tel ouvrage à tendances politiquement partisanes, transformant un site littéraire en un référendum militant ?

Comment expliquer en effet la déferlante de prétendues "lectures" dont bénéficient certains auteurs se bornant de surcroît à ne publier que de simples extraits SANS LA MOINDRE ACTION DE PROMOTION sur MBS, ni le moindre commentaire permettant de comprendre l'intérêt littéraire en rapport avec des performances aussi extraordinaires ?

En outre, s'agissant de simples extraits, il parait peu cohérent de les présenter dans le même classement que celui des auteurs acceptant de publier l'intégralité de leur livre: ne mélange-t-on pas ainsi "les torchons et les serviettes" ?

Merci de bien vouloir me donner votre avis sur ces questions cruciales pour ceux qui, comme moi, essaient de jouer loyalement le jeu.

Publié le 04 Juillet 2021

@lamish
Merci pour votre commentaire, comme toujours pertinent et enrichissant pour l'auteur. Et avant tout, merci d'avoir pris le temps nécessaire, car je sais à quel point est dense votre agenda.

J'avoue, avec autant de détails, avoir parfois privilégié mon auto-psychanalyse sur la stricte efficacité du récit : je voulais, pour une fois dans ma vie, aller absolument jusqu'au bout de quelque chose ressenti comme essentiel.

P.S. : Je ressens comme particulièrement important d'avoir été lu par VOUS, car par plusieurs aspects, votre histoire et votre personnalité de "femme fatale" me rappellent ma Heather.

Publié le 19 Juin 2021

@Dominique LAURENT
ll est vrai que Dominique Laurent s'est contenté, pour sa modeste part, de m'accuser (sur la page de son - unique - livre, ou plutôt extrait de livre) :

- de délire total,
- de ne pas aimer mon pays,
- d'être un minable,
- d'être un esprit petit,
- de bassesse et de stupidité,
- d'être dans un "petit monde étriqué",
- d'être un monstre d'égoïsme,
- d'écrire des livres "consternants",
- de mériter le record des livres mal écrits,
- de ne pas me soucier de mes lecteurs,
- d'être d'un égoïsme inouï,

tout ça pour finir par UNE MENACE EN FORME DE CHANTAGE ce 10 juin 2021 :

"Ce commentaire constitue mon dernier avertissement à votre égard : si vous continuez à polluer ma page avec vos bêtises et vos attaque immondes (sic) et sans fondement, je vous rendrais (avec cette faute d'orthographe sur le s) la pareille, c'est à dire que j'irai sur les 4 pages de vos livres noter et commenter vos textes. A BON ENTENDEUR, SALUT "

Voila ce qu'écrit quelqu'un qui après s'être permis de me donner des leçons de morale, ose maintenant me menacer de dépôt de main courante,

et qui a effectivement mis sa menace à exécution en se répandant soudain - ce jour même, depuis 10 h- en propos infamants sur chacune des pages de mes livres (qu'il n'a bien sûr pas eu le temps de lire depuis sa crise de nerfs de ce matin).

Publié le 10 Juin 2021

Précisons les choses. Philippe Ribagnac est un harceleur. Je n'ai pas déposé de main courante contre lui car je pense que ce n'est pas son nom. Mais les faits sont là. Il a véritablement squatté la page de mon livre en y plaçant plus de dix commentaires en trois jours, me traitant de communiste, puis d'anarchiste, puis de royaliste... Il a ainsi largement outrepassé les règles minimales d savoir-vivre entre auteurs. Que j'ai plus de lecteurs que lui, c'est un fait, qu'il ne partage pas mes analyses, c'est très probable. Mais cela ne justifie nullement ce harcèlement continuel et ses injures répétées.

Publié le 10 Juin 2021

@Dominique LAURENT
Basse vengeance d'un écrivaillon auquel j'avais accordé quand même deux étoiles !

Quel méchant personnage...

