T.Guenard

T.Guenard a noté ces livres

4
Pour moi ce crétin de Chirac, désolé pour ce langage cru de ma part, a commis une vraie erreur en suspendant le service militaire obligatoire pour ne pas dire le supprimer. Quand j’écoute les divers témoignages de personnes qui ont réalisé leur service militaire, ils disent que celui-ci permettait le mélange de citoyens venant de divers milieux. Puis celui-ci pouvait permettre de forger le caractère des personnes y participant et de leur inculquer une discipline qui pourrait leur être utile durant toute la durée de leur vie. Je parle de cela car il en est largement question dans votre récit. La période que vous évoquez (la guerre d’Algérie) m’a vraiment passionné. Vous rappelez à juste titre le triste sort des pieds noirs durant cette guerre, la haine entre les membres du FLN( Front de Libération Nationale) et de l’OAS (Organisation Armée Secrète). En tout cas on sent que vous en avez soupé de cette période avec les militaires et les officiers qui parlent comme des chiens aux membres qui composent l’armée. C’est un monde totalement déshumanisé que vous nous décrivez, en vous lisant, j’ai pensé au livre de Primo Lévi, « Si c’est un homme » qui décrit vraiment bien cette déshumanisation de l’humain qui a lieu dans des conditions extrêmes au sein des camps de concentration lors de la seconde guerre mondiale. On voit que vous pensez à tout pour échapper à la guerre, vous faire penser pour illettré, fou… Je vous remercie pour votre autobiographie historique vraiment vivante et intéressante qui m’a permis de replonger dans une période historique qui m’a vraiment marqué avec la guerre d’Algérie et le fameux discours du Général de Gaulle en 1958 à Alger avec cette phrase mythique"Je vous ai compris".
Publié le 03 Mars 2020
4
C’est bizarre, j’ai à la fois la sensation d’être projeté dans une ville de banlieue avec les gros caïds et les trafiquants de drogue qui sévissent mais aussi au fin fond de la campagne ou dans une montagne isolée perdue au fin fond de la nature. Le décor est bizarre mais votre roman est vivant, on ne s'endort pas en vous lisant, il se passe des choses dans vos scènes, il y a du mouvement, votre texte m'a donné des bonnes vibrations!
Publié le 24 Janvier 2020
4
Ce roman pose une question intéressante d'actualité et qui me rappelle un peu le débat actuel sur la GPA notamment, même s'il s'agit du grand-père dans ce roman et non de la mère. Au travers de ce bouquin, on voit que Sabrina a besoin de savoir d'où elle vient, de connaître ses origines pour en savoir plus sur elle-même et son histoire et pour répondre à toutes ses questions existentielles.
Publié le 27 Décembre 2019
4
Histoire forcément émouvante, cela parle de paralysie, c’est un sujet très sensible, heureusement que les choses se terminent bien pour Sylvie qui ne manque pas de courage mais mon Dieu, si elle avait été finalement paralysée, quelle horrible épreuve pour elle! J’ai une pensée pour tout ceux et celles qui sont paralysés, quel cauchemar à vivre pour ces pauvres gens !
Publié le 03 Décembre 2019
5
Il est très difficile de ne pas être touché par un sujet aussi sensible que la maladie mortelle d'une maman. La relation qui unit le fils et la maman est très belle dans ce récit émouvant, il en faudrait pleins des fils comme cela qui veuillent et qui puissent s'occuper quasiment à plein temps de leur maman malade et condamnée. J'ai le sentiment de vivre dans une société où parfois on oublie et on abandonne ses parents, les personnes âgées( pas tout le monde heureusement). Elle est terrible cette scène de l'hopital où les patients ne sont visités par personne et meurent seuls. Triste réalité qui nous est rappelée. J'ai tendance à penser que les derniers moments vécus avec un être aimé, que ce soit avec une maman, une compagne, un membre de sa famille, un ami ,un fils, sont à la fois les plus durs à vivre mais aussi les plus forts et émouvants comme on peut le constater au travers de votre récit. La maladie est là pour nous rappeler que chaque chose a une fin et que notre passage sur terre doit s'achever à un moment ou un autre. Donc dans l'idéal il faudrait arriver à profiter de chaque moment présent passé en compagnie de nos proches, ce que le fils et la maman dans votre histoire, arrivent à faire.
Publié le 23 Novembre 2019

Pages