Jézabel, Jézabel !

39 pages de Jordy H. Koumba
Jézabel, Jézabel ! Jordy H. Koumba
Synopsis

Un jeune homme aux allures de monsieur Tout-le-monde fait fortuitement la rencontre d'une jolie fille aux intentions mystérieuses.

Cette dernière va profondément bouleverser sa vision de la réalité en l'entrainant dans une balade sinistre, aux frontières de notre société et de ce qu'il ne nous est pas permis de voir.

244 lectures depuis la publication le 18 Juillet 2020

Les statistiques du livre

  101 Classement
  244 Lectures
  +15 Progression
  4.5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
Le passage du réalisme au fantastique , les tourments du héros ,sont bien vus . Par contre , le recours au monstre m'a semblé un peu conventionnel , mais c'est très subjectif . Le texte aurait peut-être gagné à ce qu'il prenne une apparence plus nuancée.. Prometteur en tout cas .
Publié le 02 Août 2020

Les contes ont souvent une morale. Le votre n’y échappe pas. La tentation, l’herbe verte du pré d’à côté, la flatterie… vous dites tout cela avec poésie, et une espèce de retenue, comme si vos ne finissiez pas vos phrases pour nous laisser les imaginer dans leur entièreté. Très beau.

Publié le 28 Juillet 2020
5
Je vous remercie sincèrement pour votre commentaire mon cher ami. Jezabel se trouve en chacun de nous c’est pour cela qu’au lieu de critiquer de manière fataliste la société et d’avoir la prétention de vouloir « vaincre les démons des autres », nous devrons voir au delà des apparences et tenter de dépasser la part de mal qui est en nous même en tant qu’individu car la plus grande noirceur se trouve bel et bien dans le reflet de nos miroirs ! Au passage merci pour ce commentaire ,j’apprécie beaucoup les analyses des autres par rapport à ce que je fais. La nouvelle est en fait une partie d’une œuvre beaucoup plus ouverte et dense en quatre partie dont ce texte est la genèse.À nous revoir très bientôt pour la suite.Merci!
Publié le 26 Juillet 2020
4
Ah mon cher Jordy H. Koumba, pardonnez moi ma familiarité alors qu’on ne se connait pas mais j’avoue que j’ai trouvé votre roman vraiment de qualité ! Pour un jeune homme de 20 ans, vous êtes dôté d'une belle lucidité et maturité, ce qui est remarquable. Losque vous dites que vous écrivez pour évacuer votre haine, de quelle style de haine s'agit-t-il? la haine de notre monde, la haine des êtres humains, la haine des manipulateurs et manipulatrices? Pour ce qui est de Jézabel, je pense moi-même l'avoir rencontré au travers d'une histoire d'amour destructrice et toxique et croyez moi j’ai bien morflé! Pour bien combattre le mal, il faut d'abord savoir le reconnaître. Souvent celui-ci se cache dans un corps de rêve et derrière un sourire angélique trompeur comme Jézabel dans votre roman. Une fois reconnu le mal, il faut ensuite lutter contre ses assauts manipulateurs. En gros quand on ne rencontre pas ses êtres sur notre route, je peux dire que c'est une vraie chance et bénédiction! Et puis il faut aussi lutter contre sa part d'ombre même si heureusement nous ne sommes pas tous et toutes des manipulateurs/trices impitoyables ! Merci à vous et bravo, je n’aurais pas hésité à vous mettre la belle note de 5 si votre roman avait été plus long.
Publié le 25 Juillet 2020

@lamish merci beaucoup pour votre commentaire et vos encouragements.Passez une très bonne journée.

Publié le 23 Juillet 2020
5
Bonjour Jordy. Attirée par votre titre dont le prénom m'a évoqué une vieille connaissance virtuelle mais tumultueuse, j'ai abordé votre longue nouvelle sur la pointe des pieds, imaginant survoler les premières pages... J'ai donc été surprise d'accrocher avec un sujet imaginatif et cohérent, avec un rythme soutenu, avec une plume qui, bien que perfectible, me semble prometteuse. Alors continuez à évacuer vos angoisses et votre haine de la sorte pour le plaisir de vos lecteurs et pour votre plus grand bien ;-). Merci pour ce partage et bonne fin de journée. Amicalement, Michèle
Publié le 23 Juillet 2020