Publié le 10 Juin 2021
0.6
Bien sûr je n'ai pas tout lu, car ingurgiter cette longue litanie de clichés (les difficultés sont immenses, la gent est féminine, on est marqué "à la culotte", l'austérité est financière, le tout est couronné, les filles sont "le beau sexe", les communistes sont militants, les aspirations sont romantiques, bref le listing complet des clichés littéraires), c'est au-dessus de mes forces ! Mais j'ai grappillé quelques passages, la plupart consternants. Je pense d'ailleurs que personne n'a lu votre livre jusqu'au bout car vu le nombre de coquilles et vu que cela fait plus de 2 ans que vous l'avez mis sur ce site, si quelqu'un l'avait lu en entier il vous aurait fait corriger ces innombrables coquilles. Au hasard, page 53, "il sentirent" (sic), page 103 "dans secteur" (sic), page 157 "toi, moi et tout le monde serons parfaits" (au lieu de "seront" évidemment), page 163 "l'on s'en rendre compte". Comme je ne suis pas correcteur, j'arrête là mais vous auriez vraiment besoin d'un correcteur ! J'avais déjà vu des livres mal écrits mais vous êtes proches du record !
Publié le 10 Juin 2021

@LudovivicG
Merci pour ces indications. On peut en effet se poser beaucoup de questions car l'auteur de base -tel que vous et moi- ignore tout de qui peut bien se passer en coulisses. A propos de Dominique Laurent, je vous suggère d'aller voir mes commentaires d'hier et aujourd'hui sur son livre "2048".
Je pense néanmoins que le concept de MBS reste globalement positif par son extrême simplicité et sa facilité d'accès, qui ont démontré son efficacité..
Le revers de la médaille, c'est qu'il est impossible de contrôler l'authenticité des "lecteurs" : je suppose que certains ouvrages ciblant des publics bien localisés peuvent bénéficier massivement d'un l'activisme en provenance des réseaux sociaux. Idem pour ces infâmes torchons tissés de fautes de français qui veulent parler d'amour, amour, amour jusqu'à l'indigestion : ici encore, le succès ne peut guère s'expliquer que par la complaisance d'une kyrielle d'amis et followers...

Publié le 07 Juin 2021

@florence monique lékina

Bonjour Florence Monique,
La sincérité évidente de votre premier commentaire m'émeut : la SIMPLICITÉ est pour moi le révélateur de l'authenticité et la condition d'un amour vrai...
En reconnaissance, je vous adresse une bise électronique (donc OK pour la Covid !)
Philippe

Publié le 20 Février 2021
1.8
Je suis à la moitié du livre mais, je peux déjà vous dire que votre œuvre est d'une simplicité adorable.
Publié le 19 Février 2021

@ Desautard
Cette pluie d'étoiles, vous ne vous contentez pas de me la souhaiter si gentiment, vous commencez déjà à la créer avec ces 5 de votre notation ! Merci de tout cœur.
Philippe

Publié le 10 Février 2021
3
@daniele , Merci pour ce très beau livre dont l'écriture m'a fait rêver et juste pour vous dire que je vous souhaite des pluies d'étoiles
Publié le 09 Février 2021

@monBestSeller
Bonjour,
Vous pronez à juste titre le développement des échanges entre auteurs sur MBS, mais je constate avec étonnement que nombre de mes commentaires, comme dernièrement ceux que j'ai postés sur les ouvrages de Lamish "Autopsie onirique" et "Plages, michetonneuses et boat people", ainsi que sur le livre de Marion Deligny "Le secret de Louise" sont éliminés de la page de mon profil !!??
Je passe du temps à soigner mes messages critiques, et je considère ces zappages comme un manque de considération élémentaire.

