Philippe RIBAGNAC

Biographie

Marié et père de trois enfants, je suis avocat d'affaires à la retraite.

Je ne cesse désormais de me documenter sur la physique quantique, avec la conviction qu'elle rend possible l'éternité de l'âme, d'où mes ouvrages : "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot" et "Nec plus ultra".

Ce qui n 'empêche pas les sentiments avec "Passion et flétrissures", ni le "fun" avec mon petit recueil de "Fables très culottées".

Après "L'argent d'autrui", je livre aussi un témoignage - pittoresque et sans concession- de mes expériences professionnelles dans : " Super pouvoirs d'un simple juriste" (ACHAT sur Coollibri.com).

Mon dernier ouvrage s'intéresse à ce qu'il peut y avoir de plus extraordinaire dans la vie : Le SUBLIME, jamais encore bien étudié car s'y cache le "Diable" !

Philippe RIBAGNAC a noté ces livres

5
@Zoé Florent J’ai pris le temps de lire ce livre à fond : ce fut un moment aussi passionnant qu’instructif ! Passionnant, car au-delà du plaisir un peu voyeur de découvrir les secrets les plus intimes de votre vie pleine de drames et péripéties poignantes, j’ai retrouvé toute la précision, la sensibilité et l’élégance de votre style (Je n’ai pu m’empêcher de noter sur deux grandes pages celles de vos formules et trouvailles d’écriture qui m’ont le plus séduit). Instructif, surtout et avant tout : Je n’avais encore jamais lu une pareille profondeur, intensité et lucidité d’analyse des sentiments d’une fille emportée par l’impérieux besoin de rendre toute la justice due à sa mère, dont l’amour fut trop souvent bien mal récompensé de son vivant. Il en naît une irrésistible émotion à travers cette véritable rédemption d’une maman qui à travers votre livre, accède au « paradis » de votre esprit puissamment empathique et pleinement reconnaissant. Ce livre montre parfaitement que la pire des injustices n’est pas d’ordre matériel (comme on tend à tout ramener aujourd’hui), mais d’ordre AFFECTIF. Pour accéder au bonheur de cette lecture, il faut certes au départ un tout petit effort pour s’habituer à autant de personnages familiaux – nombreux, mais tous nécessaires - qui interviennent sur plusieurs générations dans la construction du récit. Le procédé consistant à remplacer la simple chronologie par une alternance de flashs back et la superposition de couches d’information successives (votre petit péché mignon !) peut également déstabiliser jusqu’au moment où les recoupements finissent par se mettre tous bien en place. Quelques phrases parmi tant d’autres qui m’ont parlé particulièrement : « Il avait ce qu’il fallait pour que j’accepte qu’il me fasse des enfants » (p 30), « Courage et compassion vont souvent de pair » (p34), « Ton besoin de plaire motivait et justifiait tes lâchetés » (p37), Le syndrome du « saint-bernard »des maîtresses du père croyant le réconforter face au caractère soi-disant revêche de sa femme en fait poussée par lui à bout ! (p60), « Mon décrochage s’était produit avant mon dérapage » (p 75), « En une heure, de rêveuse idéaliste je me suis muée en adolescente désabusée à tendance suicidaire »(p76), « Seul mon silence était envisageable pour vous protéger l’une contre l’autre du mal que vous auriez pu vous faire » (p 77), « Ironie du sort, c’est ce manque de courage que t’avait toujours reproché maman qui lui a permis de conserver son époux à ses côtés » (p82), « Mais le ver est malheureusement déjà dans le fruit ; il a été grassement nourri » (p97), « Découvrir cet "homme-papa" que je connais si peu » et qui ne s’est soucié que de son "contrat social" (p139), Le MERVEILLEUX récit du non-avortement (p157), « La croyance, véritable machine à faire courber l’échine » (p158), « Une union "tare avec tare", d’une logique implacable » (p158), « Je n’oublierai jamais ton premier regard, jamais. Tes grands yeux sombres étaient porteurs d’une interrogation immense, doublée d’une sorte de jugement. Impossible de l’oublier. Comme si tu connaissais déjà le avant, et pressentais le après » (p159), « Je réalise, vu sa peine pour la casquette, qu’elle doit aimer papa autant que je t’aime, maman » (p171), « Laideur d’âme indissociable, me semble-t-il, d’une intelligence étriquée » (p191), « Gardez vos poules, je lâche mes coqs ! »(p192), MERVEILLEUX récit de la dispersion des cendres du papa, digne de Marcel Pagnol (p194)... Toute cette auto-psychanalyse n'aura pas été seulement précieuse pour vous-même, mais aussi pour le lecteur que je suis qui une fois de plus a appris tant de choses de cette vie dont 'il croyait déjà tout connaître. MERCI !
