T.Guenard

T.Guenard a noté ces livres

4
Les personnages de votre roman sont attachants car courageux face au danger, à la solitude, au chagrin amoureux, à la grande bassesse humaine, au deuil suite à la perte d'un être aimé.... Malgré tout ce sont souvent des battants, des personnes rusées et débrouillardes. Ils ont de l'épaisseur, du caractère, ils ne sont pas insignifiants, transparents donc forcément c'est un bon point pour vous je dirais.
Publié le 03 Juillet 2020
5
J'ai trouvé l'histoire bien ficelée, bien menée, l'enquête étant à la fois simple et intéressante. Les personnages dans l'ensemble ont de l'épaisseur dont Isabelle Declerc qui sait manier la carotte et le bâton. Elle est à la fois humaine et déterminée et on ne peut pas dire que son enquête pédale dans la choucroute tellement elle est efficace et va droit au but. On peut difficilement lui raconter des balivernes. Merci pour cette enquête qui tient en haleine.
Publié le 28 Juin 2020
4
Losna Le Goff est une artiste céramiste attachante, sentimentale, passionnée (elle travaille des heures et des heures) et elle sort des sentiers battus. Elle a à coeur de transmettre sa passion à son neveu et à des jeunes puisqu'elle donne des cours. Son neveu avait pourtant une carrière toute tracée puisqu'il devait reprendre l'exploitation agricole familiale. Marie Prigent sa mère ne semble pas manquer de caractère non plus. Merci pour ce roman de qualité qui met en avant le destin de femmes déterminées et entières.
Publié le 07 Juin 2020
4
Elles sont horribles et glaçantes vos scènes, j’espère que vous allez bien et que vous ne broyez pas trop du noir.... Vos scènes ne sont pas réchoupillantes mais elles ont le mérite d’être efficaces et de produire l’effet escompté : l’effroi. Dès la première scène le ton est donné puisque la scène est effroyable et revient sur l’extermination des juifs. Différents thèmes sont ensuite évoqués (la schizophrénie, la non-acceptation et tolérance de l’homosexualité d’un jeune homme par ses parents, l’alcool et la drogue d’un jeune homme, etc….) qui ont des conséquences dramatiques car ils débouchent sur un meurtre, un suicide, un viol, etc….. En tout cas vous avez réussi à captiver mon attention au travers de ces histoires successives même si elles ne sont pas gaies.
Publié le 29 Avril 2020
4
Pour moi ce crétin de Chirac, désolé pour ce langage cru de ma part, a commis une vraie erreur en suspendant le service militaire obligatoire pour ne pas dire le supprimer. Quand j’écoute les divers témoignages de personnes qui ont réalisé leur service militaire, ils disent que celui-ci permettait le mélange de citoyens venant de divers milieux. Puis celui-ci pouvait permettre de forger le caractère des personnes y participant et de leur inculquer une discipline qui pourrait leur être utile durant toute la durée de leur vie. Je parle de cela car il en est largement question dans votre récit. La période que vous évoquez (la guerre d’Algérie) m’a vraiment passionné. Vous rappelez à juste titre le triste sort des pieds noirs durant cette guerre, la haine entre les membres du FLN( Front de Libération Nationale) et de l’OAS (Organisation Armée Secrète). En tout cas on sent que vous en avez soupé de cette période avec les militaires et les officiers qui parlent comme des chiens aux membres qui composent l’armée. C’est un monde totalement déshumanisé que vous nous décrivez, en vous lisant, j’ai pensé au livre de Primo Lévi, « Si c’est un homme » qui décrit vraiment bien cette déshumanisation de l’humain qui a lieu dans des conditions extrêmes au sein des camps de concentration lors de la seconde guerre mondiale. On voit que vous pensez à tout pour échapper à la guerre, vous faire penser pour illettré, fou… Je vous remercie pour votre autobiographie historique vraiment vivante et intéressante qui m’a permis de replonger dans une période historique qui m’a vraiment marqué avec la guerre d’Algérie et le fameux discours du Général de Gaulle en 1958 à Alger avec cette phrase mythique"Je vous ai compris".
Publié le 03 Mars 2020

Pages