Exemples pour mémoire :

Philippe RIBAGNAC
@lamish
Le plaisir de lecture est bien là, intense, et lui seul compte ! J'ai savouré cette "novella" d'une traite.
Tant pis si l'exploitation d'un rêve est un procédé un peu facile (l'un des critiques du "Masque et la plume" de dimanche dernier disait qu'il faudrait une loi pour interdire aux auteurs la manie croissante de raconter leurs rêves!). Et tant pis si les révélations attendues sur le site d'autoédition m'on laissé un peu sur ma faim.
Derrière le papillonnage élégant et l'épicurisme décomplexé affichés par l'héroïne, j'ai perçu une femme plutôt insatisfaite, inquiète de n'avoir peut-être pas jusqu'à présent su exploiter à fond et à leur juste valeur ses authentiques talents : est-ce le prix à payer de cette culture de l'immédiateté et de la permissivité inoculée jadis aux baby-boomers par le mouvement hippie ? Mais c'est aussi ce qui rend votre personnage émouvant et attachant.
Je sens en vous la capacité de dépasser ces atermoiements pour oser enfin pénétrer, par votre plume superbe, les dimensions du tragique et du sublime.

Publié le 05 Février 2021

Philippe RIBAGNAC

@ Marion Deligny
Ce livre est si finement -et délicieusement- écrit, il ménage si bien son suspense, qu’on pardonne la précipitation de l’autrice à accéder aux moments de bonheur en zappant certaines transitions, ce qui nuit alors un peu à la crédibilité : la survenue du petit-fils inconnu est presque aussitôt intégrée comme la chose la plus naturelle du monde, tout comme la découverte de son aptitude à jouer un beau jour du Chopin en virtuose alors qu’on n’évoquait jusque alors que du pianotage…Idem pour la retrouvaille du (faux) fils prodigue.
Je me suis délecté de la richesse du scénario et de ses rebondissements, de la justesse du vocabulaire et des citations poétiques, ainsi que de la superbe reconstitution historique de la fin des années 50. On joint ainsi l’utile à l’agréable en apprenant beaucoup de choses.
Sur ce dernier point et par pure taquinerie, j’ai quand même relevé un petit anachronisme page 24 : le petit Jeff parle du « jeu des 1000 francs », alors que nous ne sommes encore qu’en 1958, avant l’instauration du nouveau franc. Il aurait donc dû dire : « Cent mille francs par jour » (c’était le nom de ce jeu radiophonique à l’époque). J’ai aussi noté que Robert le Neveu est encore décrit comme maire de Carentan en août 1959 alors que les élections municipales ayant dû entraîner sa chute se sont déroulées dès le mois de mars de cette année-là. Ces détails n’enlèvent bien sûr rien au profond plaisir de lecture que j’ai éprouvé.

Je compte absolument sur vos explications : s'agit-il d'une censure ? Reposant sur quels principes ?

Philippe Ribagnac

Publié le 07 Février 2021

@ SimoneB
Chère Simone,
ces simples huit mots de votre message valent tous les longs compliments, et me comblent de bonheur. Donc c'est à mon tour de vous dire MERCI !

Publié le 18 Janvier 2021
3
Un beau livre sur la passion amoureuse. Merci!
Publié le 16 Janvier 2021

@ Omen-Cy Ouongo

Me ferez-vous l'honneur d'aller voir, derrière ce titre, tout ce que j'ai voulu partager en profondeur avec mes lecteurs ? Et de me donner peut-être votre commentaire-aussi objectif que possible- sur ce témoignage d'une passion amoureuse absolue et dévorante ?

En tout cas, je vous souhaite bonne chance pour votre propre publication, si vous concrétisez ce projet.

Publié le 13 Janvier 2021

C'est un titre attractif

Publié le 13 Janvier 2021

@Marion Deligny
Chère Marion,
Après "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot", je suis ravi de vous retrouver sur la page de "Passion et flétrissures" , sur un sujet tellement différent (mais je vous sais très éclectique, au vu du panel de vos propres ouvrages publiés sur MBS !).
Vous concluez votre message en me saluant amicalement, et c'est aussi le mot que je ressens en retour, car on ne partage pas des centaines de pages de sa vie sans que ne naisse une petite complicité d'esprit et de cœur...Du coup, j'éprouve l'envie de vous lire à mon tour : puisque désormais vous connaissez un peu mes aspirations, LEQUEL DE VOS OUVRAGES ME CONSEILLERIEZ VOUS EN PRIORITÉ ?
Pour revenir à votre commentaire, il me laisse évidemment sur ma faim , car j'ai forcément envie de savoir plus précisément :
1/ - quelles sont donc ces quelques phrases du livre qui vous ont particulièrement interpellée ?
2/ - et où diable se nichent ces fautes d'orthographe rebelles à mes nombreux contrôles ?
Ces précisions me seraient précieuses dans l'optique d'une poursuite dans l'écriture à laquelle vous avez la bienveillance de m' encourager.
Pour plus de commodité, je vais vous communiquer à toutes fins utiles mon adresse mél sur votre propre messagerie .