Publié le 28 Janvier 2024
5
Il est exceptionnel qu'une victime de grave bipolarité puisse néanmoins produire un témoignage aussi lucide, précis et objectif, au texte parfaitement maîtrisé : sans doute parce que peu de ces victimes sont parvenues néanmoins à être diplômées de Science po! Le scandale des traitements psychiatriques inadaptés que vous dénoncez me touche particulièrement car il concerna mon propre frère pendant près de trente ans, avant de n'être enfin soulagé que quelques années avant sa mort prématurée. Mais votre texte n'est pas seulement un constat clinique : j'ai apprécié le parallèle fait tout au long du récit avec les victimes de persécution ethnique. J'ai trouvé particulièrement saisissante votre phrase suivante : "A l’hôpital, on est tous dans le même bateau, "l’embarcation qui brave la tempête au risque de "sombrer, l’esquif léger. "Passe le temps, on se retourne et constate que la terre "n’est plus en vue. On a brûlé ses voiles. "Il reste les feux de détresse et les rames." Merci pour ce livre poignant et parfaitement bien écrit.
Publié le 09 Octobre 2023
5
@Staniski Votre livre aurait pu n'être qu'un énième récit des souffrances psychiques que tant d'entre nous ont eu à subir dans ce monde de plus en plus déjanté... MAIS je l'ai sincèrement aimé, par la justesse de très nombreuses observations, et même parfois leur profondeur qui à mon tour m'a obligé à réfléchir . Par exemple, p.17 : "Personne ne m'a jamais expliqué comment faire pour NE PAS ÊTRE ce que j'étais" , ou p.18: "J'étais blessante sans le vouloir"; "Je voyais chez l'autre une porte ouverte sur ma délivrance". P.19: "Ce qu'on ne trouve pas en soi est un leurre, bien sûr". P.50 "Je suis sans doute quelqu'un de bien pour qu'il m'aime ainsi sans condition". P.52 "Il me faut impérativement éviter d'attendre des résultats". P. 59 : "Mais je n'attends rien d'elle. Je suis en paix avec elle. Quel soulagement d'en être arrivé là !" J'ai aussi apprécié la précision et la fluidité de l'écriture, naturellement élégante sans fioritures inutiles, le côté spontané et qui va directement à l'essentiel. En vous lisant, je n'ai pu m'empêcher de me dire à quel point les mecs -jeunes et moins jeunes- sont cons ! Face à une fille belle et sensible telle que vous, dotée de l'intelligence du cœur, j'aurais eu une passion folle à tenter le rôle d'un Pygmalion... Mais vous avez su finalement trouver vous-même l'apaisement et la façon dont vous l'expliquez est tout à fait convaincante. Bravo ! PS : malgré le soin apporté à votre écriture, j'ai relevé quelques rares coquilles (p.11 : "que je pense à, et non que je pense de"; p.14 : empreints au lieu de emprunts; p.26 : "m'être beaucoup exprimée" et non : "exprimer".
Publié le 17 Avril 2023
3
La critique est certes plus facile que l'efficacité d'une action concrète face à l'inconnu et à l'urgence : mais ce recueil des flottements et aberrations vécues par tous ces dernières années est quand même édifiant et plus qu'inquiétant...
Publié le 17 Avril 2023
4
Soucieux avant tout de rationalité, le genre "fantasy" n'a jamais été ma tasse de thé, mais j'admire néanmoins votre imagination débordante dans une langue originale tout en restant bien maîtrisée. Un simple conseil : le petit texte introductif, contrairement à la suite, est bourré de fautes d'orthographe à corriger dès que possible pour ne pas décourager vos lecteurs.
Publié le 25 Février 2023

Pages

monBlog

Retrouver mon actualité

Mes deux derniers ouvrages " SUPER POUVOIRS D'UN SIMPLE JURISTE" et "NEC PLUS ULTRA" (sous le titre "LES RÉGÉNÉRÉS ) sont disponibles à l'achat sur le site Coollibri.com (éditions de luxe, aux prix respectifs de 38 € et 25 € TTC)

A lire dans les actualités