Bien à vous,
Philippe

Publié le 03 Janvier 2021
3
@Philippe Ribagnac C'est une bien belle (et bien triste) histoire d'amour que vous nous contez là. Votre roman se lit facilement, et certaines de vos phrases résonnent en moi tout particulièrement. Quelques rares fautes de français restent à corriger. Merci pour ce partage et bonne continuation dans l'écriture. Amicalement, Marion.
Publié le 02 Janvier 2021

@Claudine Abitzmil
Chère Claudine, votre commentaire me touche en profondeur : il est magique pour un auteur de savoir qu'une lectrice a été "conquise" par le message d'amour qu'il a cherché à délivrer.
Tant qu'il y aura des personnes sensibles capables, comme vous, de capter 5 sur 5 et de partager chaque méandre et chaque subtilité de la passion, la vie méritera vraiment d'être vécue, et même peut-être l'au-delà (ainsi que j 'essaie de le démontrer dans mon dernier livre "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot")...
Je suis sûr qu'avec l'état d'esprit qui est le vôtre vous avez pu, vous aussi, connaître la félicité, et j'en suis VRAIMENT heureux pour vous.

Merci pour vos bons vœux, et merci pour la joie que votre commentaire m'a procurée.

Publié le 20 Décembre 2020

J'ai choisi votre livre sur les conseils de mon compagnon qui s'est régalé de vous lire
Je vous remercie pour votre récit autobiographique qui m'a conquise , vous avez su raconter votre premier amour avec précision et pudeur et vous vous en souvenez tellement bien. J'étais en haleine tout au long de votre manuscrit , le final m'a un peu déçue pour vous mais tel en a été le destin .
Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre épouse et
continuer à écrire ! c'est un réel plaisir de vous lire .
D'agréables moments sont encore en perspective. Merci merci

Publié le 19 Décembre 2020

@Claude Mangano
Un message comme le vôtre est pour l'auteur que je suis une récompense fabuleuse (pour reprendre votre propre terme) :
Lorsqu'on se risque à écrire sans tricher le compte-rendu détaillé de sa vie la plus intime, on a sans cesse la hantise de faire cet énorme travail pour rien, car on se dit que ce qu'on a ressenti de si puissant ne peut intéresser que soi-même et que les autres ont bien assez à faire avec leur propre existence...
Pouvoir être apprécié par un lecteur tel que vous me prouve que la communication en profondeur entre les esprits reste possible en ce monde actuel si difficile : MERCI !

Publié le 24 Novembre 2020
3
J ' ai beaucoup aimé ce livre que j'ai lu pratiquement d’ une traite tant cette histoire paraît authentique de vérité, avec des personnages fabuleusement décrit et attachants. Une fabuleuse histoire d' Amour contrariée par la distance la langue et par des projections différentes d’un avenir commun. Ne serais pas autobiographique ? Merci pour ce beau final et cette interprétation de nos vie. Bravo....à l’ auteur j’ ai passé un agréable moment avec son livre. Merci pour ce site également c’est ma première lecture je vais continuer à vous lire sur ma tablette.
Publié le 23 Novembre 2020

@Fadeau
Ce qui caractérise selon moi la passion amoureuse, c'est que les moindres détails vécus prennent une immense importance : faire le tri entre tous m'a été effectivement impossible. Comme disait Brassens : "Sur l'île déserte je veux tout emporter"...
Mais je vous remercie pour votre remarque: si vous avez ressenti parfois un peu de longueur, c'est donc que je n'ai pas entièrement réussi à vous transporter corps et âme dans mon propre vécu, alors que c'est là que réside toute l'ambition d'un auteur. Je me console en sachant que vous avez quand même apprécié cette lecture à 80% ! (4 étoiles sur 5).

Publié le 12 Novembre 2020
2.4
Belle autobiographie, parfois un peu long.
Publié le 11 Novembre 2020

@https://www.monbestseller.com/membre/philippe-ribagnac
Qelle émotion de recevoir votre message et de vous retrouver comme je vous connais à travers vos ouvrages. Merci pour votre gentille pensée....

Publié le 20 Octobre 2020

@NatC
Quel bonheur de constater cette résonance entre deux esprits tels que le vôtre et le mien, restés ouverts - malgré toutes les vicissitudes - au prodige de la vraie passion amoureuse, quand on a la chance inouïe de la rencontrer : c'est assurément, et de loin, la plus belle chose qui puisse nous arriver dans l'existence. La preuve en est qu'à vous comme à moi, elle a fait oublier tous les risques et assumer le coût quel qu'il puisse être.

J'espère que mon dernier livre, sur un sujet très différent, ne vous décevra pas !

J'ose vous adresser, par la pensée, une chaste bise.
Philippe

Publié le 20 Octobre 2020

Bonsoir,
J'ai adore votre livre, j'ai ete passionnee par votre histoire vecue, j'ai compris vos risques pour les avoir pris moi meme en changeant de nation par amour il y a bien des annees, la force de l'amour...
C'est votre deuxieme livre que je viens de lire et je lirai naturellement le troisieme car vos recits et votre language me comblent.
Ne cessez surtout pas d'ecrire !

Publié le 19 Octobre 2020

@Jessie418

Je suis profondément heureux qu'une histoire comme la mienne que, comme vous dites, tant de gens ont pu tout aussi bien vivre dans notre génération de baby-boomers, ait pu néanmoins capter votre curiosité de page en page.

Ça me donne l'impression que mon aventure amoureuse n'aura pas eu lieu totalement en vain, puisque j'ai eu le privilège d'y associer une lectrice telle que vous...

Merci du fond du cœur de votre message.

Publié le 14 Septembre 2020

Merci pour ce livre très bien écrit et dont la lecture nous garde intéressé à savoir ce qui se passera d'une page à l'autre. C'est une histoire que bien des gens de ce temps et de notre génération ont vécu.
Bonne continuité dans vos projets d'écriture s'il y en a d'autres.

Publié le 13 Septembre 2020

@Nepote
Etre dévoré, c'est tout ce que demande un livre ! et je suis vraiment heureux d'avoir pu t'intéresser, toi qui connus comme moi cet univers marseillais et ce lycée de notre jeunesse évoqué au début de mon récit.
Au plaisir d'en parler ensemble le moment venu.

Amitiés
Philippe

Publié le 31 Mars 2020

Philippe, j'ai dévoré ton bouquin, mais te connaissant j'en discuterai par téléphone. Il ne coûte plus rien maintenant !!
Amitié Régis

Publié le 31 Mars 2020

Bonjour,
merci de votre retour et de votre petit cours de vocabulaire. Peut-être devrais-je remplacer alors mélo. par pathétique: à mi chemin entre émouvant et pitoyable.
Oui je vous ai lu jusqu'au bout, dans l'ensemble avec plaisir et curiosité.
En tout cas, merci de votre écrit.

Publié le 24 Janvier 2020

@JFLorne
Votre commentaire, dont je vous remercie, appelle deux remarques de ma part:
Primo : le "mélo" se définit comme "compliqué, pathétique et peu vraisemblable" : or il n'y a pas une seule ligne dans mon livre (témoignage d'une passion amoureuse telle qu'exactement vécue) qui ne soit pas la stricte réalité.
Deuxio: vous m'avez quand même lu, semble-t-il : or le seul véritable but d'un livre, c'est justement d'être LU, et je suis heureux d'avoir pu capter un moment votre esprit. Ce privilège de communion avec autrui est la vraie récompense d'un auteur, quel qu'il soit...

Publié le 23 Janvier 2020
1.8
un peu mélo. mais lisible.
Publié le 23 Janvier 2020

